+ Répondre à la discussion
Page 2 sur 2 PremièrePremière 1 2
Affichage des résultats 21 à 28 sur 28

Discussion: Quinze que j'en pense - Maurice Duruflé (1902 –1986)

  1. #21
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    8 169
    Citation Envoyé par sud273 Voir le message
    Elsa Barraine et Claude Arrieu sont d'excellents compositeurs (bien supérieures à Messiaen à mon goût); il est probable que le fait qu'elles soient femmes n'ait pas aidé à leur rayonnement posthume, mais ça peut venir, on enregistre bien de temps en temps Mel Bonis et Louise Farrenc.
    Cette intéressante photo laisse de côté cinq autres des personnages représentés d'ailleurs...

    voilà les autres



    Paul Dukas donne une classe de composition en 1929 au Conservatoire de Paris. De gauche à droite, près du piano : Pierre Maillard-Verger, Elsa Barraine, Yvonne Desportes, Tony Aubin, Pierre Revel, Georges Favre, Paul Dukas, René Duclos, Georges Hugon, Maurice Duruflé. À droite, assis : Claude Arrieu, Olivier Messiaen
    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

  2. #22
    - Avatar de mah70
    Date d'inscription
    novembre 2007
    Localisation
    Saint-Julien-Molin-Molette
    Messages
    5 781
    Pour compléter un peu sur cette foule de musiciens:

    Le René Duclos de la photo est, je suppose, le chef de choeurs, donc nous le connaissons fort bien. Il était en "concurrence" avec la chorale Elisabeth Brasseur pour un paquet d'enregistrements EMI;
    Tony Aubin a créé Guercoeur de Magnard (bien coupé) à la radio dans les années '50. Il a aussi composé pour le cinéma, notamment pour Le corbeau de Henri-Georges Clouzot (1943);
    Pierre-Maillard Verger doit traîner dans notre BM: je crois qu'il a accompagné Camille Maurane.
    La filmographie de Elsa Barraine est courte, mais de qualité: http://www.imdb.com/name/nm0056665
    On y trouve notamment deux des premiers courts-métrages de Demy (ce qu'il a fait de mieux à mon avis) et deux collaborations avec Grémillon pour les derniers longs-métrages "signés" du réalisateur (Pattes blanches et L'amour d'une femme). C'est plutôt bon signe: Grémillion avait été élève de la Schola Cantorum et ne prenait pas des branques pour écrire les musiques de ses films - quand on ne les lui imposait pas (il a notamment souvent travaillé avec Roland-Manuel, qui lui a fait une somptueuse partition pour Remorques).
    La seule certitude que j'ai, c'est d'être dans le doute. (Pierre Desproges)

  3. #23
    Membre Avatar de Jacques
    Date d'inscription
    avril 2008
    Localisation
    Lausanne (Suisse)
    Messages
    2 782
    Un grand merci pour les compléments d'information qui précèdent () !

    Me fiant à ma seule mémoire, j'ai d'abord pensé ne pas avoir la moindre pièce, parmi mes disques, d'un des compositeurs autres que Duruflé et Messiaen (et bien sûr Dukas) figurant sur cette photo de 1929.

    J'ai donc été heureux de retrouver au moins ce CD enregistré en 1989 et que j'avais totalement oublié, regroupant trois oeuvres pour piano, violon et violoncelle composées au XXème siècle et se rattachant, selon l'auteur du texte de la brochure annexe, au "courant néo-classique" :



    Alerte et bien rythmé en ses mouvements 1, 3 et 4 (plages 7, 9 et 10 de l'album), d'une grande sûreté d'écriture, le Trio de Claude Arrieu évoque un peu Roussel, voire même - fugitivement - Poulenc. Mais sa facture n'en demeure pas moins originale et personnelle, révélant chez cette compositrice injustement méconnue un talent à mon avis tout à fait remarquable.


    Jacques

  4. #24
    Membre Avatar de ppyjc61
    Date d'inscription
    octobre 2011
    Localisation
    Ottawa, Canada
    Messages
    488
    Puisuqe je vous ai "taquiné" plus tôt dans mon propos orignial et que ceci a engendré une belle discussion sur le Requiem de Duruflé, voici l'hyperlien à ma réflexion et baladodiffusion de ce Requiem. La version utilisée en est une qui ne fut pas proposée par les autres intervenants - celle de Christopher Robinson et sa choraler du St-John's College de Cambridge.



    En complément de programme, la messe basse pour les défunts de Vierne. Bonne écoute!

    http://itywltmt.blogspot.ca/2013/03/...rgan-pour.html

  5. #25
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    8 169
    Vous allez trouver que j'exagère, mais là encore, pourquoi être si lent? et exagérer le coté séraphique à ce point? et, vers le 20 mn, est-ce que les choeurs d'enfants sont tout à fait justes? en tout cas ce n'est pas beau (de toute façon si mon souvenir est bon ce n'est pas fait pour des choeurs d'enfants, et les choeurs d'enfants, c'est comme le poivre vert et la cardamome : quand on ne peut vraiment pas faire autrement, on en met, mais il y a presque toujours des substituts préférables).
    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

  6. #26
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    8 169
    Voilà une version raisonnablement rapide avec des choeurs charnels :

    [/URL]

    ou, plus lent, au moins au début, mais qui chante pour de vrai (et bien)



    Dernière modification par lebewohl ; 08/03/2013 à 14h02.
    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

  7. #27
    - Avatar de mah70
    Date d'inscription
    novembre 2007
    Localisation
    Saint-Julien-Molin-Molette
    Messages
    5 781
    Citation Envoyé par Claude Torres Voir le message
    Concernant Elsa Barraine(...)

    - Au Cœur de l’orage, film de Jean-Paul Le Chanois. La partition musicale de quarante minutes porte l’intitulé de Vercors, composée en 1946, elle est signée conjointement d’Elsa Barraine et de Tibor Harsanyi. Ce film est composé de tournages authentiques réalisés par des opérateurs clandestins, de séquences d'archives empruntées aux actualités alliées et allemandes, et de scènes reconstituées, il est centré sur les maquis du Vercors, montre l'organisation, le développement, les nombreux faits d'armes de la résistance ainsi que les attaques, représailles et les actes de barbarie allemandes. En parallèle, le film fait un historique de la Seconde Guerre Mondiale et de l'occupation allemande, dénonçant la politique de collaboration, la propagande vichyste, glorifiant les actes, petits et grands de résistance. Commentateur, Jean Chevrier, janvier 1948, 80’.

    Claude Torres
    Le hasard faisant bien les choses, Au Cœur de l’orage passe dans la nuit de mardi à mercredi sur France 2, vers 0h45. À vos cassettes, comme disait l'autre.

    La seule certitude que j'ai, c'est d'être dans le doute. (Pierre Desproges)

  8. #28
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    8 169
    Comme Duruflé est né il y a cent quinze ans, je mets un lien vers son requiem, que j'adore comme je l'ai dit plus haut, je crois, dans une très belle version.


    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

+ Répondre à la discussion

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

     

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages