+ Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 5 sur 5

Discussion: Supravox 215 bicône

  1. #1
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    878

    Supravox 215 bicône

    Bonjour à tous,

    Voilà, j'ai acheté une paire d'Elipson avec des supravox 215 bicône (les sphères en stuc), le modèle large bande hardcore (pas de tweeter de fille !!).

    J'aime beaucoup le son, et jusqu'à présent je me satisfaisais parfaitement d'un médium très riche, et d'aigus et basses un poil écourtés.

    Mais en fouillant dans ma discothèque, je suis tombé sur un truc de djeuns, (Ok Go - This Too Shall Pass) et quelque diable aussi me poussant, j'ai écouté, et là j'ai été bluffé à proprement parlé par ce dont étaient capables les supravox !! Enfin, sans rien exagérer non plus, peut-être pas une définition qu'on peut trouver ailleurs, mais n'empêche que des graves qui claquent...

    Alors si j'ai bien compris il s'agit de compression dynamique artificielle, n'empêche que je me demandais si je ne devrais peut être pas booster mes basses (j'ai confirmé leur légèreté - même si très propre - avec l'ouverture de l'enlèvement au Sérail et re confirmé avec Malher 2 Inbal), parce que sans compression dynamique (si j'ai bien compris que c'était ça), je suis un poil frustré ! Et surtout ça confirme le bien que je pense de : Mahler / Inbal / Elipson Supravox dans tout ce qui est au-dessus du médium !

    Merci par avance pour vos conseils avisés !

  2. #2
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    St Maurice de Beynost 01700 (15 km à l'est de Lyon)
    Messages
    344
    Citation Envoyé par Agamemnon Voir le message
    Bonjour à tous,

    Voilà, j'ai acheté une paire d'Elipson avec des supravox 215 bicône (les sphères en stuc), le modèle large bande hardcore (pas de tweeter de fille !!).(...)
    Alors si j'ai bien compris il s'agit de compression dynamique artificielle, n'empêche que je me demandais si je ne devrais peut être pas booster mes basses (j'ai confirmé leur légèreté - même si très propre - avec l'ouverture de l'enlèvement au Sérail et re confirmé avec Malher 2 Inbal), parce que sans compression dynamique (si j'ai bien compris que c'était ça), je suis un poil frustré ! Et surtout ça confirme le bien que je pense de : Mahler / Inbal / Elipson Supravox dans tout ce qui est au-dessus du médium !

    Merci par avance pour vos conseils avisés !

    Mon cher Aga,
    j'aimerais quand même que tu me précises ce que tu appelles compression dynamique artificielle... Je ne connais pas de compression statique naturelle ! Soit rassuré, juste avant le passage au numérique, j'avais eu la folie d'acheter les derniers systèmes Dolby (les SR ) qui étaient multibandes et étaient supérieurs en dynamique a tout ce qu'il pouvait exister en numérique. Nicolas Giddings, le directeur technique de l'importateur de Revox, Beyer et quelques autres périphériques m'avaient avoué qu'il n'avait jamais autant vendu de limiteur compresseur depuis l'arrivée du numérique. Les choses se sont-elles calmées ? J'en doute ! En tout cas, pour les disques vinyle, dont la dynamique était à tout casser de 45 dB, à part du luth et du clavecin (et encore, un compresseur bien utilisé peut, paradoxalement, donner une impression subjective de dynamique plus importante : la pêche), tout était passé par ces appareils. Il n'y a qu'à voir les petites annonces des sites spécialisés dans la prise de son, voire même EBay pour se rendre compte de la valeur d'appareils comme Urei , Valley People... Et c'est un bien car l'écoute domestique, sauf si elle est réalisée dans une chambre anéchoïque -- ce qui est extrêmement rare, tu en conviendras -- augmente la dynamique par les réflexions du son produits par les enceintes sur les murs. Ainsi un écart enregistré de 3 dB, se traduit volontiers par un écart réel, dans la pièce d'écoute de 5 ou 6 dB... Quand ce n'est pas 12 à 18 dB (on parle alors de fréquence de résonance de la pièce d'écoute). J'ai intercalé entre mon préampli et mon ampli, un Behringer DEQP 2496 qui, d'une part, corrige les fréquences de résonance la pièce (émission de bruit rose par les enceintes et capture par un microphone omnidirectionnel relié à l'appareil puis travail d'un microprocesseur), limiteur compresseur multibandes. Les préférences (puisqu'il y a une discrète touche de by-pass), de tous les amis qui viennent écouter quelque chose, sont toujours pour le message compressé. La compression est discrète et j'ai remarqué, que depuis, les oreilles féminines supportent beaucoup mieux une écoute à un niveau réel. J'avais été très intrigué que ma femme supporte sans problème des pressions acoustiques parfois très importantes sans aucun problème lorsqu'elle est à la console d'un orgue et ne supportait pas la restitution à la maison ; elle me disait toujours que, au réel, le son « partait » et que, à la maison, il restait enfermé dans « le bocal »... Depuis, après quelques tâtonnements pour un honnête compromis, je découvre, parfois avec stupeur, qu'elle écoute les intégrales de Bach et Buxtehude par Ton Koopman à peu près au même niveau que moi.
    Les T 215 S RTF de Supravox, ont été mes premiers haut-parleurs ; je n'avais pas pu m'acheter la version HF 64 qui elle n'avait pas de bicone mais supportait 25 W au lieu de 15 W. Bien d'accord sur leur qualité... Cette marque française, contrairement aux Anglais, à l'époque, a toujours milité pour un haut rendement (cela demande un aimant très important et donc très cher) donnant des rendements pour 1 W (comme Cabasse, autre marque française)> 95 dB alors que, Kef,BW,Celestion, se complaisaient avec des enceintes closes et des rendements inférieurs à 85 dB. Il est bien évident, qu'avec un tel rendement, on avait un phénomène de compression qu'on pourrait appeler « naturel », que j'appellerai plus volontiers radin et commercial qui permettait d'avoir de bonnes marges sur la vente des « boîtes à musique ».
    Bien cordialement
    Jean DUBAR

  3. #3
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    878
    Ah, je redoutais une réponse aussi pointue de ta part ! ha...

    En fait, ce que j'entends par compression, c'est que les basses ressortent mieux (claquent) sur de la musique de djeunz, que sur la musique classique, a priori moins sujette à traficotage.

    Je me demandais si un caisson de basse pouvait remédier à ça ? Un élément comme le beringher me parait un peu du surarmement par rapport à mon système...
    Dernière modification par Agamemnon ; 27/06/2011 à 23h26.

  4. #4
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    St Maurice de Beynost 01700 (15 km à l'est de Lyon)
    Messages
    344
    Effectivement , pour gonfler les graves, le Behringer n'est d'aucune utilité ! Dans ce cas, je te conseille un caisson de graves avec un ou deux haut-parleurs à haut rendement et comportant leurs propres amplifications. Ceci dit, environ 300 EUR pour améliorer sa chaîne alors que d'autres mettent des fortunes dans des câbles dont l'efficacité ressemble à de l'homéopathie... Je trouve que ce n'est pas cher payé pour une transparence une amélioration importante de la scène musicale représentée !

  5. #5
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    924
    Citation Envoyé par Agamemnon Voir le message
    Ah, je redoutais une réponse aussi pointue de ta part ! ha...

    En fait, ce que j'entends par compression, c'est que les basses ressortent mieux (claquent) sur de la musique de djeunz, que sur la musique classique, a priori moins sujette à traficotage.

    Je me demandais si un caisson de basse pouvait remédier à ça ? Un élément comme le beringher me parait un peu du surarmement par rapport à mon système...
    Hello!

    Je retrouve enfin un peu de disponibilité après que diverses préoccupations m'ont fait abandonner ce forum.

    Ce sujet m'interpelle au niveau de mon vécu quotidien, man!

    Il me semble que le grave présent sur les enregistrements "djeunz" n'a jamais la profondeur des registres mahleriens. Un 21cm à haut rendement ne saurait descendre comme celui d'une Ditton 15 dont le rendement est inférieur d'environ 8DB. De plus, il faut à ce dernier le renfort d'un passif pour aller chercher le 40Hz, fréquence banale pour un orchestre philharmonique. Maintenant, si l'on dispose d'un ampli nerveux, on aura un impact tout-à-fait crédible. De plus, si on triche en coupant les fréquences les plus graves, on a l'impression que le grave devient plus rapide avec le même HP!
    Reste le paramètre de la cohérence des registres, et là un large bande va restituer plus facilement l'attaque, d'où l'impression que ça claque! A l'inverse, un boomer "rapide" peut avoir un côté raide. C'est ce que me disait un concepteur d'enceintes au sujet du SIARE 31 TE.
    Nous voila donc avec un dilemne:
    - Favoriser la "claque" sur les percussions?
    - Ou donner la priorité à la profondeur veloutée des contrebasses?
    à suivre?

    Jeff

+ Répondre à la discussion

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

     

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages