+ Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 16 sur 16

Discussion: Tchaikovsky

  1. #1
    Membre
    Date d'inscription
    mai 2016
    Messages
    2

    Tchaikovsky

    Salut, je suis nouvelle sur ce forum et j'aimerai avoir vos impressions sur ce merveilleux compositeur. J'aurai un oral très bientôt où ils me poseront sûrement des questions sur mes compositeurs préférés, seulement Tchaikovsky je l'adore, mais je n'arrive pas à trouver d'arguments pour me justifier, bien sûr je peux citer des oeuvres et je me doute bien que tous les compositeurs ont leur propre style. Mais définir un style à Tchaikovsky et dire pourquoi il est intéressant je n'y arrive pas.

    Ca peut paraitre bizarre, mais du coup j'aimerai connaitre votre ressenti lorsque vous écoutez ses oeuvres par exemple, si vous arriveriez à définir son style et pourquoi vous l'appréciez ?

  2. #2
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    810

    Très bonne question

    Moi aussi j'aime beaucoup Tchaikovsky. Pour son orchestration riche et expressive au service d'une inspiration originale, pleine de caractère.


    Il ne joue pas sur la couleur locale, et pourtant je ne peux m'empêcher de me dire que seul un russe pouvait composer cette musique. Au reste, je suis frappé par le fait que les chefs allemands me semblent tous à côté de la plaque quand ils dirigent sa musique, ce qui ne veut pas dire que tous les chefs russes lui rendent justice. En fait, le couple incontournable restera toujours pour moi Mravinsky/Leningrad. Cependant, certains chefs non slaves ont signé des réussites remarquables, comme Dorati dans au moins un ballet.


    Pouvez-vous préciser quelles sont les interprétations qui vous séduisent? Cela a sûrement une signification! Ah et puis, je n'ai évoqué que la musique symphonique, mais il y a bien d'autres choses...

  3. #3
    Membre
    Date d'inscription
    mai 2016
    Messages
    2
    Merci de ta réponse. Je me disais aussi qu'il jouait beaucoup sur les nuances et l'expressivité notamment dans la marche slave ou casse-noisettes.

    Ici dans la valse des fleurs, à 15:15, je ne me rappelle plus, c'est une gamme chromatique ?



    En tout cas on entend bien toute l'étendue de son talent, avec le crescendo et le rythme qui s'accélère pour monter en intensité.
    Et j'ai l'impression qu'il utilise un peu le même procédé dans la marche slave, entre 1:50 et 2:30.



    Donc forcement les oeuvres que je prefere tu l'auras deviné, la marche slave, casse noisettes (surtout la valse des fleurs ou celle des flocons de neige plus féérique mais j'y entends quelques similitudes avec le lac des cygnes) et puis forcément le lac des cygnes, la belle au bois dormant, et la valse sentimentale.

    Dans la valse sentimentale, les cordes sont bien mises en avant d'ailleurs, comme dans beaucoup de ces oeuvres je trouve non? Peut-être que c'est aussi pour ça que je l'apprécie autant comme je fais du violon.

    Dernière modification par marjo92blabla ; 21/05/2016 à 11h36.

  4. #4
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    8 304
    Tchaikovsky n'est pas mon compositeur préféré, mais je l'aime de plus en plus en le découvrant, sans savoir dire pourquoi ; en tout cas, entendre ses symphonies dirigées par Mravinsky a beaucoup contribué à cette découverte :


    Ne pas se fier à l'air parfois comment dire... revêche du chef (on en parle ailleurs sur le forum), il est fabuleux là-dedans.

    J'aime aussi beaucoup l'opéra Eugène Onéguine :





    et puis je faire ma midinette, avec un passage qui m'avait ravi lorsque j'ai vu "le lac des cygnes" la première fois :



    et oserai-je... :

    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

  5. #5
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    8 304
    et aussi (j'aurais dû commencer par là!) bienvenue sur ce forum!
    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

  6. #6
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    810

    Ben alors?

    Ne se trouve-t-il donc aucun musicien pour répondre à la question sur la montée chromatique? Malheureusement, je ne suis point compétent, car illettré en matière de musique.


    Un mot ou deux tout de même sur ce qui, à mes oreilles, distingue Tchaikovsky de la plupart des compositeurs: sa maîtrise du langage musical jusque dans les excès. Un peu comme Berlioz, pour lequel une prof de musique m'avait avoué son aversion pour cause de grandiloquence -à son goût-, le rrrusse est capable d'épanchements sentimentaux extrêmes sans jamais sombrer dans le ridicule, tout comme ses explosions, quoique sauvages, ne sont en rien bruyantes. Le paradoxe n'est qu'apparent: tout comme chez Berlioz, les fortissimi les plus effrayants restent de la musique; les cheveux se dressent sur la tête (1° mouvement de la Pathétique, notamment avec... Mravinsky, je me répète), mais l'effet, oserai-je l'écrire, est cathartique. Très peu d'artistes, toutes disciplines confondues, ont ce pouvoir sur l'amateur de lui faire ressentir une sorte de délivrance, d'évasion vis-à-vis de toutes les conventions qui corsètent l'individu dans la vie sociale. La musique de Tchaikovsky, c'est un peu le thème de l'homme sauvage: Merlin devenu fou après une effroyable bataille sanglante.
    Bon voila que je deviens lyrique... Encore ce pouvoir singulier!

  7. #7
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    8 304
    ben non je ne sais pas trop répondre, d'autant que repérer le passage à 15mn15s dans une pièce qui fait 6mn21s m'a semblé un peu difficile ;-)

    J'ai essayé à 1mn15s et 5mn15s, rien entendu, mais enfin je suis nul en dictée musicale
    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

  8. #8
    Membre
    Date d'inscription
    février 2008
    Messages
    5 691
    Bonjour marjo.... (il est compliqué, votre pseudo !

    Je trouve que vous avez raison de succomber à la musique de Tchaïkovski. Moi, j'y succombe depuis bientôt 60 ans !
    Vous nous en proposez la facette "maître du grand ballet russe" - ce qu'il est incontestablement (à égalité avec Prokoviev, à mon goût, mais c'est une autre histoire).
    C'est le côté le plus accessible de son oeuvre.
    Mais outre cela - non négligeable - il y a tout le reste.
    Puis-je vous suggérer de jeter un coup d'oreille à ceci ? (par l'un des maîtres actuels de la direction d'orchestre dans le répertoire russe) :



    Si vous voulez bien écouter, dites-nous ensuite SVP ce que vous en aurez ressenti - si vous le souhaitez.

    Pour la gamme chromatique dans la Valse des Fleurs, pourriez-vous comme le suggère Lebewohl, nous donner un repère plus précis ?

    @ + peut-être ...

  9. #9
    Co-Administrateur
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    958
    Bonjour et bienvenue Marjo92blabla (ben quoi, ce pseudo n'est pas plus compliqué que "The Fierce Rabbit" ). Après réécoute, non, il n'y a pas de montée chromatique dans la valse des fleurs de Casse Noisette. On y trouve ce qu'on appelle des "marches harmoniques", c'est-à-dire un motif joué successivement dans des tonalités ascendantes, mais ça ne caractérise pas Tchaïkovsky, on trouve ça chez plein de compositeurs.
    Contrairement à vous, Tchaïkovsky ne fait pas partie de mon panthéon musical, bien que son talent, et même son génie, ne soient pas contestables. Ca fait partie de mes contradictions de ne pas beaucoup priser sa musique alors que je voue un culte à Rachmaninoff, dont Tchaïkovsky était l'idole et le modèle...
    Quelques exceptions malgré tout : Casse Noisette, oui, bien sûr, le concerto pour violon, les variations rococo pour violoncelle et orchestre, ses oeuvres chorales (les vêpres, notamment). Faudrait que je me penche davantage sur ses opéras et ses mélodies ; ce que j'en ai entendu me fait penser que c'est un maître du vocal.

    Musicalement,
    l'obsédé-des-incunables

  10. #10
    Membre
    Date d'inscription
    juin 2011
    Messages
    1 558
    Je suppose que "15:15" était une faute de frappe pour "5:15". A partir de 5:15, il y a bien un motif qui se répète en montant, je suppose que c'est une des marches harmoniques auxquelles co2monamour fait allusion. Je ne prétends pas avoir une oreille très sûre, mais il me semble que chaque occurrence du motif est très proche de la précédente dans l'échelle des sons, de sorte que je ne serais pas étonné si la montée était en effet chromatique (mais il ne s'agit pas d'une gamme chromatique à proprement parler).
    IP

  11. #11
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    862
    l'obsédé-des-incunables a raison, vers 5'15 ce sont principalement des gammes succesives séparées par 1 ton, donc ce n'est pas une gamme chromatique.

  12. #12
    Membre
    Date d'inscription
    juin 2011
    Messages
    1 558
    Je m'incline.
    IP

  13. #13
    Membre
    Date d'inscription
    juin 2011
    Messages
    1 558
    Citation Envoyé par brunoluong Voir le message
    l'obsédé-des-incunables a raison, vers 5'15 ce sont principalement des gammes succesives séparées par 1 ton, donc ce n'est pas une gamme chromatique.
    En fait, l'expression "gammes chromatiques" de marjo92blabla était peut-être justifiée, mais pas dans le sens que je pensais. J'ai jeté un coup d'oeil à la partition : le petit motif qui se répète à des degrés successifs comporte un bout de gamme (les six premières notes) et ce bout de gamme est assez chromatique : fa naturel, sol, sol dièse, la, si bémol, do naturel la première fois, sol dièse, la, si bémol, do naturel, do dièse, ré la seconde fois, etc.

  14. #14
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    810
    Trouvé une belle exécution de la 4° symphonie par Kletzki dirigeant l'Orchestre National de la RTF. J'aimerais savoir si la mention "IMP SCHNEIDER (...) MARY-LEVALLOIS 12-62 correspond à l'année de l'enregistrement de ce vinyle monophonique, car il ne semble pas se conformer rigoureusement à la norme RIAA.
    Sans grand espoir: il n'y a plus que des 'ti jeunes ici!

  15. #15
    Membre
    Date d'inscription
    mars 2008
    Messages
    1 907
    avez-vous noté l'abondance de secondes dans la partition de 4è? et les gammes opposées réparties entre les 1ers et seconds violons dans la 6è qui créent un effet inédit que seuls les lecteurs peuvent identifier?

  16. #16
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    810
    Citation Envoyé par sud273 Voir le message
    avez-vous noté l'abondance de secondes dans la partition de 4è? et les gammes opposées réparties entre les 1ers et seconds violons dans la 6è qui créent un effet inédit que seuls les lecteurs peuvent identifier?

    Que nenni! Pour entendre une partition, je dépends entièrement des musiciens. De fait, d'une interpretation à l'autre, je découvre, euh, des notes (et je n'ai jamais trouvé qu'il y en avait trop!).
    Bon, qui connaît cette 4° de Kletzki par Tchaikovski?

+ Répondre à la discussion

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

     

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages