+ Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 7 sur 7

Discussion: Piano droit

  1. #1
    Membre
    Date d'inscription
    juin 2011
    Messages
    2 024

    Piano droit

    On a déjà discuté de la notion de toucher sur ce forum et j'avais raconté que la mécanique extrêmement légère de notre piano (droit) familial avait le double effet de le faire sonner d'une façon atrocement tintamarresque sous les doigts étrangers et d'une façon lumineuse sous nos doigts à nous, qui y étions habitués. J'ai repensé à ça en voyant/entendant le vieux Kurtág jouer un mouvement de sonate de Mozart sur un piano droit :



    L'enregistrement ne me semble pas fameux et je crois que Kurtág n'a jamais prétendu être un virtuose, mais cette vidéo me donne envie d'entendre plus souvent du Mozart (et du Bach, du Scarlatti, du Schubert) sur piano droit.

  2. #2
    Co-Administrateur
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    1 039
    Bonsoir IP, je viens d'entendre ce mouvement lent de la sonate K. 576 par G. Kurtag. Merci de signaler cette pépite. Je comprends que cette vidéo réveille vos souvenirs de piano droit (il y en avait un aussi dans ma famille quand j'étais gamin, une épouvantable casserole), mais ce qui me frappe, c'est l'émerveillement devant l'intense sensibilité du jeu de Kurtag beaucoup plus que l'instrument qu'il joue. D'ailleurs, à ce niveau de jeu, le type de piano n'a pour moi aucune importance tant son toucher (tiens, ça revient) est miraculeux.


    Musicalement,
    l'obsédé des incunables

  3. #3
    Membre
    Date d'inscription
    juin 2011
    Messages
    2 024
    Citation Envoyé par co2monamour Voir le message
    à ce niveau de jeu, le type de piano n'a pour moi aucune importance

    Je crois que vous avez raison. Disons que, comme il est très rare d'entendre d'excellents pianistes jouer sur un piano droit, je trouverais intéressant d'en avoir quelques exemples pour nous faire une idée plus juste des mérites relatifs du piano droit et du piano à queue. La légèreté de la mécanique est encore une autre question. Je crois savoir qu'en général, les pianistes évitent les mécaniques légères parce qu'elles mettent en évidence la moindre irrégularité dans les nuances, mais d'un autre côté, elles mettent aussi en évidence toutes les subtilités du toucher.

  4. #4
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    9 177
    Une chose m'intrigue... j'ai joué sur plusieurs pianos droits et quelques pianos à queue. Le médiocre pianiste que je suis a trouvé presque systématiquement le toucher des droits plus lourd. J'aurais eu tout faux?
    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

  5. #5
    Membre
    Date d'inscription
    juin 2011
    Messages
    2 024
    Citation Envoyé par lebewohl Voir le message
    Une chose m'intrigue... j'ai joué sur plusieurs pianos droits et quelques pianos à queue. Le médiocre pianiste que je suis a trouvé presque systématiquement le toucher des droits plus lourd. J'aurais eu tout faux?

    Il est bien possible qu'en général, la mécanique des pianos droits soit plus lourde que celle des pianos à queue, mais je n'ai pas l'impression que ce soit une nécessité. Notre piano familial, dont nos visiteurs trouvaient la mécanique inhabituellement légère, était un piano de marque Adam. J'ignore si cette marque faisait des pianos particulièrement légers, ou si c'était une série spéciale. Cela dit, il m'est arrivé d'essayer des pianos droits (Yamaha, Schimmel...) en magasin et les mécaniques étaient de poids fort différents. La patronne m'a dit (en termes plus polis) que j'étais un cas spécial, parce que, d'habitude, ce n'était pas des pianos les plus légers que les clients tiraient les plus beaux sons. Elle mettait même une certaine insistance à me demander de jouer de nouveau, comme si elle sentait le besoin d'apporter des corrections à sa théorie...

  6. #6
    Co-Administrateur
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    1 039
    A mon avis, pour avoir fréquenté différents pianos, droits ou non, on trouve des mécaniques de tous poids sur les pianos droits comme sur les pianos à queue. Dans mon souvenir, le piano droit que j'évoquais dans mon message précédent était assez "facile", donc avec une mécanique "légère" tandis que les pianos droits de marque Klein de l'époque étaient beaucoup plus durs, donc mécanique plus lourde. De même, je me suis laissé dire que les pianos Petrof qui, comme leur nom ne l'indique pas, sont tchèques, sont nettement plus durs que les Pleyel, Fazioli, Steinway et autres Bechstein.


    Musicalement,
    l'obsédé des incunables

  7. #7
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    9 177
    Tiens... j'ai grandi avec un Klein, justement, pourtant... il est vrai que cela fait des lustres que je ne l'ai pas touché mais je devrais le récupérer bientôt, je ferai attention.
    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

+ Répondre à la discussion

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

     

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages