+ Répondre à la discussion
Page 1 sur 5 1 2 3 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 20 sur 87

Discussion: Déodat de Séverac

  1. #1
    Membre Avatar de Jacques
    Date d'inscription
    avril 2008
    Localisation
    Lausanne (Suisse)
    Messages
    2 782

    Déodat de Séverac

    J'avais neuf ans et revenais de vacances en Espagne avec ma soeur et mes parents. Au lieu de prendre le chemin le plus court pour regagner la Suisse, ils avaient décidé de rendre visite à un oncle de mon père qui vivait alors à la campagne près de Toulouse et de rester chez lui un jour ou deux. Pour franchir les Pyrénées et redescendre en plaine, mon père avait pris un chemin plutôt sinueux et pittoresque, où il s'est même égaré plus d'une fois (sans parler d'un pneu crevé et autres aventures du même genre ). Ce qui m'avait tout de même permis d'être ébloui, durant ce périple et ensuite chez ce grand-oncle, par des paysages absolument superbes.

    Cinq ou six ans plus tard, après avoir découvert avec passion l'oeuvre pour piano de Ravel puis de Debussy, j'ai donc inévitablement associé à ces beaux paysages les quelques pièces pour piano de Déodat de Séverac (1872-1921) que j'entendis pour la première fois à la radio (il y avait en tout cas la suite Cerdaña et Baigneuses au soleil). Une tentative de jouer ensuite moi-même au piano En Languedoc s'est cependant vite soldée par un échec, vu les sept bémols à la clé qu'on y voit dès la pièce intitulée "Vers le Mas en fête" et le fait que j'étais plutôt du genre "instinctif", et pas très bon en solfège .

    Presque aussi célèbre à son époque (en tant que "grand moderniste") que l'étaient Debussy et Ravel, Déodat de Séverac est pourtant loin d'avoir acquis la notoriété des deux autres. Quand Debussy disait de sa musique qu'elle "sentait bon", il devait surtout penser à son oeuvre pour piano (dont Blanche Selva et Ricardo Viñes s'étaient faits les champions), qui est pratiquement la seule à être encore régulièrement jouée et enregistrée de nos jours (cf. les quasi intégrales d'Aldo Ciccolini et d'Izumi Tateno - un Japonais établi en Finlande ! -, ainsi que les disques isolés d'autres pianistes tels que Jean-Joël Barbier, Françoise Thinat ou Billy Eidi).

    Sur ce compositeur "régionaliste" (je n'aime pas beaucoup ce terme mais ça aide quand même à le situer), élève de Vincent d'Indy à la Schola Cantorum puis grand ami d'Isaac Albéniz et parfois très proche, par le "climat" et les harmonies raffinées, de Debussy et de Ravel, il existe toutefois depuis peu un livre très complet, intitulé simplement "Déodat de Séverac" et écrit par Catherine Buser Picard pour la série "Mélophiles" (Editions Papillon, Genève, 2007).

    Avec ce nouveau livre, les disques déjà cités, une intégrale des mélodies (François Le Roux / Graham Johnson, Hyperion), un CD rare d'inédits pour piano par Isabelle Legoux-Laboureau (Revolum) et le disque de quelques oeuvres pour orchestre enregistré récemment par Roberto Benzi et l'OSR (Cascavelle), je ne crois pas pour l'instant oublier beaucoup de choses importantes en ce qui concerne Déodat de Séverac et la musique qui en a été enregistrée.

    Mais, là encore, je me demandais quelles réactions ce compositeur et son oeuvre pouvaient susciter chez d'autres participants à ce forum ...

    Jacques

  2. #2
    Membre Avatar de thierry h
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Catalogne
    Messages
    4 361

    Re : Déodat de Séverac

    Déodat de Séverac meurt à Céret en 1921! Cette ville des Pyrénées Orientales, surnommée la "Mecque du Cubisme" a vu passé et s'arrêter plus ou moins longtemps un sacré paquet d'Artistes, parmi lesquelles Braque, Picasso, Gris, Soutine, Chagall, Matisse. Plus tard Miro et Tapies! Dali y est passé mais juste pour amuser la gallerie, comme d'hab'! J'ai quelque part une photo, qu'on doit pouvoir trouver sur le web de Ricardo Vinès avec des pôtes musiciens et/ou peintres, prise là-bas! Bref cette ville a un chouette musée d'art moderne avec quelques oeuvres plutôt remarquables...
    Je ne connais bien que les enregistrements de Ciccolini...

    thierry

  3. #3
    Membre Avatar de Jacques
    Date d'inscription
    avril 2008
    Localisation
    Lausanne (Suisse)
    Messages
    2 782

    Re : Déodat de Séverac

    Merci, Thierry, pour ces précisions dont plusieurs m'étaient inconnues .

    J'en profite pour mettre en ligne une photo prise vers 1908 à Saint-Félix de Lauraguais (elle figurait dans l'album de la première édition de l'intégrale Ciccolini, parue en disques noirs en 1981). On y voit, assis au piano, Déodat de Séverac (partie "haute" du clavier) et Ricardo Viñes jouant une pièce à quatre mains (j'ignore laquelle).



    Jacques

  4. #4
    Membre Avatar de Jacques
    Date d'inscription
    avril 2008
    Localisation
    Lausanne (Suisse)
    Messages
    2 782


    Avant de présenter le CD qui m'a poussé à faire resurgir ce pauvre petit fil, voici un tableau (peint par Georges d'Espagnat et intitulé "Réunion de musiciens chez Godebski") que j'aime bien pour ce qu'il montre, suivi d'une anecdote que je viens de retrouver dans le livre de Mme Buser Picard :



    En plus de Ricardo Viñes assis au piano et de Ravel (tout à droite) appuyé sur l'instrument, on y voit notamment Déodat de Séverac (c'est le deuxième personnage en partant de la gauche). Ce tableau illustre un peu le fait que les compositeurs français "avant-gardistes" du début du XXe siècle découvraient mutuellement leurs nouvelles oeuvres respectives dans des réunions de ce genre, puis parfois se "piquaient" des idées, plus ou moins consciemment.

    Je connaissais depuis longtemps l'anecdote de Debussy ayant "piqué" à Ravel, pour ses Estampes (1903), des idées trouvées dans la Habanera (1895) et les Jeux d'eau (1901) de son cadet. En voyant ensuite le critique et musicologue Pierre Lalo encenser les Estampes sans faire la moindre allusion à ces emprunts (Debussy s'était même procuré, à l'époque, la partition de la Habanera de Ravel, puis celle de Jeux d'eau, qui l'avaient intrigué), Ravel avait cru devoir mettre les choses au point en écrivant ceci à Lalo : "Vous vous étendez assez longuement sur une écriture pianistique assez spéciale dont vous attribuez l'invention à Debussy. Or les Jeux d'eau ont paru alors qu'il n'existait, de Debussy, que les trois pièces de Pour le piano, oeuvres pour lesquelles je n'ai pas besoin de vous dire mon admiration passionnée mais qui, au point de vue pianistique, n'apportaient rien de bien neuf. J'espère que vous voudrez bien excuser cette légitime revendication."

    Or, peut-être pour se venger, Lalo accusa plus tard Ravel de s'être largement inspiré, en composant l'une des pièces de ses Miroirs (1905), du cycle En Languedoc (1903) de Déodat de Séverac. Ce qui poussa Ravel, qui se sentait en quelque sorte "pris" à son tour, à écrire à Séverac ce qui suit : " (...) J'aurais aussi voulu m'excuser de vous plagier (Lalo dixit). Mais ça, ce n'est vraiment pas de ma faute. Aussi, pouvais-je me douter qu'il pût y avoir tant de rapports entre "Une Barque sur l'Océan" et un "Mas en Fête" ?!!! J'espère que vous ne m'en voulez pas trop."

    Cela dit, en ce qui concerne la très belle musique pour piano de Séverac, je viens de recevoir le disque suivant, qui est aussi épatant (interprétation, prise de son presque idéale, etc.) qu'il n'est pas cher, et qui contient les deux célèbres suites En Languedoc et Cerdaña :



    Le pianiste catalan (né en 1967) qui interprète ces oeuvres n'est semble-t-il pas du genre à se confronter aux plus illustres de ses confrères, et il n'a pas la prétention de s'attaquer (en tout cas sur disque) au "tout grand répertoire". Mais je l'avais déjà beaucoup apprécié dans Turina (il enregistre de ce compositeur espagnol une intégrale pour Naxos également), et dans ce récital Séverac je l'ai trouvé quasiment parfait .

    Jacques

  5. #5
    Nippduort
    Exclu
    La seule oeuvre que je connaisse de Séverac, c'est "Les muletiers devant le Christ de Llivia" pour piano solo, et qui m'a fait tomber en arrêt il y a quelques années, vraiment un beau truc. Mais je ne pense pas qu'on trouve ce genre de choses sur youtube.

    Nippduort

  6. #6
    Membre Avatar de Jacques
    Date d'inscription
    avril 2008
    Localisation
    Lausanne (Suisse)
    Messages
    2 782
    Citation Envoyé par Nippduort Voir le message
    La seule oeuvre que je connaisse de Séverac, c'est "Les muletiers devant le Christ de Llivia" pour piano solo, et qui m'a fait tomber en arrêt il y a quelques années, vraiment un beau truc. Mais je ne pense pas qu'on trouve ce genre de choses sur youtube.
    Bonsoir Nippduort .

    La pièce que vous connaissez est la quatrième (et avant-dernière) de la suite Cerdaña. Et si vous avez quelques euros à dépenser, je crois que vous ne regretteriez pas, en vous procurant le joli disque que j'ai montré, de connaître aussi les autres pièces (de même, bien sûr, que la suite En Languedoc).

    Je signale aussi que cette musique enchantait non seulement Ravel et Debussy (ce dernier trouvait qu'elle "sentait bon" -- beau compliment sous la plume de quelqu'un comme lui ), mais également d'aussi fins connaisseurs que le grand pianiste Alfred Cortot ou le philosophe Vladimir Jankélévitch.

    Quant à YouTube, on y trouve quand même une ou deux choses, mais plutôt marginales (notamment un pianiste jouant l'une des pièces hélas les plus anodines de Séverac), ce qui est dommage.

    Il y a quand même la pièce suivante, "Les fêtes - Souvenir de Puigcerdà", tirée de la suite Cerdaña déjà mentionnée (ce n'est toutefois pas la meilleure des cinq, à mon humble avis) :

    [/URL]

    Jacques

  7. #7
    Membre Avatar de Jacques
    Date d'inscription
    avril 2008
    Localisation
    Lausanne (Suisse)
    Messages
    2 782
    Puisque j'y suis, j'y reste encore un moment .

    J'ai voulu voir comment était la musique de Séverac en dehors du piano. J'ai donc fait l'acquisition de ces deux albums :



    Pour les mélodies avec piano, c'est très bien (il y a certaines choses presque aussi belles que chez Fauré ou Debussy). Gros problème pour moi cependant : cette remarquable intégrale Hyperion confie pratiquement tout à François Le Roux, et j'ai déjà dit sur le fil Fauré toutes les "difficultés" que j'éprouvais avec ce chanteur dans le domaine de la mélodie... Je suis donc presque contraint de me "contenter" de l'album "Mélodies sur des poèmes de Charles Baudelaire" (Harmonia Mundi), où la soprano Felicity Lott aborde Séverac mais au travers d'une seule et unique mélodie, Les Hiboux .

    S'agissant des inédits pour orchestre (Cascavelle, 2006 - avec Roberto Benzi dirigeant l'OSR), c'est intéressant mais guère enthousiasmant, pour être honnête... Des pièces assez quelconques y voisinent avec une ou deux fort jolies choses, notamment une oeuvre avec voix féminines intitulée "Nymphes au crépuscule" (1901 - création à Paris en mai 1902), où Séverac trahit la fascination que devaient exercer sur lui le Prélude à l'après-midi d'un faune et Sirènes de Debussy (il pousse même ici "le bouchon un peu loin", si j'ose dire ).

    Détail intéressant : on a cru longtemps que la composition de ces "Nymphes" de Séverac était même antérieure à celle de Sirènes. Or Claude de France avait déjà remis à son éditeur la partition de Sirènes en décembre 1899, avant de la corriger par la suite (et ce ne fut pas la dernière fois)... Tout porte donc à croire que Séverac avait quand même eu connaissance du chef-d'oeuvre de Debussy avant d'entreprendre la composition de ses "Nymphes". Pas de scoop à cet égard, donc .

    Encore une chose... Puisque des gens courageux ont exhumé récemment avec un certain succès des opéras jusqu'alors aussi méconnus que Polyphème, de Jean Cras (j'ai l'enregistrement et c'est souvent assez beau), pourquoi n'en feraient-il pas de même avec par exemple, de Déodat de Séverac, Le Coeur du Moulin (1904 - Debussy lui-même avait paraît-il bien aimé) ou Héliogabale (1910) ? On peut en tout cas l'espérer ...

    Jacques

  8. #8
    Membre Avatar de thierry h
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Catalogne
    Messages
    4 361
    Citation Envoyé par Jacques Voir le message

    Le pianiste catalan (né en 1967) qui interprète ces oeuvres n'est semble-t-il pas du genre à se confronter aux plus illustres de ses confrères, et il n'a pas la prétention de s'attaquer (en tout cas sur disque) au "tout grand répertoire". Mais je l'avais déjà beaucoup apprécié dans Turina (il enregistre de ce compositeur espagnol une intégrale pour Naxos également), et dans ce récital Séverac je l'ai trouvé quasiment parfait .

    Jacques
    Merci pour l'info Jacques!

    Ne connaissant que les enregistrements de Ciccolini je vais pouvoir élargir mon horizon...

    Désolé de vous taquiner un peu, mais le tout grand répertoire c'est quoi au juste ? C'est Liszt par exemple ?
    ( j'ai écrit Liszt comme ça par hasard, j'aurais pu écrire Truc ou Machin hein ? )

    thierry

  9. #9
    Membre Avatar de Jacques
    Date d'inscription
    avril 2008
    Localisation
    Lausanne (Suisse)
    Messages
    2 782
    Citation Envoyé par thierry h Voir le message
    Désolé de vous taquiner un peu, mais le tout grand répertoire c'est quoi au juste ? C'est Liszt par exemple ?
    ( j'ai écrit Liszt comme ça par hasard, j'aurais pu écrire Truc ou Machin hein ? )
    thierry
    Bonsoir Thierry ,

    Eh bien ... Comme il ne m'étonnerait pas que certain(e)s, ici, pensent que je perds mon temps à écrire des tartines sur un compositeur aussi "secondaire" que Séverac, en mentionnant de surcroit un modeste pianiste catalan qui n'a rien d'un Horowitz, d'un Brendel ou d'un Benedetti Michelangeli (to mention but three great names), je voulais simplement dire, avec l'expression "le tout grand répertoire", que ledit pianiste semblait préférer se consacrer à des compositeurs comme Turina ou Séverac plutôt qu'à Bach, Mozart, Beethoven, Schubert, Schumann, Chopin, Brahms, Debussy, etc. (et pourquoi pas Liszt ? - Brendel s'y est consacré).

    C'est donc en songeant à ce que je présupposais être l'opinion de la majorité que j'ai pris cette précaution un peu naïve. Dans le sens inverse, si j'avais pu dans la section "Discothèque" annoncer avec fracas "On vient de retrouver un enregistrement inédit d'Horowitz (ou de tout autre illustrissime pianiste) où il donne un récital Séverac !", je vous parie que quelques jours plus tard notre compositeur devenait comme par hasard beaucoup plus populaire ...

    Mais moi, je n'appartiens pas tout à fait à cette majorité... Je peux être plus profondément et durablement touché, par exemple, à l'audition des Heures dolentes de Gabriel Dupont ou de telle suite pour piano de Charles Koechlin qu'à celle de bien des chefs-d'oeuvres unanimement reconnus (cf. les très grands compositeurs que j'ai cités).

    Mon répertoire de prédilection (mon "jardin secret", si vous voulez) ne se recoupe donc pas forcément - il s'en faut parfois même de beaucoup - avec celui que je qualifiais, en tentant d'être objectif, de... "tout grand" .

    Jacques
    Dernière modification par Jacques ; 12/10/2008 à 01h22.

  10. #10
    Membre Avatar de thierry h
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Catalogne
    Messages
    4 361
    Ne soyez pas objectif Jacques... restez vous même ! Ce que vous faites très bien d'ailleurs , ( sans grognements intempestifs ou indignations permanentes, et sans jouer les directeurs de consciences...) Bref restez cool... au sens littéral du terme!


    thierry

  11. #11
    Membre Avatar de Jacques
    Date d'inscription
    avril 2008
    Localisation
    Lausanne (Suisse)
    Messages
    2 782
    Bonjour Thierry . Et merci beaucoup ( ... ).

    J'écoute de nouveau Elgar, en ce moment... Une partie de son oeuvre que je soupçonne d'être un peu moins fréquentée que le reste.

    Je vais donc ajouter tout bientôt un petit post à son fil .

    Jacques

  12. #12
    Modérateur Avatar de lebewohl
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    8 263
    VOus ne perdez pas du tout votre temps, Jacques, en tout cas celui de pas mal de lecteurs. Déjà je vais commander le récital de piano chez Naxos, donc j'avais raté l'existence, parce que je voudrais bien savoir à quoi ressemblent ces pièces (dont j'ai vaguement regardé la partition, dans un ou deux cas, mais... je ne me suffis pas, pour avoir une idée).

    J'aime bien le disque de mélodies, je vois bien pourquoi on peut ne pas accrocher à Le Roux à l'occasion, mais bon ma foi... c'est pas mal quand même! ("les hiboux", c'est vraiment un petit bijou, notamment).

    Quant à la "grandeur" du répertoire ou des compositeurs, ma foi... il y a un fil sur le sujet ("classons") qui est assez rigolo, mais on peut savoir que H. ou M. est un "plus grand" compositeur que P. ou S. (initiales arbitraires, bien sûr) et préférer, et de loin, P. ou S., parce qu'ils nous parlent. Je ne sais absolument pas expliquer ce qui fait qu'un compositeur nous parle ou pas, mais je constate.

    Bon dimanche!

  13. #13
    Membre Avatar de Jacques
    Date d'inscription
    avril 2008
    Localisation
    Lausanne (Suisse)
    Messages
    2 782
    Bonjour et bon dimanche à vous aussi, Lebewohl . Et merci pour tout.

    Sur cette question de savoir, s'agissant d'un compositeur X, pourquoi tel auditeur trouve qu'il lui "parle" et est à l'évidence plus "important" que Y, et pourquoi c'est exactement l'inverse pour tel autre, on peut je crois discuter à l'infini. C'est tout ce qui fait la subjectivité de celui (ou de celle) qui écoute, avec sa propre sensibilité, ses propres connaissances préalables, son propre cheminement. Mais je trouve pour ma part en général très intéressante la confrontation de ces diverses subjectivités. Elle peut en effet nous ouvrir des horizons insoupçonnés.

    Je relève d'ailleurs que ça peut parfois marcher dans un sens, et pas du tout dans l'autre ... Lorsque je n'appréciais (c'était il y a longtemps) à peu près que la musique française du début du XXe siècle (évidemment surtout Ravel et Debussy), j'avais une amie qui n'aimait quant à elle que Mahler. Or elle a fini par me faire aimer aussi (je pourrais même dire adorer) Mahler et son univers, alors que je n'ai quant à moi jamais pu la faire se rapprocher d'un pouce de la musique que j'aimais ... Ce fut donc pour moi comme une "petite défaite" (), mais j'y ai en fin de compte gagné beaucoup (et pas elle !) ...

    Cela dit, si vous achetez ce petit CD Naxos consacré à Séverac et qui ne coûte que "trois fois rien", je suis presque certain que vous ne le regretterez pas. C'est étonnamment bien joué, et il y a quand même dans la musique française pour piano d'il y a une centaine d'années de très belles choses en dehors de Ravel et de Debussy (pour citer toujours ces deux-là). Des choses qu'il serait à mon avis vraiment dommage de laisser complètement de côté.

    Jacques

  14. #14
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris, Auvergne, Slovénie
    Messages
    1 113
    Bonjour Jacques
    Effectivement les mélodies sont très belles ... mais je crois qu'il faut être patient et attendre l'interprétation "habitée" que mérite ces pages. Felicity aurait dû chanter d'avantage de ces mélodies ... bon elle nous livre de si belle choses par ailleurs ...
    Dominique

  15. #15
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Région parisienne
    Messages
    1 192
    Citation Envoyé par Jacques Voir le message
    Cela dit, si vous achetez ce petit CD Naxos consacré à Séverac et qui ne coûte que "trois fois rien", je suis presque certain que vous ne le regretterez pas.
    C'est ce que je m'apprête à faire mais je constate en même temps que pour 2,44 € de plus on peut avoir l'intégrale de Ciccolini que je vais peut-être plutôt acheter.
    Car de Séverac, je ne connais que les charmantes pièces d' En Vacances, et je vous remercie donc pour toute cette présentation qui donne envie d'en entendre plus.

  16. #16
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris, Auvergne, Slovénie
    Messages
    1 113
    Aldo est fantastique là-dedans monsieur Chiarina ....
    Dominique

  17. #17
    Membre Avatar de Jacques
    Date d'inscription
    avril 2008
    Localisation
    Lausanne (Suisse)
    Messages
    2 782
    Citation Envoyé par Dominique Voir le message
    Effectivement les mélodies sont très belles ... mais je crois qu'il faut être patient et attendre l'interprétation "habitée" que mérite ces pages. Felicity aurait dû chanter d'avantage de ces mélodies ... bon elle nous livre de si belle choses par ailleurs ...
    Bonjour Dominique

    D'accord avec vous, en particulier en ce qui concerne Felicity (j'ai un certain faible pour sa voix et son style et j'ai même d'elle un récital Schumann, alors qu'elle est anglaise; mais elle chante aussi bien - presque sans accent - en allemand qu'en français).

    Lebewohl aime quand même bien l'album Hyperion, son avis a aussi de l'importance pour moi et ce qu'il a dit m'a donné envie de réentendre ce disque (je ne l'ai à vrai dire plus passé depuis belle lurette). Ma petite allergie à la déclamation de François Le Roux m'est surtout venue après avoir réécouté récemment ses mélodies de Fauré et de Debussy, et c'est peut-être un peu vite que j'ai mis son disque Séverac "dans le même panier".

    Jacques

  18. #18
    Membre Avatar de Jacques
    Date d'inscription
    avril 2008
    Localisation
    Lausanne (Suisse)
    Messages
    2 782
    Citation Envoyé par Chiarina Voir le message
    C'est ce que je m'apprête à faire mais je constate en même temps que pour 2,44 € de plus on peut avoir l'intégrale de Ciccolini que je vais peut-être plutôt acheter.
    Car de Séverac, je ne connais que les charmantes pièces d' En Vacances, et je vous remercie donc pour toute cette présentation qui donne envie d'en entendre plus.
    Boujour Chiarina ,

    A la réflexion, acheter pour débuter plutôt Ciccolini (c'est un coffret de 3 disques que bien entendu je possède aussi) ne serait pas une mauvaise idée.

    Aldo Ciccolini est quand même un pianiste de grand renom, et il a eu l'énorme mérite, à la fin des années 60, de "ressusciter" le piano de Séverac; comme il l'a fait plus tard avec courage pour le piano de Castelnuovo-Tedesco, un compositeur italien bien meilleur dans ce domaine que dans les oeuvres qu'il a consacrées ensuite à la guitare, pour des raisons surtout "alimentaires". Et sauf la Sonate pour piano que Séverac a composée dans sa jeunesse et divers inédits (je les ai sur un CD extrêmement rare, enregistré par Isabelle Legoux-Laboureau sous l'égide du Conseil Régional de Midi-Pyrénées), Ciccolini a pratiquement tout enregistré. Il y a en particulier la magnifique pièce intitulée "Baigneuses au soleil", que Cortot admirait tout particulierement sauf erreur (j'ai trouvé dommage qu'elle ne figure pas sur le disque Naxos).

    Seuls inconvénients, la prise de son relativement ancienne et quelque peu "étriquée", ainsi qu'un certain souffle de bande sur la plupart des pièces, qui par comparaison font paraître somptueux l'enregistrement Naxos. Mais ce n'est pas un inconvénient vraiment majeur.

    (... je dois maintenant m'absenter jusqu'au soir, pour des raisons familiales ...)

    Jacques

  19. #19
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris, Auvergne, Slovénie
    Messages
    1 113
    "je dois maintenant m'absenter jusqu'au soir, pour des raisons familiales ..."

    Quelle santé Jacques !
    Je crois qu'il y a eu une réédition des Ciccolini ... le son me paraît pas mal...
    Quant aux mélodies ... j'ai testé ... j'attends d'autres voix ...
    Dominique

  20. #20
    Membre
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Localisation
    Paris, Auvergne, Slovénie
    Messages
    1 113
    (j'ai vu Jacques réapparaître ... c'était une pause ... )
    Dominique

+ Répondre à la discussion

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

     

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages