Discussion fermée
Page 6 sur 8 PremièrePremière ... 4 5 6 7 8 DernièreDernière
Affichage des résultats 101 à 120 sur 152

Discussion: Nouveautés de la Bibliothèque musicale (copie)

  1. #101
    Administrateur Avatar de Philippe
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Jemappes / Valencia
    Messages
    8 648
    Re-bonjour à toutes et à tous

    Toujours en proie à mon « intégralite » aiguë (vous avez précédemment eu droit à trois « packages » autour du thème des « intégrales symphoniques » et à un (très) gros « package » consacré au thème des « intégrales concertantes »), une fois encore je persiste et signe en vous proposant, cette fois, une série de « packages de chambre ». Hors de question de proposer cela en une livraison unique - il y en a trop. Cette série comportera donc vraisemblablement et dans l'état actuel du projet trois volets. Voici le premier, légèrement centré sur Brahms
    • l'Intégrale des Sonates pour viole de gambe et clavier de Bach par Marçal Cervera et Rafael Puyana, 1969. Marçal Cervera, né en 1928 à Santiago de Cuba et décédé en 2019 à Begur, est peut-être un nom inconnu de certains ici : il fut un violoncelliste, gambiste et professeur de musique.
      Né à Cuba en 1928 dans une famille catalane d'acteurs en tournée, lorsqu'il eut trois ans, la famille retourna en Catalogne. Il a étudié à Barcelone avec Lluís Millet i Farga et Joan Massia et a complété sa formation en Italie avec Gaspar Cassadó et à Paris avec Paul Tortelier.
      Il a ensuite été membre du Collegium Musicum Zurich sous la direction de Paul Sacher et du Musikkollegium Winterthur ainsi que violoncelliste soliste de l'Orchestre de Chambre de Lausanne. Depuis 1963, il s'est produit en tant que violoncelliste solo et membre d'ensembles de musique de chambre dans le monde entier en Europe, au Canada et au Mexique, en Afrique du Sud, au Moyen-Orient et en Corée du Sud, et a réalisé des enregistrements radio et des enregistrements, dont ces sonates pour viole de gambe de Bach avec Rafael Puyana. Il retourne en Catalogne dans les années 1990. Depuis 1999, il a côtoyé plusieurs membres du Beethoven Piano Quartet. Il a également enseigné dans les académies de musique de Cologne, Fribourg-en-Brisgau et Lausanne pendant vingt ans depuis les années 1970.

    • l'Intégrale des Sonates pour violon et clavier du même Bach par Erick Friedman au violon et Bruce Prince-Joseph au clavecin (enregistrement de 1965). Prince-Joseph n'est pas un inconnu, pourtant si vous voulez en apprendre un peu plus sur lui, il n'y a pas grand chose sur lui sur internet …

    • l'Intégrale des Sonates pour violoncelle et piano de Beethoven par Zara Nelsova et Artur Balsam (1956), qu'on ne présente plus …

    • l'Intégrale des Quatuors, Quintettes et Sextuors à cordes de Brahms autour du Quatuor Amadeus (1960-68) ; ici je vous renvoie au thread concerné (car il y a de tout y compris d'autres instrumentistes pour les Quintettes et les Sextuors) et (amha) rien que du très très bon.

    • du même Brahms, l'Intégrale des Quatuors pour piano et cordes par Arthur Rubinstein et trois membres du quatuor Guarneri : Arnold Steinhardt, Michael Tree et David Soyer (enregistrement de 1967) ainsi que

    • toujours du même Brahms, l'Intégrale des Trios pour piano et cordes par trois obscurs musiciens : Josef Suk, Janos Starker et Julius Katchen (1968-69)

    • cette fois de Schubert, l'Intégrale des Trios pour piano, violon et violoncelle par un ensemble peu connu : le Beaux Arts Trio (1966)

    Tout cela à (re)découvrir dans votre section Intégrales de la BM ; je vous souhaite de belles écoutes

  2. #102
    Administrateur Avatar de Philippe
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Jemappes / Valencia
    Messages
    8 648
    Re-bonjour à toutes et à tous

    Je vous parlais il y a peu d'une série de « packages de chambre » dont vous avez déjà reçu le premier, légèrement centré sur Brahms
    Voici aujourd'hui le second, avec encore un peu de Brahms mais surtout, un « package » exceptionnel consacré, mises à part les Sonates de Brahms, à Mozart. Voici le détail de cette nouvelle livraison :
    • l'Intégrale des Sonates pour violoncelle et piano de Brahms pour commencer avec Pierre Fournier et Rudolf Firkusny, qu'on ne présente plus (enregistrement de 1969).

    • de Mozart cette fois, l'Intégrale des Quatuors à cordes, un véritable monument de la musique de chambre par le Quatuor Heutling. Cet ensemble est peut-être moins bien connu et réputé que d'autres, mais cette interprétation est une totale réussite, à mon sens.
      Le Quatuor Heutling était un ensemble hanovrien, fondé en 1958, aujourd'hui dissous. Il était composé de Werner Heutling et Oswald Gattermann aux violons, d'Erich Bohlscheid à l'alto et de Konrad Haesler au violoncelle. Leur interprétation des quatuors est de 1968.
      J'ai trouvé une photo de cet ensemble, vous la trouverez à la fin de ce post. Bon ils ne sont pas très souriants mais c'est leur choix

    • enfin, toujours de Mozart et toujours par le même Quatuor Heutling (accompagné ici de Hans-Otto Graf au second alto), l'Intégrale des Quintettes à cordes, enregistrement de haut vol ici aussi, cette fois de 1967.
    Tout cela à découvrir ou à redécouvrir, comme d'habitude, dans votre section Intégrales de la BM.
    Bonnes écoutes




  3. #103
    Administrateur Avatar de Philippe
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Jemappes / Valencia
    Messages
    8 648
    Re-bonjour à toutes et à tous

    Me revoici, pour votre troisième et dernier « package » dédié à la musique de chambre ; le premier était légèrement centré sur Brahms, le suivant, consacré presque exclusivement à Mozart ; celui-ci est légèrement centré sur Beethoven, même s'il s'y trouve aussi du Bach, ainsi qu'un peu de Brahms et de Schubert.
    Voici le détail de cette nouvelle livraison :
    • l'Intégrale de l'oeuvre de chambre pour flûte de Bach avec Maxence Larrieu (enregistrement de 1967)

    • de Beethoven, l'Intégrale des Sonates et Variations pour violoncelle et piano avec André Navarra et Pierre Sancan (1967)

    • du même, l'Intégrale des Trios à cordes par Arthur Grumiaux, Georg Janzer et Eva Czako (1969)

    • enfin, toujours du même, l'Intégrale des Trios et Variations pour piano et cordes avec Isaac Stern, Leonard Rose et Eugen Istomin (1970)

    • l'Intégrale de l'oeuvre de chambre pour clarinette de Brahms avec Leopold Wlach (enregistrement de 1952-57)
      Leopold Wlach ne fut peut-être pas une vivante légende ; ce fut néanmoins l'un des grands clarinettistes de son temps. Et ceux qui jouent avec lui ne sont pas non plus vraiment des manchots ...
      Dans l'op. 115, il est accompagné du célèbre Quatuor du Konzerthaus de Vienne, avec Anton Kamper et Karl Maria Titze aux violons, Erich Weiss à l'alto et Franz Kwarda au violoncelle.

    • enfin, l'Intégrale de l'oeuvre de chambre pour violon et piano de Schubert avec György Pauk et Peter Frankl (1964)
      Cette intégrale violon/piano sort un peu des sentiers battus. György Pauk n'est plus très connu ... c'était pourtant un remarquable virtuose, et Peter Frankl fut un pianiste tout sauf négligeable. Nous en parlons ici au passé bien qu'ils soient encore vivants, mais ils ont quitté « la carrière » pour enseigner.
    Tout cela à découvrir ou à redécouvrir, comme d'habitude, dans votre section Intégrales de la BM.

    Bonnes écoutes

  4. #104
    Administrateur Avatar de Philippe
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Jemappes / Valencia
    Messages
    8 648
    Re-bonjour à toutes et à tous

    Nous restons plongés dans notre série « intégrales » après celles consacrées aux musiques symphonique, concertante et, le mois dernier, de chambre. J'espère que ces livraisons ont fait le bonheur de plusieurs d'entre vous
    Aujourd'hui nous entamons une nouvelle série d'intégrales, consacrées cette fois au piano. La pièce maîtresse du « package » de ce jour est bien entendu l'intégrale pour piano de Debussy ; dans peu de temps nous aurons l'intégrale pour piano de Brahms …
    Mais chaque chose en son temps !
    Voici le détail de cette première livraison consacrée au piano :
    • pour commencer, comme annoncé, l'Intégrale de l'oeuvre pour piano de Debussy par Peter Frankl (enregistrement de 1962-64), un pianiste un peu tombé dans l'oubli que nous avions déjà pu découvrir le mois dernier chez Schubert.

    • pour suivre, une intégrale pianistique beaucoup moins fréquentée : celle de John Field, dont les Nocturnes, précurseurs de ceux de Chopin, sont très intéressants. Ce qu'en fait Mary Louise Boehm aussi.
      Mary Louise Boehm (25 juillet 1924 - 29 novembre 2002) était une pianiste et peintre américaine.
      Descendante de Joseph Boehm, facteur de piano actif à Vienne au début du XIXe siècle, elle est née à Sumner, Iowa, et s'est rapidement révélée être une enfant prodige. Elle a étudié avec Louis Crowder à l'Iowa State Teachers College (aujourd'hui University of Northern Iowa) et par la suite avec Robert Casadesus et Walter Gieseking.
      Le répertoire et la production enregistrée de Boehm étaient remarquables pour les oeuvres de compositeurs américains tels qu'Amy Beach et Ernest Schelling, qui sont loin d'être dominants, même maintenant. Elle a également joué et enregistré pour la première fois des oeuvres de plusieurs premiers compositeurs romantiques tels que Field, Hummel et Moscheles, mais aussi Johann Peter Pixis et et Friedrich Kalkbrenner. Son engagement a présenté ces compositeurs négligés à une génération d'amateurs de musique. Elle s'intéressait également à l'interprétation sur instruments d'époque à une époque où cela était rare.
      À partir des années 1960, elle commence à peindre, travaillant à l'huile, à l'aquarelle et à l'encre.
      Lors de tournées de concerts en Amérique du Sud, elle s'est intéressée aux textiles, ce qui l'a amenée à s'intéresser au tissage, au design textile et au domaine complexe de la chimie des teintures et des couleurs. Finalement, elle a choisi le batik comme support textile pictural. Elle a étudié les techniques traditionnelles du batik indonésien et a été pionnière dans les adaptations modernes, et a présenté de grands spectacles aux États-Unis .
      Elle a épousé le violoniste néerlandais Kees Kooper avec qui elle s'est produite régulièrement. En 2002, elle décède en Espagne.
      Sa soeur Pauline Boehm Haga était également pianiste ; la Grande Sonate op. 112 de Moscheles a été enregistrée par les soeurs ensemble.

    • enfin, pour faire bonne mesure, les Etudes d'exécution transcendante de Liszt dans leur version finale donc intégrale de 12 pièces ; nous avions déjà ici les deux versions de Lazar Barman, cette fois il s'agit de la version de Georges Cziffra (enregistrement de 1956).
      Cette oeuvre a été classée, non pas en section Intégrales comme d'habitude, mais ici, chez Liszt lui-même

    Debussy et Field sont à écouter, quant à eux, ici, dans votre section Intégrales.

    Bonnes écoutes




    Mary Louise Boehm

  5. #105
    En attente de confirmation
    Date d'inscription
    février 2008
    Messages
    6 885
    Citation Envoyé par Philippe Voir le message
    J'espère que ces livraisons ont fait le bonheur de plusieurs d'entre vous
    «Il est permis d’attendre, il est doux d’espérer»
    Philippe est d’une admirable constance d’effectuer tant de travail de mise en ligne pour proposer tant de choses à personne désireux de lui en faire le moindre retour. Combien sont-elles/ils seulement à écouter ne serait-ce qu’un dixième de tout cela, le sait-on ?
    Margaritas ante porcos ?...

  6. #106
    Administrateur Avatar de Philippe
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Jemappes / Valencia
    Messages
    8 648
    Citation Envoyé par The Fierce Rabbit Voir le message
    (...) Combien sont-elles/ils seulement à écouter ne serait-ce qu’un dixième de tout cela, le sait-on ?
    Il est impossible de le savoir ...
    Autrefois, il était possible de s'en faire une idée. Mais depuis le dernier trimestre de 2020, notre hébergeur a considérablement modifié les réglages de notre serveur. Pour s'en convaincre, il suffit d'examiner le taux de fréquentation supposé du forum - et particulièrement les chiffres des « Affichages » (je ne parle pas des chiffres des « Réponses », ils sont en effet inexistants mais on s'en fout, on n'attend aucune « reconnaissance » ...) particulièrement sur la BM et les PL - c'est là que c'est le plus patent. Jusqu'il y 7 ou 8 mois les affichages des posts de la BM mais aussi des PL atteignaient parfois des milliers de vue. Depuis l'on atteint à peine qqs centaines mais le plus souvent qqs dizaines de vue.
    La coïncidence des dates révèle selon moi avec certitude une manipulation informatique, dont l'hébergeur s'est bien entendu bien gardé de nous parler et refuserait de le faire dans le cas où je l'interrogerais là-dessus ...
    Mais peu importe : il suffit que qqs « few ones » y trouvent un quelconque intérêt, cela me suffit et je sais que mah70 partage ce point de vue à propos des PL, alors qu'au départ celles-ci suscitaient parfois certains commentaires ou développements, ce qui n'est plus le cas maintenant.
    De toute façon c'est bien simple : nous nous sommes lancés dans ces projets sans le moindre esprit d'autosatisfaction, par conséquent, commentaires ou pas, remerciements ou pas, qu'avons-nous à y perdre ou à y gagner ?

  7. #107
    En attente de confirmation
    Date d'inscription
    février 2008
    Messages
    6 885
    Sans considération d’y gagner ou y perdre, je me disais qu’il pouvait éventuellement apparaître à la longue un peu de lassitude. Mais si ça n’est pas le cas, tant mieux !

  8. #108
    Administrateur Avatar de Philippe
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Jemappes / Valencia
    Messages
    8 648
    Ce n'est pas le cas : « Point n'est besoin d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer. »
    Une citation je crois, mais je ne sais plus de qui ...

  9. #109
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    9 614
    Guillaume d'Orange!
    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

  10. #110
    En attente de confirmation
    Date d'inscription
    février 2008
    Messages
    6 885
    On l’a aussi attribué à Charles de Bourgogne dit ‘Le Téméraire’ ... On ne va pas chipoter pour 2 siècles ...

  11. #111
    Administrateur Avatar de Philippe
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Jemappes / Valencia
    Messages
    8 648
    Re-bonjour à toutes et à tous

    Je vous avais promis voici qqs jours la suite de notre série consacrée aux intégrales pianistiques.
    En voici la seconde partie.
    Les intégrales Brahms par Katchen et Rhapsodies hongroises par Edith Farnadi sont bien connues, inutile d'y revenir.
    L'intégrale des Sonates pour piano de Prokofiev par Youri Boukoff (enregistrement de 1957) présente quant à elle une particularité, Boukoff étant en effet (hors bien entendu Prokofiev lui-même) le premier à enregistrer ce corpus dans son entièreté.
    Voici le détail de cette ultime livraison consacrée au piano :
    • pour commencer, comme annoncé, l'Intégrale de l'oeuvre pour piano de Brahms par Julius Katchen (enregistrement de 1965-66)

    • pour suivre, l'Intégrale des Rhapsodies hongroises de Liszt par Edith Farnadi (enregistrement de 1954) - intégrale certes puisqu'elle comporte en effet l'ensemble des 12 pièces S. 244 (plus la Rhapsodie espagnole S. 254)

    • enfin, l'Intégrale des Sonates pour piano de Prokofiev par Youri Boukoff (1957), dont je vous touchais un mot plus haut
    Tous ces contenus sont à écouter, comme à l'habitude, ici, dans votre section Intégrales

    Bonnes écoutes

  12. #112
    Administrateur Avatar de Philippe
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Jemappes / Valencia
    Messages
    8 648
    Re-bonjour à toutes et à tous

    Il me reste à vous proposer, dans le cadre de cette longue série exclusivement consacrée à diverses intégrales, qqs ultimes « intégrales » que je n'ai d'autre choix que de qualifier d'intégrales « inclassables » - vu qu'il ne s'agit ni d'intégrales symphoniques, concertantes, pianistiques ni, au sens propre, de chambre.

    Le morceau de choix de cette première livraison d'intégrales « inclassables » est bien entendu constitué de l'intégrale des Madrigaux de Gesualdo ; mais en guise de mise en bouche, voici d'abord l'intégrale de l'oeuvre pour violon de Bartok par André Gertler.
    • Cette intégrale a été enregistrée tout au long des années 60. Elle regroupe l'ensemble de tout ce que Bartok a écrit pour le violon : la Sonate pour violon seul bien entendu, pour commencer ; pour ce que Bartok a composé pour violon et orchestre, Gertler est ici dirigé dans le Concerto n°1 et les 2 Rhapsodies pour violon et orchestre par János Ferencsik et dans le Concerto n°2 par Ancerl ; l'oeuvre pour violon et piano, dont les célèbres sonates pour violon et piano n° 1 ut# mineur et n°2 en ut majeur, est ici jouée par Gertler accompagné de Diane Andersen ; les 44 Duos pour deux violons sont interprétés par Gertler et Josef Suk ; enfin, il restait une oeuvre moins prestigieuse peut-être, mais qui rentrait complètement dans le cadre de ce « package » : les Contrastes Sz 111 pour violon, piano et clarinette, où Gertler et Diane Andersen sont accompagnés à la clarinette par Milan Etlik.
      Pour le programme complet, cfr ici, en section Intégrales.

    • Les Madrigaux de Gesualdo constituent un ensemble génial et fascinant de « musique vocale de chambre » bien connu de tous, mais rarement présenté dans la version intégrale des 8 Livres.
      Celle-ci est le fait d'Angelo Ephrikian, dirigeant le Quintetto Vocale Italiano (Karla Schlean, soprano, Clara Foti, mezzo-soprano, Elena Mazzoni, contralto, Rodolfo Farolfi, ténor, Gastone Sarti, baryton et Dimitri Nabokov, basse) (enregistrement de 1965).
      Chaque Livre est ici présenté en deux parties.
      Enfin, pour ajouter qqs mots sur les madrigaux eux-mêmes, ceux-ci sont majoritairement anonymes ; pour les poèmes clairement attribués à un auteur reconnu, le nom de l’auteur est indiqué entre parenthèses.
      Certains madrigaux comportent deux titres séparés par un slash : le poème ayant parfois été jugé trop long par Gesualdo, il l'a fractionné en deux parties distinctes ; on parle alors de madrigal double.
      Les madrigaux sont très majoritairement à 5 voix ; quelques-uns sont à 6 voix : ils sont en pareil cas renseignés comme tels.
      Ici aussi, le programme complet se trouve ici, dans votre section Intégrales.
    Bonnes écoutes

  13. #113
    Administrateur Avatar de Philippe
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Jemappes / Valencia
    Messages
    8 648
    Re-bonjour à toutes et à tous

    Voici après votre dernière playlist une ultime livraison proposée dans le cadre de cette longue série consacrée à diverses intégrales ; bon il y a en aura peut-être d'autres qui « surgiront » par la suite mais celle-ci clôt ce qui était programmé initialement. Cette fois encore il s'agit d'un « package » constitué de deux intégrales « inclassables » - faute de meilleure appellation ...

    Cette fois encore, à l'instar de la précédente livraison Bartok/Gertler et Madrigaux de Gesualdo, vous avez droit et, je l'espère, trouverez plaisir à réentendre en guise de « hors-d'oeuvre » une intégrale bien connue, mais surtout en guise de « plat de résistance » une intégrale bien moins fréquentée et plus ambitieuse, celle de l'oeuvre pour orgue de Buxtehude par Saorgin.
    • Votre « hors-d'oeuvre » consiste en une intégrale bien connue en effet, puisqu'il s'agit de celle des Concerti Grossi op. 6 de Corelli par l'ensemble I Musici (enregistrement de 1966) ; rien de spécial à signaler à propos de cette publication bien connue comme je le disais, si ce n'est l'avantage de trouver ici une publication dont tous les concertos sont regroupés dans une qualité technique remarquable, pour la qualité artistique on peut évidemment être plus réservé, les enregistrements d'I Musici étant un peu passés de mode - même si perso je continue à adorer ...

    • Il existe à ma connaissance peu d'enregistrements intégraux de l'oeuvre pour orgue de Buxtehude - en tout cas répondant aux critères d'éligibilité pour une publication ici. Mais la voici, hic et nunc, dans une interprétation de René Saorgin remontant aux années 1967-70.
      Ici se posait la question du classement, car comme nous l'apprend Wikipédia la liste des oeuvres de Buxtehude « suit la numérotation BuxWV (Buxtehude-Werke-Verzeichnis) du catalogue thématique de Georg Karstädt publié en 1974. Le classement n'est donc pas chronologique. »
      En revanche nous savons que Saorgin a réalisé son intégrale en utilisant différents instruments. C'est sur ce critère que sont classées ici l'ensemble des oeuvres.
      * Les oeuvres regroupées sous l'appellation « Alkmaar 1 et 2 » ont été enregistrées en 1967, sur l'orgue Germer & van Hagerbeer/Schnitger (1645/1725), en l'église St-Laurent d'Alkmaar, en Hollande septentrionale (Pays-Bas).
      * Celles regroupées sous le titre « Altenbruch » remontent à 1968 ; elles proviennent de la touche de Saorgin sur l'orgue Coci/Fritsche/Dropa/Klapmeyer (1498/1649/1699/1730), en l'église St-Nicolas d'Altenbruch (Basse-Saxe, Allemagne).
      * « Zwolle 1 et 2 » sont eux aussi de 1969. Tous ces titres ont été enregistrés sur l'orgue Arp & Frans-Caspar Schnitger, en la Grand'Eglise de Zwolle (Overijssel, Pays-Bas).
      * Pour terminer, les oeuvres regroupées comme « Arlesheim 1 et 2 », qui ont été enregistrées elles en 1970, l'ont été sur l'orgue Jean-André Silbermann (1761) de la Collégiale d'Arlesheim, dans le Canton de Bâle-Campagne, en Suisse.

    Comme d'habitude, le programme complet de ces livraisons se trouve ici, dans votre section Intégrales.

    Je vous en souhaite de bonnes écoutes






    Alkmaar

  14. #114
    Administrateur Avatar de Philippe
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Jemappes / Valencia
    Messages
    8 648
    Re-bonjour à toutes et à tous

    Et voici notre longue série d'intégrales terminée ! (enfin, pas tout à fait, il en reste une qui m'avait échappé et qui vous sera présentée plus tard).
    J'espère que certaines de ces intégrales auront pu en réjouir plus d'un mais, maintenant, retour à des « packages » plus traditionnels, un peu dans l'esprit de ce que vous proposais autrefois sous la vague appellation « un peu de tout » ou encore « pour compléter ».
    Dans la section « pour compléter », voici d'abord un ensemble d'oeuvres de Novak et de Szymanowki ; des oeuvres peut-être « mineures » (à qqs exceptions près) mais vous savez que c'est un mot que j'ai décidé de rayer de mon vocabulaire et de ces présentations. Voici pour commencer la liste des oeuvres :
    • Novak : Lady Godiva
    • Novak : Suite de la Bohème du sud
    • Szymanowski : 2 Masques pour piano
    • Szymanowski : Chants du muezzin amoureux
    • Szymanowski : Concerto pour violon n°1
    • Szymanowski : Etudes pour piano op. 33
    • Szymanowski : Harnasie
    • Szymanowski : Mazurkas, pour piano (extraits)
    • Szymanowski : Nocturne et tarentelle pour violon et piano
    • Szymanowski : Romance pour violon et piano
    • Szymanowski : Sonate pour piano n°2
    • Szymanowski : Sonate pour violon et piano op. 9
    Pour suivre, je me suis dit qu'il pouvait être intéressant de regrouper des oeuvres de différents types ou de différentes origines mais par le(s) même(s) interprète(s). Nous commençons avec le Quartetto Italiano, un ensemble archiconnu, apprécié et respecté de tous.
    Voici donc une sélection d'oeuvres diverses toutes interprétées par cet ensemble (à l'exception des quatuors 10 et 13 de Schubert, déjà présents en BM) :
    • Boccherini : Quatuor à cordes n°55
    • Cherubini : Quatuor à cordes n°5
    • Debussy : Quatuor à cordes
    • Donizetti : Quatuor à cordes n°7
    • Haydn - Hoffstetter : Quatuor à cordes n°17 op. 3.5 "Sérénade"
    • Haydn : Quatuor à cordes n°67 "L'Alouette" op. 64.5
    • Haydn : Quatuor à cordes n°76 "Les Quintes" op. 76.2
    • Ravel : Quatuor à cordes
    • Vivaldi : Sonate pour cordes et continuo "Al Santo Sepolcro"
    • Webern : 5 Mouvements pour quatuor à cordes
    • Webern : 6 Bagatelles pour quatuor à cordes
    • Webern : Mouvement lent pour quatuor à cordes
    • Webern : Quatuor à cordes (1905)
    • Webern : Quatuor à cordes (1938)

    Le Quartetto Italiano en 1950
    (Paolo Borciani & Elisa Pegreffi, violons, Franco Rossi, violoncelle, Piero Farulli, alto)

    La dernière partie de ce « package » hors-normes rejoint en partie un projet qui ne date pas d'hier, mais que je n'ai jamais eu l'occasion de tester : la « réhabilitation » ou « redécouverte » d'artistes passés de mode ou carrément tombés dans l'oubli.
    Commençons par Orazio Frugoni (28 janvier 1921 - 16 avril 1997) et « LES » trois sonates de Beethoven.
    On aurait fini par croire qu'avant Michelangeli, Tipo, Pollini, les redécouverts sur le tard Ciani et plus encore Fiorentino, il n'y avait quasiment pas de grands pianistes italiens. Scaramuzza s'était exilé au Brésil, Ciccolini avait choisi la France ...
    Il me semble que Frugoni, qui fuit le fascisme aux USA avant de retourner chez lui, n'est pas indigne de figurer dans cette liste, pour son jeu clair, droit, direct, pas surchargé d'intentions, et néanmoins très expressif juste parce qu'il fait parler la musique sans y mettre un pathos excessif et hors de propos.
    Frugoni est diplômé du conservatoire de Milan en 1939 et élève de Casella à l'Accadempia Chigiana. Il étudie avec Edwin Fischer, puis avec Lipatti à Genève, où il obtient le prix de virtuosité en 1945.
    En 1943 il émigre aux USA, soit à la fin du régime fasciste, et y débute en 1947. Nombreuses tournées aux USA, concerts au Carnegie Hall, en Amérique latine, en Europe, au Moyen et en Extrême-Orient.
    Il devient professeur à l'Eastman School of Music de l'Université de Rochester de 1952 à 1967, puis retourne en Italie, où il devient directeur de l'Académie des Beaux Arts, à Florence, où il continue d'enseigner.
    Voici un petit échantillon de ce qu'il a pu nous offrir :
    • Beethoven : Sonate pour piano n°8 "Pathétique"
    • Beethoven : Sonate pour piano n°14 "Clair de lune"
    • Beethoven : Sonate pour piano n°23 "Appassionata"

    Orazio Frugoni

    Les oeuvres de Novak, Szymanovski et Beethoven sont regroupées dans leurs sous-forums respectifs.
    Les oeuvres interprétées par le Quartetto Italiano également, mais comme les compositeurs sont plus diversifiés, tout cela est évidemment plus « éparpillé » ...

    Belles écoutes à tous et à tous

  15. #115
    Administrateur Avatar de Philippe
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Jemappes / Valencia
    Messages
    8 648
    Re-bonjour à toutes et à tous

    Je vous l'annonçais il y a peu, nous reprenons dès maintenant notre série « Un peu de tout » ou, comme on veut, « Pour compléter »
    Pour rappel, l'objectif n'est autre que de compléter votre BM, soit avec des oeuvres connues mais jusqu'ici absentes de la BM, soit avec des oeuvres moins essentielles mais qu'il m'est apparu utile de vous faire découvrir.
    Dans la première catégorie, impossible de passer sous silence la Suite de danses de Bartok dans sa version pour orchestre, les Chants du Rhin de Bizet ou encore les Polonaises de Liszt - liste non exhaustive ...
    Dans la seconde, entre autres, les sonates pour orgue n°1, n°3 et n°6 de Mendelssohn, deux versions de l'Ouverture en sol mineur de Bruckner, le Concerto pour violon et orchestre en la mineur de Pizzetti, Snegourotchka de Rimski-Korsakov en version opéra, alors que nous disposions déjà de l'oeuvre du même titre par Tchaikovsky en version musique de scène, ou encore la Symphonie en la mineur pour orchestre de Vierne.

    Voici la liste complète des oeuvres composant cette nouvelle livraison :
    • Bartok : Suite de danses (version pour orchestre)
    • Bizet : Chants du Rhin
    • Brahms : Concerto pour violon
    • Brahms : Double concerto pour violon et violoncelle
    • Bruckner : Messe n°3 en fa mineur
    • Bruckner : Ouverture en sol mineur
    • Franck : Pastorale pour orgue op. 19.2
    • Lawes : 13 Songs
    • Liszt : Polonaises
    • Mendelssohn : Sonates pour orgue n°1, n°3 et n°6
    • Pizzetti : Concerto pour violon et orchestre en la mineur
    • Rimski-Korsakov : Snegourotchka
    • Vierne : Symphonie en la mineur pour orchestre
    À noter également la présence d'un « récital » remarquable et exceptionnellement fourni d'oeuvres pour clavecin des XVIIe et XVIIIe siècles italiens :
    • Luciano Sgrizzi : Anthologie de la musique italienne pour clavecin aux XVIIe et XVIIIe siècles
    Toutes ces oeuvres sont à l'écoute dans leurs sous-forums respectifs, à l'exception du récital Lawes, en section « Divers » (clic) et de l'anthologie Sgrizzi, en section « Récitals » (clic).


    Luciano Sgrizzi

    Je vous en souhaite de belles écoutes

  16. #116
    Co-Administrateur
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    1 055
    Euh, Philippe, tu indiques qu'O. Frugoni "émigre aux USA après la prise de pouvoir de Mussolini". Il me semble qu'il aurait eu un peu de mal à le faire puisqu'à ce moment-là, il était âgé... d'un an ! Renseignements pris sur Internet, c'est en 1943 qu'il émigre aux USA, soit à la fin du régime fasciste mais à l'âge de 21 ans, ce qui se comprend très bien. A part ça, j'ai son enregistrement des mazurkas de Chopin et pour être franc, ça ne m'a pas emballé. J'y rejetterai un coup d'oreille à l'occasion.


    Par ailleurs, il y a un autre grand pianiste italien trop oublié : c'est Pietro Scarpini, sur qui on apprend des choses sur cet article du Wikipedia italien.


    Musicalement,
    l'obsédé des incunables




    C'est corrigé, merci !
    (edit Phil)

  17. 26/10/2021 15h57

  18. #117
    Administrateur Avatar de Philippe
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Jemappes / Valencia
    Messages
    8 648
    Re-bonjour à toutes et à tous

    Votre nouveau « package » est cette fois de manière exceptionnelle et si mes souvenirs sont bons, pour la première fois intégralement consacré au piano.
    Dans un premier temps, voici deux « quasi-intégrales » du piano de Ravel - créations originales pour piano de Ravel ou arrangements pour piano de certaines de ses propres oeuvres (orchestrales). C'est dire que vous ne trouverez ici nul arrangement d'oeuvres d'autres compositeurs, comme les Tableaux d'une exposition d'après Moussorgski par exemple.

    Ces deux « quasi-intégrales » sont le fait de deux interprètes légendaires de Ravel au piano : Vlado Perlemuter et Samson François. Il m'a paru intéressant de les proposer ici conjointement, car Perlemuter n'est pas forcément une alternative à François ; ce n'est pas une confrontation : ce sont deux visions différentes et sûrement complémentaires. Perlemuter a travaillé les oeuvres avec Ravel lui-même, c'est la « lignée directe ». François avait travaillé avec Marguerite Long, qui était aussi de la lignée directe, mais François était le pianiste libre par excellence et il s'est affranchi de bien des choses pour créer son propre univers et y imprimer son génie.

    Voici la liste des oeuvres composant cette nouvelle livraison, d'abord par Perlemuter :
    • Concerto "pour la main gauche"
    • Concerto en sol
    • Gaspard de la Nuit
    • Jeux d'eau
    • Le Tombeau de Couperin
    • Menuet antique
    • Menuet sur le nom de Haydn
    • Miroirs
    • Pavane pour une infante défunte
    • Prélude
    • Sonatine pour piano
    • Valses nobles et sentimentales


    Vlado Perlemuter


    Ensuite, celles par S. François :
    • À la manière de Chabrier et À la manière de Borodine, pièces pour piano
    • Concerto "pour la main gauche"
    • Gaspard de la Nuit
    • Jeux d'eau
    • Le Tombeau de Couperin
    • Ma mère l'oye
    • Menuet antique
    • Menuet sur le nom de Haydn
    • Miroirs
    • Pavane pour une infante défunte
    • Prélude
    • Sonatine pour piano
    • Valses nobles et sentimentales
    à quoi il convient d'ajouter, figurant déjà en BM :
    • Concerto en sol


    Samson François


    ------------


    Dans un second temps, voici un corpus entièrement centré sur Nikita Magaloff.
    Magaloff, contemporain de Richter, Guilels - et de pas mal d'autres - est né en 1912 à Saint-Pétersbourg. Sa famille et lui émigrèrent en Finlande, puis à Paris en 1918, après la révolution russe ; n'étant pas resté en URSS, il n'eut pas eu la chance de trouver des hagiographes pour l'ériger en martyr du régime soviétique et atteindre la même gloire que ses illustres collègues.
    Il réussit quand même à mener une carrière honorable, malgré tout, grâce au répertoire gigantesque qu'il maîtrisait : en plus de l'oeuvre intégrale de Chopin, qu'il a présentée dans des cycles de 6 récitals tout au long de sa vie à travers le monde, il aimait jouer les compositeurs baroques (Soler, Scarlatti, Bach, Frescobaldi), les classiques et les romantiques (qui incluaient de nombreuses oeuvres de Weber, Mendelssohn, Grieg, Scriabine), les compositeurs de la première moitié du XXe siècle, la musique espagnole, et il cultivait tout un répertoire peu fréquenté de pièces de salon et de transcriptions. Il a aussi écrit des cadences de plusieurs concertos de Mozart pour son amie Clara Haskil.
    Son goût pour la présence du public fit qu'il enregistra relativement peu de disques. Voici cependant un petit échantillon de quelques unes de ses interprétations notables :
    • Beethoven : Concerto pour piano n°4
    • Beethoven : Concerto pour piano n°5 "L'Empereur"
    • Beethoven : Sonate pour piano n°30
    • Brahms : Concerto pour piano n°2
    • Debussy : Pièces pour piano
    • Haydn : Sonate pour clavier n°58
    • Liszt : 6 Grandes études de Paganini
    • Liszt : Sonate en si mineur
    • Liszt : Totentanz
    • Mendelssohn : Sonate pour piano n°3
    • Schumann : Allegro pour piano op. 8
    • Schumann : Carnaval, pour piano
    • Schumann : Chants de l'Aube
    • Schumann : Études symphoniques, pour piano
    • Schumann : Kreisleriana, 8 fantaisies pour piano
    • Schumann : Papillons
    • Schumann : Scènes de la forêt
    à quoi il convient d'ajouter, figurant déjà en BM :
    • Liszt : Études d'exécution transcendante d'après Paganini (première version) et
    • Tchaikovsky : Concerto pour piano n°2


    Nikita Magaloff


    Bonnes, belles et agréables écoutes à toutes et à toutes, de ces trois artistes d'exception

  19. #118
    Administrateur Avatar de Philippe
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Jemappes / Valencia
    Messages
    8 648
    Re-bonjour à toutes et à tous

    Me revoici avec un nouveau « package », de nouveau un « Un peu de tout » ou « Pour compléter », notamment grâce à des oeuvres ou des interprétations connues mais jusqu'ici absentes de la BM ou avec des oeuvres qui le sont moins mais dont la présence en BM permettrait de les découvrir.
    Parmi ces dernières figure La Légende de Sakùntala de Franco Alfano, un nom qui ne dira probablement pas grand chose à pas grand monde.

    Franco Alfano (1875 - 1954) n'est plus guère connu aujourd'hui, et s'il l'est un peu, c'est d'abord comme cheville ouvrière de l'éditeur Ricordi et d'Arturo Toscanini : à leur demande, c'est lui qui acheva, en 1926, le Turandot de Puccini.
    Pourtant, il écrivit beaucoup de musique - chorale, vocale, symphonique et de chambre - et signa quatre ballets, sans oublier une grosse dizaine d'opéras, - dont celui que je vous propose aujourd'hui, La leggenda di Sakùntala (La Légende de Sakùntala), considéré par la critique comme le meilleur travail d'Alfano ; bien que rarement mis en scène ces dernières années, l'opéra a été joué sept fois pour la radio italienne entre sa création en 1921 par Tullio Serafin et 1979.
    Il est également connu pour avoir, à la demande de Toscanini, complété les deux dernières scènes de Turandot, le dernier opéra de Puccini, comme je l'ai déjà signalé.
    Pendant la Seconde Guerre mondiale, une bombe alliée sur Milan endommage considérablement les locaux de la maison Ricordi dont les archives sont détruites : le matériel orchestral et les archives des partitions dont celle d'Alfano partent en fumée. En vue d'une reprise au Teatro Costanzi de Rome, Alfano refait toutes les parties manquantes à partir de sa partition personnelle, écourtant le titre en Sakùntala … Le 5 janvier 1952, Gianandrea Gavazzeni dirige la création de cette seconde version abrégée.
    Lors des préparatifs d'un renouveau à Rome en avril 2006, une copie de la partition originale de 1921 est découverte dans les archives de Ricordi, et l'opéra est joué pour la première fois dans sa forme originale à l'époque moderne sous son nom d'origine, La leggenda di Sakùntala.
    La leggenda di Sakùntala s'inscrit clairement dans une veine orientaliste tardive puisqu'il s'inspire directement du drame sanskrit Abhijñānaśākuntalam (La reconnaissance de Shâkountalâ) du poète classique indien Kâlidâsa, dont on pense qu'il vécut entre le IVe et le Ve siècle.
    La leggenda di Sakùntala raconte l'histoire du roi Dushyanta qui rencontre Sakùntala pendant une partie de chasse. Ils consomment leur relation, mais Dushyanta oublie Shakuntala en raison d'une malédiction. Sakùntala revient vers lui, mais lorsqu'elle tente de présenter au roi une bague que celui-ci lui avait offerte en souvenir de lui, elle se rend compte qu'elle l'a perdue. La malédiction est accomplie et Sakùntala se précipite hors du palais pour se noyer dans un lac. Cependant, tardivement, un pêcheur arrive, ayant trouvé l'anneau, et le présente au roi, qui se souvient soudainement de Sakùntala. Des serviteurs entrent, portant l'enfant en bas âge de Sakùntala, et le roi crie d'angoisse. Mais la voix de Sakùntala (ayant été emportée dans les cieux par un nuage de feu) descend du ciel et dit au roi de ne pas désespérer, car leur enfant deviendra le héros de l'âge futur. Une oeuvre à découvrir donc

    Pour l'anecdote, Sakùntala est mentionnée, sous sa forme francisée, par Guillaume Apollinaire dans sa Chanson du mal-aimé :
    L'époux royal de Sacontale
    Las de vaincre se réjouit
    Quand il la retrouva plus pâle
    D'attente et d'amour yeux pâlis
    Caressant sa gazelle mâle
    Sinon, un peu de Bach avec ses Inventions à 2 voix pour clavier par Veyron-Lacroix, un claveciniste qu'il semble intéressant de remettre à l'honneur ; la Cantate sur la mort de l'Empereur Joseph II, une oeuvre méconnue de Beethoven ; la légendaire version de la Damnation de Faust de Berlioz par Markevitch ; une oeuvre étonnante pour piano de Hindemith, Ludus tonalis (clic) ; plus quelques « petites » autres choses que vous pourrez découvrir également avec plaisir, je l'espère
    Pour terminer, la célébrissime version de Lohengrin de Wagner par Rudolf Kempe, où l'Orchestre philharmonique de Vienne nous offre une lecture tendre, dramatique, parfois violente, et les interprètes une véritable leçon de chant et de style.

    Voici la liste complète des oeuvres composant cette nouvelle livraison :
    • Alfano : La Légende de Sakùntala
    • Bach : 15 Inventions à 2 voix pour clavier BWV 772-786
    • Beethoven : Cantate sur la mort de l'Empereur Joseph II
    • Berlioz : La Damnation de Faust
    • Busoni : Rondo arlecchino
    • Chabrier : Ode à la musique
    • Dohnanyi : Suite pour orchestre
    • Hindemith : Ludus tonalis, pour piano
    • Martucci : 4 Pièces pour orchestre
    • Schubert : Quintette à cordes pour 2 violons, alto et 2 violoncelles
    • Toch : Concerto pour piano n°1
    • Wagner : Lohengrin
    Je vous en souhaite d'agréables écoutes



    Rudolf Kempe

  20. #119
    Administrateur Avatar de Philippe
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Jemappes / Valencia
    Messages
    8 648
    Re-bonjour à toutes et à tous

    Me revoici, pour un nouveau « package », composé d'un peu de tout :
    • Voici pour commencer une « quasi-intégrale » de l'oeuvre orchestrale de Ravel dans un enregistrement de 1959 par Manuel Rosenthal
      Et pourquoi pas une véritable intégrale ? qqs éléments de réponse :
      L'ouverture Shéhérazade est longtemps restée impubliée. Elle l'était encore au moment de l'enregistrement de Rosenthal, d'où son absence ici. Il manque aussi Une barque sur l'océan.
      D'autre part vous n'y trouverez non plus les oeuvres d'autres compositeurs que Ravel a orchestrées, la plus célèbre étant les Tableaux de Moussorgski.
      Voici pourquoi il ne s'agit donc pas en effet, d'une intégrale ...
      Néanmoins cette « quasi-intégrale » d'orchestre étant (à ma connaissance) la première entreprise de ce genre au disque, j'ai trouvé intéressant de vous la proposer ici
      Voici la liste des oeuvres constituant ce que j'ai rassemblé au sein d'un topic unique intitulé « Ravel : Oeuvres pour orchestre (large sélection) (Manuel Rosenthal, 1959) » :
      • Alborada del gracioso
      • Boléro
      • Daphnis et Chloé, suites n°1, n°2 et n°3 pour orchestre
      • La Valse
      • Le Tombeau de Couperin
      • Ma mère l'oye
      • Menuet antique
      • Pavane pour une infante défunte
      • Rhapsodie espagnole
      • Valses nobles et sentimentales
    • Le second volet de cette livraison est cette fois une véritable intégrale (que j'avais oubliée lors de la publication des intégrales de chambre en août dernier). Il s'agit de l'Intégrale des Sonates pour violon et piano de Beethoven par Paul Makanowitzky et Noel Lee, enregistrement de 1959. Cette intégrale ne jouit sûrement pas de la même notoriété que celles d'autres interprètes plus souvent cités (Heifetz, Menuhin, Francescati, voire Perlman, plus récent lui, etc.) mais elle mérite incontestablement le coup d'oreille, à mon sens bien évidemment. Bon ces « packages » suscitent généralement peu de réactions , mais je serais heureux de connaître votre sentiment sur cet ensemble
    • Pour terminer, j'ai remarqué que parmi les grands cycles de lieder de Mahler déjà présents ici (Das klagende Lied, Des Knaben Wunderhorn, Kindertotenlieder et Le Chant de la Terre), il y avait deux « manquants » - que voici :
      • Lieder eines fahrenden Gesellen
      • Rückert Lieder
      Les premiers vous sont ici présentés en deux versions : Hermann Prey et Hans Schmidt-Isserstedt (1961) et Heinrich Schlusnus et Winfried Zillig (1957).
      Les Rückert Lieder figurent quant à eux en trois versions, soit dans leur version pour voix et piano, soit dans celle avec accompagnement d'orchestre : Dietrich Fischer-Dieskau et Zubin Mehta (1967), Janet Baker et John Barbirolli (1968) et Maureen Forrester et Herta Klust (1960).
    Les corpus Ravel et Mahler sont présentés dans la rubrique des compositeurs (ici et ici) ; le Beethoven figure lui dans la section Intégrales.

    Je vous en souhaite de bonnes écoutes

  21. #120
    Administrateur Avatar de Philippe
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Jemappes / Valencia
    Messages
    8 648
    Re-bonjour à toutes et à tous

    En attendant le 16 prochain, où vous aurez droit à une livraison « spéciale Saint-Saëns » à l'occasion du centenaire de sa disparition, revoici un « package » de ceux que j'ai pris l'habitude de surnommer « Un peu de tout, pour compléter ».

    Au programme, deux opéras de deux compositeurs déjà bien présents ici : Schubert, dont vous pourrez - peut-être, découvrir l'opéra Fierrabras, inspiré de la chanson de geste Le Cycle de Charlemagne ou Cycle du roi et des aventures du géant Fier-à-bras, ainsi que Juliette ou la clé des songes de Martinu.

    Pas mal de musique de chambre de Bach, avec une large sélection de Sonates pour violon et clavier ou continuo (dont une partie avec Paul Makanowitzky et Noel Lee que vous avez déjà pu découvrir chez Beethoven dans ma dernière livraison) ; de « grands classiques » comme la Symphonie Fantastique de Berlioz, dans la version de Paul Paray, deux versions des Variations et Fugue sur un thème de Haendel de Brahms, La Damoiselle élue de Debussy, La Belle Meunière de Schubert dans la version de Rudolf Schock et Gerald Moore, les Tableaux d'une exposition pour piano de Moussorgsky par Nadia Reisenberg ou encore les 24 Préludes pour piano op. 11 de Scriabine par Gina Bachauer ...

    À côté de cela, des oeuvres moins fréquentées dont trois oeuvres pour harmonica de Benjamin, Vaughan Williams (dont vous avez déjà pu découvrir deux autres versions dans la playlist de ce mois) et Villa-Lobos, la Symphonie « n°0 » de Bruckner, ou encore une superbe Messe en sol mineur pour choeur a cappella du même Vaughan Williams ainsi que Penthesilea de Wolf ; une oeuvre à découvrir d'un certain Christian Cannabich (que vous trouverez en section Divers) ; et bien d'autres oeuvres encore, dont je vous laisse découvrir ici la liste complète :
    • Bach : Sonate pour violon et clavier n°1
    • Bach : Sonate pour violon et clavier n°2
    • Bach : Sonate pour violon et clavier n°5
    • Bach : Sonate pour violon et clavier n°6
    • Bach : Sonate pour violon et continuo n°4
    • Bartok : Divertimento pour cordes
    • Beethoven : Sonate pour piano à 4 mains op. 6
    • Benjamin : Concerto pour harmonica et orchestre
    • Berlioz : Symphonie Fantastique
    • Brahms : Variations et Fugue sur un thème de Haendel
    • Bruckner : Symphonie « n°0 »
    • Cannabich : Symphonie en si bémol majeur (Walther Gmeindl, 1940)
    • Dvorak : Chants bibliques
    • Debussy : La Damoiselle élue
    • Gershwin : Second rhapsody "Rhapsody in Rivets" pour piano et orchestre
    • Haydn : Ariane à Naxos, cantate pour voix et clavier
    • Liszt : Evocation de la Chapelle Sixtine
    • Martinu : Juliette ou la clé des songes
    • Moussorgsky : Tableaux d'une exposition, pour piano
    • Nielsen : Saga-drom
    • Schubert : Fierrabras
    • Schubert : La Belle Meunière
    • Scriabine : 24 Préludes pour piano op. 11
    • Vaughan Williams : Messe en sol mineur
    • Vaughan Williams : Romance pour harmonica et orchestre avec cordes et pianoforte
    • Villa-Lobos : Concerto pour harmonica et orchestre
    • Vivaldi : Sinfonia pour cordes et continuo "Al Santo Sepolcro" RV 169
    • Wolf : Penthesilea
    Je vous en souhaite d'agréables écoutes

Discussion fermée
Page 6 sur 8 PremièrePremière ... 4 5 6 7 8 DernièreDernière

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

     

Règles de messages

  • Vous pouvez créer de nouvelles discussions
  • Vous pouvez envoyer des réponses
  • Vous pouvez envoyer des pièces jointes
  • Vous pouvez modifier vos messages