+ Répondre à la discussion
Page 1 sur 2 1 2 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 20 sur 35

Discussion: Erwin Schulhoff (1894-1942)

  1. #1
    Membre Avatar de Claude Torres
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    MONTPELLIER
    Messages
    1 490

    Erwin Schulhoff (1894-1942)

    Bonjour à toutes et à tous,

    Nous avons quelquefois parlé de Erwin Schulhoff au cours de diverses dicussions (8ème Symphonie, Musique de Jazz, etc...)
    Il m'a semblé qu'il était utile d'ouvrir un fil sur ce compositeur à part, mort dans un camp de concentration en Bavière. Je n'inclus pas de biographie car on peût en trouver quelques éléments sur le Web.
    J'avais parlé d'une traduction en anglais du livre de Josef Bek. L'éditeur m'a signalé qu'il attendait toujours le travail des traducteurs et qu'il ne fallait pas attendre une parution avant 2010. (Hélas!)

    Je vais commencer par vous proposer un enregistrement inédit (non commercial) de l'opéra Flammen, tragicomédie musicale en deux actes sur un livret de Max Brod d’après Don Juan de Karel Josef Benes

    Enregistré à Klangbogen Wien, 7 Août 2006 et au Theater an der Wien, le17 Août 2006.

    Avec :

    Orchester der Vereinigter Wien (Jazzband)
    Arnold Schœnberg Chor, (chef de chœur : Erwin Ortner)
    Radio-Symphonie-orchester Wien.
    Bertrand de Billy, director

    Raymond Very, Don Juan, Ténor Lyrique
    Stephanie Friede, Soeur Margarethe / Donna Anna, Soprano
    Iris Vermillion, La Morte, Mezzo
    Markus Raab, Arlequín, Baryton
    Karl-Michel Ebner, Pulcinella
    Salvador Fernández-Castro, Commandeur, Basse
    Karoline Kögl, Margarethe (Poupée) / Columbine
    Andreas Jankowitsch, Pantalone
    Armin Wolf, Récitant du prologue
    Gabriela Bone, Nina Bernsteiner, Anna Peshes, Christa Ratzenböck, Hermine Haselböck, Elisabeth Wolfbauer, ombres, 3 sopranos et 3 contraltos

    A écouter à travers mon compte S.M.

    Le seul enregistrement commercial jusqu'alors disponible était la version parue chez Decca / London 444630-2 dans la serie "Entartete Musik" et dirigé par John Mauceri. Un superbe enregistrement qui surpasse à mon avis cette version live.

    Ayant à peu près tout ce qui a été enregistré de Schulhoff, faites moi savoir ce que vous aimeriez écouter. D'ici quelques jours je mettrais le Manifeste du Parti Communiste (LP Supraphon, jamais réédité en CD)

    Il y a déjà quelques oeuvres sur S.M. et vous pouvez consulter la discographie du compositeur ICI

    Claude Torres

  2. #2
    Membre Avatar de thierry h
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Catalogne
    Messages
    4 361

    Re : Erwin Schulhoff (1894-1942)

    Bonjour Claude,

    Je viens de passer rapidement sur votre site afin de ne pas dire trop de conneries ici. J'ai écouté il y a longtemps ( ça doit remonter à 10 ans peut être ) les symphonies dirigées par Valek chez Supraphon. Je n'en est pas gardé un souvenir impérissable, cependant je réécouterais bien! Donc si vous pouviez en mettre quelque unes sur votre compte SM je serai très heureux!

    thierry

  3. #3
    Membre Avatar de Claude Torres
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    MONTPELLIER
    Messages
    1 490

    Re : Erwin Schulhoff (1894-1942)

    Citation Envoyé par thierry h Voir le message
    Bonjour Claude,

    Je viens de passer rapidement sur votre site afin de ne pas dire trop de conneries ici. J'ai écouté il y a longtemps ( ça doit remonter à 10 ans peut être ) les symphonies dirigées par Valek chez Supraphon. Je n'en est pas gardé un souvenir impérissable, cependant je réécouterais bien! Donc si vous pouviez en mettre quelque unes sur votre compte SM je serai très heureux!

    thierry
    Thierry,
    Je mettrai les symphonies 2 et 5 par James Conlon et le Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks
    Capriccio 67080
    Enr. 2-5 Dec. 2003 à Munich, Residenz, Herkulessaal

    Je considère cet enregistrement comme très supérieur à celui de Valek (qui est le seul à avoir enregistré les 6 premières symphonies).
    La 7ème (dite "Héroïque) reconstruite par Henning Brauel à partir de la partie piano restante n'a jamais été enregistrée ???
    Nous avons déjà parlé de la 8ème que j'ai déjà vue sur S.M. (pas chez moi).

    Claude

  4. #4
    Membre Avatar de thierry h
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Catalogne
    Messages
    4 361

    Re : Erwin Schulhoff (1894-1942)

    Citation Envoyé par Claude Torres Voir le message
    Thierry,
    Je mettrai les symphonies 2 et 5 par James Conlon et le Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks
    Capriccio 67080
    Enr. 2-5 Dec. 2003 à Munich, Residenz, Herkulessaal

    Je considère cet enregistrement comme très supérieur à celui de Valek (qui est le seul à avoir enregistré les 6 premières symphonies).
    La 7ème (dite "Héroïque) reconstruite par Henning Brauel à partir de la partie piano restante n'a jamais été enregistrée ???
    Nous avons déjà parlé de la 8ème que j'ai déjà vue sur S.M. (pas chez moi).

    Claude
    Merci!

    ( Je n'ai pas encore repéré cette 8ème symphonie sur S.M... )

    thierry

  5. #5
    Administrateur Avatar de Philippe
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Jemappes / Valencia
    Messages
    8 327

    Re : Erwin Schulhoff (1894-1942)

    Citation Envoyé par thierry h Voir le message
    Merci!

    ( Je n'ai pas encore repéré cette 8ème symphonie sur S.M... )

    thierry


    Sur mon compte , mot clé KZ


    Ph

  6. #6
    Membre
    Date d'inscription
    mars 2008
    Messages
    1 912

    Re : Erwin Schulhoff (1894-1942)

    merci de faire écouter Flammen: cet opéra est à mon avis non seulement le chef d'oeuvre de Schulhoff mais l'un des quatre opéras majeurs du 20ème siècle, et on n'en trouve même plus de version disponible, le disque Mauceri apparaissant de temps en temps en occasion. Je ne connais pas la version Billy (on peut se faire une idée de la mise en scène associée car de nombreuses photos traînent encore sur le web) mais j'ai eu la chance de tomber sur une version dirigée par de Waart (un de ses derniers concerts je crois sinon le dernier) qui est absolument admirable, au moins pour la direction d'orchestre, et même supérieure à mon avis au studio de Mauceri.
    J'encourage vivement tout le monde à écouter, d'autant plus qu'on peut assez facilement se passer du livret car Flammen est un opéra où l'on chante peu, et où les interludes purement instrumentaux sont nombreux et magnifiques. En fait je craindrais d'aligner les appréciations hyperboliques tant je trouve la partition sublime.

    Afin de faciliter la compréhension de l'action je propose ci-dessous un synopsis. Après l'annulation de la création à Berlin, Flammen n'a connu qu'une seule représentation (en tchèque je crois) à Brno en 1932. Schulhoff a travaillé après cette date à un troisième acte qui s'ouvrait sur une scène d'orage achevée, et qu'on reprend en général avant la scène 7.

  7. #7
    Membre
    Date d'inscription
    mars 2008
    Messages
    1 912

    Re : Erwin Schulhoff (1894-1942)

    Flammen
    Act1
    Scène 1 : Nocturne
    A l’ouverture du rideau, on se trouve dans une rue obscure où brillent les fenêtres éune maison aux fenêtres éclairées : trois ombres se détachent d’un chœur tenant fonction du chœur antique et commentent ce qu’elles voient : « Maison solitaire, lumière blanche tombant de la fenêtre, dans la nuit sombre… obscur endroit pour pêcher » Elles aperçoivent au loin un personnage en frac qui s’approche du carré de lumière sur le pavé. Ce personnage, dont on ne sait s’il souffre ou s’il rit, c’est Don Juan, que l’Obscurité à forcé à franchir à nouveau la frontière de la réalité : attachée à ses pas, une autre forme le surveille, comme son ombre, La Morte, servante et exécutrice du Trépas (la Mort en allemand est un mot masculin). L’homme en habit et haut de forme regarde les formes des nuages qui lui suggèrent des dessins obcènes, il se dirige, La Morte lui collant aux basques, vers la maison solitaire. On entend les cris d’extase de la femme qu’il vient de séduire.

    Scène 2 : Le chant du Feu
    Le chœur des Ombres commente ironiquement la passion de la femme qui s’est amourachée de Don Juan au point que sa passions la consume, et ravive sa flamme en retour. Dans leur imagination, con corps tout blanc est devenu un mannequin couleur rouge-sang.

    Scène 3 La Messe de minuit
    On se trouve à l’intérieur d’une cathédrale : Don Juan fait le vœu de se débarrasser de son désir : « assez de corps dans ma maison… » Mais voici qu’approche une nonne, et il change d’avis (aux cris de « Femme !..femme &#187 Quand il demande à la nonne de lui donner son âme, celle-ci le renverse et le jette à terre. Installée à l’orgue, La Morte commence à jouer un Gloria en signe d’avertissement, mais les notes de l’hymne religieux se noient dans un fox-trott endiablé.

    Scène 4 : Chimère
    Don Juan est au milieu d’une avenue sur laquelle errent des femmes nues, elles se dirigent vers le fond de la scène où elle tentent de gravir une montagne de femmes nues, dont seul le sommet est dans la lumière. Don Juan embrasse plusieurs des passantes avant de les rejeter l’une après l’autre : le chœur commente la pantomime poncutée par des « Déception ! » Don Juan voit au-dessus de lui La Morte qui l’observe. Désespéré, il recule de quelques pas dans l’ombre.

    Scène 5 : La Galerie
    Au milieu d’une glyptothèque, dans une galerie exclusivement meublée de nus masculins, Don Juan rencontre les statues grandeur nature de ses prédecesseurs, en cela qu’ils ont cherché le bonheur dans la satisfaction de leurs désirs. Derrière une des statues, La Morte, sans qu’il la voit cette fois, tend les mains vers lui dans un geste amoureux.

    Scène 6 : Dialogue
    Une femme (la nonne débarrassée de son costume) tire Don Juan de ses sombres pensers. La vision de la forme au loin d’une figure féminine baignée de lumière rouge réveille son désir. En la quittant, il lui crie, "tout est comme dans mon rêve."

    Scène 7a : L’orage
    Don Juan et Marguerite (de Faust) se tiennent au sommet de la falaise, ils s’embrassent. La Morte surgit, arrache Marguerite aux bras de Don Juan et la tue.
    Scène 7 : Dialogue avec la mer
    Don Juan est allongé auprès du corps de la morte. Il rêve qu’il meurt et tombe amoureux de La Morte : on la voit, silencieuse et brillante, entrer lentement dans la mer.

    Acte II
    Scène 8 : La nuit du Carnaval
    Don Juan, en costume du 18ème siècle, danse un fox-trott avec Donna Anna, dans un décor de Commedia del Arte. Harlequin annonce la survenue d’une horrible scène nocturne, et, en effet, DonJuan poignarde le mari de Donna Anna, déguisé en statue du Commandeur, et qui, au moment où il est frappé, se transforme en une torche de lumière surnaturelle.
    Don Juan se moque du mort et repousse Anna qui déclare : « Dans la vie-même Juan, tu es l’image de la Mort. J’appartiens à celui qui aime véritablement ». Elle expire dans les bras de son mari.

    Scène 9 : Le Banquet
    Don Juan tente de ranimer le cadavre de Donna Anna : apparaît une troupe de danceuses nues qui le distraient de sa tâche ; il se saisit brièvement de quelques unes mais la flamme du désir se retire de lui. Il dit à La Morte : « lumière de mon rêve ultime, je désire la constance, et t’être fidèle à jamais ». La Morte répond qu’il est plus proche d’elle vivant que mort. « Je t’aime trop pour parvenir à te détruire » dit-elle en le repoussant. Alors que le désir d’amour et de mort commencent à s’unir en Don Juan, apparaît une immense statue du Commandeur, qui le condamne à vivre éternellement. Don Juan se suicide, mais au lieu de mourir, il s’aperçoit qu’il est redevenu un jeune homme. Il s’écrit « Je suis condamné à demeurer jeune pour les siècles des siècles ».

    Scene 10 Nocturne
    Même scène qu’au début : La Morte et le chœur des Ombres suivent Don Juan dans une rue déserte où ne brille qu’une fenêtre. On entend les cris d’extase et d’agonie d’une nouvelle victime de l’amour.
    La Morte, seule en scène demande avec rage: « Flammes de l’Amour et de la Mort, quand enfin vous rejoindrez-vous ? »

  8. #8
    Membre Avatar de thierry h
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Catalogne
    Messages
    4 361

    Re : Erwin Schulhoff (1894-1942)

    Citation Envoyé par Fred Audin Voir le message

    le disque Mauceri apparaissant de temps en temps en occasion.
    je viens de faire une recherche : l'occasion est hors de prix ces derniers temps, 110 € et 159 € sur les sites des amazones françaises et allemandes!!

    thierry

    ps : merci beaucoup pour le synopsis!

  9. #9
    Membre Avatar de Couack
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Gdańsk
    Messages
    2 056

    Re : Erwin Schulhoff (1894-1942)

    J'ai la version Mauceri, je peux la mettre sur mon répertoire si vous voulez. D'autant que ce fil me donne envie de l'écouter - car j'avoue à ma grande honte que j'ai accumulé du Schulhoff sans en écouter. Très bonne idée ce synopsis !

  10. #10
    Exclu
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    525

    Re : Erwin Schulhoff (1894-1942)

    Citation Envoyé par thierry h Voir le message
    je viens de faire une recherche : l'occasion est hors de prix ces derniers temps, 110 € et 159 € sur les sites des amazones françaises et allemandes!!

    thierry

    ps : merci beaucoup pour le synopsis!

    C'est dommage que l'enregistrement Mauceri ne soit plus disponible. La partie de ténor pour don Juan n'est pas évidente et Kurt Westi est très supérieur à R. Very. J'ai assisté à une des représentations du theater an der wien en 2006 et j'avoue être surprise quand je lis que cet ouvrage se situe au même niveau que Wozzeck. Cela me semble bien excessif. Théatralement, le livret de Berg fonctionne et l'unité du texte et de la musique est parfaite.
    On ne peut pas en dire autant de Flammen. Malgré la très grande qualité du texte de Max Brod (le seul point fort de l'opéra à mon avis) il n'y a aucune action dramatique. Il y a juste un collage de plusieurs mythes (don juan, faust et un peu le hollandais volant)
    C'est un témoignage intéressant de ce qui s'est fait dans l'opéra germanophone entre les deux guerres mais çà ne vaut pas wozzeck, ni un opéra comme la maison des morts de janacek qui, lui s'affranchit vraiment des conventions du 19ème siècle.
    Je ne connais pas toutes les oeuvres de Schulhoff mais j'avoue que je ne prise guère celles où son esthétique est marquée par le réalisme socialiste. Son oeuvre qui m'interesse le plus c'est le ballet Ogelala.

  11. #11
    Membre Avatar de Zimrilim
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Asnières sur Seine
    Messages
    1 405

    Re : Erwin Schulhoff (1894-1942)

    Citation Envoyé par sophie Voir le message
    Je ne connais pas toutes les oeuvres de Schulhoff mais j'avoue que je ne prise guère celles où son esthétique est marquée par le réalisme socialiste. Son oeuvre qui m'interesse le plus c'est le ballet Ogelala.
    Ce ballet été jouée par l'ONF et Conlon au TCE en mars dernier. J'ai entendu ce concert sur FM, c'était vraiment très chouette. J'ai écouté Flammen il y a quelques temps, et j'ai beaucoup aimé.

    Frédéric

  12. #12
    Exclu
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    525

    Re : Erwin Schulhoff (1894-1942)

    oui, je m'en souviens. Flammen, il y a une production scénique actuellement à Kaiserslautern (les représentations durent jusqu'à fin juin)

  13. #13
    Membre Avatar de Zimrilim
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Asnières sur Seine
    Messages
    1 405

    Re : Erwin Schulhoff (1894-1942)

    Citation Envoyé par sophie Voir le message
    oui, je m'en souviens. Flammen, il y a une production scénique actuellement à Kaiserslautern (les représentations durent jusqu'à fin juin)
    Je croyais qu'on ne jouait qu'au football à Kaiserslautern !

    Frédéric

    PS : pas trop le temps au mois de juin !

  14. #14
    Membre Avatar de Claude Torres
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    MONTPELLIER
    Messages
    1 490

    Re : Erwin Schulhoff (1894-1942)

    Citation Envoyé par Zimrilim Voir le message
    Ce ballet été jouée par l'ONF et Conlon au TCE en mars dernier. J'ai entendu ce concert sur FM, c'était vraiment très chouette. J'ai écouté Flammen il y a quelques temps, et j'ai beaucoup aimé.
    Frédéric
    Dans le cadre de son cycle "Recovered Voices", Flammen a été donné au
    Dorothy Chandler Pavilion - Los Angeles, CA les 07 et 10 Mars 2007, par le
    Los Angeles Opera Orchestra dirigé par James Conlon avec :
    Tatiana Pavlovskaya, soprano
    Anthony Dean Griffey, tenor
    Rodrick Dixon, tenor
    Donnie Ray Albert, baritone
    Martin Gantner

    Ce cycle prévu sur plusieurs années prévoit pour le moment "Die Tote Stadt" de Korngold et "Der Kaiser von Atlantis..." de Viktor Ullmann.

    Conlon étant parmi les chefs qui se sont le plus interéssés à ces musiques dites "entartete" je serais curieux de l'entendre dans Flammen.

    En attendant j'ai mis sur S.M. les symphonies 2 et 5 et la suite pour petit orchestre dirigées par le même Conlon avec le Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks (C'est un CD Capriccio 67080) Enr. 2-5 Dec. 2003 à Munich, Residenz, Herkulessaal.

    Claude Torres

  15. #15
    Membre Avatar de Claude Torres
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    MONTPELLIER
    Messages
    1 490
    Un nouveau CD d'oeuvres pour piano (dont quelques inédits au disque *) est prevu en fin de mois

    Erwin Schulhoff
    Works for piano
    Phoenix Edition 181 (2 CDs)
    Margarete Babinsky, piano
    2008

    CD1

    1. 5 Grotesken op.21 WV39 *
    2. 5 Burlesken op.23 WV41 *
    3. 5 Pittoresken op.31 WV51
    4. Sonata for piano n°1
    5. Sonata for piano n°3
    6. Ironien op.34 for piano 4 hands op.34 (with Maria Lettberg) WV55
    7. Jazzimprovisation for 2 pianos (with Andreas Wykdal) *

    CD 2

    1. Capricciolette WV 116 *
    2. Dein kokettes Lächeln WV 103 *
    3. Mitternachtsgespenster WV 102 *
    4. A musiacl flips WV 107 *
    5. Tango WV 165 *
    6. Butterfly WV 111 *
    7. Melody Walz WV 168 *
    8. Humoreska WV 106 *



    Claude Torres

  16. #16
    Membre Avatar de Claude Torres
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    MONTPELLIER
    Messages
    1 490
    Bonjour,

    Je souhaite vous signaler la parution d un disque magnifique avec la 1ere de l'enregsittrement complet de H.M.S Royal Oak de Schulhoff.

    Channel Classics CCS25109
    Ebony Band, conducted by Werner Herbers
    Cappella Amsterdam; Elena Vink, soprano; Chaim Levano, speaker (Toch)
    Daniel Reuss, speaker; Bernard Loonen, tenor; Åsa Olsson, soprano (Schulhoff)

    Kurt Weill (1900-1950) : Kleine Dreigroschenmusik (Suite aus der Dreigroschenoper) (1929)

    Ernst Toch (1887-1964) : Egon und Emilie Op. 46 (kein Familiendrama) (1928)
    Text: Christian Morgenstern (1871-1914)

    Erwin Schulhoff (1894-1942) : H.M.S.Royal Oak (1930)
    Jazzoratorium nach Worten von Otto Rombach (1904-1984)



    Claude Torres

  17. #17
    Membre
    Date d'inscription
    mars 2008
    Messages
    1 912
    merci d'avoir signalé la sortie de ce disque: je viens de le recevoir et c'est absolument génial (d'en avoir enfin une version après avoir autant couru après).
    HMS Royal Oak a été joué plusieurs fois aux Etats-Unis depuis 2002 et à Amsterdam me semble-t-il et il n'y en avait toujours pas d'enregistrement, à part les fragments chez Melodya, de toute façon complètement introuvables.

    C'est bien une oeuvre unique en son genre (1930 et de l'authentique jazz d'époque) et essentiel à la connaissance de Schulhoff dont on n'avait que quelques pièces pour piano, Oriconoco et quelques autres chansons brêves dans ce genre. Mais certainement pas dans une orchestration aussi originale, influencée certes par Weill mais qui a sans doute joué un rôle important en retour dans la conception de Happy End.

    Qui va oser enregistrer Le Manifeste du Parti Communiste parmi les oeuvres essentielles qui manquent à la discographie, ou l'esquisse de la 7ème symphonie (c'est plus probable)?
    La première mondiale d'un chef-d'oeuvre inconnu de 1930, il faut se précipiter dessus avant qu'il n'y en ait plus (moins cher sur les sites anglais, Prestoclassical par exemple)

  18. #18
    Membre Avatar de Claude Torres
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    MONTPELLIER
    Messages
    1 490
    Citation Envoyé par Fred Audin Voir le message
    merci d'avoir signalé la sortie de ce disque: je viens de le recevoir et c'est absolument génial (d'en avoir enfin une version après avoir autant couru après).
    HMS Royal Oak a été joué plusieurs fois aux Etats-Unis depuis 2002 et à Amsterdam me semble-t-il et il n'y en avait toujours pas d'enregistrement, à part les fragments chez Melodya, de toute façon complètement introuvables.

    C'est bien une oeuvre unique en son genre (1930 et de l'authentique jazz d'époque) et essentiel à la connaissance de Schulhoff dont on n'avait que quelques pièces pour piano, Oriconoco et quelques autres chansons brêves dans ce genre. Mais certainement pas dans une orchestration aussi originale, influencée certes par Weill mais qui a sans doute joué un rôle important en retour dans la conception de Happy End.

    Qui va oser enregistrer Le Manifeste du Parti Communiste parmi les oeuvres essentielles qui manquent à la discographie, ou l'esquisse de la 7ème symphonie (c'est plus probable)?
    La première mondiale d'un chef-d'oeuvre inconnu de 1930, il faut se précipiter dessus avant qu'il n'y en ait plus (moins cher sur les sites anglais, Prestoclassical par exemple)

    Bonjour Fred,

    Le Manifste du Parti Communiste est un Oratorio (composé en 1932) pour 4 voix, choeur d'enfants deux choeurs mixes et une fanfare militaire sur des textes de Rudolf Fuchs basés sur l'original de Marx / Engels (Traduction en Tchèque de Pavel Soltész). Il a été enregistré par Supraphon sur LP 1 12 2100, au Smetena Hall de Prague du 10 au 21 Septembre 1976. (Pas de report sur CD)
    Il existe également une orchestation de Svatopluk Havelka (1961)



    Distribution:
    Marcela Machotkova, soprano
    Blanka Vitkova, contralto
    Jiri Zahradnicek, ténor
    Antonin Svorc, basse
    Prague Radio Chorus, Milan Maly (dir)
    Kûhn Children Chorus, Jiri Chvala (dir)
    Prague Radio Symphony Orchestra
    Frantisek Vajnar (dir)


    Il existe encore de nombreuses oeuvres de Schulhoff qui n'ont pas eu les honneurs du disque. (Voir mon site)
    Claude Torres

  19. #19
    Membre Avatar de Amitiou
    Date d'inscription
    février 2009
    Messages
    686
    Je vais un peu rafraîchir ce fil, car j'ai écouté très récemment du Schulhoff en concert, mais il s'agit de musique de chambre. C'était une oeuvre dont il n'a pas, si j'ai bien lu, encore été question ici.

    Le concert avait lieu au théâtre Athénée, avec les musiciens de l'orchestre de Paris, le 29 janvier 2011.

    La thématique était "néo-classique ou oppression", et le programme au fil des oeuvres offrait un élargissement de l'effectif instrumental.

    Pour commencer, l'élégie pour violon seul de Stravinsky, oeuvre fort jolie et fort surprenante de la part de ce compositeur. Puis, quelques duos pour deux violons de Bartok. (Tout aussi admirables).

    On entre dans le fil du sujet avec un trio à cordes de Hans Krasa, "Tanec", oeuvre superbe. Il s'agit d'un thème et variations, mais dans un traitement instrumental du début du XXème, assez prodigieux.

    Puis, le premier quatuor à cordes de Schulhoff. Et c'est une révélation! Oeuvre sublime au possible, qui allie thématique à vie organique, le son nous transporte ailleurs. Il y a particulièrement, dans le premier mouvement si je me souviens bien, un passage qui m'a saisi: des notes rapides joués aux violons et alto, avec un mode de jeu que je n'ai pas su déterminer: harmoniques ou sur le chevalet, ou peut-être les deux. Cela donnait un son extrêmement proche du Gesang der Junglinde de Stockhausen, oeuvre pourtant nullement instrumentale mais électro-acoustique. Bref, un moment de grâce!

    Pour terminer, il y avait le quatuor à cordes n°8 de Chostakovitch, oeuvre en un mouvement, également superbe (je connais très mal Chostakovitch, encore moins sa musique de chambre).

    Bref, je suis sorti ravi, la prestation des musiciens, et surtout du violoncelliste et de l'altiste, tout à fait exceptionnelle, pour un programme, vous en jugerez, abouti, cohérent, et très inhabituel. Malheureusement, la salle était à moitié vide...
    Dernière modification par Amitiou ; 06/02/2011 à 13h24.
    Amicalement vôtre.

  20. #20
    Membre Avatar de Claude Torres
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    MONTPELLIER
    Messages
    1 490
    Citation Envoyé par Amitiou Voir le message
    Je vais un peu rafraîchir ce fil, car j'ai écouté très récemment du Schulhoff en concert, mais il s'agit de musique de chambre. C'était une oeuvre dont il n'a pas, si j'ai bien lu, encore été question ici.

    Le concert avait lieu au théâtre Athénée, avec les musiciens de l'orchestre de Paris, le 29 janvier 2011.

    La thématique était "néo-classique ou oppression", et le programme au fil des oeuvres offrait un élargissement de l'effectif instrumental.

    Pour commencer, l'élégie pour violon seul de Stravinsky, oeuvre fort jolie et fort surprenante de la part de ce compositeur. Puis, quelques duos pour deux violons de Bartok. (Tout aussi admirables).

    On entre dans le fil du sujet avec un trio à cordes de Hans Krasa, "Tanec", oeuvre superbe. Il s'agit d'un thème et variations, mais dans un traitement instrumental du début du XXème, assez prodigieux.

    Puis, le premier quatuor à cordes de Schulhoff. Et c'est une révélation! Oeuvre sublime au possible, qui allie thématique à vie organique, le son nous transporte ailleurs. Il y a particulièrement, dans le premier mouvement si je me souviens bien, un passage qui m'a saisi: des notes rapides joués aux violons et alto, avec un mode de jeu que je n'ai pas su déterminer: harmoniques ou sur le chevalet, ou peut-être les deux. Cela donnait un son extrêmement proche du Gesang der Junglinde de Stockhausen, oeuvre pourtant nullement instrumentale mais électro-acoustique. Bref, un moment de grâce!

    Pour terminer, il y avait le quatuor à cordes n°8 de Chostakovitch, oeuvre en un mouvement, également superbe (je connais très mal Chostakovitch, encore moins sa musique de chambre).

    Bref, je suis sorti ravi, la prestation des musiciens, et surtout du violoncelliste et de l'altiste, tout à fait exceptionnelle, pour un programme, vous en jugerez, abouti, cohérent, et très inhabituel. Malheureusement, la salle était à moitié vide...

    Un petit commentaire sur Schulhoff dont le quatuor No.1 (qui n'est pas le premier qui date de 1918) est une oeuvre en plein style dada qui date de 1924.

    Un enregistrement assez bien conçu est paru chez Naxos l'année dernière
    Aviv Quartet
    Sergey Ostrovsky, Evgenia Epshtein, violon
    Shuli Waterman, alto
    Rachel Mercer, violoncelle
    St Anne's Anglican Church, Toronto
    11-13 / 03 / 2007
    Naxos 8.570965

    String Quartet No. 1
    1. I. Presto con fuoco 2:23
    2. II. Allegretto con moto e con malinconia grotesca 4:25
    3. III. Allegro giocoso alla Slovacca 3:12
    4. IV. Andante molto sostenuto 7:16

    Five pieces
    5. 1. Alla Valse Viennese 2:09
    6. 2. Alla Serenata 2:58
    7. 3. Alla Czeca 1:45
    8. 4. Alla Tango 4:19
    9. 5. Alla Tarantella 2:50

    String Quartet No. 2
    10. I. Allegro agitato 3:33
    11. II. Tema con variazioni: Moderato 6:35
    12. III. Allegro gajo 2:57
    13. IV. Finale: Andante quasi introduzione 6:33



    Claude Torres

+ Répondre à la discussion
Page 1 sur 2 1 2 DernièreDernière

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

     

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages