+ Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 3 sur 3

Discussion: Mardi en Musique – Stravinski & Balanchine

  1. #1
    Membre Avatar de ppyjc61
    Date d'inscription
    octobre 2011
    Localisation
    Ottawa, Canada
    Messages
    549

    Cool Mardi en Musique – Stravinski & Balanchine

    Le Mardi en Musique de cette semaine est notre montage Pod-O-Matic trimestriel et propose un trio de courts ballets d'Igor Stravinski, tous chorégraphiés par George Balanchine.


    Bien que Stravinski n'ait écrit que quatre ballets à l'intention de George Balanchine, les deux artistes ont entretenu une relation de travail longue et fructueuse. Jeune apprenti à l'école de ballet du théâtre impérial de St-Pétersbourg, Georgi Balanchivadze fut immédiatement attiré par la musique vibrante de Stravinski. Au moment de son décès en 1983, il avait chorégraphié plusieurs des œuvres les plus importantes du compositeur. La puissante impulsion de la musique de Stravinski s'écoula sans relâche, implorant d'être placée dans un mouvement physique, d'être visualisée, d'être dansée. Même à travers ses moments de silence, Stravinski charge sa musique d'une électricité qui secoue si puissamment sa continuité. Quelle que soit la pièce, le genre, l'instrumentation, le chorégraphe a déclaré que «chaque mesure écrite par Igorfeodorovitch est bonne pour la danse».

    La toute première collaboration entre Balanchine et Stravinskti fut une «reprise» en 1925 d’une interprétation chorégraphiée de son poème symphonique Le Chant du Rossignol, que les Ballets Russes de Diaghilev avaient monté avec des résultats mitigés cinq ans plus tôt. Stravinski écrivit alors qu 'il destinait le Chant du Rossignol "à la plate-forme de concert et un rendu chorégraphique lui semblait tout à fait inutile." À l'origine, la chorégraphie devait être celle du chorégraphe en chef Leonide Massine, mais Diaghilev a choisi l'un de ses plus récents élèves, George Balanchine, pour la chorégraphie du ballet. Stravinski et Balanchine avaient des goûts similaires en matière d'art, de musique et de mouvement et aimaient créer. C'est le ballet qui ouvre le montage de cette semaine.

    Diaghilev a rapidement promu Balanchine au poste de maître de ballet de la compagnie et a encouragé sa chorégraphie. Entre 1924 et la mort de Diaghilev en 1929, Balanchine crée neuf ballets ainsi que des œuvres de moindre importance. Durant ces années, il collabore avec des compositeurs tels que Stravinski, Prokofiev, Debussy, Satie et Ravel, ainsi qu'avec des artistes qui créent des décors et des costumes tels que Pablo Picasso, Georges Rouault et Henri Matisse, créant de nouvelles œuvres combinant tous les arts.

    Parmi ses nouvelles œuvres, en 1928 à Paris, Balanchine créa Apollon musagète en collaboration avec Stravinski; ce fut l'un de ses ballets les plus novateurs, associant ballet classique et mythe grec classique et images au mouvement jazz. Il a décrit cela comme "le tournant de ma vie". Apollon est considéré comme le ballet néoclassique original et a amené le danseur au premier plan, lui donnant deux solos dans le ballet. Apollo est connu pour son minimalisme, utilisant des costumes et des décors simples, ce qui a permis au public de ne pas être distrait du mouvement. Balanchine considérait la musique comme la principale influence sur la chorégraphie, par opposition à la narration.

    Pour compléter le trio, Agon occupe une place centrale dans l'œuvre de Balanchine, un chef-d'œuvre révolutionnaire dans lequel lui et Stravinski s'inspirèrent des danses courtisanes du milieu du XVIIe siècle pour créer ce que Balanchine appelait un «ballet contemporain par excellence» qui représentait une collaboration totale avec compositeur. Extrêmement astringent, parfois sportif, Agon comprend l'un des pas de deux les plus étrangement intenses et les plus sensuels.

    Bonne écoute!

    Igor STRAVINSKI ( 1882 – 1971)

    Le Chant du rossignol (1917)
    Radio-Symphonie-Orchester Berlin
    Lorin Maazel, direction

    Apollon musagète (1928)
    Sinfonietta de Montréal
    Charles Dutoit, direction

    Agon (1953-54)
    Sinfonieorchester des Südwestrundfunks
    Hans Rosbaud, direction

    Hyperlien Pod-O-Matic - https://www.podomatic.com/podcasts/i...00_00_00-07_00

  2. #2
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    8 633
    Si je peux me permettre :



    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

  3. #3
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    8 633
    mais aussi (mais pas dans l'interprétation du New York City Ballet de Balanchine pour ce qui est de Rubis, avec une prise de son qui ignore lamentablement le piano, mais bon...)





    (il y en a d'autres)
    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

+ Répondre à la discussion

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

     

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages