+ Répondre à la discussion
Page 1 sur 4 1 2 3 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 20 sur 64

Discussion: Vos 5 pièces pour clavier préférées de Händel

  1. #1
    Membre
    Date d'inscription
    juin 2011
    Messages
    1 956

    Vos 5 pièces pour clavier préférées de Händel

    Voici mes 5 pièces pour clavier préférées de Händel (parmi celles que je connais) :
    1° et 2° : Allemande et Courante de la Suite en fa mineur HWV 433.
    Dans cette version de Keith Jarrett (piano) :

    l'Allemande (erronément appelée Courante dans la présentation de la vidéo) va de 5:02 à 7:56 et la Courante (erronément appelée Sarabande dans la présentation de la vidéo) de 7:56 à 10:34.
    L'Allemande est un flux paisible et enjoué. La Courante, d'une sonorité bien étoffée, est elle aussi un flux paisible (dans la version de Keith Jarrett, en tout cas) , mais dans un climat expressif un peu plus sombre que l'Allemande. Il me semble que dans les deux morceaux, de légers imprévus dans le détail de l'écriture maintiennent constamment l'intérêt.
    3° Sarabande (avec deux variations) de la Suite en ré mineur HWV 437, ici par Racha Arodaky :

    Simple mais belle. (Racha Arodaky ornemente à sa façon.)
    4° et 5° : Allemande et Courante de la Suite en ré mineur HWV 447.
    Dans cette version de Keith Jarrett (piano) :

    l'Allemande va de 0:00 à 2:03 et la Courante de 2:05 à 4:35. Les deux morceaux sont d'une gravité un peu mélancolique. D'après des commentaires de la vidéo, je crois comprendre que cette suite a servi de bande sonore à un film "Oslo, 31 august".
    Et vous, quelles sont vos 5 (ou 10 ou 20) pièces pour clavier préférées de Händel ?
    IP
    Je ne me résous pas à ne pas mentionner aussi la Courante de la Suite en sol mineur HWV 452. Dans cette version de Keith Jarrett :

    elle va de 2:46 à 5:43. Elle est d'une belle richesse harmonique.
    Dernière modification par InnocentParadis ; 11/01/2017 à 18h13.

  2. #2
    Handel est un compositeur très surfait et surcoté, qui aurait mieux fait de ne pas écrire de musique, et surtout pas des fugues.

    D'ailleurs le claveciniste Mahan Esfahani classe, dans son top 10 des pièces auxquelles il ne veut plus avoir affaire, le 2ème volume des pièces pour clavier ainsi que le Dettingen Te deum.
    Et puis Stravinsky ne disait-il pas à propos de Theodora "It's beautiful and boring. Too many pieces finish too long after the end."?
    Et Tchaïkovsky, en anglais dans texte ""Handel is only fourth rate. He is not even interesting."?
    Et Berlioz détestait Haendel, le Saint Homme. Dommage qu'il ait composé des fugues.

    Faut-il le dire? Mon but n'est pas d'obtenir que des gens qui peuvent avoir toutes sortes de bonnes ou mauvaises raisons de me contredire finissent par me donner raison, mon but est d'encourager les gens qui, au fond, n'aiment pas Handel (et les Berlioz, les Stravinsky, les Tchaïkovsky, les Mahan Esfahani ne doivent sûrement pas être sans quelques analogues sur ce forum) à se l'avouer à eux-mêmes.
    Oh vous savez, moi, ce que j'en dis, hein...

  3. #3
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    9 078
    Je revendique haut et fort le fait de n'avoir jamais caché, depuis le début de ce forum, mon (très) peu de goût pour ce compositeur!


    (quitte à me trouver en compagnie de Tchaikovsky : nobody is totally imperfect...).


    Mais comme Beethoven et Brahms l'aimaient, je me dis juste que quelque chose m'échappe, mais c'est la vie...
    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

  4. #4
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    9 078
    Citation Envoyé par nico Voir le message
    Et puis Stravinsky ne disait-il pas à propos de Theodora "It's beautiful and boring. Too many pieces finish too long after the end."?
    .
    Ne l'a-t-il pas pastiché dans Oedipus Rex?
    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

  5. #5
    Bien sûr que si, mais il n'en était pas à une contradiction près...
    Oh vous savez, moi, ce que j'en dis, hein...

  6. #6
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    9 078
    ce n'est pas faux ; et puis il a pu pasticher quelque chose qu'il n'aimait pas trop (il y a comme ça un air de Lehar qui se retrouve chez Chosta qui se retrouve chez Bartok, on ne sait pas trop qu'en penser : mon disque Hungaroton de la grande époque du Bartok disait que Bartok se moquait de "l'affèterie petite-bourgeoise" (authentique).)
    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

  7. #7
    Membre
    Date d'inscription
    juin 2011
    Messages
    1 956
    Ce qui serait intéressant, ce serait d'expliquer en quoi les six pièces que j'ai citées ne sont pas bonnes.
    IP

  8. #8
    Citation Envoyé par InnocentParadis Voir le message
    Ce qui serait intéressant, ce serait d'expliquer en quoi les six pièces que j'ai citées ne sont pas bonnes.
    IP
    Ah mais non, mais non, hors de question! Les gens que je cite suffisent laaaargement.
    Oh vous savez, moi, ce que j'en dis, hein...

  9. #9
    Membre
    Date d'inscription
    juin 2011
    Messages
    1 956
    Devant ces six très beaux morceaux, ils n'ont rien d'autre à faire que du bashing vindicatif.
    IP

  10. #10
    C'est vrai, j'aime bien Alain Bashing.
    Oh vous savez, moi, ce que j'en dis, hein...

  11. #11
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    9 078
    Je ne bashe pas, je suis impermébale à Haendel. Cela faut neuf ans et presque quatre mois que je le répète sur ce forum (et avant ça c'était sur un autre). Sa musique pour clavier m'est moins pénible que ses opéras ; déjà c'est plus court. Evidemment, que c'est bien fait, pour autant que je puisse en juger (nico saurait dire ça de manière plus fondée) ; évidemment qu'il y a de" beaux passages", comme persiflerait votre ami Adorno. Mais autant, dans des oeuvres de structure comparable de Bach, mon oreille est accrochée et n'est plus lâchée (en général, hein, je préviens votre objection, il y a des exceptions, certainement, même s'il ne m'en vient pas là tout de suite), autant là mon oreille se met vite à vagabonder.
    Je crois que ce que je reprocherais en général à Haendel c'est non pas de ne pas "être bon" mais de proposer des mélodies auxquelles j'accroche rarement, et une sorte d'uniformité rythmique, que je ne sais pas vraiment décrire en termes précis, particulièrement caricaturale à mes oreilles dans ses airs d'opéra.
    Je suis ravi de me retrouver en bonne compagnie avec Stravinsky, et même Berlioz, et même Tchaikovsky, désolé de ne pas être en bonne compagnie pour aimer avec Beethoven, Brahms et plusieurs de mes professeurs de musique, mais bon voilà...
    Encore une fois, je ne dis pas que ce n'est pas bon (même si je suis capable de le proclamer haut et fort à titre polémique dans le feu d'une discussion), je dis que je n'aime pas, que je ne comprends pas, que j'y suis insensible, que sais-je? Et je le regrette, plus on aime de choses mieux c'est. Mais voilà... en écouter beaucoup m'a fait ne plus détester, puis aimer, puis adorer Brahms ou Bartok, pour Haendel toujours pas. Il est vrai que je n'insiste plus autant qu'à l'époque où j'ai découvert Bartok puis Brahms, mais tout de même.


    (ah et puis si j'aime le Dixit Dominus, je ne déteste pas, surtout à titre de souvenir d'adolescence, la Water music, la Music for the Royal Fireworks, et les concertos pour orgue ; mais souvenir d'adolescence ou pas, quand je réécoute, j'entends désormais malheureusement plus qu'à l'époque les facteurs qui me font petre aussi imperméables à ce compositeur).


    Voilà.
    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

  12. #12
    Membre
    Date d'inscription
    juin 2011
    Messages
    1 956
    Je ne vous cacherai pas que la plupart des pièces de Händel que j'ai entendues m'ont laissé froid, mais il me semble tout de même que les Allemandes et les Courantes que j'ai citées plus haut sont aussi belles que ce que Bach a fait de plus beau dans ce genre. Seulement, je connais en tout six pièces pour clavier de Händel qui me semblent de ce niveau, et beaucoup plus de Bach...
    IP

  13. #13
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    9 078
    je ne connais pas assez d'oeuvres pour clavier de Haendel pour faire une classement ; j'ai largement jeté l'éponge pour l'instant, quand on m'en met sous le nez comme ici, j'écoute, sinon je ne vais pas à la pêche ; il est vrai que j'écoute beaucoup moins France Musique qu'à une époque, et ça m'a apporté les plus grandes découvertes.
    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

  14. #14
    Membre
    Date d'inscription
    juin 2011
    Messages
    1 956
    Ceci dit, s'il est vrai que le monde musical a longtemps porté aux nues, en la personne de Händel, une nullité, ne pourrait-il pas aussi avoir porté aux nues une forme (la fugue) tout aussi nulle ?
    IP

  15. #15
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    9 078
    Mais vous êtes borné, ou quoi?


    Je me tue à vous dire que je n'ai JAMAIS dit (sauf à titre polémique mais sans en penser une bribe) que je trouvais Haendel nul, uniquement que JE ne l'aime pas (en compagnie de Stravinsky, Tchaikovsky, Berlioz) et que je regrettais de ne pas l'aimer pour être en compagnie de Beethoven et Brahms.


    Personne ne vous conteste le droit de ne pas aimer les fugues, bartok, la tarte aux pommes, le civet de lapin, Delacroix, ce que vous voulez. C'est quand vous en concluez que puisque du haut de VOtre Grandeur, vous n'aimez pas, c'est nul, absurde, insignifiant, que vous êtes grotesque.
    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

  16. #16
    Il est vrai que Beethoven (Missa Solemnis) et Brahms (Triumphlied) ont été jusqu'à écrire des pans entiers de mouvement en style "post-Handel".
    Oh vous savez, moi, ce que j'en dis, hein...

  17. #17
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    9 078
    sans compter que j'imagine mal que notre ami Johannes eût composé les variations et fugue sur un thème de Haendel s'il avait trouvé le thème nul.

    D'ailleurs à ce propos, il ya une fugue pas mal :





    mais je me trompe de discussion
    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

  18. #18
    Mozart appréciait aussi Handel et l'a pris pour modèle. Il a même arrangé plusieurs de ses oratorios (Le Messie, Acis et Galathée, Alexander's Feast) et beaucoup de ses compositions portent la trace de ce modèle, dans la Grande Messe en Ut par exemple, et même le sujet de la fugue du Kyrie dans le Requiem sort tout droit d'un choeur fugué dans Le Messie.
    Dernière modification par nico ; 12/01/2017 à 12h08.
    Oh vous savez, moi, ce que j'en dis, hein...

  19. #19
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    9 078
    ah? je n'avais jamais remarqué (pour le sujet de la fugue, sinon oui je savais qu'il admirait notre ami Jo Fred) ; il est vrai que je connais à peine le Messie.
    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

  20. #20
    Membre
    Date d'inscription
    juin 2011
    Messages
    1 956
    Il ne faut peut-être pas exagérer l'admiration de Brahms pour Händel. J'ai lu je ne sais plus où que quand il recevait une livraison de l'édition des oeuvres de Bach, il la dévorait immédiatement, mais qu'on a gardé une livraison d'oeuvres de Händel où, sans couper les pages, il s'était contenté d'écrire : "Il y a sûrement ici de fort belles choses."
    IP

+ Répondre à la discussion

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

     

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages