+ Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 15 sur 15

Discussion: un opéra, un seul, et une seule version

  1. #1
    Administrateur Avatar de Philippe
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Jemappes / Valencia
    Messages
    8 050

    un opéra, un seul, et une seule version

    Salut à tous
    L'exercice dit « de l'île déserte » est amusant (si vous ne pouviez en choisir qu'un ...) mais peu réaliste. Lorsque, comme ce sera bientôt le cas pour moi, l'âge de la retraite approchant , je me dis : ok, je vais m'installer plus confortablement à Valencia, non pour y vivre en permanence, mais pour y être plus souvent, se pose alors un problème ... je ne puis évidemment emporter toute ma discothèque ... et il va falloir faire un choix ... concret cette fois
    Disons 15 ou 20 CDs pour commencer ...
    Outre certaines de mes possessions « culte » au piano comme les Variations Goldberg par Gould, les sonates de LvB par Kempff et bien entendu, du Feldman, la majorité de ces CDs seront des oeuvres orchestrales ou, surtout, de chambre (ceci ayant toujours été mon genre préféré).
    Je décide aussi d'emporter (pour l'instant) UN opéra ; ce n'est pas mon genre de prédilection, mais il y en a qd même plusieurs que j'écoute, parfois même avec régularité ; mais ici je n'ai droit qu'à UN SEUL d'entre eux. Je vous dis lequel ?

    Hé bien il ne s'agit ni plus ni moins que de Tosca de Puccini, dans l'interprétation légendaire de Callas / di Stefano / Gobbi / de Sabata

    Et si vous aviez été à ma place ? je rappelle : un opéra, un seul, et une seule version

  2. #2
    Membre
    Date d'inscription
    février 2008
    Messages
    6 165
    Le choix eût été tellement impossible que je n’en eusse () pris aucun.
    Non par refus de me priver de toutes les autres œuvres.
    Mais par refus de me priver de tous les autres chanteu.se.r.s (re )
    Pour éviter la sclérose. Rien n’est plus réducteur que l’enfermement. Réécouter ad vitam aeternam le même truc, si beau qu’on le trouve, toujours par les mêmes : niet - AUCUNE interprétation ne vaut cela.
    J’emporterais alors juste le simple souvenir de la partition, des notes, de la musique elle-même - et pas de son/ses véhicules/s.
    Cela vaut pour l’opéra et tout le reste.

    Fais l’expérience, pour voir : en prévision de ta retraite, n’écoute plus, jusqu’à ce que tu la prennes, QUE Tosca/Callas/di Stefano/Gobbi/de Sabata. Et vois ce que ça donne.
    On en reparle dans ... combien de temps ?
    Dernière modification par The Fierce Rabbit ; 11/04/2018 à 12h45.

  3. #3
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    8 767
    Je comprends le point de vue de mon honorable prédécesseur, et, certains jours, le partage. Cela dit je serais plus frustré de n'avoir qu'un seul opéra que de n'avoir qu'une seule version.


    AUjourd'hui si j'en prenais un seul ce serait "les Noces de Figaro" ; ce serait le cas presque tous les jours. La version... sans doute Erich Kleiber, la première de Karajan n'a pas de récitatifs et c'est une oeuvre où ils sont trop beaux (et utiles) pour qu'on les sucre.


    (Demain ce sera peut-être René Jacobs)
    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

  4. #4
    Administrateur Avatar de Philippe
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Jemappes / Valencia
    Messages
    8 050
    Citation Envoyé par The Fierce Rabbit Voir le message
    Le choix eût été tellement impossible que je n’en eusse () pris aucun.
    Non par refus de me priver de toutes les autres œuvres.
    Mais par refus de me priver de tous les autres chanteu.se.r.s (re )
    Pour éviter la sclérose. Rien n’est plus réducteur que l’enfermement. Réécouter ad vitam aeternam le même truc, si beau qu’on le trouve, toujours par les mêmes : niet - AUCUNE interprétation ne vaut cela. (...)
    Oui sûrement ... mais c'est pas ça le deal : car il n'est pas question ici de me priver du reste de ma discothèque (car je garde tout le reste en Gelbique, oeuf corse)


    PS. Et puis d'ailleurs, pour le reste, il restera toujours aussi la Bibliothèque Musicale

  5. #5
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    902
    Envoyé par The Fierce Rabbit J’emporterais alors juste le simple souvenir de la partition, des notes, de la musique elle-même - et pas de son/ses véhicules/s.
    Cela vaut pour l’opéra et tout le reste.

    Fais l’expérience, pour voir : en prévision de ta retraite, n’écoute plus, jusqu’à ce que tu la prennes, QUE Tosca/Callas/di Stefano/Gobbi/de Sabata. Et vois ce que ça donne.
    On en reparle dans ... combien de temps ? "


    Il est bien agréable de ne pas se sentir seul. J'ai découvert ce jeu de l'île déserte en 1972 dans la presse spécialisée britannique lors de la parution du second enregistrement des Maîtres chanteurs par Karajan. En effet, au moins un critique avait trouvé cette interprétation tellement géniale qu'il l'avait désignée comme étant son choix s'il avait été déporté, disons, à Sainte Hélène?
    Ce jeu m'a toujours mis mal à l'aise, car je ne trouve pas honnête pour le compositeur de le mettre dans une position qui ressemble à celle de l'être suprême. De plus, j'ai toujours été contre les indicatifs qui surexposent un extrait d'une oeuvre, ou l'oeuvre entière. Je redoute même de réentendre les mêmes oeuvres à la radio par manque de concertation entre programmateurs;
    Mais j'ai quand même une réponse: j'emporterai ma mémoire, pour me repasser la partie du répertoire que j'aurai retenue, et aussi les airs et chansons que j'ai dans la tête pour, profitant de l'absence de tout témoin, goualer sans vergogne mes interprétations à moi!

  6. #6
    Membre
    Date d'inscription
    février 2008
    Messages
    6 165
    Citation Envoyé par Philippe Voir le message
    Et si vous aviez été à ma place ? je rappelle : un opéra, un seul, et une seule version
    C’est ça, donc, le deal?
    OK ! «*Nixon in China*», dirigé par l’auteur. Je déteste tellement cela que je ne l’écouterai jamais, ça me laissera la tête libre pour me remémorer tous les autres !

  7. #7
    Membre Avatar de Niccolo
    Date d'inscription
    septembre 2014
    Localisation
    Marseille
    Messages
    597
    Bien embarrassé, pourquoi pas cela:




  8. #8
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    8 767
    bien vu!
    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

  9. #9
    Administrateur Avatar de Philippe
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Jemappes / Valencia
    Messages
    8 050
    Salut à tous ... bon apparemment, beaucoup ont pensé que je ne proposais ici qu'une variante de l'exercice dit « de l'île déserte » alors que ce n'était pas ça du tout ; comme j'essayais de l'expliquer, bientôt il se peut que je puisse m'installer plus longuement en Espagne :

    Citation Envoyé par Philippe Voir le message
    (...) non pour y vivre en permanence, mais pour y être plus souvent, se pose alors un problème ... je ne puis évidemment emporter toute ma discothèque ... et il va falloir faire un choix ... concret cette fois
    Disons 15 ou 20 CDs pour commencer ...
    C'est donc un choix très réaliste que je dois effectuer ! et il est évident que je ne me sépare pas du reste de ma discothèque ...

    Je me demandais donc quel genre de décision vous prendriez si vous étiez dans une situation comparable ...
    Mais bon, je crois que chacun a déjà exprimé son avis ...

  10. #10
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    8 767
    Ile déserte ou séjour à Valence, je maintiens ; Les Noces de Figaro

    Maintenant, tu me dirais "séjour à Vesoul"... faudrait voir...
    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

  11. #11
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    902
    Ou séjour en prison? Je soupçonne que même les VIP ne sont pas autorisées à emménager avec toutes leurs affaires.


    Bon, une illumation m'éclaire subitement: je prendrais Carmen.
    Pourquoi?
    Parce que c'est le seul opéra dont je puisse espérer apprendre tous les airs...


    Et si c'était la raison de son succès planétaire?

  12. #12
    - Avatar de mah70
    Date d'inscription
    novembre 2007
    Localisation
    Saint-Julien-Molin-Molette
    Messages
    6 010
    Je sais que ça n'est pas compris dans la règle du jeu mais si l'île déserte a l'électricité ou une connexion internet, le problème de la place ne se pose pas. Je prends un opéra, par exemple Elektra, de Strauss (version à déterminer) ou Le coq d'or, de Rimsky (dans la version de la BM) et je télécharge le reste. Ou bien encore je copie mes CD sur un disque dur que j'emporte. Un disque dur de 1To ça se met dans la poche et ça contient pas loin de 1500 CD sans compression.

    La seule certitude que j'ai, c'est d'être dans le doute. (Pierre Desproges)

  13. #13
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    902
    Mah, vous mettez le doigt sur le problème de fond, à savoir: une île électrifiée est-elle vraiment déserte?


    Si c'est le cas, alors c'est de la triche, d'autant on peut se connecter sans fil à internet.


    Et puis, j'ai constaté que, lorsqu'il y a une panne de courant générale dans le quartier, j'éprouve un sentiment de paix profonde. J'en conclus donc que le rayonnement électromagnétique du 50Hz* est incompatible avec la recherche de paix qu'on associe (on, c'est moi, hein!) avec le désert. Même pas besoin d'île: dans la toponymie, (on le reconnaît dans le Breton an nezert) il désigne la retraite du saint local.


    Or donc, si votre exil sur une île déserte est sincère, vous ferez sans électricité, et ne pourrez emporter qu'un phono à manivelle (pédales tolérées, tout de même). Dès lors, vu le poids des disques 78trs, on comprend qu'on ne puisse emporter la Tétralogie...


    Finalement, la question est légitime et logique.


    *Pas fait l'expérience avec le courant continu...

  14. #14
    - Avatar de mah70
    Date d'inscription
    novembre 2007
    Localisation
    Saint-Julien-Molin-Molette
    Messages
    6 010
    Le raisonnement est intéressant mais la conclusion est inexacte: la Tétralogie n'a jamais été enregistrée intégralement en 78 tours il me semble. Il n'est donc pas possible de ne pas l'emporter. Par contre, il doit y avoir plusieurs Carmen presque complètes (hors dialogues sans doute).
    La seule certitude que j'ai, c'est d'être dans le doute. (Pierre Desproges)

  15. #15
    Membre
    Date d'inscription
    février 2008
    Messages
    6 165
    Citation Envoyé par JEFF Voir le message
    le désert. Même pas besoin d'île: dans la toponymie, (on le reconnaît dans le Breton an nezert) il désigne la retraite du saint local.
    Tou.te.s les ermites (c’est quoi, au fait, le féminin de «*ermite*» : ermitesse, ermitine, ...?) - loca.les.aux ou pas, béatifié.e.s ou canonisé.e.s ou pas, se sont retiré.e.s «*au désert*» - dans l’erg, ou au cœur de la forêt vosgienne, ou vendéenne, ou autre ... Sans parler des Camisard.e.s et autres parpaillot.e.s, pour ne citer qu’e.lles.ux
    Dernière modification par The Fierce Rabbit ; 15/04/2018 à 13h38.

+ Répondre à la discussion

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

     

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages