+ Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 7 sur 7

Discussion: Good vibrations

  1. #1
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    893

    Good vibrations

    Trouvé ce lien sur un forum d'électronique:

    http://openyoureyes.over-blog.ch/art...116065933.html

    Je crois savoir que, à l'époque de Bach notamment, chaque orgue avait son diapason. Mais cela vaut aussi pour les instruments traditionnels. Ainsi des binious et bombardes: lorsque Napoléon III avait visité la Bretagne, il fut accueilli par un rassemblement de couples de sonneurs qui entonnèrent la Marseillaise, produisant ainsi une cacophonie qui eût sans doute fasciné le jeune compositeur des Tontons flingueurs...
    C'est que, à l'époque, il n'y avait sans doute pas deux instruments traditionnels à avoir la même perce. Autant pour ceux qui se persuadent que les Beurtons sont restés à l'état de nature!

  2. #2
    Membre
    Date d'inscription
    février 2008
    Messages
    6 157
    Un site qui commence son laïus liminaire avec de telles abyssales conneries :

    "Apparemment, Hitler jouait de la musique en utilisant 440Hz qui était aussi un changement apporté par l'Eglise romaine à l'époque où ils ont interprété la Bible. Avant cela, 432Hz, c'était le ton utilisé loin dans l'histoire."

    il vaut mieux ne pas aller plus loin et passer son chemin pour aller voir chez des gens vraiment sérieux qui savent ce qu'ils disent ; il y en a.

    A toutes fins utiles :
    "La Conférence internationale de Londres en 1953 a fixé la fréquence du la3 à 440 Hz. Un diapason de référence avait toutefois déjà été établi en 1939 par la Fédération internationale des associations nationales de standardisation avec 440 Hz pour le la3 à une température de 20 °C. La norme a été rééditée en janvier1975 (ISO 16:1975)."

    Et non, chaque orgue au temps de Bach - et pourquoi seulement Bach ? - n'avait pas 'son' diapason rien qu'à lui tout seul.
    Dernière modification par The Fierce Rabbit ; 22/12/2013 à 14h28.

  3. #3
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    893
    "il vaut mieux ne pas aller plus loin et passer son chemin pour aller voir chez des gens vraiment sérieux qui savent ce qu'ils disent ; il y en a"

    C'est très exactement ce que je me suis dit. Et pis, j'y ai trouvé l'occasion de chambrer gentiment un amateur d'occultisme médiatique (genre: on ne nous dit pas tout!).
    Et ça a parfaitement réussi: aussi sec, d'autres contributeurs y ont mis leur grain de sel, avec référence à des liens ma foi fort instructifs.
    Plus votre info, Ô mon p'tit lapinou préféré!
    D'où que je ne regrette rien!

    PS: j'ai parlé d'orgues, mais pas seulement. Et en moult occasions on s'accordait sur l'orgue là où il y en avait un!

  4. #4
    Membre
    Date d'inscription
    février 2008
    Messages
    6 157
    Citation Envoyé par JEFF Voir le message
    PS: j'ai parlé d'orgues, mais pas seulement. Et en moult occasions on s'accordait sur l'orgue là où il y en avait un!
    Je ne dis pas que vous avez parlé seulement d'orgues, mais vous avez parlé seulement de Bach !
    Au temps de Jean-Seb et de sa multitude d'états princiers, ducaux, grand-ducaux, épiscopaux et autres, pratiquement chaque cour utilisait son propre diapason ; et encore y avait-il plusieurs diapasons dans la même cour, car il y avait le Kirchenton, ou Chorton, ou encore Orgelton, employé à l'église, le Kammerton, hors église, bref, tout un banc de tons.
    C'est sûr qu'à l'église, l'orgue était accordé au Kirchenton souhaité et qu'en cas d'utilisation d'autres instruments tous se calaient (autant que faire se pouvait) sur l'orgue. Vous connaissez la boutade : les instruments passaient 1/4 du temps à jouer et les 3 autres quarts à s'accorder. D'autant qu'avec les instruments à vent naturels, ça ne simplifiait rien.
    Hors l'église, les instruments se réaccordaient sur un autre diapason.

    Dans tout le reste de l'Europe, c'était peu ou prou la même chose. Avec des spécificités régionales.

    Allez, Nedeleg laouen !

  5. #5
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    8 745
    D'ailleurs, on a encore des orgues au diapason d'époque, et l'amplitude est énorme ; et, contrairement à une légende tenace, "le" diapason baroque, outre qu'il n'était pas unique comme vous venez de le dire, était parfois nettement plus HAUT, et pas plus bas, que le diapason officiel d'aujourd'hui.

    Et je dis bien officiel, parce que beaucoup d'orchestres et même d'accordeurs de piano accordent en 442, parce que c'est plus brillant ; c'est aussi plus tendu pour les cordes, métalliques, de boyau ou vocales....

    (le lien est en effet croquignolet...) (on nous cache vraiment tout)
    Dernière modification par lebewohl ; 26/12/2013 à 01h57.
    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

  6. #6
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    St Maurice de Beynost 01700 (15 km à l'est de Lyon)
    Messages
    344
    Bonjour et, bien que tardivement, bonne année à tous !
    Il y a bien longtemps que je n'étais venu et je peux apporter quelques précisions sur les diapasons notamment des orgues.
    En France, en général le ton de l'orgue était aux alentours de 390 Hz car la liturgie utilisait des chantres (les femmes étant proscrites de la liturgie !). Le ton de chambre était en général 415 Hz avec quelques minimes variantes. On peut en avoir une idée avec les flûtes traversières dont la longueur détermine le diapason. Certaines flûtes avaient d'ailleurs plusieurs corps pour être jouables dans les différents lieux, ce qui confirme la pluralité des diapasons en usage. Un édit de Louis XIV avait décidé de normaliser le ton des orgues parisiennes à 415 Hz mais, faute de moyens, Saint-Gervais,entre autres, je crois, avait conservé 392 Hz.
    Pour l'Italie, diapasons étaient bien souvent très haut (souvent supérieur à 460 Hz).
    En Allemagne, toujours à cause de la liturgie utilisant des choeurs d'enfants, on trouve des orgues comme Saint-Jacques de Hambourg aux alentours de 497 Hz et les Silbermann de Freiberg sont en général aux alentours de 467 Hz.
    On voit donc que la primauté des cordes dans une esthétique musicale (Italie), de même que l'utilisation des castrats, a tendance à imposer un diapason largement au-dessus de 440 Hz.
    Ce n'est qu'une illustration très généraliste et succincte…
    Bien amicalement
    Dernière modification par Jean DUBAR ; 24/01/2014 à 10h31.

  7. #7
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    8 745
    Bonjour Jean, et bonne année à vous aussi.

    Et merci de ces renseignements circonstanciés!
    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

+ Répondre à la discussion

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

     

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages