+ Répondre à la discussion
Page 2 sur 4 PremièrePremière 1 2 3 4 DernièreDernière
Affichage des résultats 21 à 40 sur 77

Discussion: Les routes du laitier

  1. #21
    Membre Avatar de ppyjc61
    Date d'inscription
    octobre 2011
    Localisation
    Ottawa, Canada
    Messages
    577

    Lightbulb Les routes publiques

    Sommaire

    Notre série de feuilles de route pour ce mois-ci a un fil conducteur: les évènements musicaux.

    Une prestation, un récital, ou même un « jam session » (si vous me permettez cet emprunt de l’anglais) se veut l’expression ultime de la musique – un partage entre musiciens amateurs, le concert d’un soliste de renom, ou même un gala pour souligner une grande occasion… Nos feuilles de route explorent la musique comme art de performance, si vous voulez.

    L’aspect « sportif » qu’on associe avec le concert a ses bénéfices, ainsi que ses inconvénients. On peut souvent détecter que l’adrénaline et l’énergie d’une performance publique peut rehausser l’exécution d’un musicien ou d’un ensemble. On n’a qu’à comparer les nombreuses prestations « croquées sur le vif » d’artistes avec l’exécution dans l’environnement beaucoup plus contrôlé, voire même par moments quasi-stérile du studio d’enregistrement. Pour d’autres le trac et les bévues de l’exécution en direct les amène à négliger la scène au profit du studio (pensez à Glenn Gouldd, par exemple).

    Les feuilles de route que j’ai retenues proposent un échantillonnage de ces genres : du récital intime de chambristes amateurs, au concert-gala du Nouvel An à Vienne,m en passant par les concerets d’abonnement des sociétés musicales (tirées des archives sonores ou de programmes que j’ai recréé afin de souligner un moment historique).

    Vos feuilles de route

    Feuille de Route # 68 – Le Nouvel An à Vienne

    Comme le veut la tradition de longue date, le Philharmonique de Vienne présente un programme pour le Nouvel An qui consiste de sélections vibrantes et parfois nostalgiques de la famille Strauss et de leurs contemporains. Pour notre première feuille de rouute de ce volet, écoutons le concert annuel de 1987, dirigé justement par Karajan dans sa présentation américaine avec Walter Cronkite agissant comme maître de cérémonies [Lire notre réflexion]

    Hyperlien au menu et à la musique - https://archive.org/details/NewYears...armonic_201609

    Feuille de Route # 69 – Concert d’abonnement de l’Orchestre Syymphoniqye de Momtréal, (27 mai 1986)

    Sous la baguette du chef invite Gunther Herbig, le programme du concert renferme des pièces au cœur du répertoire de l’OSM – le concerto pour violon de Stravinski et Tzigane de Ravel, avec comme artiste invité Salvatore Accardo, et deux symphonies, une de Haydn (en lever de rideau) et l’incontournable cinquième de Beethoven. [Lire notre réflexion]

    Hyperlien au menu et à la musique - https://archive.org/details/OSMHerbigAccardo1986Part1

    Feuilles de Route # 70 & 71 – Last Night of the Proms

    Etablis en 1895, Les Proms, plus souvent appelées les BBC Proms, ou encore les Henry Wood Promenade Concerts (d'où leur nom), présentés et diffusés par la BBC, se déroulent pendant la saison estivale durant huit semaines de concerts d'orchestre classique et autres manifestations musicales tous les ans de juillet à septembre, principalement au Royal Albert Hall. Le gala de clôture (The Last Night) est la partie des Proms la plus connue et le concert donné alors au Royal Albert Hall est très différent des précédents. Il se déroule en général le deuxième samedi de septembre et est diffusé en direct à la BBC. Ce concert se déroule dans un style plus léger avec des morceaux classiques populaires et une série de morceaux patriotiques britanniques dans la seconde partie. [Lire notre réflexion]

    Hyperlien au menu - https://archive.org/details/LNP200402

    Hyperliens à la musique
    (F/R 70) - https://archive.org/download/LNP200402/LNP2004-01.mp3
    (F/R 71) - https://archive.org/download/LNP200402/LNP2004-02.mp3

    Feuille de Route # 72 – Concert d’abonnement de l’Orchestre Philharmonique de New-York (16 janvier 1910)

    Les annales du Philharmonique de New-York proposent deux programmes Rachmaninov qui furent présentés entre novembre 1909 et janvier 1910. Le premier programme, présenté au New Theatre et au Carnegie Hall les 28 et 30 novembre furent des concerts pour les abonnés de la Symphony Society (sous le chef Walter Damroch). Celui du 16 janvier fut offert aux abonnés de la Philharmonic Society. Le programme du concert du 16 janvier 1910 propose le troisième concerto pour piano de Rachmaniinov et trois autres pièces toutes dirigées par Gustav Mahler. [Lire notre réflexion]

    Hyperlien au menu - https://archive.org/stream/pcast237-Playlist
    Hyperlien à la musique - https://archive.org/details/pcast237

    Feuille de Route # 73 – Skandalkonzert

    Il existe des “dates butoir”, des jalons importants auxquels on peut pointer afin d’indiquer la “fin d’une époque” ou – plus justement – le début d’une nouvelle époque. Le concert tenu à la Grande Salle du Musikverein de Vienne le 31 mars, 1913 est un de ces jalons. Ce concert “scandaleux” fut dirigé par Arnold Schoenberg et mit en évidence la musique d’élèves et d’associés de la soi-disant Deuxième École Viennoise de musique (même si deux des compositeurs au programme doivent être considérés des “membres honorifiques”.) Comme ce sera le cas quelques semaines plus tard au récital des Ballets Russes, la soirée tournera à l’émeute, et laissera le public en état de choc. [Lire notre réflexion]

    Hyperlien au menu - https://archive.org/stream/pcast235-Playlist
    Hyperlien à la musique - https://archive.org/details/pcast235

    Feuille de Route # 74 – Musique intramurale

    L’Université Harvard a sa faculté de musique, même si elle n’a pas la réputation d’autres institutions locales (on pense au New England Conservatory of Music, par exemple, la plus vieille institution de formation musicale aux USA) mais elle déborde d’activités musicales de toutes sortes, qu’elles soient issues de la fac, ou issues de groupes « intramuraux » Le récital propose est celui d’un quatuor d’étudiants de la faculté de Sciences de la Santé : des chercheurs qui font de la musique dans leurs temps libres, et qui se sont donné la peine de préparer deux œuvres du répertoire de chambre. [Lire notre réflexion]

    Hyperlien au menu et à la musique - https://archive.org/details/03RavelTrioInAIIIIV

    Feuille de Route # 75 – L'ensemble Luna Nova

    Depuis sa création en 2003, Luna Nova, un groupe d'artistes dévoués à la musique du XXie et XXIie siècles, maintient son engagement à la formation de musiciens, et à la cause de la nouvelle musique. Luna Nova est également l'ensemble au coeur du Belvedere Chamber Music Festival tenu annuellement en juin à Memphis, au Tennessee. [Lire notre réflexion]

    Hyperlien au menu et à la musique - https://archive.org/details/04QuartetTime2012


    Feuille de Route # 75 – Concert d’abonnement de l’Orchestre Philharmonique de New-York (6 avril 1962)

    N’ayez crainte, M. Gould est parmi nous. Il sera des nôtres dans un moment. […].Vous allez entendre sous peu une prestation, si vous me permettez, quelque peu non-orthodoxe du concerto en ré mineur de Brahms, une prestation clairement différente de celles que j’ai entendues, ou meme revé d’entendre. Avec ses tempi excessifs et ses departs frequents des indications du compositeur, je dois admettre que je ne suis pas tout à fait d’accord avec ce que M. Gould propose. […] La question fondamentale reste toutefois: qui est le patron dans un concerto – le soliste, ou le chef? […] Je n’ai, de mémoire, eu à faire face à untel dilemme qu’une seule fois en carrière, et si je ne m’abuse, ce fut lors d’une autre collaboration avec M. Gould! [Lire notre réflexion]

    Hyperlien au menu - https://archive.org/stream/Pcast050Playlist
    Hyperlien à la musique - http://archive.org/details/ThisDayIn...ory-6April1962

  2. #22
    Membre
    Date d'inscription
    février 2008
    Messages
    6 183
    Citation Envoyé par ppyjc61 Voir le message
    la soi-disant Deuxième École Viennoise
    Pourquoi "soi-disant" ?

    TLF (Trésor de la Langue Française) :
    "SOI-DISANT, adj. inv., adv. et loc. conj.
    I. Adj. inv. Qui passe pour ce qu'il n'est pas. "

    'Un soi-disant médecin' : une personne qui dit, prétend, affime ('disant') elle-même ('soi') être médecin, sans avoir le moyen de le prouver.

    'La soi-disant 2° Ecole de Vienne' : une 2° Ecole de Vienne qui se dit, prétend, affirme qu'elle est la 2° Ecole de Vienne sans avoir le moyen de le prouver.

    Pourquoi la Seconde Ecole de Vienne prétendrait-elle se faire passer pour ce qu'elle n'est pas.

    La 2° Ecole de Vienne pourrait donc ne pas être ce qu'elle prétend être ? Donc en fait ne pas être la 2° Ecole de Vienne ?

    Si cela s'avère, cela risque de faire du bruit dans le Landerneau !

  3. #23
    Membre Avatar de ppyjc61
    Date d'inscription
    octobre 2011
    Localisation
    Ottawa, Canada
    Messages
    577

    Lightbulb Les routes variées

    Sommaire

    Dans l'un de nos premiers volets de cette série, nous avons parlé des sonates et introduit le concept général de la forme musicale, c'est-à-dire l'organisation d'un morceau de musique. Les formes peuvent être très strictes (la forme sonate généralement en trois segments en est un bon exemple), et d'autres peuvent être moins rigides, mais la forme c’est après tout la forme, et il y a du mérite derrière l’idée d’un ensemble de "règles simples" qui permettent la construction d’une pièce (ou d’en reconnaître la construction). Dans sa célèbre conférence télévisée sur la Cinquième Symphonie de Beethoven, Leonard Bernstein a décrit la forme comme «un moule de Jell-O».

    Un exemple de forme musicale populaire est le thème avec variations. Dans sa manifestation la plus simple, un thème musical est "exposé" et est répété sous une forme altérée ou accompagné d'une manière différente à travers un ensemble de variations "développées" à partir de ce thème. La structure T & V commence généralement par un thème (qui est lui-même parfois précédé d'une introduction), typiquement entre huit et trente-deux mesures; chaque variation (particulièrement dans la musique baroque ou au début du classique) sera de même longueur et structure que le thème. De plus, l’usage de variations simples évoluant à des formes graduellement plus élaborées est souvent la norme, plutôt que de créer une séquence arbitraire.

    Les œuvres sous forme de T & V apparaissent d'abord au début du XVIe siècle. Les œuvres de clavier sous forme de variation ont été écrites par un certain nombre de compositeurs anglais du XVIème siècle, y compris William Byrd, Hugh Aston et Giles Farnaby. Deux ensembles de variations baroques, tous deux écrits pour le clavecin, sont “le forgeron harmoniweux” de George Frideric Handel et les Variations Goldberg de Jean Sébastien Bach.

    À l'époque classique, Wolfgang Amadeus Mozart a écrit un grand nombre de variations, telles que le premier mouvement de sa Sonate pour piano K. 331, ou la finale de son Quintette de clarinette. Joseph Haydn s'est spécialisé dans les séries de doubles variations, dans lesquelles deux thèmes apparentés, habituellement mineurs et majeurs, sont présentés puis variés en alternance; Le mouvement lent de sa Symphonie n ° 103 et des variations en fa mineur pour piano, Hob. XVII: 6, en sont des exemples.

    Les musiciens de l'époque classique pouvaient aussi improviser des variations; Mozart et Beethoven ont tous deux impressionné leurs auditoires lorsqu'ils improvisaient. Les auditeurs modernes peuvent avoir une idée de ce à quoi ressemblaient ces variations improvisées en écoutant des œuvres publiées qui sont évidemment des transcriptions écrites de représentations improvisées, en particulier la Fantaisie en sol mineur de Beethoven, op. 77, et les Variations sur un Aria de Gluck, K. 455.

    Nous pourrions continuer la liste à travers le romantique (Chopin et Mendelssohn) et le romantique tardif (Johannes Brahms). Des ensembles de variations ont également été composés par d'éminents compositeurs du vingtième siècle, dont Sergei Rachmaninov (Rhapsodie sur un thème de Paganini, et ses variations pour piano solo sur des thèmes de Chopin et Corelli), Charles Ives (Variations sur "América"), Arnold Schoenberg (Thème et Variations, Opp. 43a et 43b), pour ne nommer que ceux-ci.

    Vos feuilles de route


    Feuille de Route #77 - C’est arrivé le 21 juin 1954
    Des archives de la Société Radio-Canada, Glenn Gould joue les Variations Goldberg en direct pour un auditoire radiophonique [Lire notre réflexion]
    Hyperlien au menu - https://archive.org/download/pcast16...1-Playlist.pdf
    Hyperlien à la musique - https://archive.org/details/pcast161


    Feuille de Route #78 – Tchaïkovski Suites nos. 3 & 4
    Deux des quatre suites pour orchestra de Tchaïkovski proposent des finales sous forme T & V. [Lire notre réflexion]
    Hyperlien au menu et à la musique - https://archive.org/details/01TchaikovskySuiteNo.3Op.55

    Feuille de Route #79 – Thème et Variations: Edition Paganini

    Rachmaninov, Brahms et Liszt s’inspirent au 24ie caprice pour violon de Paganini et proposent des variations espiègles et vertueuses. [Lire notre réflexion]
    Hyperlien au menu - https://ia601501.us.archive.org/33/i...7-Playlist.pdf
    Hyperlien à la musique - https://archive.org/details/pcast137

    Feuille de Route #80 – Variations sur une chanson

    “Ah vous dirais-je maman”, “Le Carnival de Venise” et ”I Got Rhythm” sont quelques-unes des chansons qui inspirent des variations. [Lire notre réflexion]
    Hyperlien au menu - https://archive.org/download/pcast13...9-Playlist.pdf
    Hyperlien à la musique - https://archive.org/details/pcast139

    Feuille de Route #81 – Variations pour orchestre

    Finalement, nous arrivons à la fin de notre regard sur les thèmes et variations, avec un quatuor d'œuvres conçues pour orchestre. Deux des œuvres, par coïncidence, sont des compositions britanniques et les deux autres compositeurs ont tous deux eu des périodes "américaines". [Lire notre réflexion]
    Hyperlien au menu - https://archiveorg/download/pcast141...-Playlist.pdff
    Hyperlien à la musique - https://archive.org/details/pcast141

  4. #24
    Membre
    Date d'inscription
    février 2008
    Messages
    6 183
    Un peu surprenant de ne pas voir Schubert ...

  5. #25
    Membre Avatar de ppyjc61
    Date d'inscription
    octobre 2011
    Localisation
    Ottawa, Canada
    Messages
    577

    Lightbulb Les Routes Triptyques

    Sommaire

    Selon notre bon vieux M. Larousse
    triptyque
    nom masculin
    (grec triptukhos, triple)
    1. Œuvre peinte et/ou sculptée, principalement faite de trois panneaux jointifs latéralement. (Les panneaux latéraux constituent, lorsqu'ils sont montés sur charnières, des volets qui peuvent se refermer sur la partie centrale.)
    2. Œuvre littéraire ou artistique composée de trois parties offrant une certaine symétrie.
    3. Plan, projet, programme qui comporte trois parties.
    Ainsi donc, mon usage du mot dans le titre du volet d'aujourd'hui est une erreur grammaticale, car triptyque n’est pas un adjectif. N’en déplaise à M. Grévisse, ou tout autre sommité grammaticale qui a hanté nos bancs d’école, je n’ai pas trouvé d’adjectif tape-à-l’oeil qui sous-entend une trifecta, ou un triplé, ou un trio d’oeuvres. J’accepte ainsi mon laissez-passer au purgatoire linguistique!

    Revenons donc à la musique, SVP.

    Le volet d’aujourd’hui se veut un exercice en numérologie musicale; le chiffre trois est en fait un chiffre assez significatif:
    1. Tois membres dans un trio;
    2. Trois mouvements dans un concerto baroque ou classique (anuimé – lent – animé)
    3. Et maints exemples de triptyques dans le sens Laroussien du terme, “oeuvre artistique composée de trois parties offrant une certaine symétrie".
    Les exemples retenus dans cette dernière catégorie incluent une paire d’oeuvres à trois volets de Debussy, le trio de poèmes symphoniques dépeignant Rome dans tous ses atours de Respighi et les symphonies du matin, midi et soir de Haydn.

    Tant qu’au “trio classique” compose du piano, violon et violoncelle, on le retrouve chez les Mendelssohn et comme groupe “concertino” dans le triple concerto de Beethoven.

    Vos feuilles de route


    Feuille de Route # 82 – Mendelssohn & Mendelssohn: Trios
    Félix et Fanny Mendelssohn ouvrent notre série de routes cette semaine avec trois trios – deux du frère et un de la sœur. [Lire notre réflexion]
    Hyperlien au menu - https://archive.org/details/pcast180-Playlist
    Hyperliens à la musique - https://archive.org/details/pcast180


    Feuille de Route # 83 – Beethoven à Berlin
    De Beethoven, j’ai retenu la Troisième symphonie (dite Héroïque) et son triple concerto afin de continuer la thématique du chiffre 3… [Lire notre réflexion]
    Hyperlien au menu - https://archive.org/details/pcast238-Playlist
    Hyperliens à la musique - https://archive.org/details/pcast238


    Feuilles de Route # 84 – Debussy - Philharmonia, Giulini ‎– La Mer / Trois Nocturnes
    Giulini en 1962 endisque La mer et Nocturnes de Debussy, un album qui est devenu très prisé pour son interprétation et son atmosphère.. [Lire notre réflexion]

    Hyperlien au menu et à la musique - https://archive.org/details/06Noctur...queSymphonique


    Feuille de Route # 85 – Respighi - Orchestre Symphonique De Montréal, Charles Dutoit ‎– Trilogie Romaine
    Ce trio de poèmes symphoniques met en évidence la capacité qu’a Respighi à peindre des fresques atmosphériques, saupoudrées de modernisme (à la Richard Strauss et Claude Debussy). [Lire notre réflexion]

    Hyperlien au menu et à la musique - https://archive.org/details/05RespighiRomanFestivals


    Feuille de Route # 86 – Die Tageszeiten
    Esterházy, l’employeur de Haydn, fera un séjour comme diplomate à Naples, et il y développera une oreille pour la musique Italienne, particulièrement pour les concerti de Vivaldi. Il discuta avec Haydn des fameuses Quatre Saisons et lui propose de créer une collection dans le même genre. Ceci est la genèse de Die Tageszeiten (trad. lit. les moments de la journée), un triptyque de sympĥonies connues comme le matin, le midi et le soir. [Lire notre réflexion]
    Hyperlien au menu - https://archive.org/stream/pcast236-Playlist
    Hyperlien à la musique - https://archive.org/details/pcast236


    Feuille de Route #87 - 89 “Il Trittico”
    Un triptyque musical se distingue parmi tous - un opéra très spécial en trois actes, ou devrions-nous dire une collection de trois opéras en un acte de Giacomo Puccini: Il tabarro, Suor Angelica, et Gianni Schicchi. L'œuvre, Il trittico, fut présentée en première mondiale au Metropolitan Opera de New York le 14 décembre 1918.

    Puccini avait l'intention que les trois soient interprétés comme un ensemble, "Je n'aime pas beaucoup que Trittico soit donné en morceaux". Aujourd'hui, il n'est pas rare de voir un ou deux des opéras trittico exécutés dans une séance, et parfois l'un d'entre eux peut être jumelé à un autre opéra en un acte d'un autre compositeur (pensons à « Cav » ou « Pag »).

    Les opéras trittico n'ont pas de véritable «fil conducteur» - ils se déroulent en trois périodes différentes, deux sont tragiques et l'autre est une comédie (la seule comédie de Puccini, soit dit en passant). Bien que conçu à l'origine comme des œuvres inspirées par la Divine Comédie de Dante, seul Schicchi est resté fidèle à l'intention originale. En plus d'être des opéras verismo prototypiques, le seul point commun du trio est la présence de la mort - meurtre dans Tabarro, suicide dans Angelica et une mort cachée (et la tromperie qui s'ensuit) chez Schicchi.

    F/R #87 “Il Tabarro”. Propriétaire d'une péniche amarrée dans Paris, Michele surprend sa femme Giorgetta dans les bras du marinier Luigi. Les deux amants sont en train de prendre des dispositions pour fuir ensemble. [Lire notre réflexion] [Livret]
    Hyperlien au menu et à la musique - https://archive.org/details/02IlTabarro

    F/R #88 “Suor Angelica”. Au XVIIe siècle, dans un cloître où les nonnes vivent paisiblement, une princesse vient annoncer à sa nièce, la soeur Angélique, que son enfant est mort. [Lire notre réflexion] [Livret]
    Hyperlien au menu et à la musique - https://archive.org/details/ppyjc61_yahoo_02SA

    F/R #89 “Gianni Schicchi”. Le vieux Buoso Donati vient de mourir, léguant par testament tous ses biens au clergé. Sa famille affolée fait appel à ce mauvais sujet de Gianni Schicchi, lequel, alors que le décès n'est pas encore connu, imagine de se substituer au défunt pour dicter au notaire un nouveau testament. [Lire notre réflexion] [Livret]
    Hyperlien au menu et à la musique - https://archive.org/details/Puccinis...hicchicomplete

  6. #26
    Membre
    Date d'inscription
    février 2008
    Messages
    6 183
    Selon notre bon vieux M. Larousse

    triptyque
    nom masculin
    (grec triptukhos, triple)
    Avec toute la révérence due à M. Larousse, et si c'est bien ce qu'il dit, ce n'est pas exact : 'triptyque' ne signifie pas 'triple'
    C'est juste 'tri' qui signifie 'triple'.
    L'autre partie vient d'un verbe grec qui signifie 'plier'.

    TLF :
    Empr. au gr. « formé d'une peau repliée trois fois »

    Wiktionary
    Étymologie
    → voir tri- (« trois ») et πτυξ ptyx (« ce qui se plie », « tablette d'écriture pliée en deux », « lame de métal (recouvrant un bouclier) »).

    Littré
    ÉTYMOLOGIE
    Τρίπτυχος, plié en trois, de τρὶ, trois, et πτύσσειν, plier.

  7. #27
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    8 781
    πτυξ ptyx (« ce qui se plie ») : comme dans "nul ptyx, abioli biblot d'inanité sonore"? moi qui croyais que c'était un hapax...
    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

  8. #28
    Membre
    Date d'inscription
    février 2008
    Messages
    6 183
    Hugo (Le Satyre) et Jarry (Ubu) ont utilisé le mot, mais comme toponymes.

  9. #29
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    8 781
    Ah. j'ignorais ; bon Ubu a pu piquer le mot à Mallarmé, mais pas Hugo, je pense. Il faut dire que jérimastyx c'est encore plus dure que jérimadeth, à trouver.
    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

  10. #30
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    912
    Citation Envoyé par lebewohl Voir le message
    πτυξ ptyx (« ce qui se plie ») : comme dans "nul ptyx, abioli biblot d'inanité sonore"? moi qui croyais que c'était un hapax...


    Ah! Merci, Lebewohl! voilà que j'apprends que je connais un hapax en breton. Notez que je me pique, en tant que bretonnant, de prononcer l'initiale /h/ (du côté de mes grands-parents paternel, on disait une HHHache!).


    Or donc, cher Lebewohl vous me procurez l'occasion de briller en société: dans un conte transcrit par Luzel, on tombe sur l'unique occurrence du mot esterloup. Et vous savez quoi? Ce pourrait bien être la clef* du français escarloupe.
    Je vous laisse mariner un temps, et je vous livre ma pénétrante analyse.


    *Il est plaisant d'écrire des lettres qui ne sont plus prononcées, ça fait cultivé!

  11. #31
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    8 781
    moi c'est ma famille à l'autre extrémité de la France (côté est) qui aspirait les HHHaches ; qui continue, d'ailleurs, pour une partie
    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

  12. #32
    Membre
    Date d'inscription
    février 2008
    Messages
    6 183
    Citation Envoyé par JEFF Voir le message
    Ce pourrait bien être la clef* du français escarloupe.
    C’est quoi, un/une escarloupe ?

  13. #33
    Membre
    Date d'inscription
    février 2008
    Messages
    6 183
    Citation Envoyé par lebewohl Voir le message
    moi c'est ma famille à l'autre extrémité de la France (côté est) qui aspirait les HHHaches ; qui continue, d'ailleurs, pour une partie
    Moi, c’est nombre de mes amis qui ne bretonnent pas mais qui alsaçiannisent, qui en effet aspirent certains h initiaux, mais pas systématiquement.

  14. #34
    Membre
    Date d'inscription
    février 2008
    Messages
    6 183
    Citation Envoyé par lebewohl Voir le message
    πτυξ ptyx (« ce qui se plie ») : comme dans "nul ptyx, abioli biblot d'inanité sonore"? moi qui croyais que c'était un hapax...
    On peut lire ce qui en est dit ici :

    https://fr.m.wiktionary.org/wiki/Discussiontyx

    Ah oui, c’est pratique, : p qui devient ´moqueur’ ... mais le lien fonctionne quand même.

    Tout cela dit, «*aboli bibelot*» est délicieux
    Dernière modification par The Fierce Rabbit ; 07/03/2018 à 20h45.

  15. #35
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    912
    Ahem... je sature, et je m'a pris les pinceaux dans l'A-R entre le françouais et le beurton! Il fallait lire: ESCARBOUCLE
    http://www.larousse.fr/dictionnaires...arboucle/30947

    Pour ma défense, j'arguerai que je suis en train de me battre contre (et non avec) le formulaire de la SACEM. Sans doute savez-vous qu'aucune usine de pressage de CD ne peut passer à la fabrication sans autorisation SDRM. Problème: ce que je veux rééditer n'a pas de compositeur identifié, et seulement deux ou trois auteurs de textes qui ont vécu au XIXe siècle, et ne sont pas répertoriés à la SACEM (ils n'ont écrit qu'en Breton). De ce fait, nous n'entrons dans aucune case, et les demandes que je rédige sont rejetées l'une après l'autre. Comme il s'agit d'un logiciel, je ne peux pas m'expliquer, et notre projet est bloqué.
    Si vous entendez parler d'un plastiquage dans les locaux de cette honorable société, vous ne me connaissez pas, hein?


    * C'est une très bonne question... (vous connaissez la suite)
    Dernière modification par JEFF ; 07/03/2018 à 22h37.

  16. #36
    Membre
    Date d'inscription
    février 2008
    Messages
    6 183
    Citation Envoyé par JEFF Voir le message
    Ahem... je sature, et je m'a pris les pinceaux dans l'A-R entre le françouais et le beurton! Il fallait lire: ESCARBOUCLE
    http://www.larousse.fr/dictionnaires...arboucle/30947
    Je ferai plutôt confiance au latin carbunculus qu’au breton esterloup comme étymologie du français escarboucle ...

  17. #37
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    912
    Citation Envoyé par The Fierce Rabbit Voir le message
    Je ferai plutôt confiance au latin carbunculus qu’au breton esterloup comme étymologie du français escarboucle ...

    A priori, c'est évident. Jusqu'à ce qu'on s'avise des équivalences entre consonnes.
    Ex.:Montmartre est un ancien mons Mercurius. Quatre, c'est Tetra en grec. Penta, c'est cinq. Cette équivalence est vivante dans le Breton dialectal: Stlep(el) = sklap (=jeter).
    Or donc, remplaçons le c d'escarboucle par t; ce qui donne estar, où l'on reconnaît la forme primitive de: aster>astre et star (en Breton ster). Nous aurions alors l'explication de la syllable initiale es-. Personnellement, je ne trouve pas d'exemple du thème -carb précédé de -es.
    Le Breton a, comme seconde syllable, -loup. C'est une prononciation attestée de Lug, que d'aucuns (dont môâ) tiennent pour l'origine de Saint Loup.
    P/b=k/g: il y a plein d'exemples (pas le temps, je m'en vais).
    D'où mon hypothèse: esterloup= astre (lumière) de Lug, dieu lumineux, véritable équivalent d'Apollon.

  18. #38
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    8 781
    escarbille, escarbot?
    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

  19. #39
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    912
    Envoyé par lebewohl escarbille, escarbot?


    Vous m'obligez à faire des recherches (cest très bien).
    Escarbot: apparenté à scarabée. C'est un autre coléoptère (ou des). Larousse "dit" que c'est influencé par escargot. Mais, je l'avais prévu, sans le savoir: P/B=K/G. Ex.: Penta = Cinq; Quatre = gaulois Petro, qu'on trouve dans Perigueux (PetroCuore; les quatre communautés.


    Escarbille: moyennant (encore) une métathèse, apparenté à escrabyî (gratter), néerlandais Schrabben. Gag: en Breton, c'est skrap-ad (même sens!).
    Bref, on ne retrouve pas carb(o).

  20. #40
    Membre
    Date d'inscription
    février 2008
    Messages
    6 183
    Citation Envoyé par JEFF Voir le message
    A priori, c'est évident. Jusqu'à ce qu'on s'avise des équivalences entre consonnes.
    Ex.:Montmartre est un ancien mons Mercurius. Quatre, c'est Tetra en grec. Penta, c'est cinq. Cette équivalence est vivante dans le Breton dialectal: Stlep(el) = sklap (=jeter).
    Or donc, remplaçons le c d'escarboucle par t; ce qui donne estar, où l'on reconnaît la forme primitive de: aster>astre et star (en Breton ster). Nous aurions alors l'explication de la syllable initiale es-. Personnellement, je ne trouve pas d'exemple du thème -carb précédé de -es.
    Le Breton a, comme seconde syllable, -loup. C'est une prononciation attestée de Lug, que d'aucuns (dont môâ) tiennent pour l'origine de Saint Loup.
    P/b=k/g: il y a plein d'exemples (pas le temps, je m'en vais).
    D'où mon hypothèse: esterloup= astre (lumière) de Lug, dieu lumineux, véritable équivalent d'Apollon.
    Brillamment acrobatique, mais si brillantes soient-elles, il faudra autre chose que des acrobaties quand même très hasardeuses pour me convaincre !
    Dernière modification par The Fierce Rabbit ; 08/03/2018 à 20h18.

+ Répondre à la discussion

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 3 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 3 invité(s))

     

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages