+ Répondre à la discussion
Page 2 sur 7 PremièrePremière 1 2 3 4 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 21 à 40 sur 129

Discussion: Bartok

  1. #21
    Membre Avatar de Jacques
    Date d'inscription
    avril 2008
    Localisation
    Lausanne (Suisse)
    Messages
    2 782
    Remplacez, sur ce cartoon, les bouquins et autres documents par des disques, et vous aurez une idée assez réaliste de ce qui m'arrive parfois avec certains de mes enregistrements :




    Mais la persévérance est presque toujours payante et des fils de discussion comme celui-ci ont le mérite de m'y pousser .

    Je viens en tout cas de retrouver "triomphalement", au fond d'un vieux sac de voyage (sic ), ces deux disques Hungaroton achetés au tout début de l'ère du CD, auxquels j'étais très attaché et que, depuis longtemps, je croyais à jamais perdus :



    L'ancienne version Kocsis des deux livres de Pour les Enfants, enregistrée en 1980 et découpée en 27 plages regroupant chacune 2, 3 ou 4 petits morceaux, n'a pas grand chose à envier, je crois, à celle qu'il fit plus tard pour Philips (ah ! ces accents piqués/syncopés que les pianistes hongrois semblent faire "tout naturellement et comme par instinct", je ne me lasse jamais de les entendre ).

    Quant à la version dirigée par János Ferencsik du Château de Barbe-Bleue, elle n'est pas sans mérite non plus . Un gros "bémol" cependant : sur cet antique CD, il n'y a qu'une seule plage () alors que l'oeuvre dure près d'une heure (c'était souvent ainsi, à l'époque). Autant dire que, pour repérer tel ou tel passage éloigné du début, il faut beaucoup tâtonner et s'armer de pas mal de patience. Heureusement que d'utiles progrès ont été faits sur ce point par la suite.


    Jacques

  2. #22
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    884
    Citation Envoyé par Jacques Voir le message
    Quant à la version dirigée par János Ferencsik du Château de Barbe-Bleue, elle n'est pas sans mérite non plus . Un gros "bémol" cependant : sur cet antique CD, il n'y a qu'une seule plage () alors que l'oeuvre dure près d'une heure (c'était souvent ainsi, à l'époque). Autant dire que, pour repérer tel ou tel passage éloigné du début, il faut beaucoup tâtonner et s'armer de pas mal de patience. Heureusement que d'utiles progrès ont été faits sur ce point par la suite.


    Jacques
    Ahem... Aux débuts du CD, cher Jâcques, vous en souvient-il, il était prévu de distinguer plages et index à l'intérieur des dites plages. Certes, c'était optionnel, mais ça eut* existé. Aussi conclué-je (l'eûtes*-vous osé?) que l'éditeur du susdit CD était un rustre assoiffé de profit immédiat, ou tout au moins un gros blaireau...
    Ajoutons que la plupart des fabricants de platines CD a fini par jeter l'éponge devant le peu de publications exploitant cette possibilté, d'où l'impression que ça n'a même pas existé

    *Ceci ainsi formulé dans l'espoir de provoquer une réaction épidermique de la peau de vache de service, vous savez, celle qui (r)entre par la fenêtre quand on la jette par la porte. (Kick out through the door)
    En fait, je l'adooore

  3. #23
    Membre Avatar de thierry h
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Catalogne
    Messages
    4 361
    Citation Envoyé par Jacques Voir le message

    Quant à la version dirigée par János Ferencsik du Château de Barbe-Bleue, elle n'est pas sans mérite non plus . Un gros "bémol" cependant : sur cet antique CD, il n'y a qu'une seule plage () alors que l'oeuvre dure près d'une heure (c'était souvent ainsi, à l'époque). Autant dire que, pour repérer tel ou tel passage éloigné du début, il faut beaucoup tâtonner et s'armer de pas mal de patience. Heureusement que d'utiles progrès ont été faits sur ce point par la suite.


    Jacques
    Vous au moins vous retrouvez vos disques... En tout cas je n'ai aucun souvenir de cette version ( peut être l'ai je mise à l'index ! ) En revanche j'ai toujours sous la main l'autre version de Ferencsik enregistrée en 56, ( avec des russes ? Mais non ! ) avec les formidables Mihaly Szekely et Klara Palankay ! Superbe !


  4. #24
    Membre Avatar de thierry h
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Catalogne
    Messages
    4 361
    Un petit extrait !


  5. #25
    Membre Avatar de thierry h
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Catalogne
    Messages
    4 361
    Hop ! Pour bien commencer un dimanche ensoleillé ! ( avant USAP/ Agen )


  6. #26
    Membre Avatar de Jacques
    Date d'inscription
    avril 2008
    Localisation
    Lausanne (Suisse)
    Messages
    2 782
    Merci, JEFF et Thierry , pour vos diverses précisions, informations et vidéos.

    Je me souviens parfaitement de l'époque déjà lointaine où les index étaient en usage (le mot est invariable, à ce que je viens de voir )... Je possède d'ailleurs encore plusieurs vieux CD's qui en ont.

    Mais le problème, c'est que si mes premiers lecteurs (depuis longtemps disparus) pouvaient les reconnaître, ce n'est pas du tout le cas de la machine que j'utilise actuellement.

    De toute façon, c'eût été inutile avec le CD que j'ai montré au post 21 (Le Château de Barbe-Bleue, version Ferencsik "digital recording 1981", avec une basse et une mezzo en effet russes mais chantant en hongrois sans accent perceptible par moi ), car il ne comporte même pas d'index. Peut-être y en a-t-il tout de même, "invisibles" à mon lecteur actuel, mais ça m'étonnerait car la brochure jointe au CD n'en fait mention nulle part (alors que les disques qui en avaient les signalaient toujours).

    Jacques

  7. #27
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    862
    Bonjour,

    Je me permets de un petit tour sur des enregistrements des deux concertos pour Bartok :


    Mengenberg/Szekely: version historique, ca gratte mais il parait que d'après certain c'est la plus authentique (je ne connais pas ce qu'est) en tout cas elle a remporté la confrontation de Répertoire il y a une dizaine d'année.


    Gielen/Tetzlaff: Bonne version. Un peu trop linéaire.


    Fischer/Zehetmair: covainqueur de la confrontation Répertoire. Très bien accompagné. Peu être la version de l'honnête homme.


    Solti/Chung: Le tandem Chung/Solti est absolument phénoménal et cela fonctionne très bien car ils ont le même regard. Beaucoup de punch, pour ceux qui décoit par Boulez.




    Boulez/Kremer/Shaham
    : Boulez c'est la clarité qui prime. Une version de complément. Je ne crois pas qu'il a su rendre l'esprit de cette musique.



    Dorati/Menhuhin
    : Impossible de parler de Bartok sans mentioner Menuhin. Je choisit cette version chez Mercury où on trouve seule la 2e, mais quelle 2e c'est mon coup de coeur qui a mon avis surpasse de très loin ses gravures avec Furtwängler et Dorati tartdif chez EMI. La version a été pendant une nuit à chaud tout de suite après le concert. Le rhapsodie n'a jamais aussi bien rendu.



    Rozhdestvensky/Oistrakh: curieusement Oistrakh n'a pas laissé un enregistrement de la 2e. On se console avec la 1ere (qui est à mon avis mérite autant que la 2e). Gravure un peu ancien avec un orchestre qui manque de précision.



    Gertler/Ancerl: Bon avec une affiche parreille on ne risque pas d'être décu. Avec Ancerl c'est de la musique avec son dosage savant de l'orchestre. Gertler est un défenseur de Bartok de toujours.



    Horenstein/Gitlis: c'est peut être parmi les plus beaux enregistrement de Gitlis.



    Salonen/Mullova: une version passée innapercu lors sa parûtion. Elle joue la version originale du dernier mouvement de la 2e contrairement aux autres gravures.



    Ozawa/Mutter: très bien enregistré par DG. Je trouve Mutter joue mieux la musique du 20e siècle que la musique de la période classique ou romantique.

    Bruno

  8. #28
    Membre Avatar de Jacques
    Date d'inscription
    avril 2008
    Localisation
    Lausanne (Suisse)
    Messages
    2 782
    Quelle splendide collection vous avez montrée, Bruno !

    Je suis content de voir qu'y figurent les remarquables versions de Kyung Wha Chung (avec Solti et le Chicago Symphony Orchestra) . C'est en effet cette violoniste qui m'avait fait découvrir le Concerto No 1 de Bartók, que je ne connaissais pas encore (je rappelle qu'il s'agit d'une oeuvre "de jeunesse", mais magnifique, dont la première exécution, par Hans-Heinz Schneeberger, n'eut lieu que le 30 mai 1958, à Bâle, sous la direction de Paul Sacher). L'enregistrement figurait sur un disque Decca que j'ai toujours, couplé avec le Concerto de Berg (lui aussi avec Solti et Chicago).

    Sinon, n'étant pas un spécialiste du violon, je ne vois pas trop ce que je pourrais montrer d'autre quant à moi. Sauf peut-être ces albums tchèques que je retrouve à l'instant dans ma collection mais que j'avoue n'avoir pas réécoutés depuis belle lurette (je relève que, sur le disque de Josef Suk, c'est Ferencsik qui dirige Bartók et Neumann qui tient la baguette pour Berg; quant à Gertler avec Ancerl dans le Concerto No 2, ce doit être le même enregistrement que celui figurant sur l'album Supraphon "gold edition" déjà montré) :




    Jacques

  9. #29
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    862
    Bonjour Jacques,

    En effet Gertler a enregistré une seule fois avec Ancerl, donc toutes les publication chez Supraphon est le même enregistrement.

    Je ne connais pas la version Ferencsik/Suk mais l'affiche me tente beaucoup.

    Je viens de réaliser que j'ai commis une oublie impardonnable, il s'agit de la version 100% hongrois du 2e concerto Fricsay/Varga, même si la sonorité de Varga est un peu accrocheur à certain moment, c'est une version qu'il faut compter.

    Comme le nom Tibor Varga n'est pas trop connu, je mets ici un lien de sa fondation et du concours de violon qui porte son nom: http://www.concours-violon.ch/f/fondateur.asp





    Cordialement,


    Bruno

  10. #30
    Membre Avatar de Jacques
    Date d'inscription
    avril 2008
    Localisation
    Lausanne (Suisse)
    Messages
    2 782
    Merci beaucoup, Bruno , d'avoir fourni ces précisions (j'avoue que la Fondation Tibor Varga et les activités musicales qui lui sont liées ne m'étaient pas tout à fait inconnues, vu mon lieu de domicile ).

    Je reviens un instant sur l'excellente violoniste Kyung Wha Chung, ayant découvert quelques belles vidéos où elle interprète Bartók (). Je me permets d'en montrer deux.

    Sur la première, elle joue en 1984, avec le Sinfonieorchester des Südwestfunks dirigé par son frère Myung-Whun Chung (par ailleurs grand ami et interprète de Messiaen ), le troisième mouvement du Concerto pour violon No 2 :

    [/URL]


    Sur la seconde, elle interprète avec brio en 1997, accompagnée par le pianiste Itamar Golan, le deuxième mouvement de la Sonate pour violon et piano No 2 :

    [/URL]


    Jacques

  11. #31
    Membre Avatar de thierry h
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Catalogne
    Messages
    4 361
    Ah ! l'Expression capillaire du pianiste ! ( on dirait le batteur du Muppet show ) ça pourrait donner des idées à monsieur Lang !

    Sinon pas mal cette interprétation !

  12. #32
    Membre Avatar de Couack
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Gdańsk
    Messages
    2 056
    De mon côté je suis passé au quatuor n°2, et je suis frappé de constater à quel point l'influence de Schoenberg est considérable : tout le 1er mouvement est écrit dans un pur style viennois pré-sériel. Je pense d'ailleurs que là encore il y a un thème que l'on retrouve presque à l'identique chez Schoenberg. Seul le mouvement central se détache nettement par son emploi de rythmes de danses hongroises. Le très beau final qui semble évoquer un paysage désolé est lui aussi écrit selon les canons d'un hyperchromatisme viennois.

    Dans un sens rien de surprenant, Budapest n'était pas loin de Vienne, et c'était le même pays à cette époque; mais je serais curieux d'en savoir plus sur ce que Bartok a pu écrire ou penser de la musique de Schoenberg.
    lokoobooniirabootooaŕaiaikaalteelok onanenaŕ[-]ekaa?iiśiinkoolobooiiteerobaarebeet easiioonii

  13. #33
    Membre Avatar de thierry h
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Catalogne
    Messages
    4 361
    J'entends aussi un poil de Schoenberg là dedans ! Je crois qu'ils ne se sont jamais rencontrés... a vérifier cependant ! Quant à savoir ce qu'il pensait de sa musique je n'en sais rien ! Quant à Schoenberg comme il se prenait pour le plus grand compositeur du monde je n'ose pas imaginer ce qu'il pensait de la musique de Bartok...
    ( Entre nous ce que les musiciens pensent les uns des autres on s'en fout un peu non ? bon ça peut être parfois rigolo, hein Pierrot ? )

  14. #34
    - Avatar de mah70
    Date d'inscription
    novembre 2007
    Localisation
    Saint-Julien-Molin-Molette
    Messages
    5 983
    Citation Envoyé par thierry h Voir le message
    J
    ( Entre nous ce que les musiciens pensent les uns des autres on s'en fout un peu non ? bon ça peut être parfois rigolo, hein Pierrot ? )
    Je crois qu'il y avait eu il y a quinze ou vingt ans un bouquin assez sauvage tout entier composé d'avis de compositeurs sur leurs collègues - avec de zolies caricatures pour arranger le tout. Si quelqu'un retrouve le titre...

    Une petite amusante que je viens d'apprendre: Rachmaninov ayant entendu le 1er de Brahms par Horowitz et Toscanini à la radio (une version pourtant allègre en 38' chrono) avait téléphoné au soliste en lui demandant comment il osait jouer quelque chose d'aussi mal orchestré et d'aussi mal écrit pour le piano (j'en connais sur ce site qui vont opiner du chef )
    La seule certitude que j'ai, c'est d'être dans le doute. (Pierre Desproges)

  15. #35
    Membre Avatar de thierry h
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Catalogne
    Messages
    4 361
    Je note dans mon carnet cette excellente remarque de monsieur Rachmaninov ! Mais je connais de bien mauvaises langues qui diraient aussi que c'est l'hôpital qui se fout de la charité...

    Oserais -je demander à Gilles qu'elle version des quatuors il réécoute en ce moment ?

  16. #36
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    8 735
    Citation Envoyé par mah70 Voir le message
    Je crois qu'il y avait eu il y a quinze ou vingt ans un bouquin assez sauvage tout entier composé d'avis de compositeurs sur leurs collègues - avec de zolies caricatures pour arranger le tout. Si quelqu'un retrouve le titre...

    )

    je l'ai!
    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

  17. #37
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    8 735
    Citation Envoyé par thierry h Voir le message
    Mais je connais de bien mauvaises langues qui diraient aussi que c'est l'hôpital qui se fout de la charité...

    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

  18. #38
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    8 735
    je crois que bartok a dit des choses sur Schoenberg, si ma mémoire est bonne, je vais essayer de retrouver quoi, si par cas je retrouve mes livres bartokiens
    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

  19. #39
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    8 735
    Citation Envoyé par mah70 Voir le message
    Je crois qu'il y avait eu il y a quinze ou vingt ans un bouquin assez sauvage tout entier composé d'avis de compositeurs sur leurs collègues - avec de zolies caricatures pour arranger le tout. Si quelqu'un retrouve le titre...

    "jeux de massacre" par Alain Surrans, aux éditions Bernard Coutaz (!)

    C'est rigolo parce que j'avais songé utiliser ce bouquin hilarant pour alimenter ou créer des fils!
    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

  20. #40
    Membre
    Date d'inscription
    mars 2008
    Messages
    1 912
    Citation Envoyé par mah70 Voir le message

    Une petite amusante que je viens d'apprendre: Rachmaninov ayant entendu le 1er de Brahms par Horowitz et Toscanini à la radio (une version pourtant allègre en 38' chrono) avait téléphoné au soliste en lui demandant comment il osait jouer quelque chose d'aussi mal orchestré et d'aussi mal écrit pour le piano (j'en connais sur ce site qui vont opiner du chef )
    Rachmaninov ne cesse de remonter dans mon estime: j'ai récemment réécouté plusieurs versions de sa deuxième symphonie, et c'est franchement beaucoup mieux que les quatre de Brahms réunies.

+ Répondre à la discussion

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

     

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages