+ Répondre à la discussion
Page 9 sur 10 PremièrePremière ... 7 8 9 10 DernièreDernière
Affichage des résultats 161 à 180 sur 198

Discussion: Le genre fugue

  1. #161
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    9 376
    Un des meilleurs traducteurs du latin était Desproges.

    Alea jacta est : ils sont bavards, à la gare de l'Est
    Alea jacta ouest : à Montparnasse aussi
    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

  2. #162
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    1 023
    Citation Envoyé par lebewohl Voir le message
    Un des meilleurs traducteurs du latin était Desproges.

    Alea jacta est : ils sont bavards, à la gare de l'Est
    Alea jacta ouest : à Montparnasse aussi

    Dommage qu'il n'ait pas traduit Virgile (ou Plaute)

  3. #163
    Membre
    Date d'inscription
    février 2008
    Messages
    6 608
    Dommage, grand dommage - pour nous - qu’il n’ait pu vivre plus.
    Dernière modification par The Fierce Rabbit ; 23/08/2020 à 15h08.

  4. #164
    Membre
    Date d'inscription
    juin 2011
    Messages
    2 109
    Un beau prélude et une horrible fugue :

    Mozart - Prelude and Fugue K.394 (1782) {Walter Klien}

  5. #165
    Membre
    Date d'inscription
    juin 2011
    Messages
    2 109
    J'ai mis la version de Klien parce que je venais de la recevoir dans mes notifications YouTube, mais on peut en préférer d'autres, elles aussi sur YouTube, par exemple celle de Kit Armstrong :


  6. #166
    Membre
    Date d'inscription
    juin 2011
    Messages
    2 109
    Rosalyn Turek :
    "You may ask, therefore, what is the interest of the fugue? Is it simply repetition? Perhaps that is why I have been so bored by fugues. Well, for those of you who have been bored by this form, I suggest that you don't blame Bach: blame the performer."
    https://www.curtis.edu/academics/lib...-view-of-bach/
    Là où elle est certainement sincère, c'est quand elle dit que les fugues l'ont rasée...

  7. #167
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    9 376
    "The fascination and the validity of this form are contained in the fact that the individual integrity of the materials are continuously maintained, yet always relate to each other in new situations. Although each subject and countersubject differs from each other, they blend in a fusion of continually changing relationships. The traversal of new relationships and situations in a successfully organized fusion creates the whole form of fugue interrelationship at every moment in the entire composition, no matter how complex or dense the materials may be, is the process of fugue form. There are virtually endless ways of interrelation and these ways form the fascination of fugue form. The variety of ways and their successful interrelationships exhibit the genius or lack of talent of a composer. They create the entire composition. Thus fugue form and the concept of fugue is in its very existence the process by which different entities interrelate with each other and create a totality of unit and harmony. Is this not the goal of all conscious life? "
    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

  8. #168
    Membre
    Date d'inscription
    juin 2011
    Messages
    2 109
    Certes, mais je suis moins sûr de la sincérité de ce blabla que de celle des mots "I have been so bored by fugues".

  9. #169
    Membre
    Date d'inscription
    février 2008
    Messages
    6 608
    Citation Envoyé par InnocentParadis Voir le message
    Certes, mais je suis moins sûr de la sincérité de ce blabla que de celle des mots "I have been so bored by fugues".
    Ben voyons.
    «I have been so bored by fugues*» - qu’il faut entendre au-delà des mots - semblant aller dans le ‘bon’ sens pris au 1° degré, ne peut être que l’expression même de la sincérité.
    Tout le reste n’étant pas cité par Lui et n’allant pas ‘dans le bon sens’ ne peut être que l’expression même d’un bla-bla insincère.

    Il me fait irrésistiblement penser à ce que j’entendais autrefois dire une vieille personne de ma connaissance native de Provence : «Si les ânes volaient, il atterrirait loin ...»

  10. #170
    Membre
    Date d'inscription
    juin 2011
    Messages
    2 109
    Si Rosalyn Turek a été "so bored by fugues" et si, comme elle le dit, la faute en est aux interprètes, faut-il en conclure qu'avant elle, personne ne jouait les fugues convenablement ? Personne parmi ses professeurs, personne parmi les artistes qu'elle écoutait dans sa jeunesse ?


    À propos d'âne, la fable de La Fontaine que je préfère est celle de l'Âne qui se fit passer pour un Lapin :


    Lapin certe un peu gros, mais il accrédita
    Qu'il en est de pareils au Monomotapa.


    C'est par allusion à cette fable que quand un prétendu Monsieur du Lapin essaie de s'immiscer dans la bonne société mais est bientôt trahi par sa sonorité et sa propension aux balivernes, un plaisant s'exclame :


    Ma parole, si c'est un Lapin que cela,
    C'est au moins un Lapin du Monomotapa.

  11. #171
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    9 376
    Citation Envoyé par InnocentParadis Voir le message
    Certes, mais je suis moins sûr de la sincérité de ce blabla que de celle des mots "I have been so bored by fugues".
    je vous reconnais bien là ; choisissons toujours ce qui nous arrange dans les propos qu'on lit, et si possible ne lisons que ce qui nous arrange. Que dans sa génération elle n'ait pu entendre que des interprètes qui ne la satisfaisaient pas est une hypothèse (Zuzana Ruzickova me rasait même dans les préludes du clavier bien tempéré). Qu'elle est changé d'avis avec un interprète en est une autre. Quant à moi, qu'elle ait été rasée par des fugues m'intriguent, sans que je mette en doute un instant sa sincérité. Mais elle en a suffisamment joué plus tard pour qu'aie du mal à imaginer qu'elle ait continué à être rasée.
    Cela étant ce n'est pas mon interprète favorie, mais enfin je ne saurais la considérer comme quantité négligeable pour autant.
    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

  12. #172
    Membre
    Date d'inscription
    juin 2011
    Messages
    2 109
    Citation Envoyé par lebewohl Voir le message
    qu'elle ait été rasée par des fugues m'intrigue, sans que je mette en doute un instant sa sincérité. Mais elle en a suffisamment joué plus tard pour qu'aie du mal à imaginer qu'elle ait continué à être rasée.
    Quand une activité se révèle très lucrative, il arrive que l'ennui qu'elle nous inspirait disparaisse comme par enchantement.

  13. #173
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    9 376
    Citation Envoyé par InnocentParadis Voir le message
    Quand une activité se révèle très lucrative, il arrive que l'ennui qu'elle nous inspirait disparaisse comme par enchantement.
    Je sais bien que pour vous quiconque a un goût différent du vôtre est un simulateur ou un vénal.
    Bizarre moi je trouve que quiconque a vos méthodes de raisonnement est un abruti. Mais je ne suis qu'un simulateur, c'est bien connu.
    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

  14. #174
    Membre
    Date d'inscription
    février 2008
    Messages
    6 608
    Citation Envoyé par InnocentParadis Voir le message
    la fable de La Fontaine que je préfère :

    Lapin certe un peu gros, mais il accrédita
    Qu'il en est de pareils au Monomotapa.

    Ma parole, si c'est un Lapin que cela,
    C'est au moins un Lapin du Monomotapa.
    M. de La Fontaine eût préféré se passer au fil de l’épée à ce que l’on croie que d’aussi méchants vers eussent pu être de lui.
    Et ces rimes, d’une indigente et affligeante pauvreté ...

    Au fait, en passant : la dame dont il est question - musicienne de si haute volée et de si mordant humour que l’Iinsupportable Prétentieux local ne peut même pas imaginer les altitudes auxquelles elle évoluait - se nommait TureCK.
    A tant faire que de citer quelqu’un, autant savoir de qui l’on parle.
    Dernière modification par The Fierce Rabbit ; 21/07/2021 à 21h47.

  15. #175
    Membre
    Date d'inscription
    juin 2011
    Messages
    2 109
    Citation Envoyé par The Fierce Rabbit Voir le message
    M. de La Fontaine eût préféré se passer au fil de l’épée à ce que l’on croie que d’aussi méchants vers eussent pu être de lui.
    Et ces rimes, d’une indigente et affligeante pauvreté ...

    Voici les quatre premiers vers de la fable Les deux amis (authentiquement de La Fontaine, celle-là) :


    Deux vrais amis vivaient au Monomotapa :
    L'un ne possédait rien qui n'appartînt à l'autre :
    Les amis de ce pays-là
    Valent bien, dit-on, ceux du nôtre.


    "Monomotapa" rime avec "là". Vous voilà une fois plus surpris en flagrant délit de cuistrerie ignorante. Vous ne connaissez pas La Fontaine, vous ne le lisez pas, vous ne l'aimez pas. Alors, que vous n'aimiez pas non plus mes vers, cela me rassure.

  16. #176
    Membre
    Date d'inscription
    juin 2011
    Messages
    2 109
    Citation Envoyé par lebewohl Voir le message
    je vous reconnais bien là ; choisissons toujours ce qui nous arrange dans les propos qu'on lit, et si possible ne lisons que ce qui nous arrange.

    Quand vous nous avez dévotement copié le galimatias de Roland Barthes contre Souzay et que je vous ai fait remarquer que vous aviez omis le début, où Barthes qualifiait Souzay d'excellent baryton, vous avez voulu que ce fût là un "damning compliment" (en français : un compliment accablant). Donc vous aussi vous accusez les autres d'insincérité et vous choisissez ce qui vous arrange dans leurs propos.

  17. #177
    Membre
    Date d'inscription
    juin 2011
    Messages
    2 109
    Citation Envoyé par The Fierce Rabbit Voir le message
    Et ces rimes, d’une indigente et affligeante pauvreté ....

    Une indigente pauvreté, c'est un peu redondant, cher magister. Il aurait mieux valu mettre "d'une indigence affligeante".

  18. #178
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    9 376
    Citation Envoyé par InnocentParadis Voir le message
    Quand vous nous avez dévotement copié le galimatias de Roland Barthes contre Souzay et que je vous ai fait remarquer que vous aviez omis le début, où Barthes qualifiait Souzay d'excellent baryton, vous avez voulu que ce fût là un "damning compliment" (en français : un compliment accablant). Donc vous aussi vous accusez les autres d'insincérité et vous choisissez ce qui vous arrange dans leurs propos.
    Vous avez aussi noté le jour et l'heure ? Vous avez vraiment une mentalité de pion. Encore les pions étaient ils utiles.
    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

  19. #179
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    9 376
    Cela dit il a pu m'arriver d'errer. Je ne prétends pas à la perfection. Quant à Souzay/Barthes je ne sais plus comment commence le texte sur l'art vocal bourgeois. Ka suite est tellement sévère sur l'interprétation de Souzay que oui, j'ai pu penser que c'était un damning praise (c'est plus ça l'expression, je crois, j'avais dû errer derechef).
    Voici un lien où chacun pourra juger si c'est tellement du galimatias ou seulement la coquetterie de l'époque (pas seulement coquetterie, aussi jargon de sémiologie, qui n'est pas pire que d'autres).
    En tout cas j'y vois une belle connaissance, et un bel amour, de la musique.
    https://revoice2.com/roland-barthes-et-la-voix/
    Il s'engendre beaucoup d'abus au monde ou, pour le dire plus hardiment, tous les abus du monde s'engendrent de ce qu'on nous apprend à craindre de faire profession de notre ignorance.

    Montaigne

  20. #180
    Membre
    Date d'inscription
    février 2008
    Messages
    6 608
    Citation Envoyé par InnocentParadis Voir le message
    Une indigente pauvreté, c'est un peu redondant, cher magister. Il aurait mieux valu mettre "d'une indigence affligeante".
    Il s’agissait d’indigence intellectuelle, et de pauvreté des rimes, je ne pensais pas devoir le préciser, mais c’était trop présumer.
    Cela dit, même les rimes de La Fontaine sont loin d’être toujours riches. Elles ne sont même pas toujours suffisantes.

    Au demeurant, le maître absolu d’une mauvaise foi dont il donna généreusement tant d’exemples s’érigeant en juge de ce qui est sincère ou pas, c’est assez farcesque.

    (L’expression complète est me semble-t-il ´damning with faint praise’, à vérifier par le beau-frère)
    Dernière modification par The Fierce Rabbit ; 22/07/2021 à 18h25.

+ Répondre à la discussion
Page 9 sur 10 PremièrePremière ... 7 8 9 10 DernièreDernière

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

     

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages