Discussion fermée
Affichage des résultats 1 à 1 sur 1

Discussion: Index ClassiqueInfo-disque : Gilles Quentel

  1. #1
    Administrateur Avatar de Philippe
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Jemappes / Valencia
    Messages
    6 915

    Index ClassiqueInfo-disque : Gilles Quentel




    Index des articles ayant été rédigés pour ClassiqueInfo-disque
    par quelques membres (actifs) du forum
    (sera régulièrement mis à jour)




    ATTENTION

    Les fils consacrés aux index sont verrouillés !
    La discussion sur ClassiqueInfo et ClassiqueInfo-disque se poursuit ici


    • Alan Hovahness ou la poésie des grands espaces
      Naxos publie son quatrième volume consacré au compositeur Américain Alan Hovhaness, lequel réunit quatre œuvres enregistrées pour la première fois : la Symphonie n°63 « Loon Lake », le Concerto pour guitare n°2 et la Fantasia for the New Atlantis. Le Concerto est d'un intérêt relatif, mais les deux autres oeuvres sont des merveilles de poésie et d'émouvante simplicité, dirigés avec beaucoup de raffinement par Stewart Robertson à la tête du Royal Scottish National Orchestra. Dans le paysage de la musique (...)
      vendredi 23 janvier 2009

    • Bashmet enregistre Dun, Takemitsu et Hayashi
      Trois compositeurs d'Extrême-Orient au programme de ce volume Onyx, avec des oeuvres d'intérêt relatif qui ont surtout le mérite d'être des curiosités. La direction très morne de Yuri Bashmet n'aide pas à susciter l'enthousiasme. Ce volume réunit donc des œuvres de trois compositeurs « orientaux ». Le qualificatif pointe déjà du doigt le hiatus : deux Japonais et un Chinois, que l'on peut sans arrière-pensée mettre sur le même disque car au fond la culture chinoise et la culture japonaise c'est un peu la même (...)
      mercredi 18 juin 2008

    • Bernstein le Grand
      West Side Story a été pour Bernstein ce que le Boléro a été pour Ravel : l'arbre qui cache la forêt. Ce dvd vient nous rappeler que Leonard Bernstein fut avant d'être un grand chef d'orchestre, un compositeur inspiré et un symphoniste exceptionnel. En prime, un entretien d'une heure avec le compositeur. Enthousiasmant. Bernstein a peu écrit, et son œuvre n'a pas eu le retentissement qu'elle méritait sans doute. L'époque était à l'austérité et au conceptuel, lui était dans l'éclatement des couleurs, la (...)
      mercredi 1er décembre 2010

    • Bernstein répète la Première Symphonie de Chostakovitch
      Le grand chef américain se retrouve confronté à un orchestre de jeunes exécutants – exercice qu'il affectionne – pour une répétition de la Symphonie n°1 de Chostakovitch – oeuvre d'un autre jeune, prodige de 19 ans celui-là. Si le vieux chef parvient à hisser ce timide orchestre à un niveau insoupçonné, l'alchimie peine à se faire entre un Bernstein volontiers railleur et des interprètes trop impressionnés par la personnalité qui les dirige. Le dvd propose conjointement la symphonie et un échantillon des (...)
      vendredi 26 septembre 2008

    • Bruckner les pieds dans l'eau
      Suite aux inondations qui ont sévi à Dresde en 2002, Bernard Haitink et la Staatskapelle de Dresde enregistrent un concert au bénéfice de la ville : on y donne la Symphonie n°38 de Mozart et la Huitième de Bruckner. Ce ne sont pas les interprétations les plus frivoles ni les plus légères que l'on aura entendues de ces œuvres. Mais le contexte commandait sans doute ce style sombre et empesé. En août 2002, Dresde vit l'Elbe déborder et envahir le centre de la ville suite à des pluies diluviennes. Bernard (...)
      mercredi 22 septembre 2010

    • Bruckner par Simone Young : la Symphonie n°8
      Simone Young, on le sait (ou non) a choisi de s'attaquer à l'intégrale des symphonies de Bruckner par les premières versions, c'est-à-dire celles que l'on ne joue jamais. Jusqu'ici, la chef australienne a donc enregistré la Symphonie n°2 de 1872 (au lieu de la version « standard » de 1877), la n°3 de 1873 (au lieu de la version 1877), la n°4 de 1874 (au lieu de la version 1886) et cette Symphonie n°8 de 1887 (au lieu de la version 1890). L'interprétation de Simone Young convainc par son sens aigu des (...)
      mardi 20 juillet 2010

    • Cage dans les nuages
      Vingt harpes improvisant de concert une musique céleste, un murmure de voix lointain qui se brise sur les cordes des instruments, un climat paisible et dépassionné, une musique étrange et hallucinée au point d'en être déconcertante : ça ne ressemble à rien sinon à du Cage. Rien que pour cette raison, il ne faut pas passer à côté. John Cage considérait Satie comme « le plus important compositeur du XXème siècle » : s'il est clair que l'on peut établir une filiation entre la musique du solitaire d'Arcueil et (...)
      mercredi 2 septembre 2009

    • Chostakovitch vu de Seattle
      Les pochettes de chez Artek sont presque toujours d'un mauvais goût qui relève de la singularité : ce cd Chostakovitch, loin de faire exception, et qui rappelle les plus mauvaises pochettes Melodiya des années 70 (l'image de fond est la même que celle d'un disque Glazounov) est en soi assez décourageante. Pourtant, on aurait tort de ne pas aller plus loin, car la direction de Gerard Schwarz, titulaire du Seattle Symphony depuis 25 ans, est magistrale. La Symphonie n°8 de Chostakovitch est une œuvre (...)
      mercredi 11 novembre 2009

    • Cinq cycles mélodiques de Jean Berger chez Albany
      Le label new-yorkais nous entraîne cette fois chez un compositeur très peu connu en Europe, au style discret et plaisant : Jean Berger. Ce n'est pas une révélation, mais l'œuvre est sympathique et mérite qu'on s'y attarde. L'œuvre de Jean Berger est toute entière consacrée à la voix. On en trouve assez peu d'enregistrements, et c'est à l'audace du label Albany que l'on doit de découvrir ces cycles de chants – et ce compositeur dont le nom ne nous est pas très familier : l'homme fut d'ailleurs discret : (...)
      mercredi 2 avril 2008

    • Coktail Adams-Mahler par Dudamel
      Encore une Symphonie n°1 de Mahler. On a déjà beaucoup dit ici et là que Deutsche Grammophon ressassait sans fin le même répertoire sans plus faire preuve de la moindre audace depuis qu'elle était tombée dans l'escarcelle d'Universal. Soyons juste : ce n'est pas le seul grand label de musique classique à être tombé de haut, et d'autres ont fait depuis un excellent travail d'exploration du répertoire (Naxos en tout premier lieu). C'est pour cette raison que le mélomane qui sait n'écoute plus ce que fait (...)
      vendredi 9 décembre 2011

    • Dalbavie, Jarrell et Pintscher par Emmanuel Pahud
      Emmanuel Pahud interprète trois oeuvres concertantes du répertoire contemporain : un très agréable concerto de Dalbavie, et deux oeuvres sans grand relief de Michael Jarrell et Matthias Pintscher. L'intention (celle de s'attaquer à un répertoire délaissé des grands interprètes) est bonne, le choix des oeuvres l'est moins, et la prestation de l'Orchestre Philharmonique de Radio France encore moins. Le concerto pour flûte de Dalbavie est tout à fait représentatif du style du compositeur : une longue (...)
      mardi 17 mars 2009

    • David Maslanka chez Albany (bis)
      Le label américain Albany sort un nouveau disque réunissant les dernières compositions pour orchestre de vents de David Maslanka. C'est le deuxième de l'année 2009, et on ne s'en plaindra pas, même si ce n'est pas le meilleur de la (déjà longue) série. David Maslanka est sans doute le compositeur auquel Albany aura consacré le plus de disques. On ne le lui reprochera pas, car le choix est amplement justifié pour au moins trois raisons : ce son Open Prairie hérité de Copland et de Hovhaness est une (...)
      vendredi 18 mars 2011

    • Deuxième Volume de l'intégrale Varèse chez Naxos
      Ce disque Naxos vient compléter un premier volume de Christopher Lyndon-Gee consacré aux oeuvres de Varèse – l'intégrale Naxos est donc achevée. La politique du label, qui délaisse les grands noms du monde musical pour s'intéresser aux talents restés dans l'ombre est encore payante : cette nouvelle intégrale Varèse concurrence sans difficulté les Chailly, Boulez et autres. L'œuvre de Varèse n'est pas considérable en quantité mais elle est gigantesque en densité. Ses deux œuvres pour grand orchestre, (...)
      samedi 22 novembre 2008

    • Dutilleux et Martinu par Ansermet
      Le chef genevois avait aussi enregistré Martinu et Dutilleux : pour le premier au moins, c'est inattendu. Il applique à leur musique son style bien à lui : lecture transparente, précision chirurgicale et attaques cinglantes. Chez Ansermet tout s'entend, rien ne reste dissimulé ; chaque œuvre est comme une horloge dont on a révélé le mécanisme. A écouter Ansermet diriger la première symphonie de Dutilleux, on ne peut que penser à sa Symphonie n°3 de Roussel : même sens lumineux des architectures (...)
      mardi 3 novembre 2009

    • Eschenbach clôt son intégrale Roussel chez Ondine
      Christoph Eschenbach achève son intégrale des symphonies de Roussel avec la troisième et Le Festin de l'Araignée : entre un orchestre de Paris sans énergie ni couleur et une prise de son lointaine, il paraît difficile de s'enthousiasmer. La symphonie n°3 et Le Festin de l'Araignée sont sans conteste les œuvres les plus populaires et donc les plus jouées de Roussel. Ce qui implique que l'on ait en tête un certain nombre de références à l'esprit, et que les attentes en la matière soient particulièrement (...)
      mardi 3 juin 2008

    • Esprit de Darmstadt...
      Le label Kairos affectionne la musique conceptuelle et difficile, et défend les couleurs d'une atonalité abstraite héritée des années Darmstadt, qui est aussi la voie suivie aujourd'hui par les écoles autrichienne et allemande avec des Lachenmann, Neuwirth, Rihm etc. Pour Mathias Spahlinger, il semble que le temps se soit tout simplement arrêté à Darmstadt, à cette époque où Stockhausen pouvait y croiser Boulez, Berio, Leibowitz ou Kagel. Une sorte de conservatisme radical de l'esprit révolutionnaire (...)
      vendredi 2 octobre 2009

    • Esthétiques croisées
      Ce disque réussit le pari inédit de réunir trois œuvres sans intérêt de deux compositeurs américains majeurs. Entre une sonate à l'esthétique hésitante, des variations inutilement austères et une sonate pour violon désespérément terne, difficile de saisir ce qui pu motiver Ann Schein et Earl Carlyss dans ce programme. La Sonate pour piano d'Elliott Carter (1946) fut composée alors que le compositeur était encore en quête d'une identité musicale qu'il cherchait alors entre une tonalité étendue très complexe (...)
      mardi 13 décembre 2011

    • Feldman ou l'art du Mantra
      Le label MDG s'attaque à une intégrale des dernières œuvres pour piano de Feldman avec la pièce la plus difficile pour l'interprète comme pour l'auditeur : Triadic Memories. Steffen Schleiermacher, grand spécialiste du répertoire minimaliste, en offre une version froide et distanciée qui se révèle sur la longueur (1h20) passablement soporifique. Triadic Memories (1981) est une (très) longue pièce pour piano seul. Longue à l'échelle humaine normale, pas à celle des autres œuvres de Feldman, précisons-le (...)
      dimanche 6 septembre 2009

    • Frank Lewin égaré dans ses concertos
      Cinquième enregistrement de l'œuvre de Frank Lewin chez Albany consacré à sa (rare) musique orchestrale. On n'y reviendra pas deux fois. Frank Lewin, à qui Albany a déjà consacré 5 disques, est un compositeur américain récemment disparu, professeur à la Yale School of Music où il enseignait l'écriture de musique de films. Il en a lui-même composé quelques-unes, mais rien qui ait fait date dans l'histoire du genre. Son répertoire comprend de nombreuses pièces vocales (mélodies, œuvres chorales, un opéra et (...)
      jeudi 10 avril 2008

    • Frank Martin par Christian Poltéra et Kathryn Scott
      Ce cd Bis réunit trois œuvres du compositeur genevois : le concerto pour violoncelle, la Ballade pour violoncelle et les Huit Préludes pour piano. Une très belle interprétation de Christian Poltéra soutenue par une magnifique prise de son. Frank Martin a écrit plusieurs concertos qui demeurent peu connus : hormis le célèbre Concerto pour sept instruments à vent, on connaît moins son concerto pour violon, moins encore ses deux concertos pour piano, son concerto pour clavecin et son concerto pour (...)
      jeudi 20 novembre 2008

    • Glaciers in extinction
      Col-Legno nous a habitués à des pièces difficiles et expérimentales : Glaciers in Extinction pour flûte hyperbasse et bande est de cette catégorie, mais cette fois le résultat est à la hauteur des ambitions du compositeur. On est plongé dans un très impressionnant univers de glace, de neige et de blizzard pendant une heure ; une œuvre polaire pour été caniculaire. Glaciers in Extinction (2005) est une oeuvre composée pour flûte hyperbassse – avec bande mais sans effets électroniques. Une flûte (...)
      lundi 30 juin 2008

    • Gubaidulina ou la musique des ténèbres
      Avec encore une fois un goût pour la difficulté qui devient une marque de fabrique, Col-Legno nous propose une plongée dans l'un des univers les plus noirs de la musique contemporaine, celui de la compositrice tatare Sofia Gubaïdulina. Un violoncelle terrifié et solitaire, accompagné parfois par des accords martelés au clavecin, qui semble dépeindre un paysage de totale désolation, ouvre donc ce Concerto n°2. Puis, des éclats d'orchestre parcimonieux, des flûtes spectrales, un tonnerre de timbales, et (...)
      mercredi 23 juillet 2008

    • Guilmant en Irlande : La Septième Sonate par Joris Verdin
      La plus belle sonate de Guilmant enregistrée sur un orgue inconnu mais magnifique et interprétée avec une exceptionnelle intelligence par Joris Verdin : tout est lumineux et limpide, ce n'est plus le Guilmant guerrier et froid que l'on entend trop souvent. Une série de petites pièces qui sont autant de merveilles complètent le programme : une occasion exceptionnelle de (re)découvrir la musique d'un compositeur peu et souvent mal joué. Alexandre Guilmant appartient à cette école de grands organistes (...)
      jeudi 1er octobre 2009

    • Honegger par lui-même
      Le label Alpha sort des archives de la Discothèque de Radio France quelques 78 tours mémorables de la grande époque du phonographe. Un témoignage émouvant, qui révèle en Honegger un chef d'orchestre particulièrement habile. Ce volume Alpha réunit un florilège des plus alléchants. Il commence par un enregistrement Odéon du rutilant Pacific 231 de 1929 et de l'éclatant Rugby de la même année, tous deux enregistrés à la salle du Conservatoire avec le Grand Orchestre Symphonique Odéon. Ce qui frappe d'emblée (...)
      mardi 13 mai 2008

    • Huitième et Neuvième symphonies de Bruckner par Karajan
      Deutsche Grammophon nous propose deux concerts émouvants – par les œuvres jouées : les deux dernières symphonies du cycle, probablement les plus abouties et les plus bouleversantes – par le cadre : l'abbaye de Saint Florian – et par un Karajan hiératique, transfiguré par la douleur, en immersion complète dans une huitième qu'il a défendue toute sa vie. Ce volume comprend donc deux dvd : le premier consacré à la monumentale Huitième et le second au Te Deum et à la Neuvième – les deux symphonies dans la (...)
      lundi 21 juillet 2008

    • Iles mortelles
      Le chef d'orchestre Johannes Kalitzke dirige deux de ses propres œuvres pour Kairos : Vier Toteninseln et 6 Covered Settings. Quand on connaît le talent du chef, on est forcément très déçu. Ce n'est ni bon ni mauvais, c'est simplement ennuyeux. Johannes Kalitzke est un compositeur allemand né à Cologne en 1959, où il fut notamment l'élève d'Aloys Kontarski. Après un passage à l'IRCAM il dirige diverses formations musicales liées à la musique contemporaine, mais on connaît surtout Johannes Kalitzke comme chef (...)
      dimanche 13 septembre 2009

    • Jean-Luc Fafchamps : de la difficulté d'associer musique et BD
      Fuga Libera a donc décidé de défendre la musique contemporaine d'Outre-Quiévrain, ce qui est une bonne nouvelle. Cette fois, c'est un jeune compositeur bruxellois, Jean-Luc Fafchamps, qui est à l'honneur avec quatre oeuvres de musique de chambre. Le résultat n'est hélas pas à la hauteur de ce que l'on espérait. Autant s'était-on enthousiasmé pour l'originalité du langage d'André Laporte et pour son exceptionnel sens des timbres, autant est-on cette fois-ci un peu déçu. Pourtant le programme ne manquait pas (...)
      lundi 8 septembre 2008

    • La Cinquième de Chostakovitch par Svetlanov
      La Cinquième symphonie est l'œuvre la plus enregistrée et la plus jouée de Chostakovitch, avec pas moins de 72 versions disponibles à l'achat ; difficile donc de s'y retrouver, surtout quand on sait que des chefs comme Bernstein l'ont gravée pas moins de sept fois. BBC Legends nous en propose évidemment une interprétation qui se distingue puisque elle est dirigée par le grand chef russe Evgueni Svetlanov. C'est évidemment facile, mais on ne peut s'empêcher d'avoir à l'esprit ce fait très simple : des (...)
      mardi 30 septembre 2008

    • La compositrice israélienne Shulamit Ran chez Albany
      Après un enregistrement de musique de chambre pour le label Bridge qui avait donné une image passablement académique et terne de son œuvre, on est heureusement surpris de découvrir un autre visage de la compositrice américaine d'origine israélienne dans ce volume Albany. Il faut admettre qu'elle est particulièrement bien servie par l'un des plus grands orchestres du monde et un Daniel Barenboim en pleine forme. Shulamit Ran a été compositrice en résidence du Chicago Symphony Orchestra de 1990 à 1997, (...)
      lundi 14 avril 2008

    • La deuxième de Bruckner par Simone Young
      La chef d'orchestre australienne, récemment nommée à la direction musicale de l'Opéra de Hambourg, abandonne son répertoire lyrique de prédilection et nous livre une remarquable interprétation de la sous-estimée deuxième symphonie d'Anton Bruckner. Bruckner est difficile à diriger ; on le dit de tous les grands compositeurs, et c'est probablement vrai, dès lors qu'on a affaire à des maîtres de l'orchestre. Mais Bruckner pose un problème peu fréquent, sinon unique, qui est que son écriture (...)
      mercredi 21 mai 2008

    • La Féerie Glacée de Sallinen
      Aulis Sallinen est probablement l'un des plus grands symphonistes vivants avec quelques rares autres comme Nørgård ou Maxwell-Davies. Son oeuvre est pourtant peu enregistrée : après une (quasi) intégrale chez Bis, le jeune chef finlandais Ari Rasilainen en propose une nouvelle lecture pour le label CPO : enthousiasmant. Sallinen s'est tôt imposé comme l'un des principaux symphonistes et probablement comme le plus considérable compositeur d'opéras finlandais. Ses univers sonores mystérieux et (...)
      jeudi 7 mai 2009

    • La Mer, La Valse et l'Arbre des Songes par Mariss Jansons
      Une Mer de plus, accompagnée d'une Valse de plus, avec heureusement un Arbre des Songes relevé par l'exceptionnel violon de Dimitri Sitkovetsky. Pour le reste, Jansons ne fait pas de miracles. Encore La Mer. L'oeuvre en soi est magnifique, d'une subtilité d'écriture et d'une puissance évocatrice qui la placent parmi les plus grands chefs d'oeuvre de l'histoire de la musique ; mais de cela on ne débat même plus. Mais pourquoi encore une nouvelle version ? Après Ansermet, Boulez, Paray, Karajan, Monteux, (...)
      mardi 28 octobre 2008

    • La Messe statique de Klaus Lang
      La Missa Beati Pauperes Spiritu de Klaus Lang a la poésie méditative des grandes plaines (probablement pas celles de son Autriche natale), le statisme et la linéarité d'un horizon lointain et l'austérité méditative d'une abbaye. Difficile de ne pas être séduit par cette musique esthétisante et très habile. Imaginez une immense plaine désolée, balayée par les vents, au sol rocailleux et à la végétation rare qui s'étendrait jusqu'à l'horizon dans quelque direction que l'on se tourne. La Missa Beati Pauperes (...)
      samedi 19 juillet 2008

    • La Musique de chambre de Robert-Xavier Rodriguez
      Albany, le label qui a le grand mérite de nous faire découvrir le répertoire américain le plus mal connu, sort un nouveau disque de Robert Xavier Rodriguez (le deuxième). Une musique bien ficelée, mais fortement influencée par l'esthétique de Villa-Lobos, en plus morne. Robert Xavier Rodriguez, compositeur américain né en 1946 est actuellement professeur à l'Université du Texas à Dallas, après avoir été Composer in Residence pour l'orchestre de la même ville. Comme beaucoup de compositeurs américains, il a (...)
      vendredi 24 juin 2011

    • La musique orchestrale de Castiglioni
      Deuxième volume consacré à l'œuvre (trop) mal connue de Niccolò Castiglioni chez Col-Legno. Un fascinant voyage dans une féérie de neige et de glace, dans une interprétation impeccable de l'Ensemble Risognanze. Le style de Niccolo Castiglioni peut se résumer en quelques mots : virtuosité, atonalité, suraigu. Et ce ne sont pas de vains mots. Le compositeur fut un pianiste concertiste de haute volée qui faisait ce qu'il voulait de son instrument, comme on a pu le constater dans le volume Col-Legno consacré (...)
      lundi 15 septembre 2008

    • La musique pastorale d'Aaron Copland
      Naxos poursuit la publication des oeuvres de Copland entamée il y a quelques années et qui a produit quelques-uns des plus beaux enregistrements du répertoire coplandien (dont une superbe Troisième symphonie avec James Judd). Au programme de ce dernier volume : le concerto pour piano, la suite The Tender Land et une version chorale inédite des Old American Songs. Copland écrivit son concerto pour piano à 26 ans – œuvre qui suit de près une symphonie avec orgue (n°1) et une Dance Symphony déjà (...)
      lundi 15 septembre 2008

    • La musique pastorale d'Edgar Bainton
      Chandos consacre pour la première fois un disque entier à ce compositeur qu'il nous avait déjà fait découvrir dans deux précédents volumes : autant ces premiers enregistrements étaient-ils enthousiasmants, autant le sentiment est ici plus mitigé. Cet autre héritier du style bucolique d'Elgar est un fin connaisseur de l'orchestre, mais son inspiration s'avère parfois inégale. Chandos est un label exceptionnel qui depuis ses débuts nous entraîne dans tous les recoins du répertoire britannique pour nous (...)
      mercredi 18 juin 2008

    • La musique réfléchie d'Anders Brødsgaard
      Rolf Hind au meilleur de lui-même dans l'austère cycle pianistique d'Anders Brødsgaard Le cycle pour piano In Girum imus nocte et consumimur igni réunit six courtes pièces composées entre 1990 et 1995 et un concerto : certaines de ces pièces avaient déjà fait l'objet d'un enregistrement de Johannes Søe Hansen chez Classico. Le compositeur avait, dès 1990 et la composition de Joker, souhaité écrire un long cycle de piano ; entreprise qu'il s'expliquait ainsi : « ... je dois toujours écrire quelque chose de (...)
      mardi 18 mars 2008

    • Lachenmann : les quatuors (bis)
      A peine un an après le Quatuor Arditti, c'est au tour du Quatuor Stadler de proposer un enregistrement de ces trois merveilles d'orfèvrerie musicale que sont les trois quatuors de Lachenmann. Une interprétation ni meilleure ni moins bonne, donc une doublure de l'autre, mais avec une qualité de restitution sonore exceptionnelle. Composer pour le quatuor à cordes n'est pas chose aisée, c'est même sans doute l'exercice de composition le plus difficile qui soit du fait du caractère ramassé, stratifié et (...)
      mercredi 30 novembre 2011
    • Lance Hulme se brûle les ailes
      Lance Hulme, compositeur caméléon à son aise dans tous les styles semble jouer avec les notes. Entre l'admiration pour sa maîtrise technique de l'écriture musicale et le regret d'y trouver finalement si peu de substance, on finit par se demander si le compositeur ne s'amuse pas aux dépends de son auditeur. « La musique de Lance Hulme » (c'est le titre du volume) dont le label Albany nous propose quelques échantillons est « éclectique ». C'est ce qu'en dit le très enthousiaste chroniqueur du Rheinpfalz (...)
      mardi 25 mars 2008

    • La Princesse, l'Empereur et son Ombre
      Le compositeur américain d'origine chinoise Tan Dun s'attaque à un épisode fondateur de l'histoire de la Chine : son unification par l'empereur Qin. Premier problème : l'opéra de Tan Dun ne parle pas de la Chine ni de l'empereur ni de son empire, il parle des amourettes de la princesse. Deuxième problème : la musique de Tan Dun est un patchwork de musiques occidentales et chinoises sans liens ni cohérence. Une consolation : les costumes sont magnifiques. Ce qui est ennuyeux avec Tan Dun, c'est qu'on (...)
      lundi 27 juillet 2009

    • La Quatrième de Bruckner à toute vapeur
      Roger Norrington a donc enregistré la symphonie n°4 de Bruckner dans sa version originale de 1874 (qui ne s'intitule pas encore « Romantique ») avec l'Orchestre symphonique de la Radio de Stuttgart. Il applique à cette œuvre le traitement déjà entendu pour Beethoven : pas de vibrato orchestral, des tempi très rapides, et une lecture historique de la partition. La Quatrième de 1874 peut en soi déconcerter l'auditeur, l'interprétation de Norrington encore plus : ça va vite et c'est décapant – peut-être (...)
      vendredi 17 juillet 2009

    • La Quatrième de Bruckner par Kent Nagano : rien ne sert de courir...
      Une nouvelle Symphonie n°4 de 1874 donc, la troisième enregistrée en 2007 avec celles de Roger Norrington et de Simone Young : mais celle-là dans une lecture diamétralement opposée à celle de Norrington. Nagano prend son temps. Sa symphonie dure 75 minutes, un record de lenteur dépassé seulement par Guenadi Rozhdestvensky (76 mn). Et pourtant, l'interprétation est légère et aérienne, sans aucune trace de lourdeur ni de pompe. La version 1874 de la Symphonie n°4 (pas encore intitulée « romantique » à (...)
      mercredi 29 juillet 2009

    • L'Archeopterix et l'Hypérion de Wuorinen
      Charles Wuorinen, compositeur américain aussi prolifique que discret, aussi couvert d'honneurs que primesautier, sachant ne jamais se départir de son humour et de son ironie ; il est au centre d'une série lancée par le label Albany autour de son oeuvre, une atonalité décomplexée, lyrique et chatoyante, comme on aurait aimé en entendre plus souvent. Ce volume réunit deux oeuvres pour orchestre de Charles Wuorinen, et deux arrangements pour pianos de pièces orchestrales de Schoenberg. Il s'agit du (...)
      mercredi 14 mai 2008

    • L'archet de Frank Peter Zimmermann effleure trois concertos du XXème siècle
      Le violoniste Frank Peter Zimmermann, enregistre le concerto de Britten et les deux concertos de Szymanowski : si l'on peut se réjouir d'avoir vu apparaître ces dernières années plusieurs enregistrements du concerto du maître du Suffolk, on pourra regretter d'en entendre si peu (aucun en fait) de bons... Zimmermann fait un peu mieux, mais pas beaucoup, et rate son virage en entrant chez Szymanowski : trop maniéré, trop éthéré et trop de trémolos. Le Concerto pour violon de Benjamin Britten est l'un des (...)
      lundi 31 août 2009

    • La Révélation André Laporte
      Le label Phaedra nous propose le 53ème volume de sa série thématique In Flanders Field, consacrée aux compositeurs belges du XXème siècle, avec cette fois un invité de marque en la personne du Polonais Henryk Górecki. Mais ce volume est surtout l'occasion de découvrir une œuvre magnifique du trop peu connu André Laporte. Révélée soudainement au public en 1992 par la voix céleste de Dawn Upshaw dans sa symphonie n°3, l'œuvre jusqu'alors méconnue du Polonais Górecki (prononcer Gourétski) a rapidement gagné (...)
      lundi 25 février 2008

    • La Révélation Cooman attendra encore
      Carson Cooman écrit vite et beaucoup, mais on aimerait assez qu'il s'appesantisse un rien sur ses œuvres et en densifie la matière plutôt que de les aligner par centaines ; n'est pas Vivaldi ou Villa-Lobos qui veut. Carson Cooman est une sorte de phénomène en soi : né en 1982, il a tout juste 28 ans et déjà près de 900 numéros d'opus au compteur ; sa musique est largement diffusée par des labels aussi renommés que Naxos, Artek ou Albany, et en plus d'être extraordinairement prolifique, il trouve aussi le (...)
      jeudi 13 janvier 2011

    • La Symphonie n°4 de Bruckner en version originale par Simone Young
      Après une surprenante symphonie n°2, et une symphonie n°3 assez terne, Simone Young poursuit courageusement son exploration des monumentales symphonies de Bruckner dans leurs versions d'origine. Cette symphonie n°4, sans enthousiasmer, reste honorable, et elle constitue une curiosité à ne pas manquer : la version 1874 de cette « Symphonie Romantique » est très éloignée de la version Haas de 1881 à laquelle on est accoutumé. Avant toute chose, il importe d'apporter au lecteur un éclairage sur le problème (...)
      jeudi 26 mars 2009

    • La troisième symphonie de Rautavaara par Segerstam
      Après Max Pommer, Leif Segerstam enregistre la symphonie n°3 de Rautavaara pour Ondine : la plénitude énigmatique de l'oeuvre est merveilleusement restituée par le chef finlandais, et la qualité exceptionnelle de cet enregistrement SACD qui met en valeur les magnifiques associations de timbres de cette symphonie est une fête pour l'oreille. La Manhattan Trilogy (2004) est probablement l'une des œuvres les plus clairement tonales et mélodieuses de Rautavaara. Ce triptyque évoque les jeunes années que (...)
      lundi 16 juin 2008

    • La troisième symphonie et la Browning Overture de Ives chez Col-Legno
      Michael Stern enregistre, avec l'Orchestre Symphonique de la Radio de Sarrebruck, deux œuvres majeures du pionnier de la musique américaine : l'austère troisième symphonie et l'intransigeante Browning Overture, accompagnées des moins célèbres Ragtimes Dances. Un fascinant voyage dans l'univers singulier d'une des plus grandes figures de la musique du XXème siècle. La troisième symphonie est la plus distanciée des quatre que composa Ives : non seulement son effectif est limité (un bois par pupitre, un (...)
      lundi 16 juin 2008

    • Le Billy Budd de Daniel Harding
      Le jeune chef anglais, ancien assistant de Simon Rattle et de Claudio Abbado, nous livre une nouvelle version du chef-d'œuvre de Britten. Si la distribution (Bostridge, Saks) dans les rôles principaux n'est pas la plus convaincante, l'orchestre parfois trop léger, la fermeté de la direction et la très belle voix de Nathan Gunn finissent par emporter l'adhésion. 1797, en cette année où chacun est en guerre avec tous ses voisins à la fois, le H.M.S Indomitable s'apprête à prendre la mer pour livrer (...)
      mercredi 21 janvier 2009

    • Le bon et le moins bon de Britten
      Une interprétation propre et sans bavure de Vladimir Jurowski pour ce cocktail Britten (Double Concerto, Bridge Variations et Illuminations). Il est secondé par une brochette d'excellents solistes (Sally Matthews, Pieter Schoeman et Alexander Zemtsov), et le résultat est à la hauteur de ce que l'on peut en attendre. Seul un doute subsiste : le Double Concerto de jeunesse méritait-il vraiment d'être ressorti du placard ? Britten, qui fut pourtant l'un des plus considérables compositeurs du siècle (...)
      mercredi 18 mai 2011

    • Le cinquième Wuorinen de Naxos
      Naxos poursuit parallèlement à Albany une série Wuorinen qui en est déjà à son cinquième volume. Le programme est d'un intérêt relatif cette fois-ci : deux œuvres vocales et deux arrangements d'après Josquin – la variable étant l'intérêt que l'on porte à la musique de Wuorinen en général. Beaucoup de compositeurs, cédant aux sirènes d'une époque désormais révolue, se sont engouffrés dans le filon du sérialisme et de l'atonalité en général : c'était le plus souvent un bon moyen d'écrire de la musique sans trop se (...)
      vendredi 3 octobre 2008

    • Le conte musical de Wolfgang Mitterer
      Wolfgang Mitterer, énigmatique électro-acousticien, a composé un opéra pour enfants techno-abstractif un peu conceptuel mais très inventif, dont l'argument se base sur un conte de Grimm. Seul ennui, le livret n'est pas traduit, les non germanophones devront donc s'abstenir. Première contrariété à l'ouverture de ce cd donc : le livret est en allemand – pas même une traduction en anglais. Il semble que décidément Col-Legno ne cible qu'un public germanophone (on l'avait déjà vu pour Neuwirth). Donc, si l'on (...)
      jeudi 24 juillet 2008

    • Le cor Americana de Kerry Turner
      Albany consacre un cd au corniste et compositeur américain contemporain Kerry Turner, lequel a principalement écrit pour son instrument et ceux de sa famille (trombone et tuba principalement), dans un style Americana à la Morton Gould, plaisant mais sans originalité. Albany est un label américain qui a le grand mérite de sortir de l'ombre un nombre considérable de compositeurs américains contemporains ignorés du public européen, à tort ou à raison. Souvent à raison, mais dans un autre sens, Albany a (...)
      mardi 13 décembre 2011

    • Le dernier Nono
      Pendant les dernières années de sa vie, Luigi Nono composa une série de pièces que lui avait inspiré un texte anonyme gravé sur le mur d'un cloître : Caminante, no hay caminos, hay que caminar. Cette formule sibylline lui inspira trois œuvres, dont seule Hay que caminar sognando est restée au répertoire. Kairos les réunit pour la première fois en cd. A partir des années 1980, date qui correspond à la composition du quatuor Fragmente-Stille et à l'entrée de Nono au Heinrich Srobel ExperimentalStudio des (...)
      dimanche 11 octobre 2009

    • Le Génie du son
      La musique de Lachenmann est toute en murmures, frottements, chuchotements et frôlements produits dans des climats d'une tension extrême et à la limite de la rupture. Le compositeur évite tous les écueils de cette esthétique « du son » héritée de Cage et de Scelsi, et offre une œuvre d'une rare beauté, admirablement construite et d'une parfaite cohésion d'ensemble. Helmut Lachenmann est aujourd'hui l'un des compositeurs les plus importants (les plus enregistrés, les plus joués et les plus commentés) de la (...)
      mercredi 23 septembre 2009

    • Le meilleur Widor
      Après un magnifique disque consacré à Guilmant, Joris Verdin remet les couverts avec les quatre premières symphonies de Widor. Et c'est un enchantement : jamais Widor n'a été rendu au disque avec tant de netteté, de douceur et de chaleur, et jamais l'on n'a ressenti à ce degré le caractère féerique de ces œuvres. Que tous les contempteurs de la musique d'orgue oublient leurs préjugés, ce coffret est l'occasion ou jamais de les réconcilier avec l'instrument. Widor, qui dès l'âge de 26 ans fut l'organiste de (...)
      samedi 28 août 2010

    • Le Minotaure de Birtwistle, le pour
      Le compositeur britannique nous livre avec son dernier opéra un chef-d'œuvre de première force, confirmant par là la place de maître de l'art lyrique qu'il occupe depuis déjà de longues années (et la création de son magistral Mask of Orpheus en 1984). The Minotaur est une œuvre noire (trop) portée par une musique sublime et magistralement interprétée ici par Christine Rice et John Tomlinson. Harrison Birtwistle est l'un des, sinon le, plus considérable compositeur d'opéras vivant : acclamé par la critique (...)
      vendredi 26 décembre 2008

    • Le Néo-Impressionnisme de Karim Al-Zand
      Karim Al-Zand est un jeune compositeur américano-canadien peu connu, et la question de savoir s'il gagnerait à le devenir ne sera pas élucidée par ce disque qui exhale un fort parfum de déjà entendu (en français dans le texte). Ce cd propose un florilège de pièces de musique de chambre de Karim Al-Zand, jeune compositeur américain passé par Harvard, comme beaucoup d'autres, ce qui ne veut pas dire grand-chose tant on peine à entendre quoi que ce soit d'intéressant sortir des grandes écoles américaines (...)
      mercredi 9 mars 2011

    • Leo Brouwer par Denis Sung-Hô
      L'un des chefs-d'oeuvre du répertoire de la guitare classique, enregistré par un guitariste exceptionnel. Une occasion de redécouvrir un compositeur de très grande envergure. Les concertos pour guitare sont des œuvres à l'équilibre particulièrement délicat, car le soliste doit pouvoir se détacher de l'orchestre avec un instrument qui porte peu. Ceci implique que le compositeur soit un fin connaisseur de l'instrument, un orchestrateur habile, que le chef d'orchestre sache savamment doser l'accompagnement, (...)
      vendredi 22 février 2008

    • Le Pendule de Feldman
      Fond blanc, lettres rouges (pour l'oeuvre) et noires (pour le compositeur) qui ne s'offrent même pas le luxe des minuscules, titre en forme de formation, on est prévenus : ce ne sera pas gothique, ce sera minimaliste, et ce sera Feldman, évidemment, car Le label Hat est depuis toujours consubstantiel à la musique du compositeur. A partir de 1983, Feldman entame la composition d'une série de pièces pour instrument et quatuor. Ce Clarinet & String Quartet sera suivi en 1985 de Violin & String (...)
      jeudi 19 mai 2011

    • Le Piano de Henze
      Jan Philip Schulze enregistre l'oeuvre pianistique de Henze pour Col-Legno, dont plusieurs pièces pour la première fois. On y découvre un Henze plus méditatif et introspectif que dans ses opéras – mais aussi moins coloré et moins séduisant. On connaît avant tout le Henze compositeur d'opéra (Der Junge Lord, les Bassarides, Natacha Ungehauer, le Radeau de la Méduse, Boulevard Solitude, etc.), puis le Henze symphoniste. Viennent ensuite une oeuvre de musique de chambre plus discrète surtout marquée par (...)
      mardi 22 juillet 2008

    • Le plus beau Peter Grimes dans un mauvais Peter Grimes
      Anthony Dean Griffey est un des plus sublimes Peter Grimes que l'on ait vu et entendu. Il exprime avec une impeccable justesse l'ambiguïté d'un personnage à la fois haïssable et pitoyable, qui emporte son secret jusque dans la mort. Hélas, l'orchestre de Donald Runnicles ne suit pas, et la mise en scène de John Doyle est encore plus loin derrière. Lorsqu'on acquiert un DVD d'opéra, c'est en général pour profiter de la mise en scène qu'un cd ne montrerait pas. Malheureusement, depuis quelques décennies, la (...)
      mercredi 14 avril 2010

    • Le Prokofiev de Schippers tiré de l'oubli
      Medici Masters a entamé depuis sa création il y a un an, la réédition d'enregistrements historiques, ayant appartenus entre autres au fonds Emi et pour la plupart jamais édités en cd. La cinquième de Prokofiev dirigée par le jeune prodige Thomas Schippers est, dans le lot, une pièce de collection. La symphonie n°5 de Prokofiev, véritable monument de la littérature symphonique, a été plutôt bien servie par la qualité et le prestige de ses interprètes : Jansons, Dutoit, Celibidache, Dorati, Karajan, (...)
      mercredi 7 mai 2008

    • Le Quatuor avec Hélicoptère de Stockhausen
      Karlheinz Stockhausen a fait un rêve : celui d'un quatuor joué par quatre instrumentistes assis dans quatre hélicoptères, et dont le son se mêlerait à celui des pales et des rotors. Quand il appelle Irvine Arditti pour lui raconter son rêve, Irvine fait « wow ». Wow, de fait, c'est un peu tout ce qui vient à l'esprit au départ. On sait que Stockhausen est un expérimentateur capable de toutes les excentricités, mais de là à faire jouer un quatuor dans des hélicoptères il y a une limite qui n'avait pas (...)
      mardi 28 octobre 2008

    • Le Retour aux Sources de Szymanowski
      A partir de 1914, le compositeur polonais revient dans son village natal de ce territoire qui appartient encore la Pologne, mais qui deviendra trois ans plus tard la Russie soviétique, puis l'Ukraine. Il y compose sans doute ses plus belles pièces de musique de chambre, dont les fabuleux Mythes, ainsi que plusieurs œuvres de piano. Joanna Doma_ska nous livre de ces œuvres une lecture raffinée, subtile et finalement très « française ». Il est rare que l'œuvre pianistique d'un compositeur soit à la (...)
      mardi 27 octobre 2009

    • Le Retour de Haendel (1739)
      Abattu par une série de malheurs (échecs de ses entreprises personnelles, désaffection du public et mauvaise gestion de ses academies, querelles entre musiciens, mort de sa mère, attaque qui le laisse à demi-paralysé...), Haendel abandonne l'opera seria qui lui avait valu ses premiers succès et revient sur la scène londonienne plus déterminé que jamais. Alors qu'on ne l'attendait plus, 1739 marque le début d'un renouveau, celui de l'oratorio anglais et des grandes œuvres instrumentales – bref, celui du grand (...)
      vendredi 23 avril 2010

    • Le Retour de Samson
      Cela faisait un moment que l'on n'avait pas vu de Samson, cet oratorio tant acclamé de Haendel. Cette fois c'est le chef d'orchestre écossais Nicholas McGegan qui s'y colle, avec une brochette d'excellents solistes : une réussite, sans aucun doute, mais Samson est-il vraiment un chef-d'œuvre ? C'est la question... Samson n'est sans doute pas l'œuvre lyrique la plus passionnante de Haendel : la trame narrative y est très mince, car on y prend un Samson prisonnier des Philistins, après qu'il se soit déroulé (...)
      mardi 12 janvier 2010

    • Le Retour de Tristan
      Tristan et Isolde est un vaste marathon lyrique de près de quatre heures, riche de tirades interminables qui nécessitent de la part des solistes (et de Tristan en particulier) une endurance considérable. Et c'est peu de le dire. Richard Decker et Iordanka Derilova rendent avec une justesse et une puissance extraordinaire toutes les nuances d'une partition à la fois complexe et monumentale, servis par une direction superbe de Golo Berg. Un grand Tristan. Tristan est une œuvre unique à plus d'un (...)
      mercredi 16 juin 2010

    • Le retour inattendu des Three Voices de Feldman
      La musique de Morton Feldman est difficile à jouer, très difficile à enregistrer, et l'on dispose souvent d'un choix de versions limité pour ses plus grandes œuvres. Dans ce contexte, on comprend mal que Col-Legno déploie une telle énergie à ressortir des cartons une des partitions du compositeur qui a le plus mal vieilli, pour ne rien apporter à l'enregistrement précédent. Three Voices n'est probablement pas l'œuvre la plus facile du compositeur américain, ni la plus intéressante, ce qui fait au moins (...)
      vendredi 11 juillet 2008

    • Les 3 Orchestral Sets de Ives enfin réunis
      Naxos sort le premier enregistrement au disque de l'Orchestral Set n°3 de Ives, œuvre sur laquelle le compositeur travaillait encore en 1954, ce qui nous permet d'entendre pour le première fois la série des 3 Sets. Pour ne rien gâter, l'exécution que Sinclair donne de ces chefs-d'œuvre est magistrale : c'est donc d'emblée un cd incontournable. Ives fut un compositeur singulier à tous égards : il n'eut d'autre professeur qu'un père mélomane extraordinairement ouvert et curieux, il écrivit une musique (...)
      jeudi 25 septembre 2008

    • Les ballets de Bax
      Chandos sort le neuvième volume de la série « Bax Orchestral Works », avec cette fois deux ballets dont un The Truth About the Russian Dancers enregistré pour la première fois. Aucune révélation à en attendre, mais un agréable moment à passer. Arnold Bax fut un compositeur prolixe : outre ses nombreuses pièces de piano et de musique de chambre, il fut surtout un compositeur pour l'orchestre avec à son actif sept monumentales symphonies et une longue liste d'œuvres pour grand orchestre – dont certaines (...)
      lundi 8 septembre 2008

    • Les concertos pour hautbois de Maderna par Fabian Menzel
      On ne disposait jusqu'alors que de l'intégrale Heinz Holliger (Philips) sortie en 1994 : Col-Legno exhume des archives de la Radio de Sarrebruck la passionnante version de Fabian Menzel. Une alternative plus qu'enthousiasmante. Durant sa trop courte carrière, Bruno Maderna écrivit cinq concertos dont trois pour hautbois ainsi qu'une Grande Aulodia avec flûte et hautbois solistes : de son propre aveu il aimait l'instrument (on le soupçonnait) et Lothar Faber, pour qui il les écrivit, était un ami de (...)
      jeudi 10 juillet 2008

    • Les concertos pour violoncelle de Martinu par Wallfisch et Belohlávek
      Le chef d'orchestre tchèque Jirí Belohlávek a consacré de nombreux disques à l'œuvre de Martinu, tantôt pour Chandos, tantôt pour Supraphon : il fallait, dans les années 1990, renouveler le catalogue et proposer de nouvelles interprétations des pièces maîtresses du grand compositeur bohémien, jusque là réservées à l'incontournable Vaclav Neumann. Le résultat est en tous points probant, la direction claire et nerveuse, les œuvres superbes, on ne regrettera qu'une chose : la timidité du violoncelle de Raphael (...)
      mardi 22 février 2011

    • Les Improvisations de Thierry Escaich
      Accord consacre deux disques à l'organiste de St Etienne du Mont, qui témoignent de la vivacité de son imagination et de son exceptionnel talent d'instrumentiste. Les disques d'improvisation d'orgue sont rares : pourtant l'organiste est avant tout un improvisateur, par fonction pourrait-on dire, puisqu'il a la charge de l'accompagnement musical des offices. Il est vrai que les bons improvisateurs, ceux qui savent tenir leur auditoire en haleine, ne sont pas légion. Il y faut beaucoup de technique : (...)
      mardi 14 octobre 2008

    • Les Messes sans paroles de Nicolas Flagello et Arnold Rosner
      Naxos réunit deux compositeurs mal connus dans nos contrées, mais que l'on gagnera à découvrir : Arnold Rosner surtout, dont le sens mélodique très personnel et l'orchestre rutilant sont réellement superbes. Un grand moment de pur hédonisme musical. Les compositeurs américains se sont, pour l'essentiel, tenus à l'écart des querelles modernistes de leurs collègues d'outre-Atlantique. Ils se sont autorisés toutes les expérimentations hors des cades idéologiques, toutes les explorations sonores, mais aussi (...)
      lundi 21 avril 2008

    • Les mondes sonores de Witold Lutoslawski
      Brilliant Classics, le label aux intégrales, consacre un coffret de 3 cds à l'œuvre orchestrale de Witold Lutoslawski, qui fut sans doute l'un (sinon le) plus considérable compositeur que nous ait donné la Pologne au cours de son histoire. Par son intransigeance, par l'originalité et la densité de son langage, ainsi que par un subtil équilibre entre un refus de tout compromis et un souci esthétique jamais désavoué. La musique atonale a produit beaucoup, et même essentiellement, de compositeurs aux (...)
      jeudi 9 juillet 2009

    • Les Montale Occasions de John Harbison
      Janice Felty et Judith Gordon enregistrent pour la première fois le principal cycle vocal de Harbison. Une œuvre intimiste, énigmatique et infiniment séduisante. John Harbison est aujourd'hui l'une des grandes figures de la musique américaine : compositeur précoce passé par Harvard et Princeton, élève de Sessions et de Piston, lauréat d'une liste interminable de prix, dont le fameux Pulitzer, président du fonds Copland et de beaucoup d'autres choses encore. Tout ceci pourrait avoir une résonance (...)
      vendredi 11 avril 2008

    • Les Oeuvres pour violon seul de Hartmann, Zimmermann, Berio et Chong
      Fuga Libera consacre un volume au jeune violoniste belge Wibert Aerts – un résultat mitigé bien qu'il nous offre l'une des plus belles versions de la Sonate pour violon seul de Zimmermann. La Sonate n°2 pour violon seul de Karl-Amadeus Hartmann est une oeuvre peu connue du compositeur ; il s'agit d'une pièce de jeunesse écrite alors qu'il n'avait que 22 ans. On y reconnaît certains des traits caractéristiques de sa musique ultérieure : un climat assez sombre, un goût marqué pour les ostinatos, une (...)
      vendredi 28 novembre 2008

    • Les Petits Glaçons de Lindberg
      On connaissait bien le Magnus Lindberg orchestral à travers une longue série de concertos, d'oeuvres pour ensembles et autres poèmes symphoniques, très peu le Lindberg pianistique. Naxos vient réparer cet oubli avec un cd qui ne décevra pas les admirateurs du compositeur finlandais. Lindberg est un compositeur étonnant : après avoir fait ses premières armes à l'Académie Sibelius de sa Finlande natale, sa première oeuvre orchestrale est donnée en concert alors qu'il n'a que 24 ans, il se retrouve élève (...)
      lundi 11 mai 2009

    • Les Quatuors de Durosoir
      Le Quatuor Diotima propose une intégrale des quatuors de Lucien Durosoir, violoniste célèbre mais compositeur méconnu, camarade de tranchée de Caplet et élève de Tournemire qui transpose le langage impressionniste de Debussy et Ravel dans des nuances grises et désabusées. Une curiosité. Lucien Durosoir fut un brillant violoniste dont la carrière fut interrompue par la Première Guerre Mondiale alors qu'il avait 35 ans. Son expérience des tranchées (il était simple fantassin) et les horreurs dont il fut (...)
      dimanche 2 novembre 2008

    • Les sextuors de Martinu et de Schulhoff : de la lumière à l'ombre
      Le label Hyperion réédite dans sa collection économique Helios deux sextuors tchèques de l'entre-deux guerres dans une magnifique interprétation de l'ensemble Raphaël. Proches dans leur langage et leurs préoccupations esthétiques, les deux œuvres sont diamétralement opposées dans leurs atmosphères. Bohuslav Martinu a beaucoup écrit ; il a écrit des chefs-d'œuvres et des pièces sans inspiration. A bien y regarder, peu d'œuvres de son catalogue figurent dans l'une ou l'autre de ces catégories : la plupart se (...)
      lundi 4 avril 2011

    • Les songes glacés de Nørgård
      Dacapo nous propose un nouvel enregistrement de l'une des plus grandes figures de la musique d'aujourd'hui : un enchantement. Le Danois Per Nørgård (prononcer « Neurgord ») occupe dans le paysage de la musique d'aujourd'hui une place de choix : régulièrement programmé à la radio, aux concerts, fréquemment enregistré et célébré partout dans le monde, et maître de toute une génération de jeunes compositeurs danois. Reconnaissance à la mesure d'un immense talent : Nørgård est à la fois l'une des figures (...)
      lundi 17 mars 2008

    • Les Symphonies de Stravinsky par Rattle
      La nomination controversée de Simon Rattle à la tête de la Philharmonie de Berlin a fait couler beaucoup d'encre depuis sa nomination en 1999. Pourtant on lui doit déjà plusieurs magnifiques enregistrements, et ce Stravinsky en est un de plus, sans aucun doute : direction vigoureuse et claire, refus de tout maniérisme, le style Rattle, s'il n'est pas toujours adapté au répertoire romantique fait des merveilles dans la musique du XXème siècle. Stravinsky a composé cinq symphonies : une Symphonie en mi (...)
      jeudi 20 novembre 2008

    • Les symphonies pour vents de David Maslanka et Jack Stamp
      Le label américain Albany poursuit son exploration de l'œuvre de David Maslanka, pour notre plus grand bonheur. Cet enregistrement nous propose trois œuvres de grandes dimensions pour ensemble de vents, genre dont les Américains se sont faits les spécialistes. On aurait d'ailleurs tort de s'en plaindre : le style ample et aéré des disciples de Hovhaness et de Copland, l'irrésistible évocation de grands espaces et la lumière qui se dégagent de ces compositions sont particulièrement adaptés à ces (...)
      jeudi 27 mars 2008

    • L'European Camerata à l'épreuve de Britten
      L'European Camerata enregistre quatre œuvres de jeunesse du compositeur anglais : résultat mitigé compte tenu d'une concurrence particulièrement rude sur ce répertoire. Benjamin Britten, génie unanimement salué dès son vivant, demeure dans le paysage musical de son pays un compositeur à part : contrairement à ses contemporains il n'assimile pas l'héritage d'Elgar, pas d'orchestre flamboyant ni de cuivres rutilants chez lui, pas d'envolées épiques. Au contraire : toute émotion est retenue, l'œuvre est, des (...)
      jeudi 13 mars 2008

    • Le violon de Martinu par Bohuslav Matousek : deuxième partie
      La sortie en 1987 d'un cd Supraphon a beaucoup contribué à faire découvrir les sonates pour violon de Martinu, et nombreux sont ceux qui auront encore dans l'oreille le piano cristallin de Josef Hala et le violon un peu rauque de Josef Suk en écoutant cette intégrale Matou_ek/ Adamec – laquelle n'est pas tout à fait récente puisqu'il s'agit d'enregistrements de 1999 pour la plupart. Ce coffret vient compléter une intégrale de la musique pour violon et orchestre par le même Bohuslav Matou_ek. Mais parlons (...)
      mardi 20 janvier 2009

    • L'Oeuvre Pianistique de Castiglioni
      Habitué des rencontres estivales de Darmstadt, professeur de composition en Italie et aux Etats-Unis, concertiste virtuose, Niccolò Castiglioni sait pourtant ne pas se prendre trop au sérieux et éviter la pose : sa musique, pour atonale qu'elle soit, exhale une poésie glacée envoûtante imprégnée de féérie. Une découverte. Généralement les courtes pièces pour piano, surtout quand il s'agit de musique atonale, ne sont pas les œuvres qui exercent le plus grand attrait sur l'auditeur : elles passent en (...)
      vendredi 12 septembre 2008

    • L'oeuvre pour violoncelle de Dutilleux
      Ce volume Aeon réunit les deux oeuvres pour violoncelle de Dutilleux (son concerto « Tout un monde lointain » et les Trois Strophes), un entretien avec le compositeur et l'Epiphanie d'André Caplet. Programme audacieux qui se révèle passionnant. L'idée d'insérer une interview du compositeur est particulièrement bienvenue : d'abord parce qu'on entend trop peu les compositeurs en général, et ensuite parce que Dutilleux ne les accorde qu'avec beaucoup de parcimonie. Il évoque ici la genèse de son concerto (...)
      mercredi 21 mai 2008

    • L'Oeuvre Symphonique de Johan Svendsen chez CPO
      La musique symphonique de Johan Svendsen, violoniste norvégien à la carrière trop tôt interrompue, ami intime de ses illustres contemporains Grieg et Wagner, fait l'objet d'un coffret de trois cds chez CPO. Une bonne occasion d'explorer en profondeur l'univers sonore d'un compositeur méconnu. Wagner jugeait la musique de son ami et collègue Johan Svendsen « très plaisante ». Le compliment est ambigu, mais décrit néanmoins très justement l'œuvre du Norvégien. C'est écrit avec beaucoup d'habileté, sans (...)
      lundi 13 octobre 2008

    • Mantovani et le sens du détail
      Bruno Mantovani a un grand talent : c'est un orchestrateur hors pair. Il a aussi un grand défaut, celui de se laisser emporter par la méticulosité au détriment d'une vision d'ensemble de ses œuvres. Cédant toujours à l'éclatement, à l'accumulation de petites structures, toutes très belles prises séparément, il ne parvient pas à dépasser le stade de la miniature. A l'instar d'un Castiglioni dont il est esthétiquement très proche. Bruno Mantovani, jeune compositeur français d'origine italienne, ancien élève du (...)
      mercredi 4 février 2009

    • Maslanka ou la magie des grands espaces
      Le label américain Albany a entrepris, depuis longtemps déjà, de défendre l'œuvre de David Maslanka, un compositeur fort peu connu de ce côté-ci de l'Atlantique, mais familier des orchestres universitaires américains : on ne peut que s'en réjouir, car la musique de cet héritier d'Alan Hovahness est une véritable merveille de poésie et de couleurs. C'est un état des choses assez curieux : d'un côté la musique contemporaine européenne s'est maintenue dans la lignée d'esthétiques complexes, souvent abstraites, (...)
      mercredi 20 octobre 2010

    • Mécaniques de précision
      Le label Bis a eu la grande idée de réunir sur un disque deux concertos pour violoncelle qui figurent non seulement parmi les plus grands chefs-d'œuvre de la littérature pour l'instrument, qui ont été composés la même année (1970), à l'intention du même violoncelliste (Rostropovitch) et qui partagent en outre une sensibilité musicale très proche par leur caractère contemplatif, minutieux et éminemment poétique. De la véritable orfèvrerie musicale. Le Polonais Witold Lutos_awski et le Français Henri (...)
      jeudi 19 mai 2011

    • Mort à Venise à Venise
      L'excellent label italien Dynamic s'aventure sur le territoire de l'opéra anglais avec ce Death in Venice, la dernière œuvre lyrique de Britten. Expérience qui se traduit par une mise en scène superbe, des chorégraphies impeccables, et un Scott Hendrix magistral dans le rôle du Voyageur. Dernier opéra de Britten, Death in Venice (1973) est une œuvre qui se distingue de la production de son auteur par trois aspects : le thème de l'homosexualité, jusqu'ici sous-jacent dans quelques opéras (Peter Grimes (...)
      jeudi 15 décembre 2011

    • Naxos rejoue le Stabat Mater de Szymanowski : sublime
      Naxos a donc décidé de réenregistrer le Stabat Mater de Szymanowski en le confiant à Antoni Wit : peut-être pour compléter l'intégrale déjà amorcée par ce chef, ou pour pallier la prise de son un peu pâlotte du premier enregistrement. Quoiqu'il en soit, ce bis est une merveille : on n'a sans doute jamais entendu de version aussi belle de cette œuvre – l'une des plus émouvantes et des plus belles du grand compositeur polonais. Szymanowski a peu écrit mais il a généralement bien écrit : ses œuvres chorales (...)
      mardi 14 juillet 2009

    • Ohana, morne plaine
      Ce disque qui réunit les deux concertos de Ohana et son poème symphonique T'Harân-Ngô est en réalité une réédition d'un cd Timpani : l'essentiel tient donc dans la nouvelle apparence de la pochette qui n'est ni mieux ni moins bien que la précédente version qui était elle-même sans intérêt particulier. Pour Harry Halbreich, qui a rédigé le livret et qui ne ménage pas son enthousiasme, Ohana est « l'un des tous grands compositeurs de ce siècle », enthousiasme qui, à l'écoute du disque, peut laisser dubitatif. Et (...)
      jeudi 17 septembre 2009

    • Olga Neuwirth : plus noir...
      Il est des oeuvres pour lesquelles la question des limites de la musique se pose ; le seul fait qu'elle se pose n'est en général pas de bon augure. Le nouvel opus de la compositrice autrichienne, où deux narratrices débitent inlassablement leur texte dans un climat d'une noirceur caricaturale, invite sans conteste à ce questionnement. Olga Neuwirth, la compositrice autrichienne, a donc collaboré avec Elfriede Jelinek, l'écrivaine autrichienne, pour composer cette oeuvre. Pour peu que l'on soit (...)
      jeudi 22 mai 2008

    • On a déjà entendu ça quelque part
      Vous connaissiez sans aucun doute la Rhapsody in Blue et le Concerto en Fa (de Gershwin, faut-il le préciser ?) mais pas la Seconde Rhapsodie ni les Variations sur « I Got Rhythm », ce sera sans doute la raison pour laquelle vous bondirez sur ces Complete Works for Piano & Orchestra. N'en espérez rien d'autre. Etant donné qu'il existe à l'heure actuelle pas moins de 186 versions disponibles de la Rhapsody in Blue et 69 du Concerto en Fa, l'intérêt d'un nouvel enregistrement paraît des plus (...)
      vendredi 4 septembre 2009

    • Palestrina version (trop) longue
      Brilliant Classics réédite un enregistrement publié en d'autres temps par Deutsche Grammophon dans sa série 20th Century Classics. La distribution est de tout premier choix, la baguette de Rafael Kubelik aussi professionnelle que d'habitude. Seul souci : l'opéra-fleuve de Pfitzner ne présente pas un intérêt évident, ni à première ni à seconde vue. Palestrina est un opéra long. Très long. En termes de durée stricte (3h30 ici), on a connu plus long, mais peu d'œuvres sauront faire ressentir à l'auditeur (...)
      mercredi 5 janvier 2011

    • Pietari Inkinen enregistre la huitième symphonie de Rautavaara pour Naxos
      Après la septième, Naxos publie la huitième symphonie du compositeur finlandais : un enregistrement qui vient donc concurrencer une très belle interprétation de Leif Segerstam chez Ondine. Le moins que l'on puisse dire est que le disque aura deux fois au moins rendu justice à la magnifique symphonie de Rautavaara. La musique de Rautavaara est une singularité : dès ses débuts elle assimile le langage de la modernité (sérialisme, électronique, etc.), tout en restant résolument post-romantique et donc à (...)
      jeudi 1er mai 2008

    • Places in Time
      Le label Albany réunit quatre compositeurs américains autour de l'évocation de lieux, qu'il s'agisse de souvenirs, d'anticipations ou de descriptions actuelles. Une expérience intéressante au résultat cependant mitigé, compte tenu du talent très relatif des artistes convoqués. Albany a sorti quelques mois avant celui-ci un disque intitulé « Midnight Toll » autour de la thématique du 11 septembre 2001, qui réunissait déjà Armand Qualliotine et Lee McQuillan sous la direction du même Julius Williams. L'idée (...)
      dimanche 4 mai 2008

    • Premier enregistrement mondial de la Symphonie n°8 de Penderecki
      Antoni Wit complète pour Naxos le cycle symphonique de Penderecki en enregistrant la dernière symphonie du compositeur. Ce n'est certainement pas une révélation, malgré l'évident talent de Wit et de son orchestre : il semble bien que le génie du compositeur polonais ait déserté ses symphonies depuis un bon moment. Chez beaucoup de compositeurs, les symphonies marquent des étapes, caractérisent des évolutions ou des virages esthétiques. Les sept symphonies de Krzysztof Penderecki sont particulières dans (...)
      mardi 22 avril 2008

    • Prometeo : l'ultime apogée de l'oeuvre de Luigi Nono
      Col-Legno propose en SACD une nouvelle version du chef-d'oeuvre de Nono. Initiative louable puisque l'on ne disposait jusqu'alors que de la version Metzmacher chez Philips. Cette nouvelle lecture d'une oeuvre complexe et difficile à enregistrer se révèle plus affinée que sa concurrente, et bien souvent plus poétique. Il y dans le Prometeo (1985) de Nono une dimension un peu mégalomane dans son thème central (la rédemption de l'humanité), sa volonté de redéfinir toutes les règles du genre dramatique, (...)
      lundi 21 juillet 2008

    • Quand Feldman admirait Webern...
      ... il écrivait Patterns in a Chromatic Field qui est sa première œuvre-fleuve (1h30, c'est donc aussi l'une des plus courtes) et par ailleurs la moins réussie. Ces quatre notes aigrelettes égrenées à l'infini de façons mathématiques et dépourvues de sensualité ne sont pas ce qu'il a écrit de plus captivant. Ses détracteurs reprochaient à la musique de Feldman d'être ennuyeuse : rien n'est plus faux... sauf ici. Car on s'ennuie vraiment, beaucoup, et longtemps. Quand Feldman entame avec le quatuor n°1 de 1979 la (...)
      jeudi 22 octobre 2009

    • Quand Nono fait du Scelsi
      Ce disque Col Legno réunit cinq pièces vocales de Nono : chœurs glacés et aériens, travail méticuleux des timbres, on retrouve ici le talent d'orfèvre du compositeur vénitien, sans l'originalité des grandes œuvres. Car ici, tout semble s'inscrire dans l'ombre de Scelsi. Avec quelques encombrants messages politiques en sus, l'incorrigible péché mignon du compositeur. Dommage. Quand Nono écrit de la musique chorale, il donne souvent le sentiment d'être irrésistiblement attiré, sinon absorbé, par l'esthétique (...)
      mardi 19 janvier 2010

    • Richard Hickox passe encore à côté de Britten
      Owen Wingrave est l'un des grands chefs-d'œuvre de Britten : pourtant il n'a été enregistré qu'une seule fois. On attendait donc avec impatience, 35 ans après sa création, cette version Hickox, en espérant, sinon qu'elle égalerait la version Britten de 1971, du moins qu'elle éclairerait l'œuvre d'un jour nouveau. Hélas, comme dans ses autres enregistrements des opéras de Britten, Richard Hickox déçoit. Owen Wingrave est l'un des opéras les plus dramatiquement intenses de Britten, et sans aucun doute le plus (...)
      mercredi 18 mars 2009

    • Robert Weirich illumine Copland
      Weirich est en parfaite symbiose avec la musique de Copland : il en saisit tous les contours, les couleurs, la nostalgie discrète. L'œuvre pianistique du père de la musique américaine n'a sans doute jamais été aussi bien servie. Aaron Copland, qui fut la figure centrale de la musique américaine, tant sur les plans esthétique que pédagogique ou organisationnel, est peu connu pour son œuvre pianistique. Il est vrai que, comparées aux sublimes Appalachian Spring, Red Pony et autres Quiet City, les œuvres (...)
      lundi 31 mars 2008

    • Röntgen de retour chez CPO
      Après un premier disque consacré à la Symphonie n°3, CPO propose une nouvelle série d'œuvres orchestrales de Julius Röntgen, compositeur romantique au conservatisme presque absurde pour son époque mais parfaitement original. Son œuvre irradie de l'optimisme, et se trouve magistralement interprétée par le chef néerlandais David Porcelijn. Röntgen disait écrire une musique « sincère et non-moderne », qualificatifs confirmés par l'écoute de ses œuvres : pour un compositeur disparu en 1932, le moins que l'on (...)
      mercredi 26 novembre 2008

    • Sally Beamish chez Bis
      Bis consacre un cinquième volume à Sally Beamish et à ce stade une question se pose : cela en valait-il vraiment la peine ? Sally Beamish est une compositrice anglaise installée en Ecosse (le détail a son importance), élève de Lennox Berkeley au Royal Northern College of Music, anciennement compositrice en résidence de l'Orchestre de chambre de Suède, ce qui lui vaut sans doute l'intérêt du label suédois. Le concerto pour alto n°2 est une œuvre aux dissonances très criardes à l'instar de son (...)
      mercredi 25 juin 2008

    • Schmitt et la musique française
      La musique de Florent Schmitt est-elle française ? La question est d'autant plus délicate que le positionnement politique de Schmitt n'en fait pas l'un des plus grands patriotes de l'histoire. Sans compter qu'il est lorrain, pays franc et vestige de la Lotharingie historique, ce qui contribue pas à élucider son héritage culturel. Ce disque est à ce titre ambivalent, puisqu'il propose une œuvre s'inscrivant dans la tradition germanique, et une autre tout à fait caractéristique de la musique française des (...)
      lundi 11 janvier 2010

    • Simone Young s'attaque au Ring
      Encore une tétralogie donc : qu'attend-t-on de plus dans ce répertoire qui n'ait déjà été fait ? Question oiseuse que l'on évacuera en n'y répondant pas, on peut d'ailleurs certainement faire, sinon mieux, disons différemment des Furtwängler, Knappertsbusch et autres Boulez. On peut mais Simone Young ne le fait pas : en revanche on peut estimer que ce qu'elle fait, elle le fait plutôt bien, voire très bien même, dans un esprit épique allégé à la Karajan. L'Or du Rhin donc, splendide introduction de la (...)
      mercredi 6 mai 2009

    • Sunleif Rasmussen, très loin des îles
      Dacapo nous invite pour la seconde fois à explorer le monde sonore tourmenté du compositeur féroïen. Périple décevant dans une musique très guindée : la magie de l'archipel semble lui avoir tout à fait échappé. Sunleif Rasmussen est une singularité en lui-même, puisqu'il est originaire des îles Féroé : magnifique archipel de montagnes jaillies de la mer quelque part entre l'Ecosse et l'Islande. Ceci pourrait avoir l'air anecdotique, mais ne l'est pas car le compositeur dit s'inspirer des mélodies populaires (...)
      vendredi 28 mars 2008

    • The Old Maid and the Thief de Menotti
      Compositeur peu prisé en Europe et célébrissime aux Etats-Unis, Menotti a composé dans un style léger et élégant inspiré de Broadway une série d'opéras plein de vivacité et d'intelligence. The Old Maid and the Thief, opéra-bouffe écrit pour la radio est de ceux-là. Nous ne sommes pas toujours conscients en Europe de l'importance de Gian-Carlo Menotti dans le panthéon de la musique américaine : chacun de ses opéras depuis le premier Amelia al Ballo en passant par le célébrissime The Medium a rencontré un (...)
      jeudi 11 septembre 2008

    • The Rake's Progress au Theâtre de la Monnaie
      Stravinski ne fut pas un compositeur d'opéra particulièrement remarquable : des quatre qu'il écrivit, The Rake's Progress est le plus connu, le plus long, et sans doute aussi le plus ennuyeux. Mais les interprètes du Théâtre de la Monnaie, le metteur en scène et les solistes convoqués pour cette représentation déploient tout leur talent pour donner vie à cette oeuvre. Etonnant. En 1732, le peintre anglais William Hogarth compose une série de huit tableaux décrivant la vie d'un parvenu en autant (...)
      jeudi 12 février 2009

    • Trois Symphonies qui n'en sont pas
      Naxos complète son intégrale de l'oeuvre orchestral de Copland avec les trois premières symphonies du compositeur : un programme enthousiasmant traité par Marin Alsop de façon très professionnelle mais sans chaleur. Après la magnifique symphonie n°3 de James Judd, on attendait mieux. Si Copland occupe une place centrale dans la musique américaine, notamment par l'influence considérable qu'il a eue sur la majorité des grands symphonistes d'outre-Atlantique, ce n'est pas, curieusement, pour avoir produit (...)
      jeudi 27 août 2009

    • Une musique venue d'ailleurs
      Après l'étonnant Coloured Noise sorti chez Kairos et l'opéra pour enfants Der Tapfere Schneiderlein chez Col Legno, Wolfgang Mitterer sort Im Sturm, un disque réunissant un cycle de lieder et une pièce pour piano préparé. Digne héritier de Cage, expérimentateur infatigable, il compose une musique qui tient davantage du rock underground que du classique contemporain. Une curiosité. Wolfgang Mitterer est un jeune compositeur autrichien, même s'il n'est pas certain qu'il se définisse lui-même comme un (...)
      dimanche 4 octobre 2009

    • Une occasion manquée pour le chef-d'œuvre de Daniel-Lesur
      Spécialisé dans le répertoire choral contemporain depuis sa fondation en 1998, l'ensemble choral Sequenza 9.3 de Catherine Simonpietri ne pouvait qu'être en terrain connu avec ce florilège consacré au groupe Jeune France. Mais après un magnifique enregistrement de l'œuvre chorale de Jehan Alain, le résultat n'est pas à la hauteur des espérances. Quand il jeta les fondements théoriques du groupe Jeune France en 1935, Yves Baudrier n'imposait pas plus de règles esthétiques clairement définies que ne l'avait (...)
      mercredi 27 février 2008

    • Un grand cru des Maîtres Chanteurs
      Un Sachs (Holl) et un Beckmesser (Schmidt) parmi les meilleurs qu'on ait entendus, un orchestre du Festspielhaus dirigé de main de maître par un Daniel Barenboïm au sommet de son art et une mise en scène somptueuse. On ne pouvait rêver mieux, et c'est sans aucun doute une très grande version des Maître Chanteurs que ce cru Bayreuth 1999, l'une des dernières mises en scène de Wolfgang Wagner. La première chose qui frappe quand on regarde cette mouture 1999 des Maîtres Chanteurs à Bayreuth, c'est la (...)
      mercredi 22 avril 2009

    • Un Ives un peu trop subtil
      Les deux sonates de Ives sur un seul cd et interprétées par un même pianiste, c'est une chose rare, et l'exploit de René Eckhardt mérite d'être salué ne serait-ce que pour s'être colleté ces deux monuments de quarante et quelques minutes chacun et pour avoir affronté les redoutables difficultés dont ils sont hérissés. On ne regrettera qu'une chose : qu'il ait opté pour une interprétation si pensée et si réfléchie, là où l'on attendait peut-être quelque-chose de plus primaire et de plus brutal. Ives est mort (...)
      mercredi 30 novembre 2011

    • Un Noël de Gian-Carlo Menotti
      Compositeur très célèbre aux Etats-Unis et fort peu connu en France, Menotti a écrit une quantité d'opéras pour la plupart très populaires dans son pays et quasiment pas du tout en France, parmi lesquels le plus célèbre de tous est sans doute Amahl and the Night Visitors : une aimable parabole biblique pour l'occasion de Noël. Plaisante, judicieusement calibrée et fort bien écrite, l'œuvre a tout pour séduire. Amahl and the Night Visitors est un bref opéra (50 mn) que Menotti écrivit pour la télévision – (...)
      lundi 26 octobre 2009

    • Un Or du Rhin décalé
      Des chanteurs remarquables, une direction idéale, et une mise en scène hors sujet. C'est hélas un scénario courant dans les représentations des opéras de Wagner (et de beaucoup d'autres). Nous avons eu récemment les filles du Rhin au lit, cette fois Wotan et sa clique s'invitent dans un univers de truands début de siècle. Consternation. Chacun le sait mais rappelons-le tout de même : l'Or du Rhin, premier épisode (en réalité « prologue ») de la monumentale Tétralogie de Wagner, se compose de quatre (...)
      jeudi 22 avril 2010

    • Un Quatuor pour la fin du Temps de plus (et rien de plus)
      Un nouvel enregistrement du célébrissime quatuor de Messiaen n'est pas sans risque : les excellentes versions foisonnent, et l'on ne voit plus trop ce qu'il est possible d'apporter à ce répertoire. Het Collectief n'apporte rien mais retire beaucoup par contre : jamais cette œuvre si optimiste, si pleine de vie et de couleur n'aura paru si terne ni si amorphe. Le Quatuor pour la fin du temps est devenu l'une des œuvres les plus importantes de la musique du XXème Siècle : pour l'exceptionnelle (...)
      jeudi 16 octobre 2008

    • Un Tamerlan historique pas historique
      Le label Ponto nous propose une réédition d'un enregistrement du Tamerlan de Haendel par Anthony Lewis et l'English Chamber Orchestra réalisé en 1972. Outre une excellente performance d'Alexander Young, on ne trouvera pas facilement matière à s'enthousiasmer pour cette interprétation qui semblait ignorer tout le travail mené depuis déjà plus de vingt ans par Alfred Deller et ses émules. Considéré comme l'un des opéras les plus marquants de Haendel, Tamerlano ne fut pourtant composé qu'en une vingtaine de (...)
      jeudi 21 janvier 2010

    • Vingt-six Neuvièmes plus tard...
      Fabio Luisi enregistre la Symphonie n°9 de Bruckner avec la prestigieuse Staatskapelle de Dresde. Premier souci, ce n'est pas la première Neuvième qui soit arrivée dans les bacs ces dernières années. Second souci, comme la plupart des autres enregistrements récents, cette interprétation n'est pas d'un intérêt congestionnant. Fidèle, professionnel et sans bavure, ce n'est pas hélas le genre de disque qui emporte l'adhésion. Fabio Luisi, tout récemment nommé à la tête de la célèbre Staatskapelle de Dresde (...)
      mardi 20 octobre 2009
    Dernière modification par Philippe ; 30/12/2011 à 09h56. Motif: màj du 30.12.2011

Discussion fermée

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

     

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages