+ Répondre à la discussion
Page 3 sur 12 PremièrePremière 1 2 3 4 5 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 41 à 60 sur 227

Discussion: Richter

  1. #41
    Membre Avatar de françois1309
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Normandie
    Messages
    116
    Suivant la suggestion de Theo et parce que cela m'intéresse, je remonte ce fil pour parler du coffret "Icon" consacré aux enregistrements EMI de Richter.

    Tout n'y est pas indispensable, mais quelques disques le sont à mon sens:

    les trois sonates de Beethoven (1,7 et 17)

    Les Schubert (D664 et Wanderer-Fantaisie)

    "Richter in Italy" (Schumann op.2, 22 et 26)

    La Belle Maguelone avec DFD et les sonates de Beethoven et Mozart avec Kagan

    Côté concertos, il me semble que le coffret est moins intéressant, avec cependant les deux avec Muti (Beethoven 3 et Mozart 22), et le 5ème de Prokofiev avec Maazel.

    Cela fait finalement beaucoup de raisons d'acquérir cette "Icon" qui porte bien son nom...

    F.

  2. #42
    Membre Avatar de Theo B
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    5 979
    Bonjour François,

    globalement d'accord avec vous, et j'ajouterais au rayon des indispensables - mais qui étaient depuis longtemps réédités à part en Gemini, heureusement - les 4 disques Haendel avec Gavrilov. Je conçois toutefois que tout le monde n'aime pas.

    En effet, le disque avec Muti est magnifique. J'ai rarement entendu autant de grandeur dans le 3e de Beethoven, sans la moindre démonstrativité. L'entend spirituelle entre Richter et Muti dans le mouvement lent est impressionnante, je n'ai jamais entendu l'orchestre jouer ce mouvement ainsi, avec un tel recueillement et une telle force de concentration. Et Richter est à mon avis plus fort et sûr de lui qu'avec Sanderling dans ce concerto. Le 22e de Mozart, quel classe dans le rondo...

    Le plus décevant, à mon avis, ce sont les Grieg-Schumann avec Matacic (c'est relatif). Les disques avec Maazel ne sont pas si mal, finalement, Prokofiev, mais même le 2e de Brahms et le 2e de Bartok, c'est plus qu'écoutable, non?

    Mais le prix principal de cette réédition, finalement et vu le prix, c'est la Truite avec les Borodine, qui n'avait presque jamais été rééditée! Quelle merveille! Et puis, enfin, les Beethoven et Mozart avec Kagan...

  3. #43
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Utrecht, Pays Bas
    Messages
    123
    [quote=Theo B;49331]Bonjour François,

    globalement d'accord avec vous, et j'ajouterais au rayon des indispensables - mais qui étaient depuis longtemps réédités à part en Gemini, heureusement - les 4 disques Haendel avec Gavrilov. Je conçois toutefois que tout le monde n'aime pas.

    En effet, le disque avec Muti est magnifique. J'ai rarement entendu autant de grandeur dans le 3e de Beethoven, sans la moindre démonstrativité. L'entend spirituelle entre Richter et Muti dans le mouvement lent est impressionnante, je n'ai jamais entendu l'orchestre jouer ce mouvement ainsi, avec un tel recueillement et une telle force de concentration. Et Richter est à mon avis plus fort et sûr de lui qu'avec Sanderling dans ce concerto. Le 22e de Mozart, quel classe dans le rondo...

    Bonjour,

    Quant au Mozart, il n'y a qu'une "paille", les cadences de Britten que je trouve simplement imbuvables pour ne pas dire totalement déplacées!

    Willem

  4. #44
    Membre Avatar de françois1309
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Normandie
    Messages
    116
    Ce qu'on peut souhaiter désormais, c'est qu'après Philips-Decca et EMI, DGG réédite à son tour l'intégralité des enregistrements qu'a fait Richter pour ce label. Il y a surement des merveilles non rééditées depuis longtemps. A ma connaissance, on peut trouver:

    En concerto: Beethoven 3, Mozart 20, Rachma 2, Tchaikoski 1, Profofiev 5
    Schumann

    En piano solo: Schumann op.7, 12, 82, 76n°2, 21 n°2; Haydn sonate XVI-44, 8ème de Prokofiev, les préludes de Rachma, la 5ème de Scriabine, des Debussy, des Chopin, quelques broutilles de Schubert et des extraits du clavier bien tempéré

    Il doit surement rester des choses dans des cartons à Hambourg....

  5. #45
    Membre Avatar de Theo B
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    5 979
    Le Tchaikowski/Rachma avec Karajan, c'est quand un même un des quelques disques de Richter dont je pourrais aisément me passer! C'est écoutable, oscillant entre le correct et le à peine bon côté Richter (pour du Richter), souvent insupportable à l'orchestre - d'ailleurs Richter lui-même avait râlé contre la battue de Karajan qui s'obstinait à faire une faute de texte dans le Tchaikowski.

    Alors, si l'on a son Rach 2 avec Sanderling, son Tchaikowski avec Mrawinsky, et surtout son Tchaikowski avec Ancerl (indépassable pour les siècles des siècles)...

  6. #46
    Membre Avatar de thierry h
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Catalogne
    Messages
    4 361
    Ça c'est vrai ça, comme disait la mère Denis... Mais faudrait voir à pas oublier Guilels hein ?

    J'ai mis un "u" à Guilels pour faire plaisir à monsieur Lebewohl...

  7. #47
    - Avatar de mah70
    Date d'inscription
    novembre 2007
    Localisation
    Saint-Julien-Molin-Molette
    Messages
    6 003
    Citation Envoyé par thierry h Voir le message
    J'ai mis un "u" à Guilels pour faire plaisir à monsieur Lebewohl...
    Je note: si jamais les points de réputation sont activés, penser à mettre un bon point à Thierry.


    mah
    La seule certitude que j'ai, c'est d'être dans le doute. (Pierre Desproges)

  8. #48
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    8 757
    Citation Envoyé par thierry h Voir le message
    Ça c'est vrai ça, comme disait la mère Denis... Mais faudrait voir à pas oublier Guilels hein ?

    J'ai mis un "u" à Guilels pour faire plaisir à monsieur Lebewohl...

    ahhhh....

    voilà qui est bien ; au moins on voit de qui on parle, pas comme ce jilèlle dont on nous rebat les oreilles!

    Très bien. Je prends note, je prends note

  9. #49
    Membre Avatar de Theo B
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    5 979
    Citation Envoyé par Theo B Voir le message
    Et quand je pense que cet abruti de Sviatoslav n'a jamais joué Sposalizio... grrrrrrrrrr
    En fait, si:

  10. #50
    Membre Avatar de Theo B
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    5 979
    Je signale aux collectionneurs d'enregistrement d'études de Chopin par Richter ce concert récemment édité par Supraphon:

    Je pense que vous arriverez à lire le programme, qui offre donc toutes les études de Chopin que Richter a joué en concert, me semble-t-il, et je ne connais pas d'autre disque le proposant. En soit, le document est donc de première importance, mais en plus, le niveau de ce concert est presque du tout meilleur Richter.

    Les Chostakovitch sont les mêmes que dans le Supraphon les couplant avec Schumann, mais il y a en prime une magistrale exécution du grand 4e en mi mineur qui ne figurait pas dans la première édition.

    Les études de Chopin sont souvent préférables aux autres versions, à l'exception certaine, malheureusement, de la 25/12 que la version Praga surpasse largement, et dans une moindre mesure des 10/12, 25/7 et 25/11 (toujours si l'on compare avec les Praga). En revanche, les 10/1, 2 et surtout 3 et 4 sont les meilleures que j'ai entendues par Richter. Les 25/5 et 6 sont remarquables également.

    Ce qui est curieux, c'est que la plupart des Praga datent de 1960 et ont été aussi enregistrées à Prague (mais je n'ai pas le détail): concerts différents? Dans quelques cas, cela me parait certain, mais peut-être pas pour toutes. Cela sonne en tous cas très différemment, mais si ça se trouve, même la 25/12 est la même, avec moins d'impact sonore, car tout est plus mat sur le disque Supraphon... il faudrait que je réécoute étude par étude pour en avoir le coeur net.

    Enfin l'essentiel est qu'il y en a plus.
    La Polonaise-Fantaisie est aussi possiblement la même version que la Praga - une grande version.

    Disons que l'on tient là une compilation de grande valeur, avec peut-être quelques inédits...
    Dernière modification par Theo B ; 23/03/2009 à 19h46.

  11. #51
    Membre Avatar de thierry h
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Catalogne
    Messages
    4 361
    C'est pas mal du tout par Richter...

  12. #52
    Membre Avatar de Jacques
    Date d'inscription
    avril 2008
    Localisation
    Lausanne (Suisse)
    Messages
    2 782
    J'admets que c'est très tard pour signaler à ceux qui ne l'auraient pas encore le numéro de septembre 2012 de la revue Diapason (). Mais je ne l'ai acheté qu'aujourd'hui et on en trouve probablement encore.

    Cela étant, le CD joint comme "bonus" à ce numéro (Richter dans les deux Concertos de Liszt accompagné par le LSO dirigé par Kondrachine) mérite à mon avis cent fois la désignation "les indispensables de Diapason" inscrite sur la boîte :



    C'est magistral, avec une prise de son stéréo de 1961 qui n'a pratiquement pas pris une ride (enregistrée live en 1956, la Sonate D850 de Schubert est magnifique aussi) .

    Jacques

  13. #53
    Administrateur Avatar de Philippe
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Jemappes / Valencia
    Messages
    8 047
    Salut Jacques

    Je ne doute pas du caractère "magistral" de ces enregistrements ... sacré bestiau le Richter en effet
    Et je m'interrogeais sur l'opportunité d'installer (le cas échéant) ces pièces sur notre Bibliothèque Musicale afin d'en faire profiter tout le monde - puisqu'ils sont libres de droits. D'ailleurs d'autres enregistrements de Richter sont dans le même cas (ce doit être le cas du Rachma 2 ce me semble ...).
    Bon évidemment, il faut que ça intéresse les quelques rares participants à ce forum ...
    Dites-moi ... qu'en pensez-vous ?

  14. #54
    Membre
    Date d'inscription
    mars 2008
    Messages
    1 912
    je suis pour, le 2 remplacerait celui de Casadesus, le 1 on a Gilels-Kondrachine, donc à voir... ou peut-être d'abord pour la playlist à venir?

  15. #55
    Membre Avatar de Jacques
    Date d'inscription
    avril 2008
    Localisation
    Lausanne (Suisse)
    Messages
    2 782
    Bonsoir Philippe (). Bonsoir Sud ().

    Je suis pour aussi.

    Les membres du forum et les visiteurs pourraient d'ailleurs avoir d'autant plus envie d'écouter ces enregistrements Richter, j'imagine, s'ils lisent à leur sujet cet intéressant article signé Gaëtan Naulleau :


    "Il faut croire qu'à Londres, en juillet 1961, le «secrétaire» chargé de tenir scrupuleusement compagnie à Sviatoslav Richter redoublait de zèle soviétique et pressait le jeune garde du corps de serrer d'encore plus près le pianiste fraîchement affublé d'un prix Lénine. Pour un régime tout gonflé du triomphe spatial de Youri Gagarine le 12 avril, la fuite de Rudolf Noureev, le 16 juin au Bourget, venait de faire tache. En aucun cas cela ne devait se reproduire. Mais il fallait bien que les meilleurs musiciens soient affichés à l'Ouest en héros, avec la rassurante complicité de Sol Hurok. L'imprésario s'était déjà chargé d'Oïstrakh, Kogan, Rostropovich et Guilels - qui, de ce côté du rideau de fer, évacuait systématiquement les éloges ahuries : «Attendez que Richter vienne, vous parlerez après». Richter était finalement venu, d'autant plus attendu que ses premiers disques largement diffusés à l'Ouest (l'album Schumann pour DG et le récital de Sofia) avaient frappé les esprits. Il débarque aux Etats-Unis en 1960 pour une interminable tournée, rentre au pays puis gagne Londres en juillet 1961. On fait la queue aux guichets du Royal Albert Hall nuit et jour pour découvrir «le plus grand pianiste du siècle» (Hurok n'y va pas de main morte) à l'affiche de trois récitals et deux soirées de concertos dirigées par Kondrachine.

    La critique anglaise trouve d'abord matière à bouder ses programmes (de prédilection pourtant : Debussy, Prokofiev, Haydn, Schubert), son manque de naturel (effectivement, ces entrées en scène, ces saluts...), une perfection qu'on «ne peut qu'observer sans passion, comme on contemplerait le visage impassible d'une icône byzantine». Mais le dernier soir elle rend les armes et porte Richter aux nues pour son interprétation des deux concertos de Liszt (plus la Fantaisie hongroise... en bis). Le Times salue «son intelligence, son imagination et sa noblesse [...], un grandiose geste de réhabilitation de Liszt»; Evan Senior s'émerveille d'un «brio sans la moindre vulgarité [...]. Il y avait de la musique dans chaque mesure du premier concerto». Dans le Daily Telegraph, Donald Mitchell fait encore plus fort : «On pourrait croire que Liszt a écrit ses concertos pour Richter». Ce qui est ou bien très sot, ou bien très fin. Car le miracle des deux concertos, enregistrés pour Philips les jours suivants, est un miracle contre nature. Richter leur donne une autorité constante, une fermeté majestueuse dont ils se passeraient très bien, et leur refuse la haute voltige scintillante, la générosité rhapsodique, le rubato subjectif. Sous d'autres mains ce serait assommant. Mais avec ce toucher, cette empreinte inouïe dans le clavier, cette intensité du timbre, cette projection du discours, c'est fascinant. N'oublions pas de mettre aussi au crédit de ces émotions fortes les couleurs crues que Kondrachine sait trouver dans le LSO, et la prise de son de Wilma Cozart et Robert Fine - soit le tandem virtuose de Mercury, qui avait alors une longueur d'avance sur ses rivaux par sa maîtrise de l'enregistrement et du mixage sur trois pistes, et que Philips avait fait venir spécialement.

    En CD, les concertos ont d'abord été couplés à la Sonate en si mineur, qui n'est pas pour nous du plus grand Richter. Etemel débat des aficionados, qui en revanche chantent à l'unisson les louanges d'un concert praguois de juin 1956 : il portait la Sonate D850 de Schubert (la vaste «Gastein» en ré majeur) d'un geste titanesque, osait le plus nerveux et le plus intime, rapprochait les contraires, souriait et tonnait, s'abandonnait aux beautés simples de l'immense Con moto. Trésor indisponible depuis des lustres. Merci qui ?"


    Une remarque à propos des "cinquante ans d'âge au minimum"... La revue britannique BBC Music Magazine, quant à elle, ne respecte pas cette règle dans la mesure où elle peut puiser sans restriction, pour ses disques "bonus" mensuels, dans les archives de la BBC (ce qui nous vaut généralement des prises de son "modernes" et flatteuses, qui parfois ne datent que d'à peine quelques mois). Et il y a bien sûr aussi des "joyaux" à ne pas manquer.

    Ainsi, avec son numéro d'octobre 2012, le magazine en question fournit ce CD d'enregistrements inédits de Claudio Arrau, dont celui des Sonates pour piano Op. 57 et 81a de Beethoven captées live au Royal Festival Hall de Londres le 10 juin 1985 :



    Jacques
    Dernière modification par Jacques ; 28/09/2012 à 20h52.

  16. #56
    Administrateur Avatar de Philippe
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Jemappes / Valencia
    Messages
    8 047
    Ok les gars, on fait comme ça

    Jacques je ne connais pas du tout la législation britannique en la matière - est-ce la même que pour le reste de l'UE ? aucune idée ... mais en attendant la renaissance de Megaupload 2, si vous pouviez m'envoyer un rip de ce CD je vous en serais reconnaissant Mediafire (http://www.mediafire.com/) offre encore cette possibilité, ironie du sort, ce serait alors parfaitement légal et même l'Oncle Sam n'y trouverait rien à redire (ou ne pourrait).


    mais ici non, rien à faire tout est farpaitement légal



    Je me demandais d'ailleurs, si l'on ne pourrait pas (plutôt que de faire figurer ces enregistrements en rubrique Liszt) créer dans la section Récitals une section "Richter". C'est qd même un sacré bonhomme, moi qui ne suis pas fan de piano, j'ai rarement pu lui résister en l'entendant ... il doit bien y avoir d'autres enregistrements de lui devenus libres de droits à cette heure

  17. #57
    Membre Avatar de Jacques
    Date d'inscription
    avril 2008
    Localisation
    Lausanne (Suisse)
    Messages
    2 782
    Selon la Directive européenne du 29 octobre 1993, la législation en matière d'interprétation sur un support sonore est la même dans tous les pays de l'UE, donc y compris en Grande-Bretagne : une interprétation accède au domaine public au bout de 50 ans maximum (c'est d'ailleurs pareil en Suisse, par analogie, bien que ce pays ne soit pas membre de l'UE) .

    Cela dit, Philippe, j'ai tiré huit fichiers WMA des deux Concertos de Liszt enregistrés en juillet 1961 par Richter et Kondrachine (un par mouvement, chacun des concertos en ayant quatre) puis les ai mis sur MediaFire.

    Dans quelques minutes, je vais vous adresser un message privé indiquant les huit coordonnées nécessaires pour les télécharger ().

    Jacques

  18. #58
    Administrateur Avatar de Philippe
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Jemappes / Valencia
    Messages
    8 047
    Merci Jacques, cp1 bien réceptionné

  19. #59
    Membre Avatar de Jacques
    Date d'inscription
    avril 2008
    Localisation
    Lausanne (Suisse)
    Messages
    2 782
    À toutes fins utiles, je signale - ou rappelle - l'existence de ce passionnant DVD (avec sous-titres en anglais, français et allemand), qui contient "des archives rares et la seule grande interview" donnée par Sviatoslav Richter [1915-1997] :





    Ce précieux document nous apprend quantité de choses intéressantes, non seulement sur le pianiste lui-même mais aussi sur la vie musicale dans l'ex-URSS. À la fin, Richter a cet aveu poignant : "Je ne m'aime pas. C'est tout." Difficile de ne pas en être profondément attristé et troublé...

    Plusieurs personnes ont mis sur YouTube tout ou partie de ce DVD, malheureusement chaque fois avec les sous-titres en anglais. J'en montre quand même cet extrait, qui notamment permet de voir et d'entendre Richter prononcer cette douloureuse confidence (c'est à 08:00) :


    [/URL]


    Jacques

  20. #60
    Administrateur Avatar de Philippe
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Jemappes / Valencia
    Messages
    8 047
    Citation Envoyé par Jacques Voir le message
    J'admets que c'est très tard pour signaler à ceux qui ne l'auraient pas encore le numéro de septembre 2012 de la revue Diapason (). Mais je ne l'ai acheté qu'aujourd'hui et on en trouve probablement encore.

    Cela étant, le CD joint comme "bonus" à ce numéro (Richter dans les deux Concertos de Liszt accompagné par le LSO dirigé par Kondrachine) mérite à mon avis cent fois la désignation "les indispensables de Diapason" inscrite sur la boîte :



    C'est magistral, avec une prise de son stéréo de 1961 qui n'a pratiquement pas pris une ride (enregistrée live en 1956, la Sonate D850 de Schubert est magnifique aussi) .

    Jacques
    Et voilà comme suggéré ces deux interprétations sont maintenant disponibles sur notre BM :
    voyez ici http://www.mqcd-musique-classique.co...ead.php?t=4987
    et ici http://www.mqcd-musique-classique.co...ead.php?t=4985


    Jacques un tout grand merci de nous avoir fait parvenir ces fichiers
    J'espère que tout le monde appréciera

+ Répondre à la discussion

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

     

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages