+ Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 11 sur 11

Discussion: Claude Samuel...

  1. #1
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    9 041

    Claude Samuel...

    ... vient de mourir. Entre autres chose, il a dirigé le festival de Royan, le festival Présences, le concours Olivier Messiaen, il a été directeur de la musique à Radio-France.
    Il tenait une chronique, souvent plaisante, dans Diapason.
    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

  2. #2
    Membre
    Date d'inscription
    février 2008
    Messages
    6 423
    Et il intervenait à la radio, notamment à France-Musique, au temps où les intervenants sur France-Musique savaient de quoi ils parlaient et savaient le dire en français correct.
    O tempora, ...

  3. #3
    Oui, un hommage est bienvenu, au même titre que les compositeurs et instrumentistes.
    Vous auriez pu faire aussi (sauf erreur) Harry Halbreich disparu il y a 2-3 ans (de mémoire) qui a dirigé (et comment!) le Festival de Royan juste après Claude Samuel.
    Tous les 2 étaient enthousiastes, mais différemment, pour la musique contemporaine et la musique tout court.
    C'est curieux, dans les discussions (avec moi en tout cas) Claude Samuel était davantage allusif que dans ses écrits (y compris son blog, récent), c'est habituellement le contraire.
    Je retiendrai surtout son action pour Acanthes (et les jeunes compos).
    Et comme vous le dites il a créé le Festival Présences de Radio France, c'était gratuit, il y avait du monde (pas que des invits), la programmation était ambitieuse, moderniste, plurielle, argumentée.
    Chapeau bas! On se reverra sans doute au paradis de la musique.

  4. #4
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    9 041
    Oui Harry Halbreich je l'aimais bien aussi ; ses notices de disque chez Valois étaient, je trouve, très instructives, techniques sans démagogie.

    Avec un rôle institutionnel sans doute moindre, je penserais aussi volontiers à Dominique Jameux, qui ne faisait pas une émission sans réussir à citer à la fois Carmen, les Comedian Harmonists, Berg et Boulez...
    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

  5. #5
    Oui Jameux, Derrien, Samuel et d'autres (y compris des femmes), à l'époque, vraiment avec un travail de préparation sérieux.

    On me demandait récemment pourquoi je poussais à avoir 98% de musique sur FM et moins de blabla et en même temps les émissions de pseudo-musicologie (vulgarisation sérieuse) à la façon des ces producteurs-là qui ne sont plus au micro.
    Aujourd'hui on nous sert du communiquant artificiel, avec des dates, des anecdotes issues des media, façon buzz, tout de suite oublié, et je zappe.
    Peut-être est-ce une question de générations, je ne suis plus jeune!
    Mais ce n'est même pas sûr car les autres radios Européennes (même Américaines) sont avares de blabla pour la musique contemporaine.
    D'ailleurs puisque vous parlez de Jameux, on pourrait illustrer mon propos en comparant son livre sur Boulez à celui, récent, de Christian Merlin, à fuir (pas Arnaud).

    Bonne continuation.

  6. #6
    Membre
    Date d'inscription
    février 2008
    Messages
    6 423
    Citation Envoyé par www.musique contemporaine.info Voir le message
    Oui Jameux, Derrien, Samuel et d'autres (y compris des femmes), à l'époque, vraiment avec un travail de préparation sérieux.
    ...
    Aujourd'hui on nous sert du communiquant artificiel, avec des dates, des anecdotes issues des media, façon buzz, tout de suite oublié, et je zappe.
    Peut-être est-ce une question de générations, je ne suis plus jeune!
    ...
    L’évidence même.
    On touche le fond avec la jeune dinde de 17 heures - A. M. - qui jusque récemment sévissait seule, mais à qui maintenant s’est adjointe une alter ego - S. P. - non moins méléagridine. Deux dindes pour le prix d’une.
    S’ajoutant à toutes l’es autres, sans parler des pintades et des oies, des deux sexes.
    Ce n’est plus France-Musique, c’est une basse- cour gloussante, cacardante, criaillante et caquetante..
    Dernière modification par The Fierce Rabbit ; 17/06/2020 à 14h42.

  7. #7
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    9 041
    A la brochette évoquée favorablement plus haut, il faut rajouter Claude Helffer, aussi. Sa participation occasionnelle aux "jeunes français sont musiciens" et son émission "double audition" étaient fantastiques...

    bon... les jeunes musiciens d'alors ne sont plus si jeunes, faut croire...
    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

  8. #8
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    952
    Est-ce le personnage de C. Merlin qui est à fuir, ou simplement son ouvrage sur Boulez? Un pote m'avait prêté son livre sur les chefs d'orchestre, et je l'ai trouvé intéressant.

    Par ailleurs, je trouve son émission du dimanche matin instructive pour le non-musicien que je suis.


    Quant à France Musique d'antan, je suis globalement d'accord: il semblerait que les parts de marché prises par certains concurrents aient poussé la direction à imposer un contenu familier dans les programmes. Entendez par là plus d'oeuvres archi-connues, et moins d'excursions dans des répertoires peu populaires.


    Et puis, il y a la disparition des émissions consacrées aux enregistrements ethnographiques. J'ai encore dans l'oreille les ragas de la nuit dans les années 70, et je désespère de les retrouver sur disque (ou autres).
    Dernière modification par JEFF ; 17/06/2020 à 22h28.

  9. #9
    Membre
    Date d'inscription
    février 2008
    Messages
    6 423
    Citation Envoyé par JEFF Voir le message
    Est-ce le personnage de C. Merlin qui est à fuir, ou simplement son ouvrage sur Boulez? Un pote m'avait prêté son livre sur les chefs d'orchestre, et je l'ai trouvé intéressant.

    Par ailleurs, je trouve son émission du dimanche matin instructive pour le non-musicien que je suis.


    Quant à France Musique d'antan, je suis globalement d'accord: il semblerait que les parts de marché prises par certains concurrents aient poussé la direction à imposer un contenu familier dans les programmes. Entendez par là plus d'oeuvres archi-connues, et moins d'excursions dans des répertoires peu populaires.
    Plus le saucissonage systématique : essayez de trouver une œuvre en plusieurs mouvements diffusée intégralement, ces rarissime. FM kif-kif Radio Classique.

    Et puis, il y a la disparition des émissions consacrées aux enregistrements ethnographiques. J'ai encore dans l'oreille les ragas de la nuit dans les années 70, et je désespère de les retrouver sur disque (ou autres).
    Celles-là et d’autres spécialisées, la guitare avec Robert J. Vidal, Le Délire des Doigts de René Koering, Les Grandes Voix Françaises avec Henri Goraïeb, l’orgue et le baroque avec Jacques Merlet, et tant d’autres.
    Regrets éternels pour Le Matin des Musiciens.

    Maintenant, gloubiboulga, inculture générale comme musicale (tout diplômé/e de «*musicologie*» qu’on soit), français approximatif, compétence peu convaincante. Il y a des exceptions, bien sûr, mais les 10 doigts sont déjà trop pour les compter !

    Bon, séquence déploration et c’était mieux avant terminée !

  10. #10
    Bonjour Jeff et Fierce Rabbitt,

    Désolé, non, aucune attaque personnelle dans mon message, et Christian Merlin (que je connais peu en chair et en os) n'est pas à fuir du tout (il est même très civilisé, tout en rondeur, avec quelques piques à l'occasion pour éviter la fadeur).
    Je comparais seulement 2 livres sur le même sujet et les techniques d'écriture. Si vous n'avez pas celui de Jameux (il se trouve encore d'occasion, mais difficilement), n'hésitez pas à acheter celui de Merlin, plus récent et plus complet car publié après la mort de Pierrot. Sur la façon de relater un même sujet, chaque livre est dépendant de son temps (Merlin est plus sur l'opinion personnelle, moins historienne, moins musicologique, plus sur le buzz, sérieux quand même). Voilà, en forçant un peu le trait pour communiquer (pour moi le livre de Merlin que j'ai lu est "à fuir" face à Jameux, mais seulement parce que Jameux existe, et l'édition musicale a bien besoin du succès de ses livres et je vous invite à vous faire votre propre opinion.

    Fierce Rabbit, c'est un vieux débat mais je souscrit à votre analyse. Pour l'audimat (et par des recrutements ciblés en haut de la hiérarchie), FM s'est mis à copier Radio Classique. En finance ou en marketing tout le monde sait et il est clair que c'est une stratégie court-termiste, mais comme tout est dans tout Radio Classique s'est mise à ajouter du Jazz et de la musique de film dans ses programmes et sauf erreur il y a aussi du blabla avec Ruggieri!
    L'audimat permet de mesurer les variations de part de marché (ici sur des populations si faibles que la significativité statistique paraît indécente), pas ou peu les volumes. En réalité en volume d'auditeurs uniques FM a beaucoup perdu par rapport au passé discuté ici (au profit de Radio Classique, un temps, mais surtout d'autres sources). Alors je zappe comme tout le monde.
    C'est bien le problème du service public qui est passé de services spécialisés, approfondis, segmentés sur plusieurs radios distinctes, à des services diversifiés, superposés et clientélistes, et attrape audimat (budget oblige). Si l'on est clientéliste (voyez, nous 3 formons 3 clusters de besoin distincts), on gagne au moins à court terme sur la concurrence directe (Radio Classique... ou TSF Jazz), mais on clive. Mais sur le gâteau entier, on perd inexorablement (par exemple pour mes besoins spécifiques j'étais satisfait d'écouter FM sur ma tablette en streaming en mode ordi... c'était possible, aujourd'hui, non, sauf à se faire "nické" par GooglePlay... et donc j'écoute, outre les autres radios -dont la liste est sur MCI- ... Youtube, une filiale de Google, en contournant la pub, donc FM est perdue pour moi en partie, et Google de toute façon gagne quel que soit l'option... c'est y pas un joli monde tout çà!).

    Voilà le mot de la fin (pour moi) ici (avec un brin d'humour, mais modestie et sans prétention).

  11. #11
    Membre
    Date d'inscription
    février 2008
    Messages
    6 423
    Si ailleurs des foules semblent vainement courir après après l’utopique convergence des luttes, ici, à quelques-uns on semble avoir peu ou prou réussi la convergence des résignations...
    Ciao tutti amici !

+ Répondre à la discussion

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

     

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages