+ Répondre à la discussion
Page 11 sur 11 PremièrePremière ... 9 10 11
Affichage des résultats 201 à 208 sur 208

Discussion: Anecdotes musicales ...

  1. #201
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    514
    d'Apache :

    Chers amis amateurs de bonnes histoires,
    Cher E.D. un des plus grands contributeurs à ce fil,

    une histoire vraie.

    Il y a quelques années, je ne me souviens plus quand(!),
    mais c'était l'anniversaire de William Christie,
    un soir de concert où il donnait je ne sais plus quoi (bon ça va les sarcasmes!)
    mais on toussait beaucoup dans la salle, comme hélas si souvent

    à l'entracte, juste avant que le public se lève,
    les musiciens ont déroulé du balcon une grande banderole
    où l'on pouvait lire :
    WILLIAM
    ON T'AIME
    TOUSSE !

    chatdanslagorgement

    Plume

  2. #202
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    514
    De Damien :

    Fred Chopin:

    "Bach est un astronome qui découvre les plus merveilleuses étoiles. Beethoven se mesure à l'univers. Moi, je ne cherche qu'à exprimer l'âme et le coeur de l'Homme."


  3. #203
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    514
    Pour l'anecdote, dans les années 50', un concerto pour piano d'André Jolivet s'est terminé au violon !


    Revenons dans le contexte.


    Jeune, André Jolivet est peintre, et a fait l'école normale pour devenir instituteur.


    Il apprend néanmoins l'écriture musicale en autodidacte avec des professeurs particuliers.
    Certes pas toujours les derniers venus puisque l'un d'eux s'appelait ... Varèse !
    Mais toujours est-il qu'il demeure un climat de raillerie dans le milieu des compositeurs à son propos, ses pairs le considérant comme un sous-fifre qui compose à la petite semaine, n'ayant fait aucun conservatoire ou école de musique sérieuse.


    Pourtant, les années 50 commencent a être musicalement les meilleures années d'André Jolivet, celle où le public lambda le découvre et commence à l'apprécier. Ce qui doit piquer au vif plus d'un ...


    Bref, en cette année de gloire que fut 1951, lors d'un concerto pour piano de Jolivet en salle de concert, Pierre Boulet, mais alors là, vraiment boulet pour l'heure, Pierre Boulez donc, ricane, hue, et, tel un marteau sons maître, assène ses coups de raillerie, se moquant ouvertement et bruyamment du concerto pour piano de Jolivet lors de sa prestation.


    Madame Jolivet blessée se lève, et allant vers Pierre Boulez, lui envoie une gifle qui a dû excellemment claquer, comme jamais peut-être, car ils se sont retrouvés ensuite tous deux au commissariat, càd ... au violon.


    Et voilà donc comment un concerto pour piano se termine au violon !


    CQFD

  4. #204
    Membre Avatar de Claude Torres
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    MONTPELLIER
    Messages
    1 476
    Citation Envoyé par E.D. Voir le message
    Pour l'anecdote, dans les années 50', un concerto pour piano d'André Jolivet s'est terminé au violon !

    ...
    Bref, en cette année de gloire que fut 1951, lors d'un concerto pour piano de Jolivet en salle de concert, Pierre Boulet, mais alors là, vraiment boulet pour l'heure, Pierre Boulez donc, ricane, hue, et, tel un marteau sons maître, assène ses coups de raillerie, se moquant ouvertement et bruyamment du concerto pour piano de Jolivet lors de sa prestation.
    Madame Jolivet blessée se lève, et allant vers Pierre Boulez, lui envoie une gifle qui a dû excellemment claquer, comme jamais peut-être, car ils se sont retrouvés ensuite tous deux au commissariat, càd ... au violon.
    Et voilà donc comment un concerto pour piano se termine au violon !
    CQFD

    Votre lapsus significatif, me fait penser que j'ai la même opinion sur Boulez. C'est une "enclume"
    Sa direction d'orchestre ressemble à celle d'un chef de fanfare militaire.

    Quoi qu'il en soit Jolivet a reçu le "Grand Prix Musical de la Ville de Paris" pour son concerto. (Commande d'Henri Barraud pour la Radiodiffusion française)
    (La première a eu lieu le 19 juin, au Festival de Strasbourg, avec Lucette Descaves -la dédicataire- au piano, sous la direction du compositeur)

    Je ne sais pas qui décernait ce prix en 1951, mais il ne devait pas aimer Boulez non plus!


    C.T.

  5. #205
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    8 791
    je crois me souvenir que ce qui avait spécialement déchaîné l'ire de Mme Jolivet était que Boulez ou un de ses partisans avait sorti "Jolinavet"


    boulez est, était encore plus à l'époque, un polémiste redoutable et souvent injuste, mais je ne partage pas votre opinion, Claude, sur ces capacités de direction ; je l'ai toujours admiré et aimé comme chef dans la quasi-totalité du répertoire qu'il dirige fréquemment (je n'ai pas d'avis sur son Haendel...), admiration encore accrue depuis que j'ai eu la chance d'être dirigé par lui (comme modeste choriste, mais quand même).
    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

  6. #206
    Membre Avatar de Claude Torres
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    MONTPELLIER
    Messages
    1 476
    J'avais effectivement lu ce pamphlet de P.B. de 1958 « Le joli navet et la préfecture » qui avait été motivé par une demande de subvention refusée.
    Cela avait été suivi d'insultes publiques de 1960, qui lui coûtèrent 500 francs d'amende
    Jusqu'à ce que Boulez dirige « Danses rituelles » de Jolivet en 2003! « Moment remarquable de juvénilité et d'exception » dit-il ???


    Sacré bonhomme. (Il a réussi à faire modifier une partition de Stravinsky par le compositeur lui-même)
    Mais je n'aime pas son égocentrisme et son côté Prophète.

    C.T.

  7. #207
    Membre Avatar de Rolla
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Nice France
    Messages
    550
    Petite fable ..à propos de Verdi (excusez moi si elle a déjà été citée car j'avoue ne pas avoir lu tout les posts !)


    "Que nul n'entre chez moi "
    Dit l'auteur du Trouvère,
    Et,pour faire observer la consigne sévère,
    Il compte sur sa bonne , un monstre aux traits hideux .


    Moralité


    La bonne à Verdi en vaut deux !

    D 'après Willy ,cité par Claude Gagnière ("la fable express" Le cherche midi)

  8. #208
    Membre Avatar de hideux67
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Fès
    Messages
    1 242
    bonjour,

    Dans un livre de témoignages de musiciens de l'orchestre de Cleveland sous l'ère Szell.

    Georges Szell se présente devant son orchestre, ouvre une partition, et dit "Aujourd'hui nous allons répéter la spontanéité" C'était un "plaisanterie" de sa part.... Oui, oui, il avait de l'humour

+ Répondre à la discussion

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

     

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages