+ Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 17 sur 17

Discussion: Leonid POLOVINKIN (1894-1949)

  1. #1
    Membre
    Date d'inscription
    mars 2008
    Messages
    1 912

    Leonid POLOVINKIN (1894-1949)

    http://classiqueinfo-disque.com/spip...php?article844

    à l'occasion de la sortie d'un disque (premier enregistrement mondial) présentant un peu plus de l'oeuvre pour piano de Polovinkin que le peu qu'on en connaissait jusque là (les postludes et la suite à deux pianos), j'aurais voulu rédiger un article de fond, mais faute de temps, je vais improviser:

    On prend Polovinkin pour un compositeur de musique de piano, une sorte de Chopin bolchévique dans la descendance de Scriabine. Il y a d'autres candidats au titre, Samouil Feinberg entre autres, plus proche encore de Scriabine, et probablement une influence majeure sur la musique de piano de Polovinkin, sur les sonates et les Evénements qui connaissent un coup d'arrêt dans les années 30. Lourié parmi les émigrés pourrait endosser le maillot aussi même s'il passa les années de son exil américain à tenter de finir son unique opéra, pendant que Polovinkin en écrivait quatre. Après 1935, l'utilisation du piano par Polovinkin n'est plus qu'un moyen d'exister par des adaptations et des transcriptions (il se tourne dans les dernières années vers le quatuor à cordes). En ce qui concerne la publication, c'est semble-t-il moins vrai. Il y aurait de nombreuses partitions de Polovinkin dans les tiroirs d'Universal; il serait avec Miaskovsky le principal "achat" russe de l'éditeur allemand dans les années d'avant guerre.

    Polovinkin a conservé l'image d'un compositeur révolutionnaire principalement parce qu'il s'est trouvé à la tête de l'AMC (association pour la musique contemporaine) au moment des combats entre les progressistes et les associations prolétariennes condamnant la musique symphonique au profit du chant de masse et des ensembles de plein air. En conséquence il a été associé à Chostakovich et Mossolov, avec qui il co-écrivit au moins un ballet et dont il partagea les premières les plus scandaleuses (le concert anniversaie d'octobre resté fameux qui vit la création de son Prologue symphonique, de la 2ème symphonie de DSCH et des Fonderies d'acier. On ne trouve même pas le nom de Polovinkin dans la biographie de Chostakovich rédigée par Krystof Meyer. Seul Kabalevsky lui consacre quelques lignes ironiques dans ses mémoires, évoquant l'excitation enfantine que Polovinkine et Mossolov déployaient pour se montrer leurs dernières oeuvres et tenter des expériences de "piano préparé". L'un comme l'autre ont été balayés par l'histoire.

    Pourtant Polovinkin n'a pas été aussi directement visé par Staline et ses sbires que les autres compositeurs. Comme les écrivains d'avant-garde, les maîtres de l'absurde tels Daniil Harms (Kharms) (http://fr.wikipedia.org/wiki/Daniil_Harms) Polovinkin a pensé trouver un moyen de survivre en se consacrant à la musique pour les enfants, une voie que suivirent aussi Zara Levina et Nina Makarova. Polovinkin était le compagnon de Nathalie Sats (Saz), directrice du Théâtre pour Enfants de Moscou, où il remplissait la fonction de directeur artistique après avoir dirigé divers orchestres d'opéra dans les autres théâtres de Moscou. Selon une pratique habituelle c'est Nathalie Sats qui fut arrêtée à la fin des années 30 afin sans doute de faire pression sur les musiciens qu'elle protégeait, dont Prokofiev récemment revenue en Russie, à qui elle avait commandé Pierre et le Loup (elle en fut la première récitante). C'est à sa demande aussi que Tolstoi écrivit le livret de l'opéra la Clé d'Or pour Polovinkin, dont la suite demeure sans doute le seul morceau pour orchestre de son auteur officiellement enregistré (quoique introuvable) sous le régime soviétique.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Natalia_Saz
    Dernière modification par sud273 ; 25/08/2009 à 23h31.

  2. #2
    Membre
    Date d'inscription
    mars 2008
    Messages
    1 912
    On dit qu'il existerait un enregistrement de Telescope II par Rozhdestvensky. Ce morceau a été recréé par l'orchestre des jeunes de Kharkov sous la directions de Michael Pereplesnin. (On trouve encore d'occasion la partition d'orchestre éditée par Universal).
    On entend bien au début de la pièce le frissonnement de cordes et les rythmiques motoriques, le type d'orchestration que pratique Mossolov et Deshevov, on reconnaît le modèle de la marche ironique telle que pratiquée par Chostakovich dans ses oeuvres pour le théâtre de la même époque, à quoi s'allie un sens de la surprise et de la mélodie beaucoup plus anguleuse et aventureuse que dans les oeuvres pour piano qui ont subi l'influence des Six et de Stravinsky plus que de la jeune génération de l'avant-garde soviétique.




    Comme la ballade et le scherzo pour piano de Deshevov, on peut trouver la partition de la suite "Les attraits" (Magnitis) sur IMSLP, Sibley Library
    http://imslp.org/wiki/Les_Attraits_(...id_Alexeyevich)

  3. #3
    Membre
    Date d'inscription
    mars 2008
    Messages
    1 912
    Polovinkin Liste des oeuvres

    Pour piano:

    op 1 Sonate n°1 (1924)
    - Ski, fox-trott (1925)
    op 3 n°3 Mazurka (1926)
    op 5 Evénements-deux pièces (1925)
    op 9 3 Pièces (Elégie-Elektrificat-Obsession) (1925)
    op 10 Evénement III
    op 12 Evénements IV et V
    op 13 Sonate n°2 (1924)
    op 15 Sonate n°3 (1925)
    op 18 Sonate n°4 (1927)
    op 20 n°1 Sérénade interrompue (1926)
    op 20 n°2 Evénement VI
    op 20 n°3 Deux pièces éducatives (Depuis longtemps-Maintenant)
    - Evenement VII (Pressentiment-Action-Souvenir)
    op 21 n°2 Danse lyrique (1929)
    - Dernière sonate (N°5) (1929)
    op 30 Six pièces (Danse-Nocturne dansant-Danse-Valse- Berceuse-Danse extraite de la suite pour 8 instruments)
    op 31 Deux fragments du ballet Le Petit nègre et le singe (Scène au cirque-Danse du mitron)
    op 32 Danse de la comédie musicale Sirocco
    - Danses énigmatiques (La marionnette-Charlie Chaplin-La ballerine-Caprices-Marche)
    - Variations (1931)
    - Mazurka (en fa dièse) (1933)
    - Humoresque philosophique (1933)
    - 2 Nocturnes (Nocturne lyrique-Nocturne romantique) (1933)
    - Suite Les Attraits (Magniti): (Regard d'adieu- Inquiétude- Danse populaire ukrainienne- Chanson populaire)
    (1933)
    - Suite Dzuba (1936): Introduction-Ville d'eau- Le nègre-Scène des jongleurs et valse mélancolique-Danse avec les coussins
    - Toccata (1937)
    - Elegie et Allegro fugato (1938)
    - 24 postludes (1941)
    - 5 danses (Miranda-Ariel-Rumba-Tango-Pasodoble) les trois dernières publiées en 1945 sous le titre 3 danses sud-américaines
    - Suite (1947)
    - 3 Mazurkas
    - Rhapsodie (Auprès du brasier- Se promenant jusqu'à l'aube)
    - Danse en mi bémol
    - Tanzeval'naya (1943)
    - Divertimento n°1 (1946)
    - Divertimento n°2 (1947)
    - 4 valses (1947)
    - 3 postludes (1949)

    Musique vocale

    op 14 5 romances (1926)
    1. Comment en suis-je arrivé à une telle tendresse (Tsvetayeva)
    2. Harmonika, harmonika (Blok)
    3. Sérénade (Shepnika-Kupernik)
    4. Pas un chant dans le silence des bois (Tolstoï)
    5. Un nuage doré dans le soir (Lermontov)
    op 16 3 romances (Oreshkin, Zubakin)
    1.La lune 2.Im Forsterhauschen 3.Iname-san
    op 23 7 romances (1927)
    1. Le berger (Esenin)
    2. Au bord du ruisseau (Balmont)
    3. Pareille au rayon (Balmont)
    4. Le schalmei joue dans le courant (Blok)
    5. Poussière de miel et de citron (Glob)
    6. Etendu sans sommeil (Golenichev-Kutuzov)
    7. Chant de noces (Klyuev)
    L'heure défunte (Barto) (1934)
    Kon (Pushkin) (1937)
    En 1920 (Lebedev-Kumach) (1938)
    Chanson de printemps (Zharov) (1940)
    L'homme de l'Armée Rouge (Utkin) (1942)
    Galya i Sharafat (Tarakhovskaya) (1943)
    Chansons, chants de masse

    Musique de chambre

    Na rasvete, pour voix, flute, clarinette et quatuor avec piano (1925)
    Ila, suite pour quatuor à vents (1931)
    2 quatuor avec piano (1936, 1944)
    Trio à clavier (1936)
    4 quatuors à cordes (1944-1945-1946)

    Oeuvres pour orchestre


    op 17 Prologue symphonique
    Telescope I (1926)
    Suite de danses (Dances énigmatiques) (1926)
    Telescope II (1928)
    Etude symphonique (1928)
    Telescope III (1928)
    Valse de concert (1928)
    Pro Dzyubu (d'après une histoire de Nathalie Sats) suite pour petit orchestre (1929)
    op 35 Symphonie n°1 (1929)
    Telescope IV (1935)
    Suite de danses (Danses de mouvement) (1930)
    Symphonie n°2 "Moscou" (1931-39)
    Ouverture "Le 1er mai" (1931)
    Suite de danses (1931)
    Symphonie n°3 "Romantique (1932)
    Valse de concert n°2 (1932)
    Concerto pour piano (1933)
    Symphonie n°4 "Armée Rouge" (1933)
    Les gardes-frontière, ballade symphonique pour enfants (1937)
    Jazz concerto (1939)
    Symphonie n°5 (1940)
    Symphonie n°6 (1942)
    Ouverture Héroïque (1942)
    Symphonie n°7 (1943)
    Symphonie n°8 (1943)
    Ouverture "Rondes russe" (1943-46)
    Symphonie n°9 (1944)
    plus divers poèmes symphoniques

    Operas

    Churila Plenkovich (inachevé 1942)
    Apothéose finale, nouvelle fin pour Les Huguenots de Meyerber, représenté comme "Les Décembristes" (livret Vinogradov 1924)
    Le Miroir (d'après Synge)
    Le petit nègre et le singe (1924) avec Knipper et Sokovnin
    Un héros irlandais (d'après Synge) (1933)
    Conte de fées (Rybake i rybke, Pushkin) (1935)
    La clé d'or (Tolstoi) (1936)

    Opérettes

    op32 Sirroco (1928)
    Une soirée de tricot (1931)

    Ballet

    Ya-malo, my-sila (1931)
    Tzyganka (1933)
    4 fois Moscou (avec Alexandrov, Chostakovich et Mosolov)

    Musique de film

    Marionetki (1934)
    Intrigan (1935)
    La belle Vasilissa (1939)
    Le cheval bossu (1941)
    et de nombreux autres

  4. #4
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2008
    Messages
    255
    Très intéressant comme toujours. Il va falloir que je réécoute les morceaux du disque Russian Avant-Garde pour me rafraîchir la mémoire et que je me procure aussi le volume avec Protopopov. Polovinkin a l'air d'être un compositeur très intéressant, surtout s'il se situe dans le sillage de Mossolov. J'adorerais pouvoir écouter ses symphonies tout comme celles de ce dernier d'ailleurs. Le côté "avant-gardiste mais pas trop" ou du moins cette capacité à changer de langage en fonction des circonstances n'est pas pour me déplaire, on a un aperçu plus varié des différentes facettes de son talent. Parmi la petite liste des compositeurs post-scriabiniens appartenant à l'avant-garde soviétique des années 20-30 il ne faut pas oublier non plus Lyatoshinsky dont les sonates sont exactement contemporaines de celles de Polovinkin (respectivement 1924 et 1925). On peut les écouter sur Youtube et c'est tout à fait saisissant.

  5. #5
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2008
    Messages
    255
    C'est vrai que sa musique pour piano est beaucoup plus sage que Télescope II que je découvre à l'instant - au boulot il était hors de question que je mette le son - La musique en elle-même est assez décousue mais c'est une oeuvre "futuriste" intéressante et j'ai été particulièrement sensible aux thèmes joués par les cuivres et à ces envolées de cordes dont seuls les Russes ont le secret. J'ai trouvé que le motorisme même s'il est bien présent dans cette oeuvre n'était pas très développé. Sinon j'ai réécouté tout ce que j'ai de lui au piano (Foxtrot, Danse, Berceuse, Magnets et Valse interprétés par Stefan Schleiermacher ainsi que la suite pour deux pianos par Adolf et Mikhail Gottlieb) et l'ensemble me paraît tout à fait gentil : j'ai une préférence pour la berceuse et le magnet basé sur un chant populaire ukrainien (même si ce dernier s'achève un peu en queue de poisson), je n'ai pas trop aimé la valse par contre, un peu trop impressionniste sans doute. Le dernier mouvement de la suite pour deux piano est amusant mais tout cela reste encore une fois très gentil.

  6. #6
    Membre Avatar de Theo B
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    5 979
    Il va falloir que je m'intéresse à ce Polovinkin. Mais je suis déjà content de voir qu'il y a d'autres ahuris qui s'intéressent à Mossolov et Protopopov (dont je ne connais que les oeuvres pour piano, mais cela m'a déjà pas mal convaincu).

  7. #7
    Membre Avatar de Kilgore Trout
    Date d'inscription
    novembre 2007
    Messages
    823
    Vive les ahuris, mais bon faut rester des ahuris de bon goût.

  8. #8
    Membre Avatar de Theo B
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    5 979
    Tu tombes bien, je suis en train d'écouter Ginzburg dans les paraphrases de Liszt.

  9. #9
    Membre Avatar de Kilgore Trout
    Date d'inscription
    novembre 2007
    Messages
    823
    Et c'est du bon goût qui en sauve du mauvais ou du mauvais qui s'enfonce?

  10. #10
    Membre Avatar de Theo B
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    5 979
    Aucune idée et m'en caresse l'aisselle avec une une langue de tamanoir schizophrène.

    Mais ce qui est sûr, c'est que c'est classe. Mais je suis en train de me rendre compte que Ginzburg jouait tout très classe, en fait.

  11. #11
    Membre Avatar de Kilgore Trout
    Date d'inscription
    novembre 2007
    Messages
    823
    Tu n'as donc aucun savoir-vivre.

    Moi j'écoute du William Bergsma, ce qui est bien plus classe que si Ginzburg jouait un concerto de Beethoven pendu par les pieds au-dessus d'une piscine remplie de requins bicéphales.

  12. #12
    Membre Avatar de Theo B
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    5 979
    Il est plus que probable qu'il existe des tamanoirs schizophrènes, alors que des requins bicéphales beaucoup moins.


    Ce qui invalide entièrement ton raisonnement.

  13. #13
    Membre Avatar de Kilgore Trout
    Date d'inscription
    novembre 2007
    Messages
    823
    Je proteste, il y a bien des agneaux bicéphales (http://www.hinsolite.com/modules/new...hp?storyid=676) alors pourquoi pas des requins? Qui sait ce que l'océan nous réserve. Au contraire, ton idée de schizophrénie des tamanoirs ressemble à un dangereux cas d'anthropomorphisme.

  14. #14
    Membre Avatar de Theo B
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    5 979
    Anthropomorphisme, anthropomorphisme, voir! (juste pour le plaisir de l'écrire deux fois de suite).

  15. #15
    Membre
    Date d'inscription
    mars 2008
    Messages
    1 912
    Citation Envoyé par Kilgore Trout Voir le message

    Moi j'écoute du William Bergsma
    Ah mais c'est très intéressant ça: trouve-t-on autre chose que "Gold and the senor commandante"?

  16. #16
    Membre Avatar de Kilgore Trout
    Date d'inscription
    novembre 2007
    Messages
    823
    J'écoutais son concerto pour violon sur ce disque-ci :


    Le programme est sympa : concertos de Lees, Starer, Kupferman, Colgrass, Harrison, Piston et Bergsma. Dommage qu'on les entende toutes les semaines à Pleyel.

    On trouve deux-trois autres petites choses de Bergsma, je crois.

  17. #17
    Membre Avatar de joachim
    Date d'inscription
    juillet 2010
    Localisation
    Nord (avesnois)
    Messages
    31
    Voici enfin un CD de musique symphonique de Polovinkine, sa symphonie n° 9, dans cette très intéressante collection des musiques de guerre russe :

    [IMG][/IMG]

    Une symphonie plutôt lyrique, sans cette idée d'avant-garde liée à Polovinkine. Il est vrai qu'elle date de 1944.

+ Répondre à la discussion

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

     

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages