+ Répondre à la discussion
Page 1 sur 6 1 2 3 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 20 sur 108

Discussion: L'Or du Rhin

  1. #1
    Membre Avatar de Couack
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Gdańsk
    Messages
    2 056

    L'Or du Rhin

    Je sais que c'est un peu lourd pour les vacances, mais comme il pleut je suis justement en train de le réécouter dans la version Karajan de 67 que je n'avais pas entendue depuis des lustres, je me demandais quel était pour les uns et les autres la meilleure interprétation de ce premier volet du Ring - celui qui a l'intrigue la plus intéressante à mon avis.

    On a souvent dit que cette version était plus raffinée que celle de Solti - et j'ai même lu que certains la considéraient comme une continuation de l'esprit Furtwängler (ce dont je ne suis pas convaincu). On reproche souvent aussi à la version HvK la faiblesse de sa distribution. Dans le détail, Fischer-Dieskau me semble un Wotan acceptable mais un peu trop dans la retenue, les géants (Talvela et Ridderbusch) ne sont pas bien menaçants, mais Stolze fait un irréprochable Loge dans son rôle de faux-derche manipulateur, et la palme me semble revenir à l'Alberich de Kelemen qui est un des meilleurs que j'aie entendu - et c'est clairement la partie la plus difficile de l'opéra. Il est absolument bouleversant dans la scène des Filles du Rhin, quand son amour naïf se transforme en rage implacable. De même son duo avec Mime (Wohlfahrt) est un sommet.

    Du côté des femmes Freia (Mangelsdorff) est un peu trop guindée, par contre Fricka (Veasey) a une voix claire absolument magnifique. Domingez (Erda) m'a paru catastrophique, avec sa voix rentrée et sans volume, complètement à l'opposé du rôle.



    Donc en effet le casting me semble un peu léger - la direction par contre est en effet très savamment dosée et m'a semblée beaucoup plus fine que celle de Solti. Mais comme personne n'est jamais d'accord quand il s'agit de Wagner, je suis curieux de savoir ce que vous en pensez - de cette version HvK et des autres.

    Gilles

  2. #2
    Membre
    Date d'inscription
    juin 2008
    Messages
    12

    Re : L'Or du Rhin

    Personnellement, j'apprécie énormément cette version Karajan. L'orchestre a vraiment quelque chose de magique, mais on est souvent plus près du conte que du mythe (ce qui se défend). Et la distribution est très réussie, en tout cas dans l'optique de choisie par HvK. Je ne vois pas ce que tu reproches aux géants: ils ont des voix splendides, mais avec un côté humain qui les rend presque touchants. Je trouve très touchant également, et presque sympathique, l'Alberich de Kelemen: pour moi, c'est le meilleur interprète du rôle - et quelle diction (malgré son accent hongrois)!. Stolze en fait parfois beaucoup, mais il a aussi beaucoup de talent. La scène au Nibelheim évoque pour moi la Commedia dell'arte, les échanges entre Mime et Alberich et entre Loge, Wotan et Alberich sont époustouflants. DFD n'a pas vraiment la voix de Wotan, mais je le trouve malgré tout très crédible en jeune dieu arrogant et fougeux. Les femmes sont moins exceptionnelles (encore que les Filles du Rhin chantent vraiment bien), mais c'est pour moi une des meilleures versions de L'Or du Rhin
    Dernière modification par eduardo ; 20/07/2008 à 09h43.

  3. #3
    Membre Avatar de Tiomkin
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    298

    Re : L'Or du Rhin

    Ce que j'ai toujours trouvé intéressant dans la version de Karajan, ce sont ces petits détails de traits de l'orchestre qu'on n'entend pas ailleurs, évidemment pas chez Solti qui favorise la masse orchestrale et pas davantage chez Boulez dont l'orchestre frise les -150 sur l'échelle de l'énergie.

    (Pour ma part, la tétralogie reste le seul opéra que j'affectionne de A à Z. Aucun passage ne m'ennuie).

    Je partage entièrement l'opinion de Gilles sur l'expressivité musicale de Stolze et de Kelemen. Stolze, que l'on peut aussi admirer quand il tient le rôle de Mime chez Solti, est un prodigieux chanteur. Je ne connais ni son visage, ni son jeu d'acteur, mais sa voix à elle seule suffit à dessiner dans les moindres détails, le caractère du personnage. C'est vrai que son Loge est faux derche, sans doute parce qu'il s'agit d'incarner cette divinité, toujours entre deux mondes, qui n'arrive pas à être solidement implantée dans l'un des deux à l'exclusion de l'autre. Loge est à la fois l'interprète de la volonté divine, et à la fois celui qui intervient chez les mortels pour dire la norme à laquelle il faut se plier. De là résulte sa personnalité double, jamais franche et toujours agaçante (Fricka le dit d'ailleurs à Wotan je crois: pourquoi te fies-tu toujours à pareil coquin? quelque chose dans le genre). Loge renvoit aux dieux ce qu'ils ne veulent surtout pas être, et terrorise les mortels. C'est un punk chez les dieux(voir à ce titre le look que lui avait donné Harry Kupfer à Bayreuth) et un conservateur cynique chez les êtres terrestres.
    Sur le chant de Kelemen qui devait aussi je crois être l'Alberich de Boulez mais qui est décédé avant la 3ème saison à Bayreuth, Patrice Chéreau ressentait la même chose que toi Gilles, et à raison. Si Alberich est un être grotesque, tyrannique et maléfique (n'ayons pas peur du mot), comment en est-il arrivé là? Et bien je crois que Kelemen incarne très bien cette rage, cette douleur dont on ne peut pas être insensible, au début de l'or du Rhin. Son chant est poignant, il nous renvoit à nos propres frustrations et en cela, il est purificateur.

    Alors, c'est vrai que le reste de la distribution paraît du coup un peu pâle. J'aime beaucoup cependant la version de Karajan. Personnellement, j'avais commencé l'or du Rhin avec la version d'Haitink (parce qu'à l'époque c'était la version la moins chère), qui constitue une très bonne introduction à l'oeuvre (aussi notamment parce que ce sont les mêmes chanteurs que l'on retrouvera dans les trois autres). Solti, m'avait beaucoup plu (sans doute grâce à son côté Seigneur des anneaux). Mais lorsque l'on veut se concentrer sur un moment de l'orchestre wagnérien, alors Karajan est le plus intéressant malgré ce côté effectivement "foutoir" à la distribution de son intégrale.

  4. #4
    Membre Avatar de Couack
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Gdańsk
    Messages
    2 056

    Re : L'Or du Rhin

    Bonjour Eduardo,

    Je pense que je reproche justement aux géants cette humanité qu'ils ne devraient pas avoir : ça reste quand même deux brutes sans jugeotte. Evidemment tout dépend du point de vue mais j'ai du mal à les trouver touchants - ils n'ont pas l'ambiguïté d'Alberich, qui est un personnage fascinant. Tu te souviens de leur pitoyable discussion finale, ça ne suscite pas vraiment la sympathie. Et là on est tous d'accord : Kelemen est énorme - je dois écouter d'autres versions. Mime (Erwin Wohlfahrt) aussi, il y a là une paire formidable.

    D'accord avec toi aussi pour les échanges entre les dieux; il n'y a ça dans aucun autre volet de la Tétralogie je pense. Pour moi l'Or du Rhin a l'intrigue la plus intéressante, comme je l'ai déjà dit quelque part. Mais DFD ici est trop guindé. Bon, il est clair que Wotan est un con (pour le dire sans détours) qui ne doit sa survie qu'aux astuces de Loge, mais je vois le rôle plus majestueux, voire grandiloquent.

    Les filles du Rhin (Donath, Moser et Reynolds) sont effectivement superbes - là aussi je crois qu'on est à un sommet, HvK a su éviter le kitsch de la scène d'ouverture grâce à ces voix merveilleuses et à la retenue de son orchestre.

    Gilles

  5. #5
    Membre Avatar de Couack
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Gdańsk
    Messages
    2 056

    Re : L'Or du Rhin

    Citation Envoyé par Tiomkin Voir le message
    Stolze, que l'on peut aussi admirer quand il tient le rôle de Mime chez Solti, est un prodigieux chanteur. Je ne connais ni son visage, ni son jeu d'acteur, mais sa voix à elle seule suffit à dessiner dans les moindres détails, le caractère du personnage.
    Te voilà exaucé - avoue qu'en plus du talent il a la tête de l'emploi :



    En fait, à travers ce que tu dis j'en déduis que Loge est une sorte de dieu juriste - alors qu'il est le plus retors et le plus habile à détourner les règles de la morale à son profit...

    Je n'ai jamais entendu Haitink - ça vaut le coup ? A mon époque - cad la même que la tienne - j'avais acheté le Ring de Kubelik qui était aussi le moins cher (400 F les 14cd). Je n'en ai pas gardé un souvenir impérissable, mais il faudrait que je le réécoute.

    Citation Envoyé par Tiomkin Voir le message
    Son chant est poignant, il nous renvoit à nos propres frustrations et en cela, il est purificateur.
    Absolument, je souscris entièrement à ce point de vue. Je trouve la tristesse d'Alberich devant les moqueries des filles du Rhin absolument déchirantes. De même que sa rage quand il maudit l'anneau qu'il doit remettre à Wotan; c'est un personnage martyr en fait, dont on ne sait pas vraiment s'il était mauvais de nature ou si ces mésaventures le rendent abominable. C'est un personnage troublant, et pour moi le plus fascinant du Ring : il suscite tour à tour dégoût et sympathie, on est avec lui contre les Flosshilde, Welgunde et l'autre, contre Wotan et Loge, mais il est infâme avec Mime devant qui il révèle une nature abjecte et avide de pouvoir.

    Excuse-moi de débarquer, mais le Gollum de Tolkien c'est Alberich ?

  6. #6
    Administrateur Avatar de Philippe
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Jemappes / Valencia
    Messages
    8 030

    Re : L'Or du Rhin

    Merci Gilles et merci tous d'alimenter cette nouvelle rubrique avec ces quelques versions du premier opéra de la Tétralogie de Wagner.

    Je vous avouerai que je n'ai quasi jamais écouté de Wagner...
    Non pour quelque raison que ce soit, c'est juste ainsi, sans plus.

    Je vous avouerai aussi n'être pas un grand fan d'opéra. Je préfère les oeuvres plus calfeutrées, plus intimistes, et les effectifs réduits. Mais la perspective de découvrir une oeuvre qui semble magnifique si j'en crois les intervenants de ce fil, ne saurait être pour déplaire à quiconque. J'aime beaucoup les interprétations de Solti dont j'apprécie les sonorités rutilantes et les orchestrations claires et précises ; mais je ne connais que très peu d'opéras par Karajan. Et lorsque je consulte la discographie de L'Or du Rhin, les choses se compliquent : outre Haitink qui a été cité, l'oeuvre a été exécutée par Böhm, par Zagrosek, par Barenboïm, par Levine, par Sawallish, sans parler de Boulez ni des interprétations "historiques" de Furtwängler ou de Knappertsbusch

    Alors je commence par lequel ? HvK ? Solti ? un autre ?

    Merci d'avance (et fin du mode HS )

  7. #7
    Membre Avatar de thierry h
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Catalogne
    Messages
    4 361

    Re : L'Or du Rhin

    Philippe

    Si tu découvres Wagner et si tu veux pas te dégouter trop vite commence déjà par des lectures plutôt vives et alertes, privilégie le mouvement et la narration, privilégie l'histoire avant de te prendre la tête dans les méandres de l'éxégèse Wagnérienne! Bref je vais être simpliste et prêter le flanc à la critique et aux sarcasmes, mais choisis le premier niveau de lecture tout basique : "il était une fois..." Après tu creuseras si ça te branche ou pas...
    Pour moi le crack en la matière c'est Böhm ( j'ai pas dis que c'était une lecture simpliste non plus!! ) le plus narratif, celui avec lequel j'ai vraiment l'impression qu'on me raconte une histoire! Ensuite ne pas oublier les chanteurs! Là question de goût c'est avec Böhm et surtout Clemens Krauss 53 que je m'y retrouve le plus ( Hotter ou Adams (Wotan), Neidlinger ( Alberich) insurpassables! )

    Bon en ayant dit toutes ces conneries j'ai même pas envie de dépoussiérer mes disques Wagner... mais je te souhaite quand même bon voyage...

    thierry
    Dernière modification par thierry h ; 21/07/2008 à 03h07.

  8. #8
    Membre Avatar de Couack
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Gdańsk
    Messages
    2 056

    Re : L'Or du Rhin

    Citation Envoyé par Philippe Voir le message
    Je vous avouerai aussi n'être pas un grand fan d'opéra. Je préfère les oeuvres plus calfeutrées, plus intimistes, et les effectifs réduits.
    Euh...oui alors là c'est pas vraiment ça...Mais magnifique, ça oui, un immense choc esthétique - ses admirateurs n'ont pas de superlatifs suffisamment forts pour décrire leur enthousiasme, et ses détracteurs pas de mots suffisamment durs. Pour moi cette Tétralogie - et bien d'autres oeuvres de Wagner - est géniale de la première à la dernière note, et en disant ça je n'ai pas vraiment l'impression d'être original.

    Ce qu'on ne peut pas nier en tous cas, c'est qu'aucun compositeur n'a autant que Wagner contribué à façonner la musique du XXème siècle : tout procède de lui (Mahler, Schoenberg, Debussy, la musique atonale, la musique de film, etc.).

    Pour te mettre en appétit, je t'expose en quelques lignes le début du Ring (dont l'Or du Rhin est le premier volet, comme tu le savais sans doute) : dans le lit du Rhin s'ébattent trois belles ondines. Arrive Alberich le nain, qui s'éprend de ces nymphes et en oublie sa propre laideur. Elles s'amusent alors à lui faire croire qu'il leur plait, jouent à s'approcher de lui mais ne se laissent jamais toucher, le complimentent ironiquement, et lui laissent entendre que son amour est partagé. Ce jeu dure un moment et se termine pour Alberich par une cruelle désillusion : sous les rires et les quolibets (très cruels) des nymphes, il comprend qu'il n'est qu'un gnome repoussant et qu'elles se moquent de lui. C'est alors qu'il entrevoit au fond de l'eau un rai de lumière. Les filles du Rhin lui expliquent qu'il s'agit de l'or magique qu'elles sont supposées surveiller. Elles lui disent aussi que si l'on forgeait un anneau de cet or, son possesseur se verrait doté d'un pouvoir sans limite. Mais pour porter l'anneau, il faudrait renoncer à l'amour, ce à quoi personne n'est prêt. Personne, sauf peut-être un nain malheureux qui comprend que sa laideur ne lui laisse pas d'espoir de séduire une femme...

    La suite dans les 16 heures de musique qui suivent. Si ça te tente...
    Dernière modification par Couack ; 21/07/2008 à 03h17.

  9. #9
    Membre Avatar de Couack
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Gdańsk
    Messages
    2 056

    Re : L'Or du Rhin

    Citation Envoyé par thierry h Voir le message
    Philippe

    Si tu découvres Wagner et si tu veux pas te dégouter trop vite commence déjà par des lectures plutôt vives et alertes, privilégie le mouvement et la narration, privilégie l'histoire avant de te prendre la tête dans les méandres de l'éxégèse Wagnérienne! Bref je vais être simpliste et prêter le flanc à la critique et aux sarcasmes, mais choisis le premier niveau de lecture tout basique : "il était une fois..." Après tu creuseras si ça te branche ou pas...
    Pour moi le crack en la matière c'est Böhm ( j'ai pas dis que c'était une lecture simpliste non plus!! ) le plus narratif, celui avec lequel j'ai vraiment l'impression qu'on me raconte une histoire! Ensuite ne pas oublier les chanteurs! Là question de goût c'est avec Böhm et surtout Clemens Krauss 53 que je m'y retrouve le plus ( Hotter ou Adams (Wotan), Neidlinger ( Alberich) insurpassables! )

    Bon en ayant dit toutes ces conneries j'ai même pas envie de dépoussiérer mes disques Wagner... mais je te souhaite quand même bon voyage...

    thierry
    Oui, la narration au départ c'est le plus important, parce que le livret de la Tétralogie est magnifique. Si tu as aimé le Seigneur des Anneaux, tu aimeras le Ring, c'est à peu près la même histoire (avec des implications complètement opposées par contre).

    Pour les versions je te conseille soit Solti soitKarajan, parce que ce sont les plus souvent citées comme étant les meilleures sous deux approches différentes - ma préférence va nettement à HvK mais ça se discute. Ceci dit je ne connais pas la version Böhm dont parle Thierry. En écrivant ces lignes je suis en train d'écouter Furtwängler (RAI 53) et celle-là je ne te la conseille pas - pas plus que Boulez qui pour moi est à côté du sujet.

  10. #10
    - Avatar de mah70
    Date d'inscription
    novembre 2007
    Localisation
    Saint-Julien-Molin-Molette
    Messages
    5 990

    Re : L'Or du Rhin

    Bonjour à tous.

    Pour ceux qui veulent avoir une analyse profonde et précise du Ring en 25 minutes (et en Anglais, hélas), je signale ceci:




    (si quelqu'un le souhaite, j'expliquerai volontiers pourquoi " ")

    mah
    La seule certitude que j'ai, c'est d'être dans le doute. (Pierre Desproges)

  11. #11
    Membre Avatar de Tiomkin
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    298

    Re : L'Or du Rhin

    Citation Envoyé par Couack Voir le message
    Te voilà exaucé - avoue qu'en plus du talent il a la tête de l'emploi :

    Effectivement. D'après certaines personnes qui l'ont cotoyé, outre la technique, il paraît que c'était un excellent pédagogue, cultivé, un véritable homme de spectacle qui nourrissait toujours ses performances scéniques de références à d'autres formes de spectacle (théâtre, cinéma, littérature, BD! etc.). Il campe un Hérode glaçant dans Salomé de Strauss chez Solti. Toujours chez le même Solti, son Mime dans Siegfried dont on aura sans doute l'occasion de parler plus tard, et quant à ses glapissements dans la version des Carmina par Kubelik, c'est tout bonnement incroyable. Comment susciter à ce point chez l'auditeur un mélange de malaise et de rire? Je me le demande encore.

    Citation Envoyé par Couack Voir le message
    En fait, à travers ce que tu dis j'en déduis que Loge est une sorte de dieu juriste - alors qu'il est le plus retors et le plus habile à détourner les règles de la morale à son profit..
    .

    Je crois que Georges Bernard Shaw dans son exégèse marxisante de la tétralogie (au passage bon nombre de ses idées avaient d'ailleurs été exprimées scéniquement par Chéreau), avait fait de Loge une espèce d'ecclésiastique ou de jésuite par opposition à Wotan et sa clique comme représentants de la bourgeoisie industrielle dirigeante du 19ème siècle. Le pouvoir violent et brutal exercé par les dieux aurait besoin d'une sorte d'intercesseur pour faire passer les mesures et là, Loge est en quelque sorte l'homme de la situation: le prêtre dont la vocation est à la fois de tirer les oreilles du pouvoir, de lui faire des remontrances, et à la fois, chargé par la classe dominante, de dire à la classe exploitée que les choses sont comme ça, qu'il n'y a rien à faire, mais qu'au paradis on aura mérité sa récompense au paradis. C'est ce qu'il dit aux filles du Rhin à la fin de l'opéra je pense.
    (trad.française car je ne connais pas l'allemand): " Vous là-bas, dans l'eau, qu'avez-vous à pleurer? Ecoutez ce que Wotan vous souhaite. Filles, si l'or ne brille plus pour vous, baignez-vous désormais dans le nouvel éclat des dieux!"

    Le tout, chanté avec une expression de cynisme qui en dit long sur une certaine façon d'analyser les rapports sociaux dont à l'époque de l'écriture du livret, Wagner, ami de Bakounine, était très attentif.
    Donc, oui, Loge en tant qu'intercesseur: le prêtre, le juge subordonné au pouvoir, le juriste en quelque sorte.
    Quant à savoir s'il arrive à détourner les règles, certainement, c'est ce qu'il fait pour Alberich. Mais est-ce pour son propre intérêt? Sans doute l'espère-t-il, mais n'oublions pas que Wotan exigera de lui qu'il reprenne sa forme primitive (le feu) et l'enchaînera au rocher de Brünnhilde, pendant au moins 16 ans, le temps que Siegfried grandisse. Si donc Loge manipule, c'est pour servir le pouvoir en place...mais aussi pour le détruire il est vrai (voir la fin du crépuscule des dieux).

    Citation Envoyé par Couack Voir le message
    Je n'ai jamais entendu Haitink - ça vaut le coup ? A mon époque - cad la même que la tienne - j'avais acheté le Ring de Kubelik qui était aussi le moins cher (400 F les 14cd). Je n'en ai pas gardé un souvenir impérissable, mais il faudrait que je le réécoute.
    Haitink est excellent pour la narration dont il est question dans ce fil (enfin, je trouve). Aujourd'hui, on pourrait peut-être le trouver asceptisé, mais je trouve qu'il a une sorte de "ligne claire" que j'apprécie énormément. Et puis la distribution est très homogène car c'est la même que l'on retrouvera tout le long de la tétralogie. James Morris en Wotan (également chez Barenboïm) est très bon, très noble (une voix qui se rapproche un peu de celle de Hans Hotter chez Solti). Theo Adam en Alberich insiste davantage sur le côté grotesque du personnage et on n'a aucune compassion pour lui (c'est un Alberich de conte pour enfant). C'est d'ailleurs le même Adam que l'on retrouve chez Böhm (et dans la Walkyrie de Karajan) en...Wotan à Bayreuth, car il s'agit d'une voix très puissante et très endurante, mais un peu laide à mon sens.

    Citation Envoyé par Couack Voir le message
    Excuse-moi de débarquer, mais le Gollum de Tolkien c'est Alberich ?
    Je dirais plutôt Mime. Mime est littéralement terrorisé devant Alberich comme il le sera devant Fafner, Wotan et Siegfried. Mime a peur de tout, de lui-même peut-être...un peu comme l'est Gollum dans le seigneur des anneaux.
    Alberich souffre également, mais c'est une autre souffrance. Il s'assombrit, il devient rageur, il devient le maître des ombres (comme le véritable Albéric de la légende burgonde d'ailleurs), il séduira même une femme qui lui donnera Hagen (oups, j'ai révélé la fin) et il n'a pas peur des dieux.

    Mais il est vrai qu'on retrouve la même obsession pour l'anneau chez Alberich et Mime que chez Golum dont l'attention est entièrement dirigée vers un seul but (le pouvoir) au détriment de tous les autres (l'amour, la vie, le travail, l'amitié, la discussion...enfin, tout ce qui fait l'être humain). Comme Golum, ils en oublient de dormir et peut-être de faire cuire leur poisson ou de se laver.

  12. #12
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Région parisienne
    Messages
    1 192

    Re : L'Or du Rhin

    Citation Envoyé par mah70 Voir le message

    (si quelqu'un le souhaite, j'expliquerai volontiers pourquoi " ")
    mah
    Oui, pourquoi ?

  13. #13
    - Avatar de mah70
    Date d'inscription
    novembre 2007
    Localisation
    Saint-Julien-Molin-Molette
    Messages
    5 990

    Re : L'Or du Rhin

    Anna Russell s'était spécialisée, au tournant des années '50, dans une série de conférences parodiques sur la musique qui annoncent volontiers Hoffnung dans sa fameuse explication sur "Punkt-Contrapunkt de Bruno Heinz jaja".

    Je vais devoir traduire approximativement certains passages de ce texte sur Wagner que je cite de mémoire, mais ça donne des choses comme:
    "The story begins in the river Rhine. In it." (L'histoire commence dans le Rhin. Dedans.)
    Description de Siegfried: "He's very strong, and he's very brave, and he's very handsome, and he's very stupid. the regular Lil' abner type." (Il est très fort, et très brave, et très beau, et très bête.Un type dans le genre de Lil' abner.)

    NB: Un petit coup d'oeil montre en effet une certaine ressemblance:


    La relation entre Siegmund et Sieglinde fait également ma joie:
    "Then Siegmund makes love with Sieglinde, though she's married, which is immoral, and he's her brother, which is illegal. But that's one of the beauties of grand opera: you can do anything you like as long as you sing it." (Puis Siegmund couche avec Sieglinde, bien qu'elle soit mariée, ce qui est immoral, et bien qu'il soit son frère, ce qui est illégal. Mais c'est une des grandes choses avec l'opéra: vous pouvez faire ce que vous voulez tant que vous le chantez)
    Et je ne parle pas des remarques très exactes sur le fond (Siegfreid qui, étant le petit-fils de Wotan si je ne dis pas de bêtises, ne rencontre que des femmes qui sont ses tantes - ou bien le fait que personne n'utilise l'anneau pour devenir le maître du monde, ce qui est quand même dommage) ou sur la forme (les Nornes, au début du "Crépuscule" - d'autres tantes, non?- racontent tout ce qui s'est passé depuis le début, donc pas la peine de venir aux trois premiers opéras).
    S'accompagnant au piano, miss Russell chante tout ça avec une fougue digne d'un meilleur sort.

    Entre autres sujets musicaux abordés par la dame, on trouve aussi:
    - Comment écrire votre propre opérette de Gilbert & Sullivan;
    - Les instruments à vent que j'ai connus: comment profiter de sa cornemuse
    - Les instruments de l'orchestre: Le cor (avec cette remarque splendide :"The English Horn is a French instrument. It is not to be mistaken with the French horn, which is German");
    - un opéra inédit de Verdi: Hamlet ou Prosciuttino

    Elle a aussi lancé une ode à la banane et une discussion sur les voisins bruyants que je ne connais pas, comme ceci qui donne envie: "About Opera and the Deficiencies of Most Plot Synopses"

    C'est très délectable et je ne saurais trop recommander ces saines écoutes aux personnes ayant conjointement un bon niveau d'Anglais et un bon niveau de Wagner.


    mah
    La seule certitude que j'ai, c'est d'être dans le doute. (Pierre Desproges)

  14. #14
    Membre Avatar de Theo B
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    5 979

    Re : L'Or du Rhin

    Citation Envoyé par mah70 Voir le message
    ABut that's one of the beauties of grand opera: you can do anything you like as long as you sing it." (Puis Siegmund couche avec Sieglinde, bien qu'elle soit mariée, ce qui est immoral, et bien qu'il soit son frère, ce qui est illégal. Mais c'est une des grandes choses avec l'opéra: vous pouvez faire ce que vous voulez tant que vous le chantez)



    mah
    Si je peux me permettre de préciser la traduction d'un passage, surtout que c'est plus drôle comme ça:

    "Mais c'est l'un des charmes des grands opéras que de pouvoir faire ce qu'il vous chante du moment que vous le chantez".

  15. #15
    - Avatar de mah70
    Date d'inscription
    novembre 2007
    Localisation
    Saint-Julien-Molin-Molette
    Messages
    5 990

    Re : L'Or du Rhin

    Bien vu!

    mah
    La seule certitude que j'ai, c'est d'être dans le doute. (Pierre Desproges)

  16. #16
    Membre Avatar de Couack
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Gdańsk
    Messages
    2 056

    Re : L'Or du Rhin

    Je viens d'écouter la version de Furtwängler avec la RAI (1953 - donc un an avant sa mort) - la prise de son est atroce quand on voit ce que donnent les Knappertsbusch à la même époque. C'était apparemment un enregistrement studio réalisé pour la radiodiffusion. On imagine les foyers réunis autour du poste à lampes pour écouter religieusement quelques lointains échos de l'Or du Rhin. A l'ère du numérique et du dolby surround c'est évidemment plus particulier, et il faut faire travailler son imagination très dur.

    Au prix de ce travail de restitution imaginaire du spectre sonore, il apparaît que l'orchestre de Furtwängler est très beau - et je ne le dis pas par snobisme, n'ayant aucune sympathie pour les vieilles cires. Mais là il faut reconnaître qu'il y a une expressivité et une énergie que je n'ai pas entendues ailleurs - le motif de la forge dans la scène 3 est exceptionnel. Avec un son correct ce serait une splendeur.

    Bon on en est loin, et cette version me semble poser des problèmes de casting encore plus aigus que la version HvK : je ne sais pas si c'est l'époque qui veut ça, mais je trouve Alberich (Neidlinger) pas du tout dans son rôle, on a l'impression qu'il pense à autre chose, qu'il chante ça assis dans un fauteuil en regardant le foot. Sinon les filles du Rhin sont un peu hystéro, Wotan (Ferdinand Frantz) est encore une fois trop guindé, Fricka (Ira Malaniuk) est trop déclamatoire. Globalement les chanteurs ne sont pas naturels du tout et apparaissent beaucoup comme des musiciens et trop peu comme des acteurs - or à mon avis un chanteur d'opéra doit être les deux. Seul Mime (Julius Patzak) a l'air d'y croire.

    Et j'oubliais les filles du Rhin qui doivent avoir un ambitus de trémolo d'une tierce au moins.

    Je me suis demandé si ce côté coincé et peu expressif était une manière de chanter de l'époque (pourtant pas si vieille) ou si c'était vraiment un mauvais casting. Je suis particulièrement déçu par Neidlinger à vrai dire.

    J'ai trouvé un autre vieil enregistrement de Furtwängler à la Scala en 1950, je ne sais pas ce que ça vaut mais je vais écouter ça.

    Gilles

  17. #17
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris, Auvergne, Slovénie
    Messages
    1 113

    Re : L'Or du Rhin

    Furt est magique
    Dominique

  18. #18
    Membre Avatar de thierry h
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Catalogne
    Messages
    4 361

    Re : L'Or du Rhin

    Citation Envoyé par Couack Voir le message

    Je suis particulièrement déçu par Neidlinger à vrai dire.


    Gilles
    Neidlinger est magique aussi, c'est pas lui que t'as écouté donc...

  19. #19
    - Avatar de mah70
    Date d'inscription
    novembre 2007
    Localisation
    Saint-Julien-Molin-Molette
    Messages
    5 990

    Re : L'Or du Rhin

    Bonsoir.

    Citation Envoyé par Couack Voir le message
    J'ai trouvé un autre vieil enregistrement de Furtwängler à la Scala en 1950, je ne sais pas ce que ça vaut mais je vais écouter ça.

    Gilles
    Si tu as trouvé "atroce" la prise de son RAI 1953, tu vas adorer la prise de son Scala 1950, une des plus notoirement pourries de l'histoire de l'archive sonore (et pourtant je ne suis pas regardant). Pour les connaisseurs, il faut avouer que j'ai les 33 tours Everest, qui sont les pires possibles. Mais j'étais jeune alors et ce n'était pas cher...
    Du coup, je n'ai guère de souvenirs de cet enregistrement.


    mah
    La seule certitude que j'ai, c'est d'être dans le doute. (Pierre Desproges)

  20. #20
    Membre Avatar de Couack
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Gdańsk
    Messages
    2 056

    Re : L'Or du Rhin

    Citation Envoyé par thierry h Voir le message
    Neidlinger est magique aussi, c'est pas lui que t'as écouté donc...
    Ben je sais qu'il est magique, mais tu le trouves vraiment magique dans cet enregistrement de la RAI de 53 ?

+ Répondre à la discussion

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

     

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages