+ Répondre à la discussion
Page 2 sur 2 PremièrePremière 1 2
Affichage des résultats 21 à 39 sur 39

Discussion: Cadences napolitaines

  1. #21
    Membre
    Date d'inscription
    juin 2011
    Messages
    1 768
    Les variations de la Sonate pour piano et violon K 377 de Mozart abondent en cadences napolitaines. Ici :

    (Mozart - Violin Sonata No. 25, F Major K. 377 [Szeryng/Haebler])

    ces variations vont de 4:37 à 13:40. Comme la vidéo montre la partition, inutile que je précise tous les minutages. A la fin, c'est assez pédagogique, car la même figure est répétée, d'abord sans degré napolitain (mi naturel, 13:25-26) puis avec degré napolitain (mi bémol, 13:31-32). Cela peut peut-être aider à éduquer l'oreille...
    IP

  2. #22
    Membre
    Date d'inscription
    février 2008
    Messages
    6 120
    Si ceux que le sujet intéresse et qui voulaient comprendre n'ont toujours pas compris, qu'ils laissent tomber, c'est sans espoir.

  3. #23
    lasciate ogni speranza, voi che'ntrate !
    Oh vous savez, moi, ce que j'en dis, hein...

  4. #24
    Membre
    Date d'inscription
    février 2008
    Messages
    6 120
    Citation Envoyé par nico Voir le message
    lasciate ogni speranza, voi che'ntrate !
    Mais ... il était pas napolitain, Alighieri, si ?...

  5. #25
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    8 710
    Je suis sans espoir, quoique ni Napolitain ni Toscan. Je n'ai toujours rien compris ni rien entendu (enfin entendu un peu mais pas identifié formellement).


    Je lis quelque part que le lied "Ich grolle nicht" (VII des DIchterliebe de Schumann) a des sixtes napolitaines. Où çà, où çà? (où çà où çà où çà où çààààà, comme on chante dans Stravinsky).
    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

  6. #26
    ah... je me disais aussi... (moi je cherchais un accord fa la ré bémol et point n'en trouvai-je) ; bon elle aurait pu se poser, cette sixte, ailleurs qu'en do majeur, mais bon


    quand je serai de nouveau petit, je prendrai des cours de musique.
    Dernière modification par lebewohl ; 13/06/2017 à 15h07.
    Oh vous savez, moi, ce que j'en dis, hein...

  7. #27
    Citation Envoyé par lebewohl Voir le message
    Je suis sans espoir, quoique ni Napolitain ni Toscan. Je n'ai toujours rien compris ni rien entendu (enfin entendu un peu mais pas identifié formellement).
    Pourtant c'est limpide sur le dernier exemple donné par IP.
    A partir de 13:25 (en suivant la partition qui s'affiche à ce timing on est sur la première mesure à gauche): début d'une formule de cadence parfaite "normale". Deux mesures après (à 13:31-32), la formule est répétée, mais le premier accord est modifié (l'accord sol-si bémol-mi de la première occurrence est transformé en sol-si bémol-mi bémol). C'est cet accord-là que l'on nomme une "sixte napolitaine".
    Oh vous savez, moi, ce que j'en dis, hein...

  8. #28
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    8 710
    Oui, bien sûr, là le nez dessus et l'oreille aux aguets, j'ai vu et entendu (encore mieux dans l'exemple de la passacaille, ou elle étonne plus, je trouve, je ne sais pas pourquoi). Ce que je veux dire c'est que je n'en repère pas une spontanément. Bon je vais relire ce fil attentivement en réécoutant tous les exemples (mais chez moi la connexion débloque et au bureau je peux écouter de la musique si je veux, c'est un bon isolement contre l'open space et c'est accepté, mais pas trop en suivant une partition, tout de même... ahem...)
    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

  9. #29
    Citation Envoyé par nico Voir le message
    ah... je me disais aussi... (moi je cherchais un accord fa la ré bémol et point n'en trouvai-je) ; bon elle aurait pu se poser, cette sixte, ailleurs qu'en do majeur, mais bon


    quand je serai de nouveau petit, je prendrai des cours de musique.
    Dis donc leb' j'ai jamais écrit ça moi!!!
    Oh vous savez, moi, ce que j'en dis, hein...

  10. #30
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    8 710
    Non tu n'as jamais dit que tu prendrais des cours de musique quand tu serais de nouveau petit! ahem...




    bon sérieusement : toi non tu n'as pas écrit ça mais j'avais cru comprendre qu'il s'agissait du premier renversement de l'accord de ré bémol (si on est en do) ; mais j'ai dû mal comprendre.
    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

  11. #31
    Non je disais qu'il n'y a pas de sixte napolitaine dans Ich grolle nicht. Le gars qui dit ça se plante.

    En fait, "normalement", la sixte napolitaine fait partie d'une tonalité mineure.
    Il arrive qu'elle soit utilisée en majeur mais c'est moins courant.

    Donc, en do mineur: tu prends l'accord du 2ème degré. Sur ré, ça fait ré-fa-lab, et tu le mets en premier renversement: fa-lab-ré, ce qui fait un accord de sixte (il y a un écart de sixte entre le fa et le ré). Ensuite, pour napolitaniser cet accord de sixte, tu abaisses le ré vers le réb, ce qui donne fa-lab-réb.

    Si tu es en do majeur, tu empruntes ta sixte napolitaine au ton homonyme mineur (donc à do mineur) et ce sont les mêmes notes fa-lab-réb qui composent ton accord de sixte napolitaine.
    Oh vous savez, moi, ce que j'en dis, hein...

  12. #32
    En fait la sixte napolitaine se reconnait grâce au contexte dans lequel elle apparaît: en soi c'est un banal accord de sixte mineure. C'est ce qu'il y a avant et après qui fait qu'on reconnait une sixte napolitaine, alors qu'un accord de septième diminuée se reconnait pour lui-même.
    Oh vous savez, moi, ce que j'en dis, hein...

  13. #33
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    8 710
    ah merci je comprends mieux


    bon dès que je l'ai le temps je regarde ça de près ; enfin de pas trop loin, je ne deviendrai jamais pointu en la matière, mais bon...
    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

  14. #34
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    8 710
    ("ça", ce n'est pas juste la sixte napolitaine ; je pousserai au moins jusqu'à la tierce picarde)
    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

  15. #35
    Citation Envoyé par lebewohl Voir le message
    ("ça", ce n'est pas juste la sixte napolitaine ; je pousserai au moins jusqu'à la tierce picarde)
    La tierce picarde c'est simple: c'est quand une pièce se déroulant dans une tonalité mineure se termine sur un accord parfait majeur.
    Oh vous savez, moi, ce que j'en dis, hein...

  16. #36
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    8 710
    J'en rajoutais un peu : ça j'avais retenu, et je pense compris, et même entendu. Je crois même qu'il y en a une à la fin de la Passacaille de Bach ; enfin de la fugue qui s'ensuit. Souvent chez Bach, d'ailleurs. Sacrés picards...
    Il n'y a pas une quarte calabraise ou une quinte flush? (ah non là je me trompe de domaine).
    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

  17. #37
    Citation Envoyé par lebewohl Voir le message

    Il n'y a pas une quarte calabraise ou une quinte flush? (ah non là je me trompe de domaine).
    Non, mais il y a la sixte allemande et la sixte française
    Oh vous savez, moi, ce que j'en dis, hein...

  18. #38
    Membre
    Date d'inscription
    février 2008
    Messages
    6 120
    Citation Envoyé par nico Voir le message
    Non, mais il y a la sixte allemande et la sixte française
    Et les tournois de sixte, ça consiste en quoi, alors ?
    Et la garde de sixte , c'est quoi ?
    Et sixte quint, c'est quoi aussi ?
    Pffffffffffffff ... je m'y perds. Eclairez-moi.

  19. #39
    Membre
    Date d'inscription
    juin 2011
    Messages
    1 768
    Voici une cadence napolitaine dans la Cantate 4 de Bach "Christ lag in Todesbanden". A partir de 1:02, dans le contexte de mi mineur, on entend les trois notes de l'accord de Fa majeur, puis on conclut en revenant à mi mineur :



    (Bach: BWV 4. Christ lag in Todesbanden - Guillon (live))
    Céline Scheen, soprano Damien Guillon, countertenor Thomas Hobbs, tenor Benoît Arnould, baritone Le Banquet Céleste, conducted by Damien Guillon Concert: 18 July 2014 in Saintes (Abbaye aux Dames)


    Je vous laisse apprécier si l'effet est heureux.


    IP

+ Répondre à la discussion

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

     

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages