+ Répondre à la discussion
Page 1 sur 11 1 2 3 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 20 sur 208

Discussion: Anecdotes musicales ...

  1. #1
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    514

    Anecdotes musicales ...

    ... il y a de magnifiques anecdotes sur la toile, à découvrir ou redécouvrir ...


    Alors que Saint-Saëns était organiste à l'église de la Madeleine, il s'entendit dire par le curé de la paroisse :

    - :o Cher monsieur Saint-Saëns, ne pourriez-vous pas nous jouer quelque chose d'un peu plus gai à l'orgue?

    - Monsieur le Curé, répondit Saint-Saëns, quand vous lirez du Labiche à l'autel, je jouerai du Rossini à l'orgue.

  2. #2
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Strasbourg
    Messages
    60
    Cher Emmanuel,

    Toujours là ...

    En voici une courte:

    Au moment d'entrer sur le plateau pour diriger "La Ville d'En-haut" (Messiaen)
    Pierre Boulez déclare à ses admirateurs, présents dans sa loge:
    - Je vous laisse: il faut que je dirige "La Bourgade"


  3. #3
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    514
    Cher Emmanuel,

    Toujours là ...
    He oui, ... je n'ai jamais été tout à fait absent !

    En voici une courte ....
    Courte ou longue, ça fait toujours plaisir ...

    Je ré-écrit une ancienne d'Alain :

    Saint-Saëns était poursuivi par le responsable d'une société de musique qui voulait absolument l'inviter à donner un récital.

    Le type demande à Saint Saens, s'il est libre à telle date, Saint Saëns répond : 'non, je suis en Algérie'.

    Il propose une autre date : 'non, je suis en Egypte'.
    Il propose une troisième date : 'non, je suis aux Amériques'.

    Il propose une 4e date : "non, ce jour là je suis d'enterrement.
    Dernière modification par E.D. ; 24/10/2007 à 17h53.

  4. #4
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    514
    Une autre !

    Khrennikov, l'ennemi le plus acharné de Chostakovitch, l'accusa de" rester attaché à des pratiques formalistes, et le formalisme consistant à se regarder le nombril au lieu de s'adresser au peuple ".

    Chosta ne répondit rien - l'on ne pouvait répondre au porte-parole servile de l'autorité gouvernementale - et se contenta d'u geste, qui opposait à la toute puissance ronflante de la bêtise, la force muette du sarcasme : ... il déboutonna sa chemise ... et s'absorba
    dans la contemplation muette de son nombril !!!

  5. #5
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Strasbourg
    Messages
    60

    Webern

    Dans la série humour involontaire:

    En novembre 1942, Karl-Amadeus Hartmann rend visite à Webern, à Vienne. Il rapporte
    ceci:" Webern m'a dit récemment avec une totale candeur: << Même les postiers
    siffleront un jour mes mélodies >>"
    Cordialement,
    J-P

  6. #6
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    514
    A la répétition, le Chef d'orchestre grommelle :

    - "Comme toujours, la 2ème trompette joue faux ! "

    La voix de I'Orchestre :

    "- la 2eme trompette n'est pas même encore arrivée I »

    Et le chef de répondre :


    "-Transmettez-lui lorsqu'il sera là !"
    Dernière modification par E.D. ; 25/10/2007 à 15h59.

  7. #7
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    514
    Un Provincial demande &#224; son voisin, pendant le concert :

    - "Pardonnez-moi, Monsieur, c'est de Beethoven ?"

    Et ce dernier de lui r&#233;pondre :

    - " Je sais pas ! De dos on ne voit pas bien !"

  8. #8
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    514

    Wink

    Les célèbres lunettes de Shubert lui valurent un jour ce calembourg.

    Il faisait partie de la manécanterie des ---Petits chanteurs de Vienne---

    Après une une messe où les jeunes --Pueri cantores---- furent célestes, Schubert se recueillit, après s'être installé sur une chaise dans la cathédrale.

    Il fit ensuite un faux mouvement qui fit bondir les lunettes un ou deux mètres plus loin.

    Le curé qui le connaissait s'adonnait justement à passer et vit l'événement, et dit au musicien:

    " Allons, mon cher Schubert, on persévère (perd ses verres) dans la prière ! :"

  9. #9
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Strasbourg
    Messages
    60
    Citation Envoyé par E.D. Voir le message
    " Allons, mon cher Schubert, on persévère (perd ses verres) dans la prière ! :"
    Emmanuel, vous nous la refaites dans le texte ?
    Cordialement,
    J-P

  10. #10
    Membre Avatar de Patricia
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Région parisienne
    Messages
    537

    Beethoven après sa mort...

    Je ne sais pas si celle-ci est connue...

    Un jeune homme, fan de Beethoven, fait un voyage à Vienne en pélerinage. Il se rend sur la tombe et entre dans le caveau. Là, Beethoven est au piano, il joue l'op. 111 en commençant par la dernière page, puis prend sa gomme et l'efface. Il tourne la page et joue cette avant-dernière page, puis l'efface aussi. Le jeune homme affolé, dit au Maître: "mais Maître, que faites-vous là????" Beethoven se retourne alors vers le jeune homme et lui dit: "Chuuuut! Je décompose..."

    (Intraduisible en allemand...)

  11. #11
    Membre Avatar de Tiomkin
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    298

    Debussy

    Une admiratrice dit un jour à Debussy après un concert: "Oh maître, vos morceaux sont exraordinaires, j'adore votre musique, c'est tellement nouveau, tellement différent de cette musique teutonne avec laquelle on nous rabache les oreilles. Ce Wagner, quel ennui! D'ailleurs que lui trouve-t-on, je vous le demande à ce Wagner? En tout cas, moi je ne l'aime pas etc."

    Et l'autre de répondre:
    "Madame, cela n'a aucune importance...vraiment."

    Je ne sais pas si c'est vrai ou s'il s'agissait vraiment de Debussy, mais ça casse un peu.

  12. #12
    Membre Avatar de Tiomkin
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    298

    La Sacre de Saint-Saëns

    Celle-là, je pense que tout le monde la connait.

    Lors de la première du Sacre dirigée par Monteux, le TCE avait invité Saint-Saëns à assister à la représentation. Le bonhomme fait une entrée remarquée dans la salle: sa renommée, son âge et sa carrure l'empêche de s'installer de manière discrète, chacun se levant à son passage, pour lui serrer la pince, lui rendre hommage et se perdre en compliments aussi pompeux qu'inutiles.

    Le ballet commence... dès la première note, le vieux Camille se penche vers son voisin de droite et lui demande:

    - C'est quoi, ça?
    - Heu... bredouille l'autre, maître, je crois qu'il s'agit d'un basson.
    - Ce n'est pas comme ça qu'on utilise le basson, répond Saint-Saëns.

    Ce dernier se lève et sort de la salle aussi bruyamment qu'il y était entré.

  13. #13
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    514
    Jouant un jour, au piano, une partition de Richard Wagner (qu'il détestait) , Rossini n'en tirait que des sons cacophoniques.



    Un de ses élèves, s'approchant de lui dit :

    "Maestro, vous tenez la partition à l'envers !"

    Ce à quoi Rossini répondit :


    "J'ai essayé en la mettant dans l'autre sens : c'était pire !"

  14. #14
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    514
    - Une dame à sa voisine à l'opéra :

    - "II me semble bien, que j'ai déjà écouté cet opéra...
    Je reconnais les décorations..."

  15. #15
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    514
    Aux examens d'admission du Conservatoire, les membres du jury, fatigués d'entendre toute la journée de la musique plus ou moins captivante, se retrouvent enfin avec un dernier candidat en lice.

    On lui demande ce qu'il interprétera :

    " Un mouvement perpétuel de ma composition:" , répond-il.


    "N 'auriez vous pas plutôt une petite Valse Minute ? " enchaîne aussitôt un membre du jury ? :o:o:o




  16. #16
    Membre Avatar de Alfredo
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Haute Provence
    Messages
    1 680
    Quelle est la note la plus malade en voiture?
    Le fa b&#233;mol parce que &#231;a vaut mi.

    Un castrat chante "J'ai perdu mon Euridyce!" avec des accents path&#233;tiques. Une auditrice se tourne vers sa voisine:
    "Tiens! Je ne savais pas que &#231;a s'appelait comme &#231;a!"

  17. #17
    Membre Avatar de hideux67
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Fès
    Messages
    1 248
    Toscanini &#224; propos du premier mouvement de l'H&#233;ro&#239;que de LvB :

    Certains disent que c'est Napol&#233;on, d'autres Hitler, d'autres Mussolini, pour moi c'est simplement allegro *c*o*n brio !

    MH

    Avis au mod&#233;rateur : si le terme "avec" en italien est censur&#233; (*** de suite au lieu de la troisi&#232;me lettre de l'alphabet, puis la 15e et enfin la 14e) parce qu'en fran&#231;ais c'est un terme souvent utilis&#233; par Coluche ou Brassens....pffff... compliqu&#233;
    Dernière modification par hideux67 ; 27/10/2007 à 17h01.

  18. #18
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    195
    Citation Envoyé par hideux67 Voir le message
    Toscanini à propos du premier mouvement de l'Héroïque de LvB :

    Certains disent que c'est Napoléon, d'autres Hitler, d'autres Mussolini, pour moi c'est simplement allegro *c*o*n brio !

    MH

    Avis au modérateur : si le terme "avec" en italien est censuré (*** de suite au lieu de la troisième lettre de l'alphabet, puis la 15e et enfin la 14e) parce qu'en français c'est un terme souvent utilisé par Coluche ou Brassens....pffff... compliqué
    Dans ce sens, aucun problème.

  19. #19
    Membre Avatar de Rolla
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Nice France
    Messages
    550
    Un chef d'orchestre estimé, trouvant que l'accord final d'une symphonie ne lui convenait pas,ajouta ce commentaire:
    "allons,messieurs mesdames,l'arrêt bien propre !"
    C'est du vécu....

  20. #20
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    514

    L'anecdote suivante est reprise du le livret du CD Melodya "Stravinsky in Moscow 1962"

    Pour situer l'action, à 80 ans, Stravinsky revenait en 1962 pour la première fois en Union Soviétique, après avoir quitté la Russie en 1914.


    Certes Staline était mort en 1953, mais les tensions Est-Ouest étaient fortes avec construction du mur de Berlin en 1961 ...

    Stravinski avait été invité par Moscou comme "faire valoir" pour montrer à l'Ouest que l'Union Soviétique était "un grand pays de culture".

    Et le compositeur était allé à Moscou car l'envie de retourner en sa terre natale était là depuis très longtemps.


    Chostakovitch relate ainsi son arrivée :

    "L'invitation de Stravinski était le résultat d'une politique menée au plus haut niveau.

    Les dirigeants avaient décidé d'en faire le compositeur national numéro 1, mais ce fut un flop.

    Stravinski n'avait rien oublié - il n'avait pas oublié qu'on l'avait traité de "valet du capitalisme américain" et de "larbin de l'Eglise Catholique".

    Et c'étaient les mêmes personnes qui l'avaient ainsi injurié qui l'accueillaient maintenant à bras ouverts.

    A l'un de ces hypocrites qui voulait lui serrer la main, Stravinski tendit sa canne ... et il fut bien obligé de la prendre , montrant ainsi que le véritable laquais, c'était lui !"


+ Répondre à la discussion

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

     

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages