+ Répondre à la discussion
Page 1 sur 4 1 2 3 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 20 sur 73

Discussion: Les musiques qui font peur

  1. #1
    Membre
    Date d'inscription
    septembre 2013
    Messages
    165

    Les musiques qui font peur

    Bonjour.

    Un ami me disait un jour que je n’aimais que les “musiques qui font peur”. Eh bien non, pas que. Mais c’est vrai quand même que j’ai un faible pour les musiques d’atmosphère angoissante ou dramatique, genre musique de film à suspense ou fantastique/science-fiction. Donc, devinez de quoi je vais parler ? De musiques de film, tout-à-fait.

    Bon, c’est vrai, la musique de film ce n’est pas toujours de la grande musique. C’est plutôt bien souvent grandiloquent et vacarmeux. Mais pas systématiquement, heureusement. Par contre, ce qui est caractéristique de la musique de film c’est qu’elle est émotionnelle. Son but est de provoquer des émotions chez le spectateur. C’est en principe également celui de la “grande” musique mais ce n’est pas une obligation chez elle. Ça l’est chez la musique de film. Parlons donc d’émotions.
    Il m’est souvent arrivé de rêver de musiques extraordinaires, que je jouais moi-même ou que j’entendais jouées par d’autres. Quelques fois j’ai pu écrire juste après mon réveil la mélodie, ou une partie de la mélodie rêvée. Mais au matin, lorsque je la jouais sur ma guitare ou au clavier, ce n’était plus qu’une petite mélodie niaise et dépourvue de la moindre émotion. Tout ce qui faisait l’intensité émotionnelle de la musique rêvée était resté dans le rêve. Elle n’était donc pas dans la mélodie. D’ailleurs on sait bien qu’une mélodie toute seule, toute nue, ne véhicule pas beaucoup d’émotion. Il faut en plus l’harmonisation, et l’orchestration, et l’interprétation. C’est tout cet ensemble qui crée et transporte l’émotion musicale. Les grands compositeurs sont sans doute capables de retranscrire tout cela à partir d’une musique rêvée, mais moi je n’ai jamais pu le faire. Par contre, j’ai découvert assez récemment une musique qui a déclenché en moi quelque chose de très proche des émotions musicales que j’ai pu connaître en rêve. Il s’agit de la musique du film The Fountain, de Darren Aronovsky, composée par Clint Mansell. Les mélodies de cette musique sont ultra-simples, simplissimes même. Mais grâce à l’harmonisation, à l’orchestration et à l’interprétation (par le Kronos Quartet et le groupe Mogwai), ces mélodies produisent une émotion très forte et très particulière, d’une tristesse semblable à celle qu’il m’arrive de ressentir parfois dans mes rêves. Le film possède d’ailleurs une très forte dimension onirique, mais je précise que je ne l’avais pas vu avant de découvrir la musique, je ne l’ai vu qu’après. J’étais évidemment très curieux de découvrir quel film était soutenu par cette musique qui faisait naître en moi des émotions aussi particulières et intenses que celles de mes rêves. Je ne dirai pas que j’ai totalement adhéré à l’histoire qu’il raconte mais les très belles et très étranges séquences avec l’”arbre de vie” m’ont fortement impressionné. En tout cas, Clint Mansell a composé ici une musique très forte qui peut s’écouter indépendamment des images. A la différence de la plupart des musiques de film, qui sont généralement des petites pièces de 2 à 3 minutes sans véritable lien les unes avec les autres (et qui n’ont souvent guère d’intérêt à être écoutées seules), celle-ci est constituée de morceaux qui s’enchaînent et qui possèdent entre eux une très forte unité d’atmosphère. L’ensemble constitue un unique morceau qu’on écoute du début jusqu’à la fin comme un long poème symphonique de quarante minutes.
    J’ai voulu écouter d’autres musiques de Clint Mansell mais je n’y ai pas retrouvé la même puissance émotionnelle. Par contre, en écoutant des disques du groupe Mogwai, il m’a semblé par moments retrouver quelque chose d’approchant (bien que leur musique soit souvent assez insupportable). J’en conclus que c’est plus la collaboration Mansell/Mogwai/Kronos Quartet qui a produit une alchimie particulière et non le seul talent de compositeur de celui qui signe la musique.

    Un autre compositeur de musique de film dont je voudrais parler est Hans Zimmer. Oui, celui qui signe la musique des Batman. Il semble s’être spécialisé dans les musiques “qui font peur” et je ne pouvais donc pas ne pas tomber sur lui un jour ou l’autre, même si je vais rarement au cinéma, et en tout cas pas pour voir Batman. J’ai fait sa “connaissance” dans le film Rangoon de Boorman. C’est pas d’hier, donc. Le film m’avait vraiment pris aux tripes ; tout du long j’avais eu l’impression d’y sentir le danger juste derrière ma nuque. J’avais acheté le disque de la musique, mais après trois ou quatre écoutes, j’avais fini par la trouver pas si foudroyante que ça et j’avais quelque peu oublié le disque. Et puis un jour, plusieurs années après, j’ai entendu une musique qui, elle aussi, prenait aux tripes. C’était celle de The Dark Knight, et elle était de Hans Zimmer, celui-là même qui avait signé la musique de Rangoon. J’avais enregistré le disque (je n’achète plus, j’enregistre, et je participe ainsi à la chute des ventes de CD, Ah! Ah!), mais comme avec celle de Rangoon, après avoir écouté la musique quelques fois, elle avait fini par me lasser. Il est vrai aussi qu’on l’entendait partout en illustration sonore de diverses émissions de télé pour susciter l'émotion, ça en devenait insupportable. Bon, c’était quand, ça ? il y a trois ou quatre ans, cinq ?... Je ne sais plus. Eh bien j’ai fait une rechute cette année. En quelques mois j’ai enregistré la musique de The Ring 2, Inception, Da Vinci Code, The Dark Knight Rises. Gare à l’overdose de peur !

  2. #2
    Membre Avatar de Jacques
    Date d'inscription
    avril 2008
    Localisation
    Lausanne (Suisse)
    Messages
    2 782
    Très intéressant sujet, excellente introduction aussi !

    Comme je vais repartir tout soudain (cf. mes hôtes américains), je n'ai pas le temps de "développer" quoi que ce soit mais mentionne juste deux vieux souvenirs qui me sont immédiatement venus à l'esprit (étant précisé qu'au cinéma, je suis plutôt du genre "bon public" et impressionnable ).

    1/ Les partitions - selon moi de grande qualité - composées par Jerry Goldsmith pour Alien, par James Horner pour Aliens et par Elliot Goldenthal pour Alien 3 me font toujours "se dresser mes cheveux sur la tête"(). Mais bon... Le souvenir des horribles vilaines bêtes qu'on voit dans ces films y est aussi pour beaucoup ().

    2/ Des années après avoir vu The Shining au cinéma, j'ai eu un soir l'idée saugrenue de réécouter sur CD, plongé dans le noir [sic], le Bartók (troisième mouvement de la Musique pour cordes, percussion et célesta) et les Penderecki (je passe sur les titres) que le génial Kubrick avait mis là-dedans. Résultat : malaise profond, puis carrément terreur ()... J'ai dû rallumer avant la fin ( ).

    Jacques

  3. #3
    Co-Administrateur
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    1 006
    Bonjour Jacques, AMHA, on n'a même pas besoin de penser à l'utilisation que S. Kubrick a fait de ces musiques (le mouvement lent du Bartok, notamment) pour ne plus avoir un poil de sec en les écoutant, a fortiori dans le noir...

    Musicalement,
    l'obsédé-des-incunables

  4. #4
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    8 795
    en même temps c'est une des plus belles musiques du monde, s'pas?

    (je ne trouve pas que cela fasse peur, cela dit...)
    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

  5. #5
    Membre Avatar de Brouken Air
    Date d'inscription
    mars 2012
    Localisation
    Losheim am See
    Messages
    404
    Un petit exercice rigolo serait de trouver une musique capable d'accompagner le Nosferatu avec Max Schreck (Il porte bien son nom celui-là...).







    Ceci ne serait-il pas tentant?

    Lorsque faisais mes études de cinéma à Bruxelles, je passais souvent mes journées au musée du cinéma à Bruxelles et il y avait toujours un pianiste qui accompagnait les films muets... Ce sont de merveilleux souvenirs!!! Peut-être que notre ami Philippe a pu en profiter aussi vu sa proximité géographique....
    Tiens dans un autre Nosferatu (Werner Herzog) la musique de Popol Vuh est vraiment bien... M'enfin, il faut avouer que cela ne fait pas se dresser les cheveux sur la tête.

    Bonne soirée à tous et merci pour ce fil qui je l'espère entrainera beaucoup de réactions....

  6. #6
    Citation Envoyé par Brouken Air Voir le message
    Un petit exercice rigolo serait de trouver une musique capable d'accompagner le Nosferatu avec Max Schreck (Il porte bien son nom celui-là...).
    Déjà, il y a celle qui avait été écrite à l'époque et qui a été récemment reconstituée (ça existe en dvd ce me semble).
    Sinon j'avais jadis fait un montage en superposant la scène de l'apparition à minuit avec la 4ème des Cinq Pièces pour orchestre de Schönberg, et cela fonctionnait particulièrement bien.

    Pour revenir au sujet, quand j'étais enfant (pré-ado comme on dit maintenant) j'étais absolument terrifié par L'enfant et les sortilèges de Ravel, notamment la fin de la scène avec le feu...
    Oh vous savez, moi, ce que j'en dis, hein...

  7. #7
    - Avatar de mah70
    Date d'inscription
    novembre 2007
    Localisation
    Saint-Julien-Molin-Molette
    Messages
    6 033
    Il y a un contre-exemple célèbre de film d' "horreur" avec une musique qui ne cherche pas à effrayer mais à faire effet de contraste. A vous de voir si ça fonctionne bien:



    Quant à la musique originale de Nosferatu, on peut la trouver ici:

    La seule certitude que j'ai, c'est d'être dans le doute. (Pierre Desproges)

  8. #8
    Membre
    Date d'inscription
    septembre 2013
    Messages
    165
    Citation Envoyé par Jacques Voir le message
    2/ Des années après avoir vu The Shining au cinéma, j'ai eu un soir l'idée saugrenue de réécouter sur CD, plongé dans le noir [sic], le Bartók (troisième mouvement de la Musique pour cordes, percussion et célesta) et les Penderecki (je passe sur les titres) que le génial Kubrick avait mis là-dedans. Résultat : malaise profond, puis carrément terreur ()... J'ai dû rallumer avant la fin ( ).

    Jacques
    ça fait des années que je n'ai pas réécouté la musique pour cordes, percussion et célesta de Bartok, et je ne me souviens pas d'avoir frémis à son écoute. Bonne occasion pour ressortir le disque, en espérant passer une soirée de divine terreur.

    A propos de Nosfératu et autres vampires, la musique du Dracula de Francis Ford Coppola, composée par Wojciech Kilar, est très bien.

  9. #9
    Membre Avatar de Brouken Air
    Date d'inscription
    mars 2012
    Localisation
    Losheim am See
    Messages
    404
    Merci Nico et Mah

    J'ai passé de très bon moments avec ce film, cela faisait près de 20 ans, la dernière fois que je l'ai vu et la musique apporte un plus indéniable. Maintenant on peut toujurs rêver d'un Prokofiev ou d'un Schönberg sur ces images, j'aurai peut-être pensé à Ligeti (par ex. Métamorphoses Nocturnes). Il faut avouer que les images sont tellement fortes... et les décors fabuleux.

    Bonne nuit .... je vais peut-être vérifier sous le lit, des fois qu'il y ait un Schreck planqué....

  10. #10
    Membre Avatar de Jacques
    Date d'inscription
    avril 2008
    Localisation
    Lausanne (Suisse)
    Messages
    2 782
    Bonjour Co2monamour , Kullervo et les autres .

    À propos de The Shining (pardon d'y revenir), Kubrick se sert de Bartók pour diverses scènes provoquant le malaise chez le spectateur, le "préparant" en quelque sorte à ce qui va suivre, mais sans vraiment l'effrayer.

    En revanche, pour les scènes encore plus dérangeantes (qui deviendront ensuite carrément horrifiantes), c'est à Penderecki que le metteur en scène a recours.

    Montrant l'une et l'autre le gamin du film confronté à la mystérieuse "chambre 237", les deux brèves vidéos ci-dessous illustrent assez bien cette différence, je crois.

    Dans la première (avec musique de Bartók), le gosse essaie simplement d'ouvrir la porte de cette chambre, mais sans y parvenir. Dans la seconde (avec musique de Penderecki), toutefois, quelque chose de surnaturel se passe et, la porte étant ouverte, il finit par... entrer dans ce lieu maudit.




    Jacques

  11. #11
    Membre
    Date d'inscription
    février 2008
    Messages
    6 198
    Citation Envoyé par lebewohl Voir le message
    en même temps c'est une des plus belles musiques du monde, s'pas?
    Incontestablement, indéniablement et définitivement.

    (je ne trouve pas que cela fasse peur, cela dit...)
    Cela ne m'a jamais fait peur non plus, à vrai dire on ne voit pas bien pourquoi cela devrait faire peur ... En tous cas, ça n'a pas été écrit pour être effrayant.
    Même les violons stridents de Psychose ne sont par eux-mêmes effrayants. C'est juste la conjonction avec les images et la soudaineté de la découverte qui produit de l'effet - du moins sur les gens sensibles à ce genre d'effet.

  12. #12
    Membre Avatar de Jacques
    Date d'inscription
    avril 2008
    Localisation
    Lausanne (Suisse)
    Messages
    2 782
    By the way, saviez-vous ce qu'était devenu Danny Lloyd, l'enfant de six ans choisi par Kubrick pour jouer le rôle de "Danny" dans son film (1980) ? Il est maintenant prof de biologie dans un collège américain. Comme quoi, les "scary movies" mènent à tout ().

    Il accepte pourtant parfois (encore que ce soit avec réticence) d'être présent à certaines petites "conventions" de fans de cinéma d'épouvante.

    Or, la vidéo ci-dessous - où Bartók et Penderecki se font à nouveau entendre - montre justement Danny Lloyd, qui participe vingt-neuf ans plus tard à l'une de ces réunions (c'est l'homme portant un T-shirt gris avec inscriptions, qu'on voit assis à une table et signant des photos).

    [/URL]

    Jacques

  13. #13
    Membre Avatar de Jacques
    Date d'inscription
    avril 2008
    Localisation
    Lausanne (Suisse)
    Messages
    2 782
    Je ne sais pas si quelqu'un a remarqué ce qui figure entre 2:46 et 3:32 sur la vidéo du post précédent, où son auteur écrit "On the way home, we saw something more terrifying than The Shining" [= "Sur le chemin du retour, nous avons vu quelque chose de plus terrifiant que The Shining"] puis montre, dans la campagne américaine, une gigantesque statue à caractère évangélique sur fond de Haendel ()...

    Voilà de quoi "effrayer" presque tout le monde (cf. la statue) et, de surcroît, sinon lui "faire peur", du moins irriter un peu notre ami Lebewohl ( cf. la musique) ...

    Jacques

  14. #14
    Membre
    Date d'inscription
    septembre 2013
    Messages
    165
    Citation Envoyé par The Fierce Rabbit Voir le message
    Même les violons stridents de Psychose ne sont par eux-mêmes effrayants. C'est juste la conjonction avec les images et la soudaineté de la découverte qui produit de l'effet - du moins sur les gens sensibles à ce genre d'effet.
    C’est vrai, les violons de Psychose ne sont pas particulièrement effrayants. Mais ils n’ont pas à l’être, du moins si vous parlez de ceux qui accompagnent la scène du crime. La musique qui fait peur n’a pas pour fonction de souligner le danger qui est présent à l’écran mais de nous faire pressentir un danger qu’on ne voit pas encore. Dans la scène du crime, les stridences acérées des violons ont plus pour but de faire ressentir au spectateur la douleur des coups de couteau dans le corps de la victime. Par contre, la musique qui précède cette scène est plutôt angoissante.

  15. #15
    Membre
    Date d'inscription
    septembre 2013
    Messages
    165
    Sinon, j’ai réécouté la Musique pour cordes, percussion et célesta de Bartok, après de nombreuses années d’oubli. J’avais vu Shining avant de la connaître, mais la musique du film ne m’avait certainement pas assez frappé à l’époque pour que je la reconnaisse dans celle de Bartok. Par contre, je me souviens très bien qu’à l’occasion de cette première écoute j’avais reconnu dans le 2ème mouvement le générique d’une émission qui passait à la télévision quelques années auparavant, mais dont le titre et le sujet m’échappaient alors. Aujourd'hui, grâce à internet j'ai pu me rafraîchir la mémoire; il s'agissait du générique de Télé-philatélie, animée par Jacqueline Caurat, qui passait sur TF1 de 1961 à 1983. ça ne me rajeunit pas. Bref ! En la réécoutant aujourd’hui, dans le cadre de cette discussion, j’ai essayé de deviner quel extrait avait pu être utilisé par Kubrik dans Shining.
    Il me semble que ça ne peut pas être le 1er mouvement, Andante tranquillo, que j’ai trouvé plutôt agréable à écouter mais n’éveillant aucune émotion particulière. C’est ce que j’appelle une musique neutre. Elle possède bien une certaine atmosphère, mais atmosphère de quoi ? Je ne ne peux pas le dire.
    Le 2ème mouvement, Allegro, n’a pas fait naître plus d’émotion, et a juste réveillé le souvenir dont j’ai parlé plus haut.
    Le 3ème mouvement, Adagio, engendre une atmosphère un peu mystérieuse, mais sans être sombre. J’y ressens plutôt une ambiance lumineuse, quoiqu’il suggère une sensation d’attente inquiète. On est toutefois loin de l’angoisse et de la peur, mais c’est probablement celui-ci que Kubrik a utilisé pour créer un sentiment de malaise.
    Le 4ème mouvement, Allegro molto, est plutôt entrainant et communique une ambiance plutôt joyeuse, évoquant une danse populaire.

    Bonne nuit à tous, faites de beaux cauchemars.

  16. #16
    - Avatar de mah70
    Date d'inscription
    novembre 2007
    Localisation
    Saint-Julien-Molin-Molette
    Messages
    6 033
    Nous ne devons pas avoir les mêmes enregistrements: par Mravinsky ou par Reiner, le 1er mouvement n'est pas neutre et le 4e n'est pas joyeux.

    Cela dit, je ne connais aucune musique qui fasse par elle-même naître de l'angoisse pour moi. Certaines peuvent être sombres, tendues, elles peuvent donner l'indication de la peur (arrivée de la statue du Commandeur dans Don Giovanni, marche au supplice de la Symphonie Fantastique, panique de la foule - 2e mouvement - dans la 11e symphonie de Chostakovitch, 2e mouvement de la 10e symphonie du même) mais la musique ne m'effraie jamais (alors que je suis assez facilement trouillard dans la vie et au cinéma ). Je vais donc dormir comme un bébé (c'est-à-dire que je vais me réveiller toutes les trois heures).

    La seule certitude que j'ai, c'est d'être dans le doute. (Pierre Desproges)

  17. #17
    Co-Administrateur
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    1 006
    Et pour te rendormir, un bon biberon de musique soporifique comme, je sais pas, moi, l'ouverture du Carnaval de Dvorak, celle de Rouslan et Ludmila de Glinka, ou tout bêtement celle des Noces de Figaro de Mozart : à te plonger avec délices dans les bras de Morphée...

    Musicalement,
    l'obsédé-des-incunables

    PS : concernant la musique pour cordes, percussion et celesta, ça m'arrache la g... de le reconnaître, mais je suis d'accord avec toi : aucun des quatre mouvements ne peut, AMHA, être taxé de "neutralité", le finale est tout sauf "joyeux", et je persiste et signe : si cette musique ne fait pas "peur" à proprement écrire, elle est malgré tout glaçante par l'angoisse et la tension qu'elle exsude.

  18. #18
    Membre
    Date d'inscription
    septembre 2013
    Messages
    165
    Bonjour mon amour et ma 70.

    Pas les mêmes enregistrements, c'est possible, mais surtout, à mon avis, pas la même sensibilité aux émotions véhiculées par la musique. Nous sommes probablement tous différents sur ce point. Ce qui semble neutre pour l'un paraitra plutôt triste pour l'autre, et ce que le premier trouve joyeux, le second le ressentira... le ressentira comment, d'ailleurs ? Car non seulement il y a le ressenti de la musique mais il y a aussi ce qu'on est capable d'exprimer de ce ressenti, qui peut parfois être très approximatif, voire même pas du tout pertinent. Ce que j'ai traduit par "neutre" peut très bien être l'aveu de mon incapacité à identifier l'émotion que j'ai pu ressentir, si tant est que j'ai ressenti une émotion. Et pour "joyeux", il est possible que le mot soit trop fort, mais c'est le seul que j'ai trouvé pour exprimer que l'atmosphère de ce mouvement n'est pas triste, du moins en comparaison avec le précédent. Et il est vrai, bien sûr, qu'on ne peut pas dire qu'une musique soit en soi "effrayante", ce qui signifierait qu'elle nous ferait fuir en croyant que c'est elle-même qui constitue un danger. On peut juste dire qu'une musique suggère des émotions de peur, d'angoisse, de gaité, de tristesse. La musique n'est pas l'objet qui fait peur ou qui rend triste, elle nous rappelle seulement des émotions de peur ou de tristesse. Exactement comme un tableau peint peut suggérer les mêmes émotions mais n'est pas par lui-même l'objet qui cause ces émotions. Bref ! Toujours est-il qu'il est probablement aussi difficile de discuter des émotions que des goûts et des couleurs. Mais je ne dirais pas que c'est inutile. Sur cette musique, vous ressentez de l'angoisse, moi juste une certaine inquiétude avec une notion de mystère et de malaise. C'est une différence significative et intéressante.
    Au fait, est-ce bien ce mouvement qui est utilisé dans Shining ?

  19. #19
    Membre
    Date d'inscription
    février 2008
    Messages
    6 198
    Citation Envoyé par Kullervo Voir le message
    Bonjour mon amour et ma 70.
    Illustration de la confusion des genres ??...!!!
    Les intéressés en feront l'usage qu'ils jugent bon !
    (I am rigolating, Corsican egg)

  20. #20
    Membre Avatar de Jacques
    Date d'inscription
    avril 2008
    Localisation
    Lausanne (Suisse)
    Messages
    2 782
    Citation Envoyé par Kullervo Voir le message
    Au fait, est-ce bien ce mouvement qui est utilisé dans Shining ?
    Bonjour Kullervo .

    Oui, c'est bien l'Adagio - 3ème mouvement - de la Musique pour cordes, percussion et célesta de Bartók qu'on entend à plusieurs reprises dans The Shining (NB : je préfère mettre le "The" dans le titre, car ce n'est que dans les régions de langue française que l'habitude s'est prise de dire "Shining" tout court, ce qui ne me paraît pas tout à fait conforme aux intentions des auteurs, Stephen King pour le bouquin et Stanley Kubrick pour l'adaptation - très libre - du roman au cinéma).

    Cela dit, je connaissais depuis longtemps ce chef-d'œuvre de Bartók quand j'ai vu The Shining pour la première fois, et si cette musique me "donnait des frissons", ils étaient presque uniquement de nature artistique.

    Mais s'agissant du film de Kubrick, j'ai eu beaucoup plus tard (novembre 2001) l'occasion assez insolite de le présenter, après une minutieuse préparation, dans le cadre de deux séances organisées par un petit ciné-club local (l'année précédente, j'y avais déjà présenté Vertigo d'Alfred Hitchcock, la musique - envoûtante mais en rien "dérangeante" quant à elle - étant de Bernard Herrmann).

    J'ignore si tous les spectateurs présents, dont beaucoup voyaient le film pour la première fois, connaissaient déjà ledit chef-d'œuvre de Bartók. Mais certains l'ont immédiatement identifié, puis ont eu en fin de séance des remarques révélatrices du genre : "Quelle idée géniale a eue Kubrick de choisir cette musique ! Elle s'adapte à merveille à certaines scènes angoissantes du début et en souligne le malaise".

    Jacques
    Dernière modification par Jacques ; 29/09/2013 à 15h00.

+ Répondre à la discussion

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

     

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages