+ Répondre à la discussion
Page 1 sur 12 1 2 3 11 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 20 sur 223

Discussion: Joe Hisaishi par Eiko Yamashita

  1. #1
    Membre
    Date d'inscription
    mars 2008
    Messages
    1 912

    Joe Hisaishi par Eiko Yamashita

    http://classiqueinfo-disque.com/spip...php?article688

    quelques précisions sur ce disque qui m'a profondément touché:
    j'ai choisi d'ouvrir le sujet dans la catégorie "autres style" (musique de film) parce qu'on voudra peut-être parler plus longuement du travail d'Hisaishi, mais à vrai dire je considère le disque en question plutôt sous l'angle de la musique de piano et en rapport avec l'interprête, car, en plus de la musique, il s'y rattache l'histoire d'Eiko yamashita ou ce qu'elle veut bien nous en laisser entrevoir:
    Le disque existe sous la forme CD, avec un beau livret illustré, mais aussi accompagné d'un gros livre de photographies du japon de Sina Vodjani, photographe iranien d'origine qui a étudié la musique à Paris et le Raga en Inde. Le photographe comme la pianiste vivent aujourd'hui en Allemagne.


    on peut avoir une idée des l'ensemble et écouter aussi des extraits du disque
    ICI

  2. #2
    Membre
    Date d'inscription
    mars 2008
    Messages
    1 912
    En fait j'ai beaucoup hésité et tardé à écouter, je pensais que cette "musique contemporaine du japon" au piano allait être un pensum, ou quelque chose d'un peu à mi-chemin entre la musique "respectable" et les influences traditionnelles, j'imaginais du Takemitsu...
    Mais pas du tout.
    A l'inverse la simplicité totale, la potentielle insignifiance des morceaux risque de rebuter les amateurs de classique, et la plupart des références qui me sont venues appartenaient à la musique de film ou à la pop.
    J'aurais aussi bien pu tirer ça vers Satie ou Glass, mais je ne suis pas sûr que c'eut été mieux accueilli.

    Je disais qu'il me semblait que la plupart des pianistes amateurs (ou des professeurs de piano pour leur élèves) auraient envie de se procurer les partitions: c'est ce qui justifie ce message car les "livres de piano" de Joe Hisaishi sont téléchargeables gratuitement (en png) sur le site qui lui est consacré.

    http://www.joehisaishi.net/partitions/

    ça se joue à vue et c'est infiniment consolant pour les débutants où ceux qui ont tout oublié.

    Dans la notice du CD Eiko Yamashita raconte comment après deux ans de doute sans avoir rouvert le piano elle a recommencé par là, parce que ces images évidentes lui parlaient de son pays. Elle raconte aussi ses années d'étudiante à Tokyo dans un studio exigu où elle dormait sous le ventre du piano noir qui occupait toute la pièce... Une partie de l'émotion du disque tient à ce qu'on sent ses réticences et ses hésitations même lorsque le texte ne pose pas de difficultés particulières.

    En fait elle joue aussi quelques morceaux d'une pianiste "de variété" japonaise dont l'atmosphère est très proche des romances d'Hisaishi. Ce n'est qu'après plusieurs écoutes que je me suis rendu compte à cause des images que suscitait la musique qu'Hisaishi est l'auteur de toutes les BO des films d'animation de Mizayaki et de plusieurs musiques de films de Kitano, dont Sonatine et L'Eté de Kikujiro.
    Dernière modification par sud273 ; 17/04/2009 à 22h52.

  3. #3
    Membre
    Date d'inscription
    mars 2008
    Messages
    1 912
    Le travail d'Hisaishi ne se réduit pas au piano, même si je suis persuadé que certains de ses morceaux trouveront leur place dans le répertoire au côté des Albums pour la jeunesse de Khachaturian ou Kabalewsky.
    A part les BO des dessins animés il existe au moins un disque de la suite d'orchestre tirée de Princesse Mononoke (dont le dernier morceau Ashitaka et San est le délicieux morceau d'ouverture du disque d'Eiko Yamashita)


    par l'Orchestre Philarmonique tchèque sous la direction de Mario Klemens

    Je me rends bien compte que c'est un coup à perdre le peu de crédibilité qui me reste, mais je recommande chaudement au moins de déchiffer les partitions pour piano d'Hisaishi, ou à défaut d'écouter le disque d'Eiko Yamashita. Il s'en dégage une nostalgie puissante, en même temps qu'une naïveté désarmante, reposante, un type d'émotion unique.
    Pourtant comme chacun l'a deviné la musique de piano ne fait pas partie de mes priorités musicales (c'est même un peu la dernière roue du carosse, mais dans les contes de fées on fait de belles choses avec de vulgaires citrouilles).

  4. #4
    Membre Avatar de thierry h
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Catalogne
    Messages
    4 361
    Je dois avoir cette Suite de Princesse Mononoke, si je retrouve le disque, je le balance sur SM !


  5. #5
    Administrateur Avatar de Philippe
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Jemappes / Valencia
    Messages
    8 074
    Cet album peut être écouté en intégralité sur MusicMe :
    http://www.musicme.com/Mario-Klemens...119841722.html





  6. #6
    Membre Avatar de Kilgore Trout
    Date d'inscription
    novembre 2007
    Messages
    823
    Citation Envoyé par Fred Audin Voir le message
    Je me rends bien compte que c'est un coup à perdre le peu de crédibilité qui me reste,
    C'est même une forme de suicide social . Et quand en plus on y rajoute les noms de Satie et de Glass, qu'ailleurs on parle de la "musique de pianiste" de Debussy, c'est qu'en plus on aime ça.

  7. #7
    Membre Avatar de Kilgore Trout
    Date d'inscription
    novembre 2007
    Messages
    823
    Par contre, Miyazaki - que je goûte peu par ailleurs - ne mérite-t-il pas une autre désignation que "cartooniste"?

  8. #8
    Membre
    Date d'inscription
    mars 2008
    Messages
    1 912
    En effet, je me serai d'ailleurs volontiers étendu sur la grande supériorité de cette musique de variété sur les flatulences évanescentes de Debussy.
    Là il y a de la mélodie, une aisance du discours qui touche directement au but, des formes et des lignes claires, c'est comme comparer les version achevées de Tintin de Bob de Moor aux esquisses grossières d'Hergé.
    Je ne m'ennuie pas un instant même en écoutant le disque trois fois de suite en boucle, alors que les Préludes de Debussy me font l'effet d'une glace au citron vert en plein mois de décembre. Mais je comprends que certains puissent au contraire ressentir le même agacement à écouter Hisaishi que le mal de mer que me procure Debussy.
    Heureusement pour Debussy, il y a ça:

  9. #9
    Membre
    Date d'inscription
    mars 2008
    Messages
    1 912
    Citation Envoyé par Kilgore Trout Voir le message
    Par contre, Miyazaki - que je goûte peu par ailleurs - ne mérite-t-il pas une autre désignation que "cartooniste"?
    oui sans doute mais "réalisateur de dessins animés" c'est long et "manga" imprécis: je n'y entendais pas de côté péjoratif (et je ne suis pas non plus un spécialiste du genre, je n'en connais que deux ou trois parmi les plus anciens).

    J'ajouterais encore que le point de vue est différent: quand l'école française fait dans l'orientalisant, ça reste une vision coloniale et exotique (dans la ligne de Félicien David et de son désert, lequel charmant homme fit d'ailleurs entrer Debussy au conservatoire). Là, c'est le contraire, les japonais utilisent le langage exotique de l'école française pour transmettre des images de leur culture: même différence qu'entre une estampe d'Hokusai et les imitations qu'en font les impressionnistes.
    Hokusai est plus détaillé, plus construit et moins coloré, mais sa puissance d'évocation n'est pas moindre que les meules de foin de Monet (je n'aime pas non plus Monet).
    Dernière modification par sud273 ; 18/04/2009 à 15h38.

  10. #10
    Membre Avatar de Kilgore Trout
    Date d'inscription
    novembre 2007
    Messages
    823
    Je me demande à quel point il faut te prendre au sérieux.

  11. #11
    Membre
    Date d'inscription
    mars 2008
    Messages
    1 912
    C'est le but de la démonstration! en fait j'avais prévenu que ce disque d'Eiko Yamashita allait probablement ne pas être pris au sérieux. Je pensais même qu'il méritait une récompense pour ça.
    Je me suis répandu en publicité sur la critique de Gaubert aujourd'hui, j'ai réécouté le disque à la lumière des commentaires, je trouve que ça mériterait aussi un développement.

  12. #12
    Membre Avatar de Kilgore Trout
    Date d'inscription
    novembre 2007
    Messages
    823
    Tu m'étonnes que ca mériterait un développement, cette critique est scandaleusement médiocre! Mais bon, pas aujourd'hui, pour cause de concours stupide dans quelques jours .

  13. #13
    Membre
    Date d'inscription
    mars 2008
    Messages
    1 912
    toi aussi? on est cerné par les (futurs) normaliens...
    Non je ne plaisante pas là, je la trouve très éclairante cette critique de Gaubert, et en plus ça parle d'Hanson (un autre genre de suicide social?)

  14. #14
    Membre Avatar de Kilgore Trout
    Date d'inscription
    novembre 2007
    Messages
    823
    Citation Envoyé par Fred Audin Voir le message
    toi aussi? on est cerné par les (futurs) normaliens...
    Ah non, je ne suis normalien ni présent ni futur, juste un raté .

  15. #15
    Membre
    Date d'inscription
    mars 2008
    Messages
    1 912
    on va s'entendre alors... ce que tu disais me faisait penser à Benoît.
    Dans l'ignorance, bonne chance aux candidats de tous bords aux concours de tous bords.

  16. #16
    Membre Avatar de Kilgore Trout
    Date d'inscription
    novembre 2007
    Messages
    823
    Benoît a le profil mais il a quelques années de moins que moi. On lui souhaite bonne chance.

  17. #17
    Membre Avatar de Couack
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Gdańsk
    Messages
    2 056
    Comme j'admire beaucoup Miyazaki et que la musique joue un rôle prépondérant dans ses films, tout ça m'a intrigué et je suis allé faire un tour sur le site de Hisaishi indiqué par Sud; j'ai déchiffré les différentes pièces de la BO de Laputa, le château dans le ciel, pour commencer.

    D'abord la comparaison avec Debussy n'a pas lieu d'être : d'un côté on a une oeuvre pianistique fouillée et très élitiste destinée au concert, de l'autre une série de piécettes destinées à illustrer un film d'animation pour petits et grands. Une autre précision : ces partitions de piano ne sont que les réductions des parties orchestrales, souvent arrangées par d'autres que Hisaishi lui-même.

    Dans cette optique ce qu'a dit Sud me paraît fondé : c'est une écriture très minimale et très efficace; les thèmes sont jolis, c'est confondant de simplicité, tout tombe sous les doigts, c'est dépourvu de toute virtuosité, de tout contrepoint et de toute technicité. Ce qui en fait un outil pédagogique idéal car en plus c'est très flatteur pour l'oreille - aussi facile et nettement moins rasoir que les Mikroskosmos, et donc forcément plus stimulant.

    Et surtout, c'est une musique en complète symbiose avec les films qu'elle illustre; mais les Japonais sont doués pour ça (la musique de Kanji Kawai pour Ghost in the Shell ou les sinistres choeurs d'Akira sont tous simplements fabuleux, au même titre que la musique de Hisaishi pour Porco Rosso et Chihiro). L'état de naïveté originel qu'elle exprime nous ramène au "makoto" shinto sur lequel je me suis vastement étalé dans le fil consacré à Yoshimatsu, et à propos du même Miyazaki.

    Bref, pas de quoi rougir.

  18. #18
    Membre Avatar de thierry h
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Catalogne
    Messages
    4 361
    Citation Envoyé par Couack Voir le message

    aussi facile et nettement moins rasoir que les Mikroskosmos, et donc forcément plus stimulant.

    .
    M'enfin ! Je veux bien que les premières pièces des Mikrokosmos ( il y en 153 réparties dans 6 cahiers ) ne s'écoutent pas forcément bien calé dans son fauteuil et les doigts de pieds en éventail, mais les derniers cahiers sont absolument sublimes et font oublier à mon avis tout caractère didactique...
    Néanmoins, je conçois que Pour les Enfants est globalement plus, disons, gratifiant pour l'auditeur...


  19. #19
    Membre Avatar de Couack
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Gdańsk
    Messages
    2 056
    Citation Envoyé par thierry h Voir le message
    M'enfin ! Je veux bien que les premières pièces des Mikrokosmos ( il y en 153 réparties dans 6 cahiers ) ne s'écoutent pas forcément bien calé dans son fauteuil et les doigts de pieds en éventail, mais les derniers cahiers sont absolument sublimes et font oublier à mon avis tout caractère didactique...
    Néanmoins, je conçois que Pour les Enfants est globalement plus, disons, gratifiant pour l'auditeur...

    Oui mais en général on attaque le cahier 1 et puis on passe à autre chose; moi j'ai pas tenu plus de 6 pièces. A l'écoute c'est encore plus soporifique; je dors avant la fin de la première, ne me parle pas de la 153ème.

    Détail amusant: dans la série des pièces de Hisaishi pour Laputa, je suis quasi-certain qu'un des thèmes est une citation de la sonatine de Bartok (dans la pièce intitulée "Koufu").

    Dans cette série Laputa je recommande chaudement la pièce "Gekkou no unkai" qui est à la fois une des plus faciles et des plus jolies (c'est le thème principal si je me souviens bien).
    Dernière modification par Couack ; 20/04/2009 à 23h17.

  20. #20
    Membre Avatar de Couack
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Gdańsk
    Messages
    2 056
    Bon, et au final ça doit s'adapter à ceci (Laputa c'est le nom d'une île volante imaginée par Swift).

    Dernière modification par Couack ; 20/04/2009 à 23h24.

+ Répondre à la discussion

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

     

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages