+ Répondre à la discussion
Page 4 sur 4 PremièrePremière ... 2 3 4
Affichage des résultats 61 à 70 sur 70

Discussion: incipit

  1. #61
    Membre
    Date d'inscription
    juin 2011
    Messages
    1 550
    Je n'ai pas googlé sur le texte, mais la manière me faisant un peu penser à Leigh Hunt (écrivain qui a une réputation de fantaisiste), j'ai googlé sur son nom + le mot "opéra" et j'ai ainsi appris qu'il a écrit une Francesca da Rimini. Mais aucun des deux opéras qui, à ma connaissance, portent ce titre ne semble avoir été inspiré par la pièce de Leigh Hunt, donc c'est encore un coup dans l'eau. On attend un nouvel indice.
    IP

  2. #62
    Membre
    Date d'inscription
    juin 2011
    Messages
    1 550
    L'auteur serait-il Byron ?
    IP

  3. #63
    Membre Avatar de The Fierce Rabbit
    Date d'inscription
    février 2008
    Messages
    5 608
    Non - connu surtout pour ses romans.
    Dernière modification par The Fierce Rabbit ; 28/10/2018 à 21h33.
    I'd rather be hated for who I am than be loved for who I am not (K.C.)

  4. #64
    Membre
    Date d'inscription
    juin 2011
    Messages
    1 550
    Je reviens de Wikipédia, article Verdi : Walter Scott ?
    IP

  5. 28/10/2018 21h50
    Motif
    Posté trop tard, devenu inutile

  6. #65
    Membre Avatar de The Fierce Rabbit
    Date d'inscription
    février 2008
    Messages
    5 608
    Citation Envoyé par InnocentParadis Voir le message
    Je reviens de Wikipédia, article Verdi :
    Non.

    Walter Scott ?
    Oui !

    Ne négligez pas la 2° ligne du post #60.
    I'd rather be hated for who I am than be loved for who I am not (K.C.)

  7. #66
    Membre
    Date d'inscription
    juin 2011
    Messages
    1 550
    J'ai suivi votre conseil et je me suis permis de googler "Walter Scott" + "flûte" (on n'en finirait pas, si on s'interdisait tout googlage) et, de googlage en googlage, j'ai finalement trouvé cet extrait de la Wikipédia anglaise :
    "Lucia di Lammermoor is a dramma tragico (tragic opera) in three acts by Gaetano Donizetti. .... The popular soprano and flute duet cadenza was composed in 1888 by Mathilde Marchesi for her student Nellie Melba's performance of the role"
    Ce que j'ai lu de cet opéra m'a donné envie de le connaître... Comme quoi un jeu absurde peut avoir son utilité.
    IP

  8. #67
    Membre Avatar de The Fierce Rabbit
    Date d'inscription
    février 2008
    Messages
    5 608
    Bravo.
    Beaux extraits et intégrales sur YT.

    Trêve d’absurdité. Let’s make it short, again.
    «*Il faut regarnir la lampe...*» : Manfred, Byron. Schumann, Tchaïkovsky.
    I'd rather be hated for who I am than be loved for who I am not (K.C.)

  9. #68
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    8 264
    Citation Envoyé par InnocentParadis Voir le message
    Par compassion pour les vertueux qui laissent une lacune dans leur culture plutôt que de googler, je signale que ""Barcelone est une ville de six cent mille deux cents âmes, et elle n'a qu'un urinoir. On devine si à certaines heures il a charge d'âmes." est le début de La petite infante de Castille, de Montherlant, et que "C'est un des grands mystères de l'évolution de l'humanité que la Révolution française n'ait éclaté qu'en 1789. En 1642, la France était mûre (...)" est le début de Turlupin, de Leo Perutz. On compare souvent Perutz à Kafka, mais autant le style de Kafka me semble plat, autant celui de Perutz me semble ailé.

    IP
    Bon quelques jours loin de tout ordinateur ; j'ai encore moins "pris de risque" que d'habitude ; mais encore une fois ce n'est pas nécessairement le but, ni nécessairement un jeu.

    Mais j'ai surtout l'oeil (et ce qui me reste de cervelle) attiré(s) par le commentaire sur Perutz et Kafka ; parce que je suis en train de lire en parallèle un livre de chacun des deux! Perutz est largement méconnu, et c'est en effet bien dommage. Je lis en ce moment "le tour du cadran", et c'est délicieux ; mais ne surtout pas lire la préface (en 10/18), qui donne la clé du roman! Spoil!!!

    Mais Kafka plat? je n'aurais pas dit ça ; c'est neutre, mais exprès. Il se trouve que pour diverses raisons je suis en train d'essayer de livre "la métamorphose" en allemand. Ce n'est pas plat du tout! Max Bord raconte qu'en lisant ce conte (conte?) à voix haute, Kafka était "mdr", comme on dit aujourd'hui. Et c'est en effet drôle, et notamment en raison du style, qui est parfaitement imperturbable face à une situation pourtant un peu inhabituelle. La description des lieux se poursuit comme dans un catalogue de vente par correspondance, et pendant ce temps-là, le narrateur est quelque peu transformé.
    Il y a peut-être un problème de traduction ; le traducteur qui a fait connaître Kafka en France est Alexandre Vialatte, fabuleux chroniqueur du journal "La Montagne" (je ne saurais trop recommander les recueils de ses chroniques ("Et c'est ainsi qu'Allah est grand", "L'éléphant est irréfutable", "Eloge du homard et d'autres insectes utiles", par exemple). Mais on a beaucoup critiqué ses traductions. Je ne suis pas qualifié pour juger, mais de fait les traductions sont extrêmement différentes, et déjà pour le mot "Ungeziefer", qui désigne, dès la première phrase, ce qu'est devenu le narrateur. Vermine, cloporte, cancrelat, scarabée?
    Bref ; lisez et faites lire non pas la presse révolutionnaire comme disaient les camelots de LO dans le temps mais Perutz ET Kafka!
    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

  10. #69
    Membre
    Date d'inscription
    juin 2011
    Messages
    1 550
    J'ai bien aimé Le tour du cadran, mais au risque de "spoiler", je dirai que l'astuce de ce récit avait déjà été utilisée par Ambrose Bierce dans "An Occurrence at Owl Creek Bridge". (Je ne sais pas si on a fait le rapprochement.) Moi aussi, j'aime bien Alexandre Vialatte. Comme disait je ne sais plus qui, il fait du faux avec du vrai et du vrai avec du faux. On a un peu la même impression avec Perutz. Dans cet ordre d'idées, j'aime bien les romans policiers "illusionnistes" de Fred Kassak (notamment Nocturne pour assassin, attention aux spoilers sur Internet). A propos de Vialatte, je pense bien avoir feuilleté chez un bouquiniste un recueil de récits de Francis Jammes, dont l'un parlait d'un professeur de géographie qui, se voyant contraint de suppléer aux limites de sa science, accumulait des bourdes cocasses qui ressemblaient à s'y méprendre à du Vialatte. Malheureusement, une recherche Google sur "Francis Jammes" et "professeur de géographie" ne donne rien.
    IP

  11. #70
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    8 264
    et elle a été utilisée plus tard par Hitchcock, je crois (l'astuce du récit) ; quitte à spoiler encore plus (mais non il ne s'agit pas de couteau dans une douche, ni d'oiseaux à qui on a donné à picorer un excitant).
    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

+ Répondre à la discussion

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

     

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages