+ Répondre à la discussion
Page 1 sur 2 1 2 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 20 sur 23

Discussion: Les Préludes de Chopin

  1. #1
    Membre Avatar de Brouken Air
    Date d'inscription
    mars 2012
    Localisation
    Losheim am See
    Messages
    404

    Les Préludes de Chopin

    Je ne sais s'il existe un fil consacrés aux préludes de Chopin, en tout cas en tapant Chopin Prélude avec ou sans 's', je n'ai pas trouvé de fil.

    J'aurai voulu avoir votre avis sur les interprétations que vous trouvez intéressantes. Pour une fois je ne vais pas établir une liste de pochettes de mes préférences. Comme c'est une oeuvre que je redécouvre et que j'associe de plus en plus à l'idée du temps. Enfant j'adorais Chopin, jeune homme je l'ai honni, je le redécouvre et l'apprécie de plus en plus.

    J'espère avoir des avis sur ces petites merveilles.

    Merci d'avance

  2. #2
    Membre
    Date d'inscription
    février 2008
    Messages
    6 157
    Pour les Préludes, et pour ses autres Chopin (et pour d'autres choses encore) je vous suggère le coffret de 14 CD tout récemment paru de tous les enregistrements faits pour DG par Ivo Pogorelich. Pour 3,50 € le disque, ce n'est pas un mauvais investissement, me semble-t-il.

  3. #3
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    8 745
    Et pour encore moins cher, vous avez une anthologie multi-pianistes publéie par Diapason, 20 € à peu près pour 10 CD ; tout un tas de pianistes illustres se partageant la plupart des oeuvres pour piano de Chopin, quelquefois plusieurs interprètes pour la même oeuvre ; je ne sais plus, de mémoire, qui joue les préludes.
    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

  4. #4
    Membre Avatar de Brouken Air
    Date d'inscription
    mars 2012
    Localisation
    Losheim am See
    Messages
    404
    Merci pour vos réponses, mais je ne cherche pas à acheter un disque, mais à avoir des avis sur les différentes interprétations. Qu'est-ce qui fait que vous écoutiez plus volontiers telle version plutôt que telle autre.
    Tiens Monsieur Lapin, en quoi la version de Pogorelich vous semble intéressante?

    Bonne soirée

  5. #5
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    8 745
    Je n'ai pas d'avis ; mais l'anthologie de Diapason a été choisie par un certain nombre de pianistes censés être grands ; bon il y a Lang Lang, mais il y a Planès!

    (ah si un avis, dans mon souvenir il me semble que j'avais pris plaisir à écouter Cortot, et je prends toujours plaisir à écouter Arrau ; mais mon avis sur Chopin n'est pas fondé, si tant est qu'il le soit sur quelque autre compositeur, donc voilà... "full disclaimer", comme disent les anglophones)
    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

  6. #6
    Membre
    Date d'inscription
    février 2008
    Messages
    6 157
    Citation Envoyé par Brouken Air Voir le message
    Qu'est-ce qui fait que vous écoutiez plus volontiers telle version plutôt que telle autre.
    Tiens Monsieur Lapin, en quoi la version de Pogorelich vous semble intéressante?
    Je n'écoute aucune version plus volontiers que les autres. J'écoute chacune, et chacune m'apporte un plaisir ou des émotions différents.
    La version de Pogorelich ne me semble pas "intéressante", elle ne "m'intéresse" pas : j'aime. Ce que fait Pogorelich dans Chopin. Peut-être, indépendamment de tout le génie de Chopin lui-même, parce que c'est lui et que c'est moi.
    Je ne dissèque pas ni je n'analyse, je laisse ce soin aux savants dissecteurs analystes, il paraît qu'il y en a de très bons dans le poste tous les dimanches soir pour dire que penser de quoi et de qui.
    So ist's !

    Citation Envoyé par lebewohl Voir le message
    [...] bon il y a Lang Lang [...] (ah si un avis, dans mon souvenir il me semble que j'avais pris plaisir à écouter Cortot [...])
    Lang-Lang, dans Chopin comme dans d'autres compositeurs, me semble avoir fait de très belles choses, mais il est vrai qu'il y a un 'Lang-Lang bashing' très à la mode dans les milieux qui sont bien informés de la chose mélomanistique - et je ne le suis pas.
    Mais c'est vrai que Lang-Lang peut avoir des côtés exaspérants, parfois.

    Je n'aurais jamais osé, moi, de dire ici sur ce forum du bien de Cortot, mais puisque c'est vous, je me risquerai dans votre sillage et sous votre égide à dire "+ 1" ...
    Pour Arrau aussi, mais c'est a priori moins risqué (mais allez savoir). Ah tiens, et puis Samson François. Ou Benedetti-M ; ou Pollini ; ou ..................................
    Dernière modification par The Fierce Rabbit ; 27/03/2015 à 16h22.

  7. #7
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    8 745
    Lang Lang a plein de côtés exaspérants, oui. Je l'ai entendu faire un bis réussi, un jour, donc je lui laisse le bénéfice du doute, mais jusqu'à présent j'ai plutôt détesté.

    SO,p, oui François! B.-Michelangeli, je ne suis pas sûr qu'on trouve trace de préludes de Chopin sauf... l'opus 45. Mais peut-être! et si oui, c'est sûrement bien, je n'ai pas le souvenir de quoi que ce soit de raté par ce Monsieur. Pollini... je ne connais pas ses préludes! Immense pianiste mais je n'aime pas tous ses disques, son parfois dur, mais c'est peut-être moi, ou l'enregistrement, ou ma mini-chaîne.

    Sinon oui, ou.... ; on me dit qu'il y a des pianistes russes de qualité, par exemple ; et allemands ; et polonais ; will wonders never cease?
    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

  8. #8
    Membre
    Date d'inscription
    février 2008
    Messages
    6 157
    Citation Envoyé par lebewohl Voir le message
    SO,p, oui François! B.-Michelangeli, je ne suis pas sûr qu'on trouve trace de préludes de Chopin sauf... l'opus 45.
    C'est vrai, je me situais plus dans le redécouverte globale de Chopin par BA :
    Citation Envoyé par Brouken Air Voir le message
    Chopin, jeune homme je l'ai honni, je le redécouvre et l'apprécie de plus en plus.
    Bon, en fait tout ça, moi ce que j'en dis, hein, c'est histoire de dire, on peut aussi n'en rien dire ...

  9. #9
    Co-Administrateur
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    991
    Bonjour Brouken Air, comme vous vous en doutez, les préludes de Chopin ont été surabondamment servis au disque. Personnellement, j'ai les versions ci-dessous, que j'aime toutes, et que j'indique, je crois, dans l'ordre chronologique (j'en oublie peut-être, d'ailleurs) :
    - A. Cortot (il les a enregistré trois fois, j'ai la toute première version),
    - A. Rubinstein, curieusement peu apprécié par la critique, je ne comprends pas bien pourquoi,
    - V. Sofronitsky, génial, comme d'habitude,
    - V. Merzhanov, une des plus belles versions que je connaisse,
    - C. de Groot, superbe aussi,
    - et, plus près de nous, G. Pludermacher, transcendant !

    J'aimerais beaucoup connaître les versions d'E. Gilels et de T. Nikolaieva.

    J'attends encore une version de celui en si bémol mineur qui sera à la fois très rapide au début et encore accélérée dans la coda, et une version de celui en fa majeur jouée plus lentement que toutes les versions que j'ai. Pour A. B. Michelangeli, Leb a raison : il n'a enregistré que l'opus 45... et c'est probablement ce qui s'est fait de plus beau dans cette oeuvre !

    Musicalement,
    l'obsédé-des-incunables

  10. #10
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    8 745
    Ce n'est pas vous que le son un peu... un peu, quoi, va déranger :
    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

  11. #11
    Membre Avatar de Brouken Air
    Date d'inscription
    mars 2012
    Localisation
    Losheim am See
    Messages
    404
    Citation Envoyé par co2monamour Voir le message
    Bonjour Brouken Air, comme vous vous en doutez, les préludes de Chopin ont été surabondamment servis au disque. Personnellement, j'ai les versions ci-dessous, que j'aime toutes, et que j'indique, je crois, dans l'ordre chronologique (j'en oublie peut-être, d'ailleurs) :
    - A. Cortot (il les a enregistré trois fois, j'ai la toute première version),
    - A. Rubinstein, curieusement peu apprécié par la critique, je ne comprends pas bien pourquoi,
    - V. Sofronitsky, génial, comme d'habitude,
    - V. Merzhanov, une des plus belles versions que je connaisse,
    - C. de Groot, superbe aussi,
    - et, plus près de nous, G. Pludermacher, transcendant !

    J'aimerais beaucoup connaître les versions d'E. Gilels et de T. Nikolaieva.

    J'attends encore une version de celui en si bémol mineur qui sera à la fois très rapide au début et encore accélérée dans la coda, et une version de celui en fa majeur jouée plus lentement que toutes les versions que j'ai. Pour A. B. Michelangeli, Leb a raison : il n'a enregistré que l'opus 45... et c'est probablement ce qui s'est fait de plus beau dans cette oeuvre !

    Musicalement,
    l'obsédé-des-incunables
    J'ai du pain sur la planche, merci CO2 (Merzhanov, Pludermacher, de Groot) et je viens de m'apercevoir avec consternation que je possède l'enregistrement de Sofronitsky, mais je ne l'avais jamais écouté...). Je vous reviendrai sur ces écoutes.

    Bonne soirée
    Dernière modification par Brouken Air ; 29/03/2015 à 23h29.

  12. #12
    Membre Avatar de Brouken Air
    Date d'inscription
    mars 2012
    Localisation
    Losheim am See
    Messages
    404
    Citation Envoyé par The Fierce Rabbit Voir le message
    C'est vrai, je me situais plus dans le redécouverte globale de Chopin par BA :


    Bon, en fait tout ça, moi ce que j'en dis, hein, c'est histoire de dire, on peut aussi n'en rien dire ...
    Pour Michelangeli, on peut toujours rêver...

    Concernant, Pogorelich (que j'adore dans Bach et Scarlatti), il est trop égal à lui même et Chopin devient un peu du Pogorelich. Si l'on est un inconditionnel, ce doit être effectivement une référence, mais je préfère un peu plus d'intériorité et de retrait (c'est quand même le pendant du WTK!).

  13. #13
    Co-Administrateur
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    991
    Citation Envoyé par lebewohl Voir le message
    Ce n'est pas vous que le son un peu... un peu, quoi, va déranger :
    ...
    Je viens d'écouter : en effet, "le son un peu... un peu, quoi" ne m'a aucunement dérangé. Décidément, E. Gilels est un modèle pour n'importe quel(le) pianiste : équilibre parfait, engagement total, cantabile insurpassable, plénitude de la sonorité, pas étonnant qu'il ait eu tant d'autorité ! Encore une version majeure de ces préludes. A propos, en farfouillant un peu chez moi, je me suis aperçu que j'avais oublié pas moins de sept versions : E. Petri, B. Moiseiwitsch, G. Novaes, J.-M. Darré, V. Ashkenazy, M. Argerich, R. Serkin (pas d'accord avec Brouken Air, ni avec... R. Serkin lui-même, qui ne voulait pas que cet enregistrement soit publié, il est formidable) et A. Nikolsky (un grand pianiste prématurément disparu, qui n'a laissé, à ma connaissance, que trois disques consacrés respectivement à Chopin, à Rachmaninov et à Prokofiev). Excusez du peu !

    Musicalement,
    l'obsédé-des-incunables

  14. #14
    Membre
    Date d'inscription
    février 2008
    Messages
    6 157
    Citation Envoyé par Brouken Air Voir le message
    Pogorelich est trop égal à lui même et Chopin devient un peu du Pogorelich. je préfère un peu plus d'intériorité et de retrait (c'est quand même le pendant du WTK!).
    C'est quoi, faire 'du Pogorelich' ?
    Pourquoi le CBT requiert-il de l'intériorité et du retrait ?
    En passant, il y a effectivement dans les Préludes toutes les tonalités, mais 24 pièces et pas 96 ! C'est quand même moins monumental, même si tout à fait remarquable.

  15. #15
    Membre Avatar de Brouken Air
    Date d'inscription
    mars 2012
    Localisation
    Losheim am See
    Messages
    404
    Citation Envoyé par The Fierce Rabbit Voir le message
    C'est quoi, faire 'du Pogorelich' ?
    Pourquoi le CBT requiert-il de l'intériorité et du retrait ?
    En passant, il y a effectivement dans les Préludes toutes les tonalités, mais 24 pièces et pas 96 ! C'est quand même moins monumental, même si tout à fait remarquable.
    Pogorelich dispense un certain maniérisme, des accentuations qui ne sont pas tout à fait nécessaire... Ce n'est pas une démolition, loin de là, cela reste du très haut niveau.
    Quand au CBT, oui je le pense (sans pour autant tomber dans une austérité sinistre)! Si vous pensez que c'est une oeuvre extravertie, libre à vous... de gustibus!

    Bonne soirée

  16. #16
    Membre Avatar de Brouken Air
    Date d'inscription
    mars 2012
    Localisation
    Losheim am See
    Messages
    404
    Citation Envoyé par co2monamour Voir le message
    Je viens d'écouter : en effet, "le son un peu... un peu, quoi" ne m'a aucunement dérangé. Décidément, E. Gilels est un modèle pour n'importe quel(le) pianiste : équilibre parfait, engagement total, cantabile insurpassable, plénitude de la sonorité, pas étonnant qu'il ait eu tant d'autorité ! Encore une version majeure de ces préludes. A propos, en farfouillant un peu chez moi, je me suis aperçu que j'avais oublié pas moins de sept versions : E. Petri, B. Moiseiwitsch, G. Novaes, J.-M. Darré, V. Ashkenazy, M. Argerich, R. Serkin (pas d'accord avec Brouken Air, ni avec... R. Serkin lui-même, qui ne voulait pas que cet enregistrement soit publié, il est formidable) et A. Nikolsky (un grand pianiste prématurément disparu, qui n'a laissé, à ma connaissance, que trois disques consacrés respectivement à Chopin, à Rachmaninov et à Prokofiev). Excusez du peu !

    Musicalement,
    l'obsédé-des-incunables
    Si l'on avait écouté Richter, on n'aurait pas gardé grand chose de lui... La version de Serkin me séduit parce qu'elle propose une version allégée sans fioritures, pas ou peu de rubatos et une ligne claire. Je suis à l'écoute de Merzhanov (plus qu'intéressant) et Pludermacher est introuvable!!!
    Vous venez de rajouter quelques écoutes...

    Bonne soirée

  17. #17
    Membre
    Date d'inscription
    février 2008
    Messages
    6 157
    Citation Envoyé par Brouken Air Voir le message
    Pogorelich dispense un certain maniérisme, des accentuations qui ne sont pas tout à fait nécessaire...
    Quand au CBT, oui je le pense (sans pour autant tomber dans une austérité sinistre)! Si vous pensez que c'est une oeuvre extravertie, libre à vous... de gustibus!
    Pogorelich maniériste, ça fallait l'oser !!
    Et vous vous gardez de répondre à la question : POURQUOI le CBT, même si oeuvre théorique et didactique, requerrait-il nécessairement "intériorité et retrait" ? Je ne saurai sans doute pas, mais est-ce bien important ...

    libre à vous... de gustibus!
    Tout juste ! Ce qui rend les gloses, d'ici ou d'ailleurs, assez vaines, tout bien considéré.

    Allez, ciao ciao !

  18. #18
    Membre Avatar de Niccolo
    Date d'inscription
    septembre 2014
    Localisation
    Marseille
    Messages
    597
    Bonsoir
    Au sujet de la version de Pogorelich, je me rappelle qu'elle m'avait séduit lors de sa sortie mais je ne l'ai pas réécoutée depuis. Par contre, j'ai écouté récemment la belle version de Vlado Perlemuter enregistrée chez Nimbus. Et j'aurais tendance à croire que l'on a là deux interprétations assez complémentaires pour ne pas dire opposées.
    Dernière modification par Niccolo ; 10/05/2015 à 19h53.

  19. #19
    Membre
    Date d'inscription
    février 2008
    Messages
    6 157
    Et j'aurais tendance à croire que l'on a là deux interprétations assez complémentaires pour ne pas dire opposées.
    Bien sûr, comme vous avez raison! N'est-ce pas là tout le charme de la chose ?
    Car sinon, si c'est pour passer son temps à dire "Ah non, ça ce n'est pas MON Chopin !" ... bof, toujours entendre la même chose parce que c'est MON Chopin ...
    Perlemuter est un de mes 'landmarks' dans Chopin.

  20. #20
    Membre
    Date d'inscription
    janvier 2017
    Messages
    3
    Bonsoir,
    Je vous conseil les versions de Cortot et Pollini.

    Cortot en 1933/34 chez Emi (remasterisé), une merveille de précision et un climat hors du temps.
    Pollini (DG) la version idéale pour le son et un jeu sans pathos.

    J'en ai beaucoup écouté et certains jouent trop le côté sentimental, il faut beaucoup de précision et de sensibilité.
    Musique à fleur de peau avec en arrière plan, l'influence des classiques comme Bach et Mozart.
    Arrau est au top dans les études (années 50) Emi et les nocturnes (années 70) Philips
    Les versions actuelles ne m'intéresse pas comme Lugansky, trop lisse et un manque de profondeur.
    C'est une musique qui doit s'incarner.

+ Répondre à la discussion

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

     

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages