+ Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 11 sur 11

Discussion: Alexandre Mossolov

  1. #1
    Membre Avatar de joachim
    Date d'inscription
    juillet 2010
    Localisation
    Nord (avesnois)
    Messages
    31

    Alexandre Mossolov

    Je n'ai pas trouvé de fil concernant Mossolov (on en parle un peu dans Avant garde soviétique mais sans plus), pourtant ça m'étonnerait que Fred, avec sa science profonde de la musique soviétique n'en ait pas parlé ici.

    Mossolov n'est (un peu) connu que pour sa pièce orchestrale Zavod (les Fonderies d'acier) op 19 de 1926, et par son premier concerto pour piano op 14 de 1927. Un petit peu aussi pour deux ou trois de ses sonates.

    Il a pourtant composé 6 Symphonies dont une seule est enregistrée, la première en mi majeur (sans n° d'opus) dans l'intéressante collection des musiques russes en temps de guerre chez Northern Flowers.



    Voici une importante symphonie (52 minutes) qui peut sans honte se comparer à celles de Chostakovitch et de Prokofiev. Le style est d'ailleurs à mi chemin entre ces deux compositeurs. Un autre compositeur de cette collection qui mériterait également qu'un fil lui soit consacré : Gavrill Popov avec sa 3ème symphonie.

  2. #2
    Membre Avatar de Jacques
    Date d'inscription
    avril 2008
    Localisation
    Lausanne (Suisse)
    Messages
    2 782
    Je suis heureux de constater qu'un fil de discussion vient d'être ouvert sur Alexandre Mossolov .

    Et je serais aussi très favorable à l'ouverture d'un autre fil sur Gavril Popov.

    De Mossolov, à part l'album d'oeuvres pour piano montré sur le fil "Avant-garde soviétique", je ne possède à ce jour que ce disque :





    Deux oeuvres pouvant être qualifiées de "très audacieuses" (le Concerto pour piano No 1 Op. 14, par Rusudan Khuntsaria et l'Orchestre Symphonique de l'URSS dirigé par Nikolaï Kozhukar, et l'impressionnante mais très brève pièce intitulée Zavod, par le même orchestre dirigé par Evgeni Svetlanov) y voisinent avec deux suites pour choeur et divers solistes vocaux, quant à elles plus conformes à l'idée qu'on peut se faire d'une certaine "esthétique stalinienne imposée" (mais je m'empresse de souligner qu'elles n'en sont pas moins fort belles).


    Jacques

  3. #3
    - Avatar de mah70
    Date d'inscription
    novembre 2007
    Localisation
    Saint-Julien-Molin-Molette
    Messages
    5 846
    Bonjour.

    J'aime beaucoup le cheminement du disque: enregistré en URSS, édité sous licence en Australie (il existait un "Melodiya Autralie" qui reprenait en CD, sous le numéro de référence d'origine, les 33 tours soviétiques), laquelle licence a été cédée de nouveau à Zyx en profitant traitreusement de l'effondrement de l'URSS - le CD est édité en 1994

    Le même programme exactement existe aussi en CD Melodiya Royaume-Uni (ou bien est-ce un CD Olympia?) pour une bonne et simple raison: en 70 ans d'édition phonographique soviétique, c'est le seul disque existant intégralement consacré aux d'oeuvres de Mossolov (avec un disque de pièces pour piano jouées par le soliste du concerto). La situations discographique de Roslavets était pire, et Popov n'était guère mieux loti. C'est dire à quel point l'avant-garde des années '20 a non seulement été remise dans le rang mais sa mémoire même effacée, comme étaient effacés des photographies officielles les personnages liquidés au hasard des aléas politiques.

    Le texte de présentation de l'édition Olympia/Melodiya n'est pas signé Per Skans, comme cela est devenu l'habitude par la suite, mais a visiblement été fourni avec les bandes venues de derrière le rideau de fer: c'est un assez bel exemple de langue de bois (Mossolov a été peu joué car il a perdu ses partitions dans un voyage en train et c'est bien dommage sinon pensez bien il aurait été enregistré tous les matins). L'édition Zyx reprend-elle elle aussi ce petit morceau d'histoire?

    La seule certitude que j'ai, c'est d'être dans le doute. (Pierre Desproges)

  4. #4
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2008
    Messages
    255
    A noter que Zyx a réédité le disque montré plus haut en 1998 dans cet élégant digipack 2CD :



    Le 2ème disque ayant pour programme la Suite Soldiers Songs de Mossolov (pour orchestre populaire avec force balalaïkas et accordéons), Roméo et Juliette de Kabalevsky dirigé par Kitayenko, The Inspector's tale de Schnittke dirigé par Rozhdestvensky (ça ne dure qu'une minute) et Seven Beauties de Karayev dirigé par Ermler. Le texte du livret se borne à des banalités biographiques sans même préciser ce que Mossolov avait dû endurer ! Et il n'est même pas question de la fameuse valise. Peut-être que Jacques pourrait nous en dire plus si le livret de l'édition qu'il possède est plus loquace ?
    Dernière modification par Erwan ; 13/05/2011 à 12h35.

  5. #5
    Membre Avatar de Jacques
    Date d'inscription
    avril 2008
    Localisation
    Lausanne (Suisse)
    Messages
    2 782
    Citation Envoyé par Erwan Voir le message
    Peut-être que Jacques pourrait nous en dire plus si le livret de l'édition qu'il possède est plus loquace ?
    Hélas non.

    Le disque Zyx (Melodiya Australia) que j'ai montré au post 2 n'est accompagné que d'une brochure fort mince, avec un texte en allemand de Gerhard R. Fink, traduit en anglais par Stephen Fletcher.

    Comme ce texte est très bref, je le reproduis néanmoins en entier ci-dessous, dans sa version anglaise :


    "Mossolov studied with Gliere and Miaskovsky at the conservatory in Moscow from 1921 until 1925. He first aroused attention as a radical and naturalistic composer with his orchestral piece «Savod» (known as the «iron foundry», a part of the ballet of the same name).

    However, he soon adopted a traditional, melodic style. In 1948 he started collecting North Caucasian, Turkmenian and Kirgizian folksongs. His works include five suites for the orchestra, two piano concerti, a harp concerto, a cello concerto, the operas «The Hero», «The Dam», and six symphonies.

    Mosolov arranged most of the folksongs for the Moscow Radio Choir. Each year, new cycles - such as «White Nights», «Siberian Morning» or «The People Love Lenin» etc. - were written for this choir.

    Mosolov composed his Piano Concerto No. 1 between 1926 and 1927. The composition received its premiere in St. Petersburg in 1928, with Mossolov playing the piano part. However, with its unusual melodies, the concerto met with little success. With hindsight it is difficult to understand why this composition was not appreciated - maybe its time had not yet come. In discussing the composition, the critic Anton Uglov wrote the following: «the music is earnest, dark, stringent and hard; simply brutal and evil. Mosolov is a musical constructor».

    By contrast, Mosolov was celebrated for his patriotic war songs in the Second World War and for his choral songs for the Kolchose workers. These songs spoke a clear language and had a strong impact on the audience. Mossolov managed to incorporate the different characters of the former USSR with great empathy. It was here that he showed himself to be a «people's composer», as Stalin requested from all composers at that time. Between 1926 and 1928, he composed «Savod» for the Bolshoy Ballet in Moscow. The «iron foundry» music for machines became the most popular piece of music in the late twenties. Even Toscanini gave it its first New York performance."
     

    Jacques

  6. #6
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2008
    Messages
    255
    C'est exactement le même texte qui est reproduit dans le digipack de 98.

  7. #7
    Membre Avatar de Couack
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Gdańsk
    Messages
    2 056
    J'ai écouté ce cd hier. La symphonie fait très Shostakovich, en plus compliqué. C'est très soviétique et très surchargé harmoniquement. Le concerto est vraiment déprimant.
    lokoobooniirabootooaŕaiaikaalteelok onanenaŕ[-]ekaa?iiśiinkoolobooiiteerobaarebeet easiioonii

  8. #8
    Membre
    Date d'inscription
    avril 2014
    Messages
    11
    J'ai découvert Mossolov très récemment et, comme beaucoup, je m'étonne qu'on ne le joue pas plus que ça.

    Même Zavod (quel coup de génie soit dit en passant) n'a qu'une demi-douzaine d'enregistrements dont plusieurs indisponibles depuis longtemps.

    Au-delà de cet arbre qui cache la forêt, j'ai une vraie affinité avec le concerto pour violoncelle écrit dans un langage certes plus simple mais vraiment imparable. L'Intermezzo central est d'une inspiration mélodique irrésistible: fraîche et limpide. C'est peut-être mon concerto pour violoncelle favori de l'ère soviétique après le premier de Chostkovitch et celui Prokofiev mais très différent de chacun de ceux-là.

    Et puis le concerto pour piano n°1 que je ne connais pas encore très bien mais qui m'a fait une forte impression: beaucoup de personnalité et d'audace (on est plus proche de Zavod que du concerto pour violoncelle).

    Bref, un compositeur qui a toujours une griffe affirmée, même dans ses oeuvres plus conventionnelles. A redécouvrir, assurément.

  9. #9
    Membre
    Date d'inscription
    août 2018
    Localisation
    Combourg (35)
    Messages
    21
    Pour Zavod, la meilleure version est pour moi celle de Riccardo Chailly avec Le Royal Concertgebaw d'Amsterdam. La 3ème de Prokofiev qui l'accompagne étant tout à fait exceptionnelle elle aussi.


  10. #10
    Membre
    Date d'inscription
    mars 2008
    Messages
    1 906
    tout ça est très ancien, mais il y a au moins un enregistrement de la 5è symphonie, deux au moins du splendide 1er quatuor, un du second, le concerto pour piano, les mélodies et tous les chants de soldats avec accordéon et petit orchestre. Mosolov, avec Deshevov et zhivotov sont les grands modernes du siècle dernier. Oubliés, jusqu'à quand? pe ut-être toujours vu le peu de curiosité des derniers amateurs de musique, et le fait qu'ils n'ont toujours pas cessé de déranger l'establishment.

  11. #11
    Membre
    Date d'inscription
    août 2018
    Localisation
    Combourg (35)
    Messages
    21
    Citation Envoyé par sud273 Voir le message
    mais il y a au moins un enregistrement de la 5è symphonie
    La 5ème de 1965 a été enregistrée ? As tu plus de précisions ? Car c'est la première fois que j'en entends parler Pour le reste j'ai tout ce qui se trouve où s'est trouvé un jour enregistré

+ Répondre à la discussion

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

     

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages